En direct
Best of
Best of du 16 au 23 mars 2019
En direct
info atlantico
© Reuters
Surprise !
Sondage exclusif : Benoît Hamon vainqueur du débat avec 27% des Français certains d'aller à la primaire qui souhaitent sa victoire contre 23% pour Manuel Valls et Arnaud Montebourg
Publié le 13 janvier 2017
Ce nouveau sondage exclusif Harris Interactive pour Atlantico montre que Benoît Hamon est la personnalité politique de ce premier débat télévisé de la primaire de la gauche qui a le plus convaincu les Français.
Jean-Daniel Lévy est directeur du département politique & opinion d'Harris Interactive.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Daniel Lévy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Daniel Lévy est directeur du département politique & opinion d'Harris Interactive.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ce nouveau sondage exclusif Harris Interactive pour Atlantico montre que Benoît Hamon est la personnalité politique de ce premier débat télévisé de la primaire de la gauche qui a le plus convaincu les Français.

Atlantico : Dans quelle mesure peut-on dire que Benoît Hamon est celui qui a remporté le premier débat télévisé de la primaire de la à gauche ? Quelle incidence sa performance peut-elle avoir sur le scrutin ? 

Jean-Daniel LévyBenoît Hamon est parvenu à convaincre 23% des Français ayant au moins entendu parler du débat, soit une proportion proche de celle d’Arnaud Montebourg et Manuel Valls (respectivement 22% et 21%). Vincent Peillon, quant à lui, a moins convaincu (13%), devant François de Rugy (10%), Sylvia Pinel (9%) et Jean-Luc Bennahmias (8%).

D’un point de vue partisan, Benoît Hamon convainc davantage auprès des sympathisants de gauche (47%) et particulièrement de gauche non socialiste (40%, devant Arnaud Montebourg 34%). Son niveau de conviction est proche de celui de Manuel Valls auprès des sympathisants du Parti socialiste (50% respectivement).

Invités à restituer de manière spontanée les propositions et interventions qu’ils auraient retenues de chacun des candidats, la plupart des Français ayant au moins entendu parler du débat en identifient peu, à l’exception notable du "revenu universel", qui est largement attribué à Benoît Hamon. 

Benoît Hamon était clairement la personne la moins identifiée aux yeux des Français au début de la campagne. Il a réussi à se créer un espace à travers notamment à travers ses prises de paroles sur le revenu universel et sa participation à L'émission politique. Il apparaît comme celui qui a été le plus convaincant aux yeux des Français et des sympathisants de gauche. Toutefois, là où il n'a pas réussi, c'est dans le cadre d'une confrontation générale, notamment avec Manuel Valls, à créer un véritable trou.

L'incidence de cela, et on le voit d'ailleurs à la fin de ce sondage, c'est que chez les Français manifestant la volonté d'aller voter à la primaire, Benoît Hamon est l'une des personnes privilégiées pour ce scrutin. Son élection n'est donc pas du tout inenvisageable, donnant même l'impression d'un parallélisme avec ce qui a pu se produire au cours de la primaire de la droite, avec un François Fillon troisième homme qui a fini par remporter le scrutin. 

Outre ce constat, quels sont les principaux enseignements que l'on peut tirer de ce sondage ? 

Dans ce contexte post 1er débat, 17% des Français interrogés affirment souhaiter la victoire de Manuel Valls à cette Primaire, alors qu’ils sont 16% à souhaiter celle d’Arnaud Montebourg et 12% celle de Benoît Hamon. Notons qu’après des sympathisants de gauche, Manuel Valls obtient 29% de souhaits de victoire contre 22% pour Benoît Hamon et 17% pour Arnaud Montebourg, alors qu’auprès des Français interrogés affirmant souhaiter participer à la Primaire, Benoît Hamon obtient 27% des souhaits de victoire, contre 23% pour Manuel Valls et Arnaud Montebourg (et 10% pour Vincent Peillon). Benoît Hamon attire davantage les sympathisants de gauche non-socialiste (27%) alors que l’ex-Premier ministre bénéficie du souhait de victoire de 41% des sympathisants socialistes.

Invités à effectuer un pronostic, 39% des Français envisagent une victoire de l’ancien Premier ministre contre 29% celle d’Arnaud Montebourg et 14% celle de Benoît Hamon. Les sympathisants du PS sont plus nombreux que la moyenne à pronostiquer sa victoire (56%). Notons qu’une majorité de Français accordant leur préférence à Arnaud Montebourg et à Benoît Hamon estiment que « leur » candidat l’emportera à l’issue de la Primaire (respectivement 74% et 64%).

On le sait, une émission ne fait pas une élection. On le sait également entre un souhait de victoire, une intention de vote et un comportement électoral il y a deux pas à franchir qui s’avèrent éloignés les uns des autres. Reste, qu’on le voit, il existe une écoute attentive à l’égard de trois candidats : Manuel Valls, Arnaud Montebourg et Benoît Hamon. 

Cliquez sur chacune des images piur agrandir. 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Vladimir Poutine est censé quitter le pouvoir en 2024. Certains au Kremlin envisageraient un autre scénario
03.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
04.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
05.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
06.
De crypto-macroniste à Paris à orbaniste à Budapest, où va le Nicolas Sarkozy d’aujourd’hui ?
07.
Acte 19 des Gilets jaunes : victoire sur le terrain pour le gouvernement, incertitude politique maximale
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
04.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
05.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
06.
Henri Guaino : « L’Union Européenne attise désormais les violences et les pulsions mauvaises qu’elle prétendait guérir à jamais »
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
03.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
04.
Violence inexcusable MAIS aspiration à la justice sociale : la double nature de la contestation des Gilets jaunes dont aucun parti ne parvient à tirer une synthèse convaincante
05.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
06.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?
Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cloette
- 14/01/2017 - 09:36
Le chemin le plus facile
@Ganesha : Mais si , si on peut " se la couler douce ", on le fait , avoir une passion c'est rare, et c'est la nécessité qui rèveille les talents .
Ganesha
- 14/01/2017 - 05:50
Cuba et travail au noir
Une expérience qui met toujours les lecteurs d'Atlantico dans des états de fureur frénétique, à chaque fois qu'on en parle, c'est Cuba ! Pourtant, tous les reportages insistent sur l'inventivité développée par de nombreux habitants de cette ile pour des ''initiatives privées'', profitant du filet de sécurité des restes du communisme. Ceci inclut la santé, l'école et même un minimum de nourriture et le logement. Pour répondre d'avance aux objections, je signale que la différence fondamentale, c'est que le régime cubain reste, par principe, opposé à ce ''libéralisme''. Ce qui n'est absolument pas le cas ailleurs. Reste la question de l’impôt… Mais prétendre que ''les peuples sont naturellement paresseux'' est vraiment ignorer le ''travail au noir'' !
Ganesha
- 14/01/2017 - 05:12
Phénomènes de société
Ce qui est amusant, c'est de suivre l'évolution mondiale vis-à-vis d'un certain nombre de ''phénomènes de société''. En 1933, les USA mirent fin à 14 années d'expérience de prohibition de l'alcool. Actuellement, tous les voisins européens de la France et de plus en plus d'états américains mettent, ou, ont mis en place depuis de nombreuses années, l'expérience de la libéralisation du cannabis. Et contrairement à ce que disent les ignorants et les grincheux, aucun n'envisage à ce jour d'arrêter. Il suffit de lire les discussions sur ce site pour se rendre compte que la France, et les lecteurs d'Atlantico ne sont vraiment pas spécialement ''progressistes''. Autres exemples : le vote des femmes, l'abolition de la peine de mort, l'avortement, l'acceptation de l'homosexualité, la prostitution : notre pays fait beaucoup plus souvent partie des ''lanternes rouges'' que des ''pionniers'' ! https://fr.wikipedia.org/wiki/Prohibition