En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

La réaction de la femme de Griveaux

04.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

05.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

06.

Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée

07.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

04.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

05.

Comment la guerre d’Algérie a fini par ruiner la politique de rayonnement de la France dans le monde arabe

06.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

ça vient d'être publié
light > People
Reconversion
L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)
il y a 2 heures 17 min
pépites > International
Enquête
L’association L’Arche révèle des abus sexuels qu'aurait commis Jean Vanier, son fondateur
il y a 3 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une histoire d’amour" : Intensité discutable

il y a 6 heures 31 min
décryptage > France
Image d'Epinal

Nos ancêtres les paysans : mais au fait combien de français ont encore une idée de la vie à la ferme ?

il y a 8 heures 29 min
décryptage > Environnement
Absurdité

Nucléaire : au-delà de Fessenheim, un gâchis français

il y a 9 heures 53 min
décryptage > Environnement
Bonnes feuilles

Les distorsions de concurrence qui sont préjudiciables aux agriculteurs français

il y a 10 heures 16 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les intellectuels américains et la crise de la civilisation

il y a 10 heures 16 min
décryptage > Société
Bataille à mener

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

il y a 10 heures 31 min
décryptage > Atlantico business
Dialogue

La « Food révolution » pourrait rapprocher le monde agricole et les écologistes...Encore faudrait-il qu’ils le veuillent

il y a 10 heures 45 min
pépites > Politique
Hommage et émotion
Les obsèques de Michel Charasse vont se dérouler le mercredi 26 février à Puy-Guillaume, en présence d’Emmanuel Macron
il y a 20 heures 18 min
pépites > Société
Profilage
Le PDG de Rynair fait polémique en expliquant que les terroristes sont souvent des hommes seuls musulmans, pas des familles
il y a 3 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Serpent et la Lance Acte 1" : Un thriller Aztèque comme vous n'en avez jamais vu !

il y a 6 heures 18 min
décryptage > Culture
Too much

Start-up nation oui, anglais à l’eurovision non : qui importe quel mot dans le français d’aujourd’hui ?

il y a 8 heures 4 min
décryptage > Consommation
Evènement

Salon de l'agriculture 2020 : à la découverte de cette agriculture qui "vous tend les bras"

il y a 9 heures 22 min
décryptage > Education
Machine aveugle

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

il y a 10 heures 8 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

L’Algérie d’Abdelaziz Bouteflika à l’heure du Printemps arabe

il y a 10 heures 16 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Le choc démographique : trop d’humains, pas assez de ressources

il y a 10 heures 17 min
décryptage > Economie
Economie à l'arrêt

Comment faire sans la Chine ? Le G20 finance tente de sauver la production mondiale du coronavirus

il y a 10 heures 42 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.
il y a 10 heures 50 min
light > Insolite
Trésor inestimable
Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée
il y a 20 heures 32 min
© Reuters
"Notre premier partenaire commercial, à l’exportation comme à l’importation est l’Allemagne". Ici une usine de métallurgie en Allemagne.
© Reuters
"Notre premier partenaire commercial, à l’exportation comme à l’importation est l’Allemagne". Ici une usine de métallurgie en Allemagne.
La compétitivité racontée autrement

Compétitivité par la qualité : Allemagne 1 - France 0

Publié le 21 février 2012
Après la question du tourisme abordée lundi dans ces colonnes, place aux mauvais chiffres du commerce extérieur français. Comment redresser la barre ? Épisode (2/5) de notre feuilleton sur la compétitivité racontée autrement.
Emmanuel Combe est vice-président de l'Autorité de la concurrence et professeur affilié à ESCP-Europe. Il est également professeur des universités.Spécialiste des questions de concurrence et de stratégie d’entreprise, il a publié de nombreux articles et...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuel Combe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuel Combe est vice-président de l'Autorité de la concurrence et professeur affilié à ESCP-Europe. Il est également professeur des universités.Spécialiste des questions de concurrence et de stratégie d’entreprise, il a publié de nombreux articles et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après la question du tourisme abordée lundi dans ces colonnes, place aux mauvais chiffres du commerce extérieur français. Comment redresser la barre ? Épisode (2/5) de notre feuilleton sur la compétitivité racontée autrement.

Feuilleton : "La compétitivité racontée autrement"
Episode 1 : Le tourisme, ce grand oublié du discours des candidats

Les mauvais chiffres de notre commerce extérieur ne datent pas d ’aujourd’hui : ils s’inscrivent en réalité dans une tendance lourdement négative depuis le début des années 2000. Le dernier excédent commercial de la France remonte… à 2002. Le cas de l’industrie automobile est à cet égard révélateur : alors que ce secteur constituait un atout majeur de notre balance commerciale, le solde automobile a décliné de manière continue tout au long de la décennie 2000, pour devenir structurellement déficitaire à partir de 2008. En 2010, sur le seul segment des voitures neuves, le déficit commercial atteint plus de 7 milliards d’euros et n’est plus compensé par le solde positif sur les « pièces et moteurs ». Un déclin aussi progressif et régulier invite à se pencher sur des causes plus structurelles que conjoncturelles.

Alors que  les discours convenus ont tendance à pointer du doigt la concurrence des pays à bas salaires, rappelons une nouvelle fois que la France commerce essentiellement avec … l’Europe : notre premier partenaire commercial, à l’exportation comme à l’importation est l’Allemagne. Certes, la France affiche un déficit commercial bilatéral avec la Chine de 23 milliards d’euros, mais ce montant équivaut à la somme de notre déficit commercial avec … la Belgique et l’Allemagne réunis. Lorsque l’on raisonne sur dix ans, nous remarquons que la France a perdu plusieurs excédents commerciaux avec des pays européens comme l’Espagne, le Portugal ou la Belgique. Si l’on reprend l’exemple de l’automobile, notre déficit (voitures et pièces détachés) en 2010 provient pour l’essentiel de nos partenaires européens : Allemagne (- 6,7 milliards) puis  Espagne (- 1,98 milliards) et Japon (- 1,5 milliards). Attention donc à ne pas faire porter à la Chine et aux pays émergents plus de responsabilités qu’ils n’en ont ! La cause de nos déboires est aussi à rechercher dans le déclin de notre compétitivité vis-à-vis de nos partenaires européens, au premier rang desquels figure l’Allemagne.

Venons en justement à notre déficit de compétitivité avec l’Allemagne. Dans la lignée des débats sur la TVA sociale, les projecteurs se sont surtout focalisé sur la dérive de nos coûts de production durant les années 2000. Tout cela est certes juste économiquement mais largement insuffisant pour expliquer un  décrochage de compétitivité aussi important. Bref, la « compétitivité coût » n’explique pas tout. En réalité, lorsque l’on prend la peine de lire les études statistiques, on s’aperçoit que la France a surtout décroché sur un autre volet de la compétitivité, plus subtil et dont on parle beaucoup moins : la qualité des produits, c’est-à-dire la compétitivité  « hors prix ».  

 

 

Plusieurs études nous donnent des indications assez claires à ce sujet :  

  • Les enquêtes Coe Rexecode, réalisées auprès d’un panel de chefs d’entreprise montre que les produits français sont toujours perçus comme ayant un rapport qualité/prix inférieur à celui des produits allemands, sur l’ensemble de la période 1993-2009 ;
  • La part de marché de l’Allemagne est le triple de celle de la France sur le haut de gamme, selon les estimations du Cepii. Si l’on raisonne en dynamique, l’Allemagne a même gagné des parts de marché sur le haut de gamme en Europe au cours de la période 1999-2005, lorsque la France régressait .
  • Une récente étude de l’OCDE (2011) fait froid dans le dos : elle conclut que la part de marché de la France dans les exportations mondiales de produits dits de « haute qualité » serait de 5,1%, contre 13,4% pour l’Allemagne !
  • Les études sur les réactions des exportateurs à une appréciation de l’euro montre que les allemands compriment moins leurs marges que les français, ce qui est le signe d’une moindre sensibilité de leurs exportations au prix.

 

Bref, l’industrie française n’a pas seulement perdu la bataille des coûts de production. Elle a aussi et surtout perdu celle de la qualité des produits, si l’on excepte quelques fleurons comme le luxe, l’aéronautique ou l’agroalimentaire qui parviennent encore à tirer leur épingle du jeu et qui constituent d’ailleurs nos trois principaux moteurs à l’exportation.

Face à ce déficit de compétitivité hors prix, nous devons bien sûr continuer à miser sur la R&D et l’enseignement supérieur, sur la « société de la connaissance », à l’image des réformes engagées depuis 2007 (Crédit Impôt Recherche, pôles de compétitivité, autonomie des universités, grand emprunt, etc). Mais il nous semble périlleux de réduire le rétablissement de la compétitivité qualité à ce type de mesures. La qualité est une notion qui va bien au-delà de l’innovation technologique, du monde de la recherche et des ingénieurs : elle concerne aussi la créativité, le design, l’excellence de la main, la qualité de la production, le service après vente, etc. Nous devons mettre de la qualité et de l’inventivité dans tous nos produits !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

La réaction de la femme de Griveaux

04.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

05.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

06.

Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée

07.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

04.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

05.

Comment la guerre d’Algérie a fini par ruiner la politique de rayonnement de la France dans le monde arabe

06.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Harmaggedon
- 22/02/2012 - 05:23
même au niveau consommateur !
la différence entre les deux pays se retrouve au niveau "consommateurs".
Le français jaloux de son voisin (français) juge nécessaire de posséder, tout ce qu'a son voisin : un belle maison, une belle cuisine, une belle voiture ou un 4X4, l'iPhone, la télé HD grand format, la super chaine HIFI... Le français va donc effectuer ces dépenses, quitte ensuite à se plaindre de ses fins de mois et manifester ou faire la grève pour obtenir une augmentation compensatrice ! Enlevez les abonnements canal+, téléphones portables, les dépenses loisirs, les aliments exotiques ou hors saison, et vous verrez, on vit de suite mieux !
L'allemand, à côté de cela va investir dans du solide, en fonction de ses moyens. Moins dépensier, il accumule moins de crédit, pense qu'on ne peut pas tout se payer et qu'il faut faire des choix. Si son voisin possède une mercedes ou une BMW, il ne le jalousera pas, si lui, a plutôt investi dans la maison, par exemple.
Voyez même la différence dans la manière de régler les achats. La carte bleue n'est pas le principal mode de paiement en Allemagne, mais plutôt les espèces ou les chèques pour les plus grosses sommes.
quesako
- 22/02/2012 - 01:01
Faux concernant beaucoup d'entreprises
Les politiques de qualité furent dans de très nombreuses entreprises l'objectif n°1 dès le début des années 90. Ca a transformé une entreprise comme Renault, dans son management, ses comportements et la qualité même des véhicules.
Où l'on s'est peut-être trompé c'est sur le positionnement produit, ne choisissant pas véritablement le haut de gamme, tout ce qui est à forte VA produit et pécuniaire;
On a trop négligé la recherche, se mettant sur du bas/moyenne gamme directement concurrencé par les pays lo cost.Au lieu de concevoir des iPad on fait des Archos, sympathiques mais basics.
On peut casser toutes les préfectures que l'on veut, faire des grèves jusqu'au boutistes et suicidaires que l'on veut, on ne sera jamais concurrent du Maroc, de la Corée, etc.
Mais pour être concurrent de l'Allemagne, il faut développer et produire bien ce qui ne se trouve pas ailleurs.
Et ce n'est pas l'euro car même avec des frontières si on a des produits trop chers et peu attractifs on ne s'en sort pas, n'en déplaise aux Mélanchon, Le Pen, Dupont Aignan, à la gauche du PS qui refusent de voir les vrais problèmes de la France
(et quant au Fouquet's, au moins c'est une entreprise qui marche !!)
perisino62
- 21/02/2012 - 22:44
facile d'améliorer la productivité et la production
Autrefois un couple de cadres supérieurs avait 1 à 2 personnes à plein temps à la maison pour les aider à vivre (foyer, enfants, courses, écoles, diverses préoccupations domestiques, aides multiples, souplesses des horaires yc le weekend) tout en ne sacrifiant rien professionnellement...
Ils s'épanouissaient toujours et toujours... étaient donc vraiment très productifs !
Puis est venue la démagogie, les idées de gauche tous azimuts... on a surtaxé ces gens et avec leur argent on a commencé à payer les gens à rester à la maison... et on leur à faire croire qu'être une "bonniche" (aider) n'était pas un métier ...
A ce jour en France 3 à 5 millions de français restent à la maison quasiment à 100% de leur temps, ne produisent rien, sont payés en fait par tous ces cadres sup et même cadres moyens, à ne rien faire, et ne participent pas "au taux de productivité" recherché, à la créativité potentiellement perdus par des cadres sup surchargés, débordés...

Conclusion : cessons les rmi rsa et cie (au passage moins d'immigration)
diminuons les impôts des cadres moyens et supérieurs
privatisons le système de chômage
et la richesse nationale s'en tirera mieux