En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
THE DAILY BEAST

Le Soudan du Sud est au bord du génocide... nous pouvons l’empêcher si nous le voulons

Publié le 31 décembre 2016
A plus de 10 000 km de la Trump Tower, un conflit meurtrier peut se transformer en génocide. Toute la question est de savoir si nous souhaitons vraiment l'éviter.
John Prendergast est le fondateur et directeur du projet Enough Project. Il est aussi co-fondateur de The Sentry. Il contribue pour le Daily Beast.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
John Prendergast
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
John Prendergast est le fondateur et directeur du projet Enough Project. Il est aussi co-fondateur de The Sentry. Il contribue pour le Daily Beast.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A plus de 10 000 km de la Trump Tower, un conflit meurtrier peut se transformer en génocide. Toute la question est de savoir si nous souhaitons vraiment l'éviter.

The Daily Beast par John Prendergast

C’est un symbole qui montre le manque réaction internationale face aux génocides et aux massacres de masse. Après près de trois ans de guerre fratricide, et au vu des résents avertissements des fonctionnaires, normalement très prudents, des Nations Unies qui évoquent l'imminence d'un génocide au Soudan du Sud, on constate qu'il n'y a pas de mécanisme diplomatique légitime pour répondre aux menaces des différentes parties belligérantes et de leurs milices qui sévissent par procuration dans le plus jeune pays du monde. L'accord signé en 2015 apparaît mort et enterré, et le processus de paix semble tout aussi condamné.

Ce qui est nécessaire c’est quelque chose qui puisse remettre en cause le statut quo mortel et l'inertie qui conduit les deux parties vers une dangereuse escalade. Cela nécessite une nouvelle initiative diplomatique majeure avec quelques nouvelles personnalités de très haut niveau pour détourner des énergies désormais axées uniquement sur la guerre afin qu’elles se concentrent plutôt sur la recherche de solutions possibles via un processus de négociation.

Ce n’est pas la première fois que des belligérants disent qu'ils ne veulent pas négocier directement. Par exemple, dans la guerre meurtrière entre l'Éthiopie et l'Érythrée entre 1998 et 2000, les deux parties sont restées face à face pendant deux ans dans une guerre de tranchées rappelant la première guerre mondiale. Dans le cadre de l'équipe conjointe de négociation africaine et américaine, mes collègues et moi-même avons fait la navette entre les parties, mené des pourparlers de proximité sur le terrain, mis sur pied une coalition internationale pour faire pression et aboutir à un compromis jusqu'à ce qu'un accord de paix soit finalement signé. L'idée qu’il suffit que les dirigeants du Sud-Soudan – le président Salva Kiir et son ancien vice-président devenu le chef rebelle, Riek Machar – doivent se rencontrer face à face pour réaliser des progrès est fausse, et cela ne suffirait pas certainement pas.

Pour compléter le travail de son ambassadeur et actuel envoyé, le président Obama devrait envoyer, directement depuis de la Maison Blanche un représentant très haut de haut niveau dans la région, pour qu’il travaille jusqu'à la fin de cette administration Obama, pendant les vacances, au moment où les bellicistes opportunistes profitent de l’inattention de la communauté internationale pour perpétrer les pires violences.

Il faut quelqu'un qui soit considéré comme crédible par les deux parties, et qui aurait la possibilité de rester au sein de la nouvelle administration Trump pour éviter que les dirigeants du Soudan du Sud ne le voient comme un canard boiteux qui ne fait que passer.

L’envoyé spécial du président et l'équipe diplomatique américaine pourraient travailler en étroite collaboration avec l’équipe africaine existante pour créer une nouvelle dynamique dans le processus de paix. Un effort diplomatique efficace pourrait modifier la situation et provoquer de nouvelles interventions des Etats de la région. Si la situation actuelle perdure sur le front diplomatique, cela condamne le Soudan du Sud à une quasi certaine escalade encore plus meurtrière.

Pourquoi les dirigeants (dont les forces brûlent les villages, recrutent des enfants soldats, commettent des viols en masse, et bloquent l'aide alimentaire qui est pourtant vitale) seraient-ils prêts à faire des compromis à la table de négociation ou à modifier leurs pratiques en matière de droits de l'homme ? La seule façon de s’assurer de leur bonne volonté consiste à modifier le rapport entre les avantages et les inconvénients afin que la guerre commence à leur coûter personnellement plus que la paix. Cela exige que les États-Unis et les autres pays intéressés créent un effet de levier pour soutenir l'action diplomatique.

Nous savons ce qui ne fonctionne pas : les déclarations publiques destinées à faire honte aux dirigeants en cause, les menaces non suivies d'actes, les résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies qui ne prévoient pas d’imposer des mesures en cas de non respect des dites résolutions, et les missions d’observations des violations des droits humains sans mesures de rétorsion. Tout cela peut être important pour la sensibilisation et la démonstration de la culpabilité, mais à moins que cela ne soit lié à des mesures énergiques, les dirigeants sud-soudanais y voient d'innofensifs aboiements, des menaces sans conséquences.

Pour agir efficacement, il faut identifier les points faibles qui influeraient vraiment sur les comportements. Après un gros travail d’enquête financière, The Sentry, le groupe que j’ai cofondé avec George Clooney pour tarir les sources de financement de cette violence en Afrique, a constaté que ce qui détruit le Soudan, ce sont les flux d'argent illégaux issus de la corruption qui sont blanchis et cachés à l'étranger par les dirigeants.

Les faiseurs de guerre du Sud-Soudan ne gardent pas leur argent sous leur matelas, ils le placent dans des paradis fiscaux et ils le blanchissent dans de l'immobilier, des entreprises, ou l'abritent dans des comptes bancaires. Parce que le dollar américain est leur devise préférée pour les opérations de corruption des dirigeants et des rebelles du Sud-Soudan, le gouvernement américain est compétent, et il peut agir sur ces délits financiers.

Les États-Unis peuvent utiliser un cocktail de mesures, comme ils le font dans la lutte contre le terrorisme, contre la prolifération des armes nucléaires, ou le crime organisé, avec des sanctions très ciblées contre ces réseaux mafieux, pas seulement contre quelques individus. Non seulement cela gèle des actifs illégaux, mais cela empêche ces réseaux de continuer à utiliser le système financier international.

Le Sud-Soudan est au bord de commettre le pire des crimes contre l’humanité dans le monde actuel. Si des outils politiques permettent de lutter contre le terrorisme, pourquoi ne le serraient-ils pas pour empêcher un génocide ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

03.

Le Titanic est-il en train de disparaître définitivement ?

04.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

05.

Quand Isabelle (Saporta) trompe Yannick (Jadot) avec Gaspard (Gantzer) et que le vrai cocu s'appelle David (Belliard)

06.

La fin des Bisounours : les experts en marketing découvrent que plus d’un Français sur deux avoue une attirance pour « les méchants »

07.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

03.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

03.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

04.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

05.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

06.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jc0206
- 31/12/2016 - 21:55
Non !
Nous n'y pouvons rien ! Le génocide est dans leurs gènes.
vangog
- 31/12/2016 - 13:48
Les gauchistess'entretuent pour le pétrole du sud-Soudan...
quelle nouvelle intervention inefficace de l'ONU pourrait calmer leurs ardeurs guerrières? laissons-les faire...
J'accuse
- 31/12/2016 - 12:10
Le fardeau de l'homme blanc
Comme le disait Kipling et comme on semble le croire encore aujourd'hui, l'Occidental (blanc) aurait un devoir envers ses congénères inférieurs (noirs et jaunes): ils ne peuvent malheureusement pas s'en sortir sans nous, et nous devons en permanence, par devoir moral et religieux, nous occuper d'eux. C'est-à-dire les prendre en tutelle, et cela nous donne évidemment le droit d'exploiter leurs richesses. Ainsi, le pauvre Soudanais meurt, et nous en sommes au moins en partie responsable si nous ne faisons rien. Cela rappelle l'Arche de Zoé (au Tchad, pas très loin), association persuadée qu'on ne pouvait "sauver" des enfants africains qu'en les faisant adopter par des Européens. C'est bien sûr du racisme sous couvert d'action humaniste: personne n'a jamais eu l'idée d'aller chercher des Africains ou des Chinois pour empêcher les conflits en Europe... Nous n'avons pas à nous ingérer dans leurs affaires (avec souvent des arrières-pensées inavouables), ce qui en général fait empirer les choses. Restons dans la logique Croix-Rouge, totalement apolitique, avec pour unique mission de secourir ceux qui en ont besoin, sans nous croire "appelés" à jouer les gentils parents protecteurs.