En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Etude belge

77% des Belges ne “sentent plus chez eux comme avant dans le pays” : cette fracture politique qui se répand en Europe et qu’on aurait tort d’assimiler à de la xénophobie sous peine d’aggraver le problème

Publié le 13 janvier 2017
Une enquête choc sur le "vivre ensemble" en Belgique est parue dans le journal "Le Soir". Pour 77 % des Belges, "on ne se sent plus chez soi comme avant" dans le pays. Entre biais idéologique et procès d'intention, est-il devenu impossible de se questionner sur des sujets sociétaux en France sans se faire taxer de xénophobes?
Yves Roucaute est philosophe. Agrégé de philosophie et de sciences politiques, il enseigne à la faculté de droit de l’université de Paris-X.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yves Roucaute
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yves Roucaute est philosophe. Agrégé de philosophie et de sciences politiques, il enseigne à la faculté de droit de l’université de Paris-X.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une enquête choc sur le "vivre ensemble" en Belgique est parue dans le journal "Le Soir". Pour 77 % des Belges, "on ne se sent plus chez soi comme avant" dans le pays. Entre biais idéologique et procès d'intention, est-il devenu impossible de se questionner sur des sujets sociétaux en France sans se faire taxer de xénophobes?

Une enquête choc sur le "vivre ensemble" en Belgique est parue dans le journal "Le Soir". Pour 77 % des Belges, "on ne se sent plus chez soi comme avant » dans le pays.“  Les institutions sont délégitimées, les valeurs-ciment s’effritent, l’individu est soumis à diverses dominations avec un sentiment d’une faible capacité à agir, ce vécu de victimes fait que la peur domine", analyse Benoît Scheuer dans "Le Soir". Est-ce qu'en France les réponses à une enquête du même type pourraient être similaires ?

Yves Roucaute :  D’abord, je ne suis pas sûr qu’en France, on puisse faire ce genre d’enquête. Tout simplement parce que la chape de plomb idéologique est tellement forte que la question du malaise français ne peut même pas être énoncée. C’est d’autant plus grave que ce malaise est celui des classes populaires. C’est d’abord dans les quartiers populaires que la question se pose de savoir comment les Français ressentent leur mode de vie. Dans la mesure où on ne peut pas poser la question, on ne peut pas y répondre. C’est l’effet pervers de cette impossibilité de démontrer les choses qui fait que les élites ont du mal à appréhender le contenu de ce mal-être. On mélange alors beaucoup de choses car on est obligé d’imaginer le contenu de ce mal-être au lieu de faire une enquête qui pourrait nous éclairer sur les causes des difficultés qu’ont les gens avec le vivre ensemble.

Beaucoup de gens ont le sentiment qu’un certain nombre de valeurs s’effritent. On a assisté ces 30 dernières années à une montée à l’extrême des incivilités. Le fameux mode de vie français est mis en cause et c’est assez grave car le processus d’identité commence par la reconnaissance de soi. Cette reconnaissance implique que l’on doit pouvoir se retrouver sur la langue, les coutumes, les fêtes… Chaque société est construite ainsi sur un langage, des us et coutumes, des valeurs. La montée des incivilités est liée au fait que certains habitants ne jouent pas le jeu. Il y a un sentiment d’étrangeté qui en ressort et qui peut conduire dans certains lieux à un malaise, voir, à moyen terme, à des révoltes. Quand ces révoltes passent par le système électoral, c’est une bonne solution, mais cela ne se passe pas toujours de cette manière.

L'arrivée d'un groupe de personne sur un endroit donné a forcément des conséquences à court moyen ou long terme. Pourtant, ce type de résultat est rapidement interprété comme l'expression d'une xénophobie, d'un racisme qui serait latent dans les sociétés occidentales. D'où vient cette incapacité à regarder le sujet de manière dédramatisée, et donc de manière plus lucide ? Et en quoi ce biais de raisonnement s'avère-t-il dangereux pour le débat public ?

Nous avons affaire en France à une vieille idéologie qui nous vient des années 60/50 qui consiste à penser que, par définition, c’est à ceux qui reçoivent de faire l’effort d’accueillir ceux qui sont reçus. Les Français, la France, devait faire l’effort d’intégrer les populations qui arrivent. Cette intégration, à la suite notamment des thèses fumeuses de Bourdieu, Foucault, et quelques autres reprises par la gauche socialiste, devait se faire sur le coup de ce que l’on appelle "le droit à la différence". Ça signifiait que les intégrés avaient le droit de conserver leur précédent mode de vie. Jamais la France n’a refusé de laisser des réfugiés ou des migrants conserver un certain nombre de leur coutume. On n’a jamais demandé aux juifs qui se réfugiaient en France de cesser d’être juifs. Elle n’a pas demandé aux Algériens de ne plus être musulmans. L’assimilation ne signifie pas que l’on refuse la différence, ça signifie que l’on refuse le "droit à la différence". Il y a des différences admissibles et d’autres qui ne le sont pas, c’est pareil dans toutes les sociétés. Le malheur des années 50/60 c’est d’avoir fait croire que toutes les différences étaient admissibles. Cela été un grand malheur car, du coup, quand il a fallu commencer à réprimer un certain nombre de pulsions, d’instinct, de mœurs comme l’ablation du clitoris, la polygamie, le fait d’interdire aux femmes d’aller à l’école… On s’est retrouvé avec une grosse difficulté théorique et politique. Il a fallu interdire des coutumes alors que la gauche et une partie de la droite vivait sur ce principe de droit à la différence. Le débat est revenu avec l’interdiction de la Burka lorsque la gauche a systématiquement refusé de voter cette interdiction.

Lorsque vous êtes à l’étranger et que vous ne parlez pas la même langue, que vous n’avez pas les mêmes coutumes que les locaux, vous vous sentez étranger. Lorsque le même scénario se reproduit dans une cité, là aussi vous vous sentez étranger. Le bon sens le comprend très bien. C’est pour ça que des Français se ressentent étrangers dans leur propre pays. Dire ça n’est qu’un constat. Le constat de quelque chose qui s’est produit et qui tient au fait que l’on a laissé le droit à la différence s’installer et que l’on a sapé les fondements de la République

Comment analyser ce sentiment de dépossession (légitime ou pas) que peuvent ressentir les locaux ? Et quelle tonalité, quel discours faut-il selon vous adopter pour y répondre ? 

Au fond j’ai envie de dire que l’on commet deux erreurs. On est d’abord dans l’incapacité de défendre notre république et la deuxième erreur c’est que si on laisse un certain nombre de ces migrants croire qu’ils peuvent vivre en dehors des mœurs et des usages de la société française, alors qu’il suffirait, quand sont enfant, de leur expliquer, pour qu’ils soient assimilés et vivent très bien avec nous. Le fait est que du coup nous créons nous même notre propre tombeau. Nous creusons nous même la tombe de la France. Notre propre laxisme et le fait que l’on n’impose pas de barrières de manière claire, du coup on perturbe les enfants et on alimente les flux morbides, anti républicains, anti Français dans le pays.  En ce sens, c’est extrêmement dangereux et c’est dans ce sens où le débat public a intérêt à être clair et clairvoyant. Il faut éviter le racisme la xénophobie. On l’évitera d’autant mieux lorsque l’on parlera des faits et que l’on reconnaîtra publiquement que la société française est généreuse mais qu’elle a des fondements solides, des limites et des frontières claires. 

Il suffit d’aller se balader dans les quartiers nord de Marseille, à Trappes pour se rendre compte de l’étendue du problème. Bien sûr les tartufes de gauche vont répondre qu’il y a des gens qui ressentent ce malaise alors qu’ils vivent à la campagne, dans des villages où il n’y a même pas ce genre de problèmes. Sauf qu’à l’heure d’Internet, de la télévision, de la radio ça n’existe pas des villes et des villages coupés du reste du pays. Tout le monde est au courant. On a un malaise général. L’Etat ne prend plus en charge, ne lutte plus contre ce malaise. Pour y répondre, il n’y a qu’une seule solution, c’est la recherche de la vérité, faire l’analyse de situations concrètes, des rapports sociaux, des questions éthiques, religieuses, des modes de vie. A partir de là il faudra dire « voilà ce qui est interdit, voilà ce qui ne l’est pas », voilà ce qui est autorisé, voilà ce qui ne l’est pas. Le discours ne doit pas être agressif, il doit être clair, ferme et un discours qui annonce les répressions contre ceux qui violent les lois de la République. C’est un discours que les Français attentent. Ils n’attendent pas la haine, ils attendent la fermeté, et pas l’inverse. Les Français sont un peuple généreux, qui a accueilli beaucoup de monde mais qui croit à ses modes de vie et veulent qu’ils soient respectés.

S'interroger et essayer de trouver des réponses à des problèmes ou des inquiétudes fondées ou infondées constitue la base du vivre ensemble. Est-ce que paradoxalement, ceux qui prônent le plus ardemment le vivre ensemble et se rependent en procès d'intention ne sont pas ceux qui le menacent le plus?

C’est sans doute là le grand paradoxe de cette gauche. D’un côté, elle prétend au vivre ensemble et de l’autre côté, elle croit que pour y parvenir, il faut balancer les règles du vivre ensemble. Au fond si on reprend ce fameux "droit au vivre ensemble" qui est une des sources de nos maux actuels, on se rend compte qu’il est officiellement pour intégrer les populations mais dans la mesure ou justement il n’y a plus d’espaces intégrés, cela conduit à la désintégration. Si vous voulez intégrer quelqu’un à une équipe de sport vous ne commencez pas par lui dire « toi tu vas dans cette équipe et tu joues comme tu veux ». Ce n’est pas de cette manière que l’on intègre. La vérité c’est que chacun le comprend. Ceux qui parlent le plus de citoyenneté d’intégration, de vivre ensemble sont en général ceux qui cachent leur lâcheté vis-à-vis de la nécessité de prendre des positions fermes pour justement construire quelque chose un ensemble où les gens puissent s’intégrer et intégrer cette « équipe » et ne pas « tirer contre notre camp ». Il est très symptomatique de voir que, avec l’expérience gouvernementale, une partie de la gauche est revenue à un sens plus responsable de la république. La fameuse déliquescence des années 50/60 a pris fin pour une partie de la gauche qui est devenue plus réaliste et qui se rend compte qu’en effet il faut affronter les problèmes auquel font face les Français. Mais elle n’a pas encore les moyens de le faire. On voit en particulier aujourd’hui comment Manuel Valls revient sur quantité de positions qu’il avait lorsqu’il était premier ministre. Cela prouve que pour être élu, les socialistes doivent faire preuve de démagogie et de laxisme. Et lorsque l’on ajoute au déni de réalité la condamnation de ceux qui montrent du doigt cette réalité, cela crée un processus psychologique assez simple à comprendre.

Ces gens qui crient au feu, on les dénonce comme incendiaires. De ce fait on les exclue et on participe à alimenter leur haine et délégitimant leurs souffrances et leurs inquiétudes.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Seniors : cette méthode qui vous permet de profiter pleinement de votre retraite

02.

Tempête dans les bénitiers : qui de Salvini ou du pape est le plus catholique ?

03.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

04.

Le général iranien Qassem Souleimani, maître de guerre sur le front syro-irakien

05.

Services secrets turcs : les hommes des basses œuvres du président Erdogan

06.

Psychogénéalogie : comment les générations familiales qui nous précèdent laissent leur empreinte sur notre identité

07.

Fleurs et vacheries au G7 : les avis surprenants des dirigeants étrangers sur Emmanuel Macron ; Notre-Dame, victime collatérale de négligence politique ; Julien Dray, mentor repenti d’Emmanuel Macron ; Panne sèche pour la voiture autonome

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

05.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

06.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
kelenborn
- 14/01/2017 - 12:13
Non tout les pays ne sont pas
Non tout les pays ne sont pas touchés ceux qui ont étaient traités de fasciste lors des vagues migratoires ne le sont pas. Que Dieu soit loué on sait où on pourra se réfugier!
emem
- 13/01/2017 - 19:22
Soumission
Nous n'en sommes qu'au début
Marie-E
- 13/01/2017 - 12:52
je viens de lire 3 articles
du Figaro présentés par Alexandre Delvecchio :
" Georges Bensoussan : L'antiracisme dévoyé a fait taire le peuple Français"
"Georges Bensoussan : Cette France abandonnée aux islamistes"
"Profs, médecins, policiers... Ils brisent la loi du silence"
C'est à pleurer de rage tellement c'est édifiant. Et dire que nous en sommes arrivés là en raison des compromissions des différents gouvernements successifs.,
Quand on voit ce constat où on se fait rabrouer car "on n'est pas chez nous", et le plus dramatique, vu les articles d'Atlantico, c'est que l'Europe entière est touchée, on se dit que c'est bien tard et que malheureusement vu l'ampleur des dégâts, cela ne peut que mal se terminer...
le seul problème pour qui ? cela dépendra du nombre de révoltés ou du nombre de dhimmis.