En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

05.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

06.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

07.

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > France
Manifestations
Loi "sécurité globale" : très forte mobilisation à Paris et dans toute la France
il y a 11 heures 23 min
pépites > Economie
Covid-19
Le plafond d'indemnisation pour les entreprises fermées sera doublé, à 200.000 euros par mois
il y a 12 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Histoires du Vendée Globe 2" : L’Everest de la voile vu de l’intérieur !

il y a 14 heures 59 min
light > Insolite
Ah
Lille : la Grande roue sera installée, mais restera fermée au public
il y a 15 heures 11 min
pépites > Politique
Le confinement leur réussit
Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse
il y a 16 heures 11 min
pépites > France
Libérés, délivrés
Déconfinement : retrouvez la nouvelle attestation et le résumé des changements du jour
il y a 17 heures 18 min
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 18 heures 38 min
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 19 heures 48 sec
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 19 heures 3 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 19 heures 3 min
light > Media
C'est d'actualité
France Télévisions prépare une adaptation en série TV de "La peste" d'Albert Camus
il y a 11 heures 54 min
pépites > Justice
Justice
Nice : un homme écope de 18 mois de prison ferme pour avoir menacé de mort un professeur
il y a 12 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La voyageuse de nuit" : une enquête magistrale où se côtoient révolte et tendresse

il y a 15 heures 3 min
pépites > France
Juste une mise au point
Violences : le préfet de police de Paris Didier Lallement rappelle à l'ordre les policiers
il y a 15 heures 40 min
pépite vidéo > Sport
Rugby
Avant d'affronter l'Argentine, les All Blacks rendent hommage à Maradona
il y a 16 heures 53 min
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 18 heures 8 min
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 18 heures 45 min
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 19 heures 1 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 19 heures 3 min
décryptage > Société
Pas de bébés confinement

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

il y a 19 heures 3 min
© CHARLY TRIBALLEAU / AFP
© CHARLY TRIBALLEAU / AFP
passage à vide

Ces proches de François Fillon qui grincent des dents

Publié le 20 janvier 2017
Depuis le second tour de la primaire et ses déclarations sur la Sécurité sociale, le candidat de la droite subit un véritable trou d'air. Ses soutiens sont soucieux, d’autant que le candidat semble sourd aux conseils qui lui sont prodigués.
Christelle Bertrand
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christelle Bertrand, journaliste politique à Atlantico, suit la vie politique française depuis 1999 pour le quotidien France-Soir, puis pour le magazine VSD, participant à de nombreux déplacements avec Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Hollande,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis le second tour de la primaire et ses déclarations sur la Sécurité sociale, le candidat de la droite subit un véritable trou d'air. Ses soutiens sont soucieux, d’autant que le candidat semble sourd aux conseils qui lui sont prodigués.

« Cet homme fonctionne de façon très étrange, il est très seul. Son entourage, c'est trois personnes et on ne peut pas dire qu'elles soient d'une grande influence. En fait, on ne sait pas qui il écoute »... L'ancien ministre qui parle ainsi connaît bien François Fillon. C'est même un soutien de longue date. Un soutien, rompu aux campagnes présidentielles, qui surveille son candidat comme une mère poule. Et depuis un mois rien ne lui a échappé, ni les erreurs de com', ni la baisse dans les sondages. Ni, surtout, la distance prise par certains élus LR et certains sympathisants qui regardent de plus en plus ostensiblement vers Emmanuel Macron. Il a entendu cette dame, samedi, lors du Conseil national qui a officiellement investi l'ancien premier ministre candidat de la droite à l'élection présidentielle, claironner aux oreilles des journalistes qu'elle avait sa carte LR mais allait voter Macron ». Rien ne lui a échappé. Pas une miette.

 

Et selon cet esprit affûté, le positionnement libéral du candidat en matière économique n'est pas le principal problème. « Bien sûr, ses déclarations sur la réduction des dépenses de santé n'ont pas aidé », explique-t-il mais, selon lui, c'est la personnalité du candidat qui pose problème. L'affichage de son catholicisme tout d'abord. « D'autant, se moque l'élu, qu'avec Bruno Retailleau et Gérard Larcher comme porte-paroles, il est entouré d'un type qui fait jeune curé, et d'un autre qui fait vieux moine ». De plus, la présence de Dominique Calmels, représentant des mormons en France et anti IVG, au sein du pôle fiscalité n'est pas pour rassurer les troupes. « La manif pour tous, c'est un gros million d'électeurs, ça ne suffit pas pour l'emporter d'autant que ça fait fuir encore plus de gens. Une partie de nos électeurs se rapprochent de Macron qui n'est pas repoussant pour la droite modérée », ajoute un autre soutien qui affirme en avoir parlé au candidat sans être certain d'avoir été entendu. « J'ai le sentiment, murmure l'élu, que François reste sourd, il n'écoute que lui-même et c'est assez dangereux durant ces périodes de gros temps. »

 

Tous notent, en outre, le manque d’enthousiasme de ce début de campagne comparé aux dernières semaines de la primaire. « Il y avait une vraie ferveur dans les meetings, on sentait une envie de vaincre. Mais depuis le second tour, c'est fini. C'est comme si le soufflé était retombé », observe un député. Beaucoup en veulent aux sarkozystes, qu'ils accusent de jouer contre leur camps tant ils ont du mal à accepter leur défaite. « Ils ne sont plus dans les cercles de décision, les journalistes ne les appellent plus 10 fois par jour, les candidats aux législatives ne les flattent plus pour s'assurer de leur future investiture, ils sont exaspérés », explique un élu. Mais surtout, pour les fillonistes, la période de deuil n’est pas achevée, ce qui explique la morosité d'une partie des troupes. « Ils passent leur temps à comparer Fillon et Sarko, du coup Fillon leur paraît fade, pas assez direct dans ses propos, pas assez proche des gens mais ils ne comprennent pas que c'est justement le style Sarkozy qu'ont rejeté les gens lors de cette primaire », explique un député.

 

Exit donc le sarko'style mais, pour ces soutiens, la posture du candidat, sa capacité à enchanter la campagne, sera, malgré tout, l'une des clés de la victoire. Puisqu'il a dit et redit qu'il ne changerait pas de cap, puisque le remède serait pire que le mal, François Fillon doit maintenant incarner son projet, le faire partager et donner envie aux électeurs de le suivre. « Il n'y a pas d'autre issue, il faut qu'il se ressaisisse, qu'il s’assume à nouveau et vite car dès que la gauche aura tourné la page de ses primaires, l’affrontement va commencer et ce sera violent. Nous aurons besoin d'un candidat bien dans ses baskets pour entraîner toute la droite avec lui », martèle l'un de ses conseillers pour qui l'hémorragie vers le leader de En marche est un vrai risque : « Macron c'est tout ce que François n'est pas, l'optimisme, le charisme mais aussi une ligne politique modérée qui séduit, notamment, une partie des électeurs d'Alain Juppé ».

 

Cette fois, François Fillon semble avoir entendu. Afin de parer au plus pressé, son staff planche activement sur un plan anti Marcon. Premier étage de la fusée : présenter l’ancien conseiller de François Hollande comme un candidat du « système », des élites et des médias contrairement à un certain... Fillon qui a martelé, lors de ses vœux à la presse : « Il y a deux mois, je n’étais pas le candidat de l’establishment et je n’ai pas l’intention de le devenir ». Mais l'opération tuer Macron ne suffira pas. Tous comptent beaucoup sur le grand meeting du 29 janvier pour relancer la campagne et donner un nouveau souffle au candidat. Un souffle de victoire.  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (38)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
nobobo
- 20/01/2017 - 21:44
Les journalistes sont-ils tous de gauche?
Entièrement d ' accord avec DrPal.
Le " Fillon bashing" dans les médias du "service public " ( France Inter, France Info, France 2 etc...) est particulièrement indécent.
DrPal
- 20/01/2017 - 11:59
C'est marrant
Sur Fillon, on entendait exactement les mêmes "analyses" pendant la primaire de la droite. Il n'avait aucune chance parce qu'il était anxiogène (traduire: il regarde la réalité en face, il ne promet ni de raser gratis ni de ré enchanter "le rêve" des gogos), triste (trad: il ne fait de blague dans les meetings comme Sarko), terne (trad: il ne fait pas de petites phrases assassines), radical (trad: il propose de traiter vraiment, énergiquement, les problèmes qui nous plombent depuis des décennies), réac (trad: il veut sauver ce qui peut encore l'être) etc. Et nos experts, nos sondeurs, nos médias, les "frondeurs" et les aigris, qui se sont tous lamentablement plantés, nous serinent les mêmes sornettes quelques semaines plus tard!
crobard007
- 19/01/2017 - 20:10
Un type qui dit la vérité...
Inquiète forcement les démagogues...