En direct
Best of
Best of du 6 au 12 avril 2019
En direct
© REUTERS/Regis Duvignau
A couteaux tirés
Conseil national des Républicains : opération gestion des sarkozystes
Publié le 20 janvier 2017
Ce matin s'ouvre le Conseil National des Républicains sur fond de tensions entre le candidat à la présidentielle et les proches de Nicolas Sarkozy. Ces derniers expriment des doutes sur la ligne choisie. François Fillon assisterait-il à la naissance de ses propres frondeurs ?
Christelle Bertrand, journaliste politique à Atlantico, suit la vie politique française depuis 1999 pour le quotidien France-Soir, puis pour le magazine VSD, participant à de nombreux déplacements avec Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Hollande,...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christelle Bertrand
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christelle Bertrand, journaliste politique à Atlantico, suit la vie politique française depuis 1999 pour le quotidien France-Soir, puis pour le magazine VSD, participant à de nombreux déplacements avec Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Hollande,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ce matin s'ouvre le Conseil National des Républicains sur fond de tensions entre le candidat à la présidentielle et les proches de Nicolas Sarkozy. Ces derniers expriment des doutes sur la ligne choisie. François Fillon assisterait-il à la naissance de ses propres frondeurs ?

Certains sourires pourraient être encore un peu crispés. Ce matin, alors que François Fillon réunit Les Républicains pour un Conseil National supposé ressouder les troupes, l'ambiance s'annonce, comme la température extérieur, hivernale... Alors que la droite devrait se montrer plus unie que jamais dans cette dernière ligne droite avant l'élection présidentielle, voilà que depuis quelques jours les sarkozistes n'ont de cesse de ruer dans les brancards. Tout semble prétexte à critique : le refus de François Fillon de rétablir la défiscalisation des heures supplémentaires, la réforme du système de santé proposée par le candidat qui paraît à beaucoup anti-sociale, le non cumul des mandats que l'ancien locataire de Matignon refuse de remettre en question... Laurent Wauquiez, Christian Estrosi et Gérald Darmanin ont même publiquement exprimé leurs doutes sur la ligne suivie par le candidat à l'élection présidentielle.

 

Mardi, lors des vœux de François Fillon les mines étaient renfrognées, les regards gênés. Pour certains, ces tiraillements s'expliquent simplement par des questions d'organigramme. "Les sarkozystes estiment qu’ils n’ont pas été assez biens servis, explique un proche de François Fillon. Le cas de Frédéric Péchenard, par exemple, a cristallisé par mal de rancune. Mais on va régler ça vite. On va lui trouver quelque chose de bien". Pour se faire, François Fillon a donc annoncé, hier, un organigramme élargit, offrant de nombreuses places aux sarkozystes. Frédéric Péchenard, écarté de la direction générale des Républicains, a été intégré au pôle sécurité. Le porte-parole de François Fillon, Thierry Solère, a pris soin de vanter « l’expertise considérable » du conseiller de Paris et vieil ami de Nicolas Sarkozy. Pour enfoncer le clou Nicolas Sarkozy et François Fillon ont même pris soin de déjeuner ensemble afin de montrer l'unité de la famille.

 

Mais au-delà des querelles de poste, c'est bien un problème de ligne politique qui préoccupe les sarkozystes. Gérald Darmanin, dès le lendemain du second tour, tirait déjà la sonnette d'alarme : "attention, les classes populaires ne sont pas venues voter, il va falloir leur parler si on ne veut pas les repousser définitivement dans les bras de Marine Le Pen", expliquait-il en substance. Mais François Fillon est resté sourd à ces avertissements. Mardi, un ancien ministre, se désespérait de «l’aveuglement du candidat" qui venait de réitérer sa volonté de ne pas changer de ligne, de ne pas faire de zigzag : "c'est une ligne très dure, nos électeurs ne suivront pas. Ils vont aller voter Marine ou Macron". Mais à la question : "est-ce que vous allez faire campagne dans ces conditions", la réponse fuse instantanément : "bien sûr, je suis candidat aux législatives, je n'ai pas le choix". Les législatives, voilà la clé. C'est ainsi que, pour l’instant, François Fillon tient ses troupes, pour cette raison que les sarkozystes, très vite, devraient mettre de l'eau dans leur vin et rentrer dans le rang. Les législatives, la clé de l'ordre, mais pour combien de temps ? Quid de ce qui se passera après la présidentielle, une fois les maroquins distribués. François Fillon n'est-il pas déjà en train de nourrir en son sein ses propres frondeurs ?

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
02.
Les puissants relais de l'Algérie en France ; Ces amis de Ghosn que tout le monde craignait chez Renault; L'avertissement de Philippe à Castaner; Technip: et un mégagâchis industriel de plus; Notre-Dame partout dans les hebdos, le catholicisme plus rare
03.
Reconstruction de Notre Dame : Emmanuel Macron prend-il le risque du « too much » ?
04.
Notre Dame brûla et obligea la France à se souvenir qu'elle fut catholique…
05.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
06.
Le blues des gendarmes de Matignon ne faiblit pas
07.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
03.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
04.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
03.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
04.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anguerrand
- 15/01/2017 - 08:59
Fillon doit rester sur sa ligne et son programme
Sur l'immigration, Il à le programme le plus dur ( depuis que le FN a fait ami- ami avec l'islam ) et le plus réaliste, pour l'économie la seule façon de s'en sortir c'est de se mettre au niveau européen, à savoir travailler un peu plus, donc produire un peu plus, donc pouvoir rembourser la dette et augmenter les salaires. Ce programme est le plus courageux, et pas forcément le plus attractif mais le seul qui peut refaire de la France la puissance qu'elle fut ; puissante et prospère, voire enviée. Aucun autre candidat à ce courage ( 35heures, diminution du nombre de fonctionnaires, etc ) . Si Fillon n'est pas élu, Il ne faudra pas s'étonner de la stagnation actuelle voire son déclin. Les français, comme d'habitude choisirons l'oisiveté non sans continuer à se plaindre.
totor101
- 14/01/2017 - 11:40
Conclusion
Il faut venger Sarko !
le reste c'est du pipo !
Si jamais je ne fronde
la Sarko il me gronde !!!!
ikaris
- 14/01/2017 - 11:08
Saines interrogations
Après la primaire, la messe semblait dite : Fillon président. Là on dirait que le doute s'installe ....