En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

03.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

04.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

05.

+60% de créations d’entreprises : quand le Financial Times loue les vertus des mesures économiques d’Emmanuel Macron

06.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

07.

Pourquoi nous devrions arrêter de parler de temps d’écran pour nos enfants

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

ça vient d'être publié
light > Justice
Et golouglouglou
Pernod Ricard : des employés dénoncent une culture de la consommation de l'alcool
il y a 9 heures 10 min
light > Culture
Jackpot !
Gros succès pour le Joker qui dépasse le milliard de dollars de recette
il y a 11 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Civilizations" de Laurent Binet : Suite et fin des prix littéraires 2019 chroniqués ici : le Prix de l'Académie française, qu récompense ce conte philosophique où les Incas envahissent l’Europe

il y a 11 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Sans la liberté" de François Sureau : La liberté a déjà disparu

il y a 12 heures 26 min
pépite vidéo > Politique
Bougeotte
Edouard Philippe assure que sa volonté de transformer le pays reste "intacte"
il y a 13 heures 48 min
décryptage > Economie
Combat profond

Huile de palme : comment le gouvernement profond combat l’écologie

il y a 14 heures 32 min
décryptage > Economie
Choc

Ce choc de gestion de l’Etat sans lequel la crise ouverte par les Gilets jaunes ne se refermera pas

il y a 14 heures 46 min
pépites > Politique
Réformons !
Edouard Philippe : la "volonté de "transformer" la France reste intacte dans les rangs de l'exécutif
il y a 15 heures 45 sec
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Risques de piratages : ces 146 failles pré-installées sur les smartphones Android
il y a 16 heures 8 min
décryptage > Société
Gilets Jaunes

Violence des casseurs, erreurs de maintien de l’ordre : pourquoi nous devons réapprendre la gestion démocratique des foules

il y a 16 heures 38 min
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 17 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 9 heures 52 min
pépites > Société
A toute vitesse ?
Rouen : l'usine Lubrizol pourrait reprendre partiellement son activité avant la fin de l'année
il y a 11 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : "La dernière bande" : Un texte exigeant mis à la portée de tous les cœurs par un immense comédien

il y a 12 heures 11 min
décryptage > Economie
Grande fierté

L’Italie n’a pas inventé les pâtes, mais a su préserver sa sauce bien mieux que la France. Connaissez-vous vraiment l’Italie ?

il y a 12 heures 29 min
pépites > Faits divers
Drame
Toulouse : un pont s’effondre, un mort et cinq blessés
il y a 13 heures 50 min
décryptage > Economie
"Impeachable" or not "impeachable" ?

Etats-Unis : pour les marchés financiers, Donald Trump n’est pas « impeachable »

il y a 14 heures 40 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

Quand le parti conservateur britannique redevient un parti de droite

il y a 14 heures 54 min
décryptage > Société
Bad choice ?

Pourquoi nous devrions arrêter de parler de temps d’écran pour nos enfants

il y a 15 heures 52 min
décryptage > Economie
Discret abus d’optimisme ?

+60% de créations d’entreprises : quand le Financial Times loue les vertus des mesures économiques d’Emmanuel Macron

il y a 16 heures 30 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Peur de la science et règne de l’émotionnel : les deux mamelles de la panne du progrès

il y a 18 heures 56 min
© Pixabay
© Pixabay
Moyen-Orient

Et l’Iran et l’Arabie saoudite se trouvèrent un nouveau champ de bataille, l’économie

Publié le 10 janvier 2017
Aujourd'hui avec la normalisation des relations de l'Iran avec l'Occident, chute du cours du pétrole pour l'Arabie Saoudite et réformes pour diversifier l'économie, est-ce que les deux pays ne risquent pas de se confronter à nouveau pour l'hégémonie dans la région mais cette fois sur un autre terrain. Moins guerrier mais tout autant dévastateur, l'économie
Thierry Coville est chercheur à l’IRIS, spécialiste de l’Iran. Il est professeur à Novancia où il enseigne la macroéconomie, l’économie internationale et le risque-pays. Docteur en sciences économiques, il effectue depuis près de 20 ans des recherches...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thierry Coville
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thierry Coville est chercheur à l’IRIS, spécialiste de l’Iran. Il est professeur à Novancia où il enseigne la macroéconomie, l’économie internationale et le risque-pays. Docteur en sciences économiques, il effectue depuis près de 20 ans des recherches...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Aujourd'hui avec la normalisation des relations de l'Iran avec l'Occident, chute du cours du pétrole pour l'Arabie Saoudite et réformes pour diversifier l'économie, est-ce que les deux pays ne risquent pas de se confronter à nouveau pour l'hégémonie dans la région mais cette fois sur un autre terrain. Moins guerrier mais tout autant dévastateur, l'économie

Atlantico : L'Arabie Saoudite et l'Iran dans l'Histoire se sont toujours confrontés au Moyen-orient. Aujourd'hui avec la normalisation des relations de l'Iran avec l'Occident et la chute du cours du pétrole pour l'Arabie Saoudite, est-ce que les deux pays ne risquent pas de se confronter à nouveau pour l'hégémonie dans la région. Est-ce qu'une nouvelle confrontation, cette fois économique entre les deux pays est à prévoir ?

Thierry Coville : Je ne pense pas que la confrontation entre ces deux pays soit dans l'ordre naturel des choses. Les relations entre les deux pays sont passées par des hauts et des bas depuis la révolution. Elles étaient exécrables après la révolution car l'Ayatollah Khomeini considérait que la famille Saoud n'avait pas la légitimité pour garder les lieux saints. Elles s'étaient améliorées au début des années 1990 sous l'action du président Hashemi Rafsandjani. Elles se sont dégradées de nouveau depuis la chute de Saddam Hussein en 2003. Depuis l'arrivée d'un gouvernement chiite en Irak et l'accord sur le nucléaire, les autorités saoudiennes exagèrent à mon avis l'emprise iranienne sur la région. La situation s'est récemment tendue fin 2015 avec la rupture des relations diplomatiques enter les deux pays suite à l'exécution d'un dignitaire chiite saoudien et l'attaque en Iran de l'ambassade saoudienne par des manifestants (depuis condamnés). Je ne pense pas qu'il va y avoir une confrontation économique. Au contraire, le récent accord de l'OPEP pour limiter la production pétrolière démontre que les deux pays se sont entendus pour faire remonter le prix du pétrole.

L'économie iranienne a bénéficié d'une croissance de 5% l'année dernière et devrait atteindre le même taux en 2017. Cette croissance s'explique bien évidemment par la levée de sanctions internationales ou encore l'acceptation de capitaux et d'investissements étrangers. Cette croissance a été rendue possible depuis l'accession en 2013 de l'Ayatollah Khamenei et les signes d'une franche volonté de normalisation des relations avec la communauté internationale se multiplient  comme le prouve la demande faite par Khamenei à l'ancien Ayatollah Ahmadinejad de ne pas se présenter aux législatives du printemps 2017.  Est-ce que tout cela a des chances de se maintenir dans le temps ? Quelles seraient les principales menaces qui feraient que la tendance s'inverse ?

C'est la question que tout le monde se pose. La croissance est repartie en Iran depuis 2016 parce que la production pétrolière est revenue à son niveau d'avant les sanctions. Est-ce que cela va se maintenir. Plusieurs scénarios sont possibles. Si l'Iran arrive à attirer un montant important et régulier d'investissements étrangers (les flux d'IDE en Iran n'ont été que de 2 milliards en 2015) et des réformes de structure se mettent en place, l'économie iranienne pourrait connaître une croissance régulière de 8% et l'Iran pourrait devenir un nouveau marché émergent. Sinon, l'économie iranienne pourrait avoir une croissance plus volatile dépendante de l'évolution du prix du pétrole. Plusieurs facteurs comme la volonté d'ouvrir l'économie des autorités, la modernisation des mentalités en Iran, la taille du marché intérieur laissent penser que la croissance pourrait être soutenue en Iran dans les prochaines années.

En Arabie Saoudite au contraire, le pays a été secoué par l'effondrement des prix du pétrole. Pour contrer ce phénomène, le Prince bin Salman a annoncé un "carnet de route" ayant pour but de diversifier l'économie d'ici à 2030, notamment avec le développement des activités liées au divertissement. Est-ce que cette "occidentalisation" tardive a des chances d'être menée à terme lorsque l'on connaît le conservatisme du pays ?

Je pense que la diversification d'une économie pétrolière est une tâche très compliquée. Cela nécessite plus que des effets d'annonce soit faits. Il faut notamment développer un véritable système fiscal. Il faut développer les exportations non pétrolières. Il faut donc mettre en place un appareil productif compétitif. Il faut mettre en place les politiques industrielles adéquates et, ou développer un secteur privé compétitif. Ce sont des réformes de long terme qui nécessitent aussi une évolution politique puisque la diminution de la rente pétrolière change les équilibres politiques. Autant dire que l'on ne voit pas trop ces réformes se mettre en place en Arabie Saoudite.

Enfin, même s'il est un peu trop tôt pour le dire, quel pays semble le plus à même d'établir une hégémonie sur la région ? Est-ce que seul le facteur économique est à prendre en compte lorsque l'on voit la dégradation des relations entre Chiites et Sunnites sur la scène internationale, notamment à travers le prisme des guerres en Irak et en Syrie ?

Il y a effectivement une rivalité - compétition entre l'Iran et l'Arabie Saoudite. Cette compétition est plus d'ordre géopolitique. Il ne faut pas surestimer le facteur religieux même s'il est évidemment présent quand les tensions entre les communautés chiites et sunnites sont leur paroxysme comme en Irak ou en Syrie. Dans tous les cas, si ces deux pays continuent à s'affronter par groupes interposés comme en Syrie, ils seront tous les deux perdants. Il faut espérer que l'Iran et l'Arabie Saoudite arrivent à trouver un terrain d'entente mais cela s'annonce difficile tant la méfiance est profonde des deux côtés. On voit cependant que la position de la Turquie est en train d'évoluer et est maintenant plus proche de la position iranienne sur la Syrie par exemple. C'est sans doute l'Europe qui devrait agir avec volontarisme pour calmer les tensions entre l'Iran et l'Arabie saoudite. Il ne faut sans doute pas trop compter sur la future administration américaine pour jouer ce rôle ...

Quelles conséquences attendre à court ou moyen terme d'un gain de puissance économique de ces pays dans la région. Quelles seraient les conséquences de l'établissement d'un soft power sur la région et au niveau international pour chacun de ces pays.

Je pense justement que si les pays de la région arrivent à faire reculer les tensions géopolitiques dans la région, on pourrait avoir un rapport de forces plus normal qui apparaîtrait. Dans cette optique, l'Iran et l'Arabie saoudite seraient évidemment dans un rapport plus sain de rivalité économique ou en termes de soft power. En outre, si les tensions politiques retombaient, on pourrait avoir progressivement plus d'échanges économiques entre l'Iran et l'Arabie Saoudite. Sans tomber dans un optimisme béat, on peu penser que cela conduirait à des échanges gagnant-gagnant entre les deux pays. Les entrepreneurs iraniens cherchent des marchés à l'export et les marchés du Golfe Persique sont des marchés "naturels" pour l'Iran. Et si un véritable marché régional se mettait en place, cela ne pourrait que faciliter la diminution de la dépendance pétrolière de l'Arabie Saoudite.

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

03.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

04.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

05.

+60% de créations d’entreprises : quand le Financial Times loue les vertus des mesures économiques d’Emmanuel Macron

06.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

07.

Pourquoi nous devrions arrêter de parler de temps d’écran pour nos enfants

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires