En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'inspirer

03.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

04.

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

05.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

06.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

07.

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

05.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
light > Insolite
Aux décibels
Si le comptoir vous manque, vous pouvez toujours écouter le brouhaha des cafés en streaming
il y a 6 heures 33 min
pépites > Justice
Bavure
Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus
il y a 7 heures 41 min
pépites > France
Justice
Quatre adolescents placés en garde à vue dans le cadre de l'enquête de l'assassinat de Samuel Paty
il y a 8 heures 40 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Macron : tout faire pour éviter une contamination de la grogne sociale et surtout une résurgence poujadiste.

il y a 11 heures 12 min
décryptage > France
Derrière les annonces

Ce qui se cache vraiment derrière "l'inégal sens des responsabilités" évoqué par Emmanuel Macron à propos des failles françaises face au Covid

il y a 11 heures 52 min
pépites > Style de vie
Cash
70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine
il y a 13 heures 1 min
décryptage > Religion
Enfin Allah devient sélectif

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

il y a 13 heures 21 min
pépites > Politique
Communication
Voici ce qu'il faut retenir du discours de Jean Castex sur l'allègement du confinement
il y a 13 heures 40 min
décryptage > Environnement
Coeur de l'atome

Haro sur le nucléaire et l'hydraulique: l’Europe frappée d’imbécillité énergétique ?

il y a 13 heures 47 min
décryptage > France
Première vague

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

il y a 14 heures 6 min
pépites > Politique
Bien installé
Selon un sondage, Laurent Wauquiez remporterait largement les régionales en Auvergne-Rhône-Alpes
il y a 7 heures 21 min
pépites > International
Problème Européen
À la veille du Black Friday, des employés d'Amazon Allemagne se mettent en grève
il y a 8 heures 20 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
L’actualité grise Macron dans « sa vision romanesque de la vie »; Le PS clarifie sa ligne sur la laïcité, EELV s’embrouille sur la sienne; Hidalgo s’inquiète de l’impact du gauchisme des Verts (sur son image); Mélenchon peu présidentiable aux yeux des Fra
il y a 9 heures 1 min
décryptage > Environnement
Ecologie

Ecocide : entre impensés, mal-pensé et arrières pensées, un nouveau délit à l’application piégée

il y a 11 heures 24 min
pépite vidéo > Sport
R.I.P
Maradona s'en va, les Argentins célèbrent leur héros national
il y a 12 heures 39 min
décryptage > International
Les yeux ouverts

Le grand défi d’Aliyev

il y a 13 heures 12 min
décryptage > Politique
Fluctuat et mergitur

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

il y a 13 heures 29 min
décryptage > Sport
Dieu du football

Maradona, l’immortalité haut le pied

il y a 13 heures 41 min
décryptage > France
Aimons nous les uns les autres

Après la résilience, la bienveillance : peut-on gouverner efficacement un pays avec des objectifs de développement personnel ?

il y a 13 heures 56 min
décryptage > France
Génie

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'inspirer

il y a 14 heures 17 min
THE DAILY BEAST

Le Nigéria peut se réjouir d’avoir écrasé Boko Haram, mais qui se soucie encore des centaines de jeunes filles enlevées et jamais retrouvées ?

Publié le 30 décembre 2016
21 jeunes filles de Chibok ont été libérées. Mais des centaines d'autres continuent à vivre dans l'esclavage et le désespoir.
Philip Obaji
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philip Obaji est journaliste pour The Daily Beast.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
21 jeunes filles de Chibok ont été libérées. Mais des centaines d'autres continuent à vivre dans l'esclavage et le désespoir.

The Daily Beast par Philip Obaji Jr.

Maiduguri, Nigeria. Pendant une semaine où un certain nombre de compagnies aériennes locales ont du annuler ou reprogrammer leurs vols en raison d'une pénurie de carburant pour avion. Les 21 écolières récemment libérées après avoir été enlevées en 2014 par des militants de Boko Haram dans la ville de Chibok, au nord-est du pays, ont finalement pu embarquer à bord d'un vol reliant la capitale du Nigeria, Abujaau au lieu de leur enlèvement.

Leur retour a été présenté par le gouvernement comme une victoire à un moment où, l’on dit qu’aucune zone n’est aux mains des djihadistes dans cette région. Le président nigérian Muhammadu Buhari a annoncé vendredi que le dernier camp restant de Boko Haram dans la forêt de Sambisa avait été pris par les forces nigérianes, bien que le soi-disant État Islamique, avec lequel une faction de Boko Haram est alliée, ait affirmé le même jour qu’il avait "tué et blessé de nombreux soldats" lors d'une attaque contre une caserne de l'armée à Yobe, un autre Etat dans le nord-est du pays.

Les djihadistes peuvent avoir perdu leur dernier bastion majeur, mais ceux qui dirigent l'une des deux factions de cette secte sont encore en vie. Les militants fidèles à l’ancien dirigeant Abubakar Shekau et ceux fidèles au nouveau chef nommé par l'EI, Abou Moussab al-Barnawi, auraient encore des cachettes dans le nord-est, et ils ont certainement des bases dans les pays voisins au Niger, au Tchad et au Cameroun.

Sur les 100 hommes figurant sur la liste des terroristes les plus recherchés rendue publique par l'armée l'année dernière, seule une poignée ont été capturés. Les autres continuent à diriger les deux factions, et seules les 21 jeunes filles de Chibok ont été libérées cette année. La campagne utilisant le hashtag #bringbackourgirls dans le monde entier qui portait sur la libération de plus de 200 jeunes femmes de Chibok a encore du travail.

* * *

Depuis leur libération en octobre, les 21 ont été traitées comme des VIP. Elles ont rencontré le président nigérien Muhammadu Buhari après qu’un accord négocié par la Croix-Rouge internationale et le gouvernement suisse ait été conclu avec Boko Haram pour leur libération. De plus elles ont obtenu l'assurance du président que le gouvernement les aidera à atteindre "leurs buts personnels, éducatifs et professionnels dans la vie."

Depuis qu'elles ont retrouvé leur liberté, les jeunes filles ont vécu sous protection à Abuja, et ont reçu beaucoup d'attention de la part du gouvernement et des médias. Quand elles sont arrivées à Yola le 23 décembre, elles ont été accompagnés par la journaliste britannique Isha Sesay, correspondante de CNN, et reçues par le gouverneur de l’Etat d'Adamawa, Mohammed Jibrilla.

Et dans la lointaine Washington, deux écolières de Chibok qui avaient été enlevées avant de s'échappér en avril 2014, étudient actuellement aux États-Unis grâce à une bourse. Elles ont visité la Maison Blanche le 17 décembre et admiré les décorations de Noël.

Bien que ce fut un beau Noël pour ces deux étudiantes, 197 autres écolières Chibok restent prisonnières et le monde entier réclame leur retour.

Mais ce ne sont pas les seules écolieres enlevées dans le nord du Nigeria par Boko Haram. Loin de là.

* * *

Il y a des centaines d'écoliers -  beaucoup plus jeunes que ces filles de Chibok - encore détenus par les militants. Pourtant, personne ne parle d'eux.

Les quatre fils de Borom - Audu, Babagana, Mustapha et Bulama -  ont été enlevés de leur école islamique par des militants de Boko Haram en mars 2015 dans le village de Damasak dans l'Etat de Borno, au nord-est. Ce même jour, le mari de Borom, Mallam Goni, a également été enlevé par les insurgés quand ils ont pris d'assaut sa maison. Elle et ses trois petites filles ont réussi à s’échapper.

Ça fait plus d'un an depuis le jour fatidique où des militants de Boko Haram ont enlevé des centaines d'enfants des écoles de Damasak et Borom ne s’est pas remise. "Elle pleure chaque fois qu'elle voit des jeunes" dit Bukkar Hassan, son voisin à Damasak, dont les deux cousines ​ont été enlevées par Boko Haram le même jour que les fils et le mari de Borom. "Les jeunes lui rappellent ses garçons disparus."

Cela fait maintenant près de deux ans que les fils et le mari de Borom ont été pris par les hommes de Boko Haram, et il n'y a pas eu de nouvelles de leurs ravisseurs les concernant, ni aucun commentaire de la part du gouvernement à leur sujet.

Le jour, où ils ont été enlevés, des militants de Boko Haram ont pris des centaines d'autres enfants des écoles à Damasak, selon un rapport publié par Human Rights Watch (HRW) en mars. HRW a déclaré que les militants ont occupé l’école primaire  Zanna Mobarti de Damasak en novembre 2014, après la prise de contrôle de la ville. C’était six mois après les enlèvements de Chibok. Au moins 300 étudiants étaient dans le bâtiment, et dans les mois qui ont suivi, les insurgés ont forcé les enfants capturés à apprendre le Coran. Lorsque les forces de la coalition formée par le Tchad et le Niger ont repris Damasak en mars 2015, les djihadistes ont fui la ville, emmenant les 300 écoliers.

Quand Boko Haram a quitté Damasak, les élèves de l’école Mohammed Goni et de l'école islamique Al Manil, où les enfants de Borom ont reçu leur éducation ont également été enlevés. Parmi eux, selon Hassan, il y avait ses cousins ​​Umrama, 8 ans et Yachalu, 13 ans. "Ils ont été capturés sur la route en rentrant de l'école" dit Hassan, qui vit maintenant à Maiduguri. "Depuis, personne n'a entendu parler d’eux."

Les élèves de la Government Secondary School (GSS) de Damasak ont également été enlevés par Boko Haram, le même jour à leur domicile, selon le personnel de l'ESG qui a parlé au Daily Beast. L'école était fermée au moment de l'invasion.

Mallam Abubakar, un professeur de la GSS, dit que les insurgés ont attaqué l'école ce jour-là avec l'espoir d’enlever les enfants, mais ils ont trouvé quelques enseignants, y compris Abubakar. dans le bâtiment. Heureusement, tous les enseignants se sont échappés via la rivière près de la ville frontalière nigérienne de Diffa. "Les policiers se sont aussi échappés dans la rivière" dit Abubakar. "Il était difficile de communiquer avec les médias ou toute autre personne [pour signaler l'incident] parce que les lignes téléphoniques étaient coupées dans Damasak."


Abubakar qui vit maintenant à Maiduguri, a déclaré qu'un grand nombre de captifs risquent de ne jamais être retrouvés car les djihadistes les ont emnenés au Niger voisin.

"Deux de mes étudiantes qui ont échappé à Boko Haram m'ont dit qu'elles ont été enlevées avec d'autres enfants à Diffa au Niger. Elles ont dit que certaines de leurs amies ont été mariées à miliciens de Boko Haram."

Le nombre d'enfants enlevés par Boko Haram dans Damasak dépasse celui des 276 écolières qui ont été enlevées à Chibok en avril 2014. Mais contrairement aux enlèvements de Chibok qui ont attiré l'attention mondiale, les enlèvements Damasak a été à peine signalés par les médias. Tandis que le mouvement "Bring Back Our Girls" continue a faire pression sur le gouvernement pour sauver les filles de Chibok disparues, il n'y a pas de groupe de pression pour les élèves de Damasak qui ont été enlevés.

* * *

Un habitant de Maiduguri m'a dit que lui et quelques amis avaient commencé à organiser un mouvement pour faire pression sur le gouvernement de l'ancien président Goodluck Jonathan pour sauver les enfants de Damasak, mais ils ont été découragés par les administrateurs locaux qui ont dit que le gouvernement était concentré sur les filles de Chibok, et que personne ne les écouterait. Quand ils ont relancé l’idée après l’élection du nouveau président, Muhammadu Buhari, face au silence du gouvernement au sujet des enfants disparus, ils ont été découragés par les politiciens locaux qui les ont mis en garde leur recommandant de ne pas embarrasser le président qui vient de la même région du Nord.

"La première fois, ils [les administrateurs locaux] ont dit que nous devrions attendre que le gouvernement sauve les filles de Chibok avant que nous puissions parler de Damasak" dit cet homme qui ne veut pas être identifié par crainte de représailles des autorités locales.

Le jour où les militants ont fui Damasak, non seulement ils ont emmené les enfants des écoles et les autres captifs détenus pendant des mois à l'école primaire Zanna Mobarti, mais ils ont aussi emmené des enfants qui avaient moins de 15 ans dont les deux sœurs de Hassan, Aisha, 9 ans et Falmata, 13 ans.

"J'ai perdu sœurs et cousins, qui doivent être avec Boko Haram" dit Hassan, dont la maison a également été brûlée au cours du raid. "J'ai tout perdu, et je ne m’en remets pas".

Hassan n'a pas seulement perdu sa maison et des membres de sa famille enlevés par Boko Haram, il dit qu'il connaît plus de 10 autres personnes enlevées dans Damasak par les militants et leurs familles pleurent toujours leur disparition. "Borom en particulier, est inconsolable. Tous les hommes qui l’entouraient ont été enlevés."

Contrairement aux écolières de Chibok enlevées pour lesquelles le gouvernement nigérian dit qu'il est en contact avec leurs ravisseurs pour les faire libérer, les autorités n’ont pas encore parlé des enlèvements de Damasak.

The Daily Beast a essayé de contacter Femi Adesina, le chargé de communication du président, mais les e-mails sont restés sans réponse et le service de presse n’a pas répondu non plus.

Plus d'un an après les enlèvements, des militants ont appelé le gouvernement à prendre des mesures urgentes pour obtenir la libération de ces victimes.

"Trois cents enfants ont été portés disparus pendant un an, et pourtant il n'y a pas un mot du gouvernement nigérian à leur sujet" écrit Mausi Segun, chercheur d'HRW dans un rapport de l'organisation sur cette affaire. "Les autorités doivent agir pour savoir où les enfants de Damasak et les autres captifs sont  retenus et prendre des mesures urgentes pour les faire libérer."

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
C3H5.NO3.3
- 27/12/2016 - 13:33
marre de the beast
Je me suis abonné à Atlantico, pas à the beast. Alors les articles plus ou moins bien traduits, très peu pour moi.

Sur le fond, c'est une histoire de concurrence entre musulmans. Mais tous se mettent d'accord dès qu'il s'agit de massacrer des chrétiens, avec la bénédiction et les encouragements des dirigeants occidentaux.
lasenorita
- 27/12/2016 - 09:54
A éradiquer!
Nos gauchistes et nos ''intellectuels'' soutiennent cette religion musulmane qui viole les filles non-musulmanes, tuent et torturent des ''innocents''!. .Comment un homme ''de gauche'' peut-il encourager ces musulmans qui ne respectent pas ''les droits de l'Homme''?? Pendant la ''guerre d'Algérie'' les gauchistes français donnaient des armes aux fellouzes pour qu'ils tuent et torturent nos soldats et des ''civils innocents''. .maintenant ces mêmes gauchistes cèdent à tous les caprices formulés par ces musulmans qui ont suivi les ''colonisateurs'',qu'ils ont chassés de leur pays natal,et à qui ils ont volé tous les biens!. .En 1962,nous étions un million de ''Français'' non-musulmans ''nés en Algérie'': parmi eux se trouvaient des médecins, des ouvriers, des pauvres, des riches. .Tous ces ''Français'' non-musulmans n'étaient pas riches et tous n'étaient pas des terroristes. .mais, les musulmans, eux, ont dit à TOUS ces non-musulmans: ''La valise ou le cercueil''. .eux, les musulmans ont fait l'AMALGAME avec TOUS les non-musulmans.. tandis que nos Bisounours nous répètent que les non-musulmans ne doivent pas, eux, ''faire d'amalgame'' avec tous les musulmans vivant en France..