En direct
Best of
Best of du 23 au 29 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

03.

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

04.

La NSA lance une alerte sur le piratage par les hackers russes de nos serveurs d’emails

05.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

06.

Bernard Tapie suit un traitement expérimental en Belgique pour soigner son cancer "au dernier degré"

07.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

03.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

04.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

05.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

06.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

05.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

06.

Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien "massif" envers le secteur automobile et annonce la hausse des primes à l'achat de voitures électriques

ça vient d'être publié
light > Culture
Une voix s'est tue
La cantatrice Mady Mesplé est décédée
il y a 2 heures 39 min
light > Science
Retour à l'envoyeur
Vol habité de SpaceX : Elon Musk répond à un tacle de l'agence spatiale russe, celle-ci réplique
il y a 3 heures 59 min
pépites > Société
Priorités
PMA pour toutes : des députés plaident l'urgence d'un retour du texte à l'Assemblée nationale
il y a 5 heures 14 min
light > Media
Accusé
Jean-Marc Morandini : un procès requis pour corruption de mineur
il y a 5 heures 51 min
pépite vidéo > Science
Starman
SpaceX : les meilleurs moments du lancement de la capsule habitée Crew Dragon
il y a 8 heures 9 min
décryptage > High-tech
Espionnage

La NSA lance une alerte sur le piratage par les hackers russes de nos serveurs d’emails

il y a 8 heures 57 min
décryptage > Science
Nouvelle donne

Vol habité de SpaceX : le retour de la conquête spatiale ?

il y a 9 heures 38 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Planter des arbres n’est pas toujours bon pour la planète
il y a 10 heures 18 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

La mondialisation : un vecteur favorable pour les épidémies ?

il y a 10 heures 20 min
décryptage > Société
Drame

"Salle de traite", la pièce de théâtre sur le suicide d'un éleveur laitier

il y a 10 heures 21 min
pépite vidéo > International
Mort de George Floyd
Etats-Unis : deux voitures de police foncent sur la foule à New York
il y a 3 heures 24 min
pépites > France
Déconfinement extrême
Plusieurs milliers de clandestins ont défilé à Paris malgré l'interdiction de la préfecture
il y a 4 heures 33 min
pépites > Politique
Nomination
L'ancien ministre socialiste Pierre Moscovici va prendre la tête de Cour des comptes
il y a 5 heures 41 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
SpaceX : revivez le lancement réussi du premier vol habité de Crew Dragon ; Proxima b est confirmée ! Il y a bien une exoterre dans la zone habitable de l’étoile la plus proche de nous
il y a 7 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Le maître du « je »

il y a 8 heures 47 min
décryptage > France
État providence et modèle social français

1945 : l’héritage béni devenu largement toxique

il y a 9 heures 10 min
décryptage > International
Symptômes d’un nouveau conflit

Nouvelle guerre froide avec la Chine : l’Occident affaibli par les combats progressistes radicaux

il y a 9 heures 54 min
décryptage > Politique
Mains tendues

Macron/Collomb : le match du meilleur instinct pour 2022

il y a 10 heures 19 min
décryptage > Europe
Jésus reviens, ils sont devenus fous

La Pologne : un royaume où règne la droite la plus bête du monde

il y a 10 heures 20 min
décryptage > Economie
Crise

Les crédits aux PME sont insuffisants !

il y a 10 heures 21 min
Atlantico Business

Chez Donald Trump, la dictature du tweet est moins inquiétante que les pulsions protectionnistes guerrières vis-à-vis de la Chine

Publié le 11 janvier 2017
Les chefs d’entreprises, en bons pragmatiques, s’adapteront à tous les tweets de Donald Trump. Mais le système économique mondial ne supportera pas le protectionnisme.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les chefs d’entreprises, en bons pragmatiques, s’adapteront à tous les tweets de Donald Trump. Mais le système économique mondial ne supportera pas le protectionnisme.

Le danger que porte Donald Trump n’est pas dans son comportement. Après tout, le processus de la démocratie politique n’a pas toujours accouché de dirigeants très polis et bien éduqués.

Le risque Trump est ailleurs.

Dans la forme d’abord, son talent à écrire des tweets assassins comme le roi écrivait des lettres de cachet dans l’ancien régime, montre à quel point la démocratie américaine est malade.

Mais dans le fond, son projet de mettre des barrières protectionnistes à l’importation des produits industriels est beaucoup plus dangereux non seulement pour l’économie américaine elle-même, mais aussi pour l’équilibre global de la planète. En bref, tout se passe comme si le président américain avait déclaré la guerre à la Chine. Et c’est beaucoup plus grave que de simple tweets.

L’affaire des tweets pourrait se résumer à un numéro de cirque. Les tweets envoyés par Donald Trump ressortent soit d’un goût prononce pour cette forme de communication digitale, soit d’une tendance à l’autoritarisme qui revient à nier les fondamentaux de la démocratie. Normalement, le président des Etats-Unis a certes beaucoup de pouvoirs, mais il n’a pas celui de commander ou de menacer des entreprises pour qu’elles investissent. Il n’a pas celui de réprimer publiquement le discours d’une vedette de cinéma sous prétexte qu’elle le critique, ou de juger de l’argent qu’elle gagne pas plus que de lui faire la morale.

Le président américain doit se conformer à une certaine réserve, qui protège son autorité, il doit aussi se frotter aux contre-pouvoirs américains dont le principal sera le Congrès, qui peut très bien bloquer beaucoup de ses initiatives.

Pour l’instant, Donald Trump fait surtout de la communication. Il donne le sentiment d’exiger des grands industriels américains ou étrangers de réinvestir en Amérique. Tout le monde donne l’impression d’obtempérer, Chrysler, Fiat, Toyota, Ford, les grands de l’électro-ménager et même les grands industriels du luxe français n’arrêtent pas d’annoncer des plans d’investissement dans les différents états. Mais en réalité, tous ces patrons qui font allégeance en se rendant à « la Trump Tower », n’annoncent rien d’autre que ce qu‘ils avaient prévu de faire, compte tenu du dynamisme de l économie américaine.

Ils font semblant d’obéir, et même d’anticiper un éventuel Tweet, pour faire croire que le président américain est un grand homme. Ils veulent surtout avoir la paix, et éviter des tracasseries administratives et des polémiques inutiles qui s’étaleraient dans la presse ou les réseaux sociaux. En clair, comme ça ne change rien sur le fond de leurs projets, leur comportement est très pragmatique. Trump fait des tweets, très bien, nous, « on ne veut pas d’emmerdes donc on les écoute ».

Cette affaire des tweets est un immense jeu de rôle que diffuse la télévision américaine.

Le seul problème est de savoir s’il va continuer de gouverner par tweet quand il sera à la Maison Blanche. Le président américain sera soumis à un protocole, un fonctionnement très administré et finalement très contrôlé. Il est chef de son administration certes, mais il doit respecter les contrepouvoirs, la presse, les représentants, les sénateurs et tous les lobbys. La société américaine est une société très démocratique. Il peut vouloir « Ubériser » la vie politique mais dans ce cas, on sortira de la logique démocratique et ce jour là, il faudra s’en inquiéter sérieusement.

L’ambition protectionniste est beaucoup plus menaçante, parce qu’elle se dote de moyens et s’organise. Donald Trump s’est entouré de conseillers qui pour la plupart sont convaincus des biens faits du protectionnisme. D’autant plus qu‘une partie de son électorat estime que le « made in America », sauvera leur avenir.

Pour réaliser cette ambition, Donald Trump a embauché Peter Navarro, professeur de l’Université de Californie, qui s’est fait connaître en fustigeant la montée en puissance de la Chine. C’est lui, qui a fourni à Trump les chiffres et les fiches pour condamner les déficits commerciaux américains avec Pékin. Il a toujours plaidé pour une attitude beaucoup plus agressive des Etats-Unis face à la Chine, jugée responsable de la destruction de millions d’emplois en Amérique. A ses yeux, Pékin subventionne ses exportations vers les Etats-Unis et manipule sa monnaie. Du coup, nommé à la tête du Conseil du commerce national et rattaché à la Maison-Blanche, Peter Navarro aura pour tâche l’élimination des déficits commerciaux.

Trump a beaucoup d’admiration en Peter Navarro. « C’est, dit-il, un visionnaire  qui a, avant tout le monde, documenté les dégâts causés par la globalisation».

Le président élu confirme ainsi sa volonté de faire de la Chine un bouc émissaire de la désindustrialisation d’autant que Trump a aussi nommé le milliardaire Wilbur Ross secrétaire au commerce, aussi virulent à l’égard de la Chine, il a enfin désigné mercredi le milliardaire Carl Icahn au poste officieux de conseiller spécial pour dynamiter le carcan des règles régulant la première économie mondiale.

Cette idéologie du protectionnisme est au cœur du raisonnement politique des mouvements populistes mais elle est combattue par la quasi totalité des chercheurs en économie qu’ils soient classés à droite ou à gauche. Ce protectionnisme est pourchassé par la grande majorité de chefs d’entreprise.

Pourquoi ? Tout simplement parce que le commerce extérieur est fondamentalement créateur de richesses pour tout le monde. L’échange commercial est un pur produit de la division du travail. Toutes les parties prenantes ont intérêt à l’échange. Ceux qui fabriquent, parce qu’ils s’enrichissent en créant des emplois. Ceux qui achètent parce qu’ils achètent moins cher donc ils gagnent en pouvoir d’achat. Toute la science économique est dominée par la défense du libre échange. D’Aristote à Schumpeter en passant par Ricardo et Marx.

Le protectionnisme est donc une forme d’appauvrissement. Il est évident pour tous les acteurs que la mise en place de barrières tarifaires ou non tarifaires pour bloquer la circulation des produits, des services et des hommes auraient des effets néfastes pour tout le monde.

L’Amérique peut difficilement décider de se protéger de la Chine par exemple, puisqu’elle se fermerait immédiatement l’accès des marchés chinois pour les produits américains, les technologies américaines. Les USA ont besoin de la Chine.

L’Amérique peut à la rigueur se protéger des petits pays, elle pourrait sans doute se protéger des fabrications mexicaines, parce que les petits pays n’auraient pas la force de répliquer. Cela dit, ces petits pays ne se laisseraient pas asphyxiés, leur population migrerait vers des régions plus oxygénées. Le protectionnisme ferme la porte aux produits mais booste les flux d’immigration.

Alors, il ne faut pas être naïf,  et tomber dans l’angélisme comme l’Europe parfois l’a fait. Un pays peut protéger quelques unes de ses industries stratégiques, mais pas, pour des raisons économiques, pour des raisons politiques.

Le problème avec le protectionnisme, c’est qu’il a très bonne presse en période de crise. Il est soutenu et défendu et réclamé par les catégories sociales qui sont les premières à souffrir de la mondialisation. Et c’est vrai que le libre- échange provoque des mutations auxquelles on doit s’adapter. Cette adaptation est de la responsabilité des politiques et des chefs d’entreprise. Même si, parfois elle est douloureuse à supporter.

Donald Trump n’a fait aucune pédagogie sur les bénéfices du commerce extérieur.  Il a fait l’inverse.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

03.

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

04.

La NSA lance une alerte sur le piratage par les hackers russes de nos serveurs d’emails

05.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

06.

Bernard Tapie suit un traitement expérimental en Belgique pour soigner son cancer "au dernier degré"

07.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

03.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

04.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

05.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

06.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

05.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

06.

Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien "massif" envers le secteur automobile et annonce la hausse des primes à l'achat de voitures électriques

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Semper Fi
- 11/01/2017 - 18:58
@zouk
Non, la crise de 1929 fut avant une crise liée au sur-endettement, comme en 2008. Encore une fois, relisez donc Maurice Allais : tout y est.
Semper Fi
- 11/01/2017 - 18:57
M. Sylvestre n'a rien compris....
Sur le protectionnisme : relire les écrits de Maurice Allais, prix Nobel d'économie. Sur le comportement des entreprises : les entreprises n'obéissent pas ou ne désobéissent pas à Trump. Les entreprises prennent des décisions rationnelles qui visent à préserver leurs intérêts (en particulier leurs gains). Le rôle du politique est donc d'utiliser cet état de fait pour prendre les décisions qui auront pour effet direct de pousser les entreprises à prendre les décisions qui permettent d'aller dans la direction souhaitée par le politique. Relire l'excellent article de Nicolas Goetzmann, "voisin de chronique" de M. Sylvestre. Pour la Chine, Trump, en chef d'entreprise, veut rééquilibrer les échanges dans l'intérêt de son pays.
cloette
- 11/01/2017 - 11:06
souk
"l'excès en tout est un défaut", "le mieux est l'ennemi du bien" , etc etc
La Mondialisation aujourd'hui a montré ses limites, règne des mafias en tout genre, et d'autres nuisances. La Démondialisation s'impose , ce qui ne veut pas dire nier la Mondialisation qui a d'ailleurs toujours existé. Mondialisation pour le meilleur mais pas pour le pire !