En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© FREDERICK FLORIN / AFP
Filliation

Election de Tajani au Parlement de Strasbourg : un équivalent de Trump pour l'Union européenne ?

Publié le 20 janvier 2017
Le très conservateur Italien Antonio Tajani apparaît comme un europhile de très fraîche date, ainsi qu'un politicien rompu aux manœuvres d’appareil et sensible au jeu des lobbies industriels.
Alain Wallon a été chef d'unité à la DG Traduction de la Commission européenne, après avoir créé et dirigé le secteur des drogues synthétiques à l'Observatoire européen des drogues et des toxicomanies, agence de l'UE sise à Lisbonne. C'...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Wallon
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Wallon a été chef d'unité à la DG Traduction de la Commission européenne, après avoir créé et dirigé le secteur des drogues synthétiques à l'Observatoire européen des drogues et des toxicomanies, agence de l'UE sise à Lisbonne. C'...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le très conservateur Italien Antonio Tajani apparaît comme un europhile de très fraîche date, ainsi qu'un politicien rompu aux manœuvres d’appareil et sensible au jeu des lobbies industriels.

En élisant à sa présidence le très conservateur Italien Tajani, vice-président du groupe politique PPE, le Parlement européen place à son perchoir,  quant à la ligne politique, l’équivalent, en moins indépendant sans doute des groupes de pression, d'une sorte d’avatar d’un François Fillon. Antonio Tajani, ancien commissaire européen sous les deux présidences Barroso, ancien porte-parole de Silvio Berlusconi, est proche des mouvements anti-choix (groupes anti-avortement sectaires, "protecteurs de l’embryon") et un ennemi déclaré de l’égalité des genres et donc du mariage homosexuel.  Par ailleurs, dans la guerre commerciale frontale que souhaite lancer Donald Trump qui ne fait pas mystère non plus de réhabiliter les industries polluantes, il se situe du côté des acteurs centraux les plus mouillés dans le "dieselgate" puisqu’il a savamment, sinon œuvré lui-même, au moins fermé les yeux sur la mise en place du mécanisme pendant son mandat de commissaire à l’industrie, à la recherche et à l’énergie de 2010 à 2014, informé qu’il fût dès 2012, selon l’hebdomadaire WirtschaftsWoche, du "bidonnage" des tests d’émission.

Après les deux mandats du socialiste allemand Martin Schulz, très engagé en faveur de la construction européenne, c’est un europhile de très fraîche date uet un politicien rompu aux manœvres d’appareil et sensible au jeu des lobbies industriels qui va présider un Parlement européen au rôle pourtant majeur dans la construction des compromis nécessaires entre la Commission européenne et le Conseil (les Etats membres) dans le processus législatif européen. Autre élément peu rassurant pour ceux et celles qui s’inquiètent des capacités de l’Europe unie à faire bloc en ce moment décisif de ses bientôt 60 ans d’existence, l’élection de Tajani n’a pu se faire qu’avec l’appui in extremis des eurosceptiques du CRE lesquels, du coup, retrouvent une marge de manœuvre importante alors que lors des deux mandats précédents du PE, ils avaient été largement neutralisés par le système de grande coalition mis en place au sommet par les présidents de groupe socialiste (S&D) et conservateur (PPE).

Tout le processus de la campagne électorale qui vient d’aboutir a révélé des tractations d’arrière boutique peu reluisantes, avec notamment les efforts désespérés (et désespérants !) du libéral belge Guy Verhofstadt pour tenter de se faire élire contre l’avis d’une bonne partie de ses troupes, manœuvrant sans leur appui réel et sans succès dans des alliances contre-nature, en particulier avec le mouvement 5 étoiles de Beppe Grillo, et apparaissant comme la bête noire pour un large spectre de parlementaires anglophiles inquiets de son intransigeance pro-UE s’il restait en position d’être le porte-parole du PE dans la négociation du Brexit avec les autorités britanniques.  Ainsi, sur cette portion là aussi de l’échiquier politique européen, les cartes sont rebattues et elles risquent d’être plus rarement gagnantes pour le bien de la construction européenne dans la partie de poker, européenne et mondiale, qui s’est engagée.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Hong Kong : ces nouvelles formes de censure très efficaces pour empêcher les mouvements sociaux

02.

Miley Cyrus s’éclate avec une ex Kardashian, Claire Chazal se souvient de quand elle s’éclatait avec (un de) ses ex; Énième réconciliation pour Jamel & Melissa, 1ère grossesse pour Louane; Anouchka Delon pacifie sa famille, Brigitte Macron choie la sienne

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

Comment St Gobain est devenu le Google français de la transition énergétique

05.

Greta Thunberg : un voyage à New-York en bateau... mais six vols en avion pour l'organiser

06.

Grand est le désespoir de Donald (Trump) : Greta (Thunberg) a été d’une cruauté sans pareille avec lui.

07.

Les relations entre frères et soeurs : un lien primordial

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

05.

En deux siècles, les forêts ont doublé en France et voici pourquoi

06.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

01.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

04.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

05.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deudeuche
- 19/01/2017 - 17:59
A priori
Un gars bien ! Moins droits de l'homo que son prédécesseur !
Danper
- 18/01/2017 - 20:04
Commentaire simpliste et bien pensant !
Je me demande ce que l'avortement et la théorie des genres a à faire avec le fait d'être pro-européen ? Pour avoir fait moi-même d'un groupe de pression européen à Bruxelles je peux assurer qu'aucun commissaire européen n'est immunisé, ni envers les lobbies industriels ou économiques mais encore moins contre les lobbies écologistes et droit-de-l'hommistes. Tajani a plutôt la réputation d'un homme de compromis certes à droite mais je ne pense pas que l'on puisse mettre son europhilie en doute. Il a été un médiateur entre l'Allemagne et l'Italie lorsque Merkel et Sarkozy ont déboulonné Belusconi pour maintenir les liens par l'intermédiaire du PPE. C'est une des raisons pour laquelle la CDU allemande a voté pour lui. Maintenant, qui vivra verra....