En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Comment les Émirats arabes unis sont devenus curieusement le partenaire économique et commercial incontournable de Damas

02.

Consommation de drogue : ces effets secondaires jamais vus auparavant provoqués par la crise du Coronavirus

03.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

04.

Nouvel espoir dans le traitement du cancer : un nouveau traitement stoppe le développement des tumeurs

05.

Non, Mélenchon n'en veut pas qu'aux Juifs : il ne supporte pas non plus les "blonds aux yeux bleus" !

06.

Une nouvelle étude montre que si, l'argent fait bien le bonheur...(et de plus en plus)

07.

Villes vertes : mais que se passe-t-il dans la tête de ces cadres qui votent contre leurs propres modes de vie ?

01.

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

04.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

05.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

06.

Cet espoir dans la lutte contre la Covid-19 qui se cache dans des études soviétiques vieilles de plusieurs décennies

01.

Municipales : mais que cache donc l’étonnante schizophrénie des Français entre élections locales et nationales ?

02.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

03.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

04.

Désordres publics : la lourde facture des dérives de la lutte contre le racisme et les violences dans la police

05.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

06.

Affaire Fillon : François Fillon est condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, et Penelope Fillon à 3 ans de prison avec sursis

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les records de l'histoire" de Stéphane Bern : récréation idéale pour l'été, pour parcourir l'histoire en s'amusant

il y a 4 heures 40 min
pépite vidéo > Politique
Emotion à Matignon
Retrouvez l'intégralité de la passation de pouvoir entre Edouard Philippe et Jean Castex
il y a 7 heures 50 min
pépites > Justice
Plaintes
Covid-19 : une enquête judiciaire va être ouverte contre Edouard Philippe, Agnès Buzyn et Olivier Véran
il y a 8 heures 52 min
décryptage > Politique
Nouveau chemin cherche destination

Jean Castex Premier ministre : une nomination très habile... Mais l’habileté peut-elle suffire ?

il y a 11 heures 6 min
décryptage > Environnement
"Vague verte"

Tous écolos… ou soumis à lavage de cerveau intensif ?

il y a 13 heures 38 min
pépites > Politique
"Monsieur déconfinement"
Remaniement : Jean Castex est le nouveau Premier ministre et remplace Edouard Philippe à Matignon
il y a 14 heures 40 min
décryptage > Société
Addicts

Consommation de drogue : ces effets secondaires jamais vus auparavant provoqués par la crise du Coronavirus

il y a 15 heures 56 min
décryptage > Santé
Berzosertib

Nouvel espoir dans le traitement du cancer : un nouveau traitement stoppe le développement des tumeurs

il y a 17 heures 10 min
pépites > Politique
Nouvelle étape
Remaniement : le gouvernement d'Edouard Philippe démissionne
il y a 17 heures 52 min
décryptage > International
Président à vie ?

Ce que s'est vraiment offert Vladimir Poutine avec son référendum et ses 16 années de pouvoir supplémentaires

il y a 18 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La sentence" de John Grisham : un thriller qui maintient sous pression

il y a 4 heures 55 min
pépites > Politique
Equipe renforcée
Mairie de Paris : Anne Hidalgo décide de s’entourer d’une équipe de 37 adjoints
il y a 8 heures 16 min
pépites > Politique
Premier ministre
Jean Castex "mesure l'immensité de la tâche" qui l'attend à Matignon
il y a 10 heures 14 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la lumière anime les heures et quand le bleu se veut marine : c’est l’actualité estivale des montres
il y a 12 heures 25 min
décryptage > Science
Sondage

93% des Français gardent leur confiance pour les scientifiques après le Coronavirus

il y a 14 heures 18 min
décryptage > Environnement
Macron veut un référendum sur le climat

La question sera sans doute : "Voulez-vous qu’on mette les villes à la campagne car l’air y est plus pur ?"

il y a 15 heures 35 min
décryptage > Société
épanouissement

Une nouvelle étude montre que si, l'argent fait bien le bonheur...(et de plus en plus)

il y a 16 heures 17 min
décryptage > Société
Névrose de la culpabilité

Villes vertes : mais que se passe-t-il dans la tête de ces cadres qui votent contre leurs propres modes de vie ?

il y a 17 heures 28 min
décryptage > Politique
Remaniement

Emmanuel Macron : il faut que tout change pour que rien ne change (sauf le Premier ministre ?)

il y a 18 heures 18 min
décryptage > Environnement
Misanthropes et libertophobes

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

il y a 18 heures 35 min
info atlantico
© Reuters
© Reuters
2017, année de tous les dangers électoraux

Exclusif : le sondage qui en dit long sur la crise de pessimisme des Occidentaux sur leur avenir

Publié le 20 janvier 2017
Dans ce baromètre Ifop pour Atlantico, les Français apparaissent parmi les plus pessimistes des Européens : ils sont seulement 27% à considérer qu'ils vivront mieux dans 10 ans, tandis que 44% affirment s'en sortir facilement avec leurs revenus.
Jérôme Fourquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans ce baromètre Ifop pour Atlantico, les Français apparaissent parmi les plus pessimistes des Européens : ils sont seulement 27% à considérer qu'ils vivront mieux dans 10 ans, tandis que 44% affirment s'en sortir facilement avec leurs revenus.

Atlantico : Quels sont les principaux enseignements que l'on peut tirer de ce sondage ? 

Jérôme Fourquet : Il convient de rappeler que l’une des vocations de l’enquête est de mesurer rétrospectivement, dans plusieurs pays occidentaux, l’impact de la grande crise économique qui a débuté en 2008 et qui, dans certains pays, n’en finit pas de finir, afin de voir si les effets ont été les mêmes dans tous les pays ou si la crise a fait davantage sentir ses effets dans certains pays que dans d’autres, et si certains sont en voie de rémission définitive. Cette grande enquête a été menée dans plusieurs pays, avec des points de comparaison sur des enquêtes précédentes, et notamment une réalisée en 2011, au moment du pic de la crise économique. 

Une façon basique mais efficace et concrète de mesurer cela, c’est de demander aux populations si elles s’en sortent facilement ou difficilement avec leurs revenus. Quand on pose la question de cette façon, ce que l’on constate en termes de niveaux, ce sont des écarts tout à fait spectaculaires selon les différents pays rencontrés. Si 3/4 des Allemands et 2/3 des Espagnols, des Britanniques et des Américains s’en sortent facilement avec les revenus dont dispose le foyer, cela n’est le cas que de 44% des Français et des Italiens. Sur la question du pouvoir d’achat, de la perte de revenus dont a souffert toute une catégorie de la population américaine dans la période qui a suivi la crise des subprimes, on sait que tout cela a constitué un terreau favorable à la dynamique Trump. Ceci est intéressant à souligner au regard des chiffres français et italiens. On peut donc augurer – même si toutes les causes ne produisent pas nécessairement les mêmes effets d’un pays à l’autre – certaines choses : dans un pays comme les Etats-Unis où 2/3 de la population affirme s’en sortir facilement avec ses revenus est quand même survenue l’élection de Donald Trump… Quand on compare ce chiffre de 44% aux autres pays européens, et notamment avec l’Allemagne, on voit qu’il y a un gouffre. Bien évidemment, il s’agit là de perception, mais le ressenti est un déterminant néanmoins puissant. Circonstance aggravante : en France comme en Italie, les niveaux sont faibles et la tendance ne s’annonce pas des plus réjouissantes. En Allemagne, par comparaison avec 2011, la perte n’est que de quatre points, cinq points en Grande-Bretagne, et treize points en Espagne ; celle-ci est de quinze points en France et de vingt-trois points en Italie. Par rapport à 2011, la dégradation s’est donc encore accélérée en Italie et en France, avec d’éventuelles conséquences politiques à la clé, et des opinions publiques qui vont être différemment positionnées sur des discours économiques. 

A lire aussi sur notre site : "2017, année des élections de tous les dangers : sondage exclusif sur ce que veulent les Européens 8 ans après la crise"

A la question de savoir comment nous vivrons dans une dizaine d’années, là aussi on note des écarts massifs d’un pays à l’autre. C’est d’ailleurs en France que la proportion de personnes estimant que nous vivrons mieux qu’aujourd’hui est la plus faible : ils ne sont que 27% contre 43% en Allemagne, 42% en Espagne  – où on a perdu 7 points entre 2011 et 2016, alors qu’ils ont été dans l’œil du cyclone de la crise ­– 33% en Italie considérée aujourd’hui comme l’homme malade de l’Europe, 42% en Grande-Bretagne – un score assez équivalent à ce que l’on a pu mesurer en 2011, là aussi en pleine crise économique et avant le Brexit, ce dernier ne s’étant pas traduit manifestement par un regain d’optimisme ou une chute brutale du moral par rapport à l’avenir. On voit bien le manque de confiance, la sinistrose que suscite la société française. Pourtant, certains de nos voisins, notamment les Espagnols et les Italiens, ont été beaucoup plus durement frappés par la crise que nous, alors même que la Grande-Bretagne a pris une décision politique majeure, laissant planer l’incertitude sur l’avenir mais sans pour autant affaiblir le niveau d’optimisme. Pour ce qui est des Etats-Unis, on est à 62% après l’élection de Donald Trump : les Américains semblent ainsi adhérer massivement au message "Make America Great Again" du président élu. 

A propos de l'item relatif aux efforts fournis pour rester compétitif dans la mondialisation, 6 Français sur 10 pensent que nous n’avons pas fait assez d’efforts alors qu’au début de la crise économique, ils étaient 5 sur 10. Plus les années passaient, et plus les Français pensaient que nous n’avions pas fait ce qui était nécessaire. Là où, c’est compliqué, c’est que, par rapport à 2014, quatorze points de plus de Français pensent que les sacrifices ont déjà été faits. Le climat a donc changé depuis deux ans à cause du discours de la gauche : pacte de compétitivité, réduction des dépenses publique, loi Travail, etc. Bien qu’il y ait toujours une majorité de Français qui pensent que des efforts doivent être faits, une importante minorité pense que ces efforts ont déjà été faits. Idéologiquement, l’opinion est plus propice à ce type de discours qu’il y a deux ans. Ceci peut expliquer pourquoi en 2014, l’opinion a pu se braquer sur la question de l’assurance maladie. Pour en revenir au chiffre de 6 Français sur 10 qui pensent que nous n'avons pas fait assez d'efforts pour rester compétitifs dans la mondialisation, celui-ci va plutôt dans le sens de la politique d'effort de François Fillon. Sur l’idée du redressement, d’un effort un peu sacrificiel pour redresser le pays, vous ne pouvez convaincre une population de cela qu’à condition que celle-ci perçoive et soit convaincue aussi de ce déclin, ce que les chiffres semblent donc indiquer.  

Sur la question de la compétitivité de la France, 69% des électeurs du Front de gauche pensent que les efforts ont déjà été faits, ce qui est en accord avec le discours de Jean-Luc Mélenchon. Cette opinion est aussi partagée par 58% des électeurs du PS. Ce qui est intéressant pour François Fillon en revanche, c’est que plus de deux tiers des électeurs LR, FN, Modem et UDI pensent que nous n’avons pas fait ce qu’il fallait. Son discours est donc majoritaire, sans pour autant négliger le tiers de ces électeurs qui estiment que les efforts ont déjà été faits.

Ce qui est intéressant aussi, c’est la comparaison avec les autres pays : 61% des Allemands pensent que les efforts ont déjà été faits – soit 20 points de plus par rapport à la France – 72% des Britanniques, et 47% des Espagnols, qui ont payé très cher ces dernières années ; seuls les Italiens sont un peu plus pessimistes que les Français, ce qui s’explique par la situation économique et politique actuelle de leur pays. 

Cliquez sur les images pour agrandir.

Cliquez sur les images pour agrandir.

Cliquez sur les images pour agrandir.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
bd
- 17/01/2017 - 13:23
Meilleure option: Réformer l'Europe et la renforcer!
http://vision-macron.fr/ Votez Emmanuel Macron! Le seul qui veut vraiment réformer l'UE. L'Europe a besoin d'une capacité de réaction plus rapide et plus efficace pour se protéger des dumpings. Il est bien connu que les loups en meute ont de meilleures chances de survie que les loups solitaires.
Deudeuche
- 15/01/2017 - 17:39
Pays de râleurs
mais il n'y a pas de fumée sans feu!