En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
ça vient d'être publié
pépites > International
Jeter l'éponge
Liban : le Premier ministre désigné renonce à former un gouvernement et démissionne
il y a 8 heures 22 min
pépite vidéo > Insolite
Les joies du télétravail
Argentine : un député embrasse le sein nu de sa femme en pleine visioconférence
il y a 9 heures 1 min
pépite vidéo > International
Tragédie
26 morts dans le crash d’un avion militaire en Ukraine
il y a 10 heures 27 min
pépites > Politique
Polémique
Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine
il y a 11 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une bête aux aguets" : un roman dément et addictif

il y a 12 heures 38 min
décryptage > Europe
Crier au loup

Lutte contre la montée de l’extrême-droite : pourquoi l'Allemagne multiplie les gesticulations sans se poser les bonnes questions

il y a 16 heures 14 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les aidants, ces acteurs clés du quotidien auprès des plus fragiles face à l'explosion de la dépendance

il y a 16 heures 25 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

OPA sur la droite : le pari risqué de Marion Maréchal

il y a 16 heures 25 min
décryptage > International
Accord global

Derrière aujourd'hui, il y a demain (Proverbe Libyen)

il y a 16 heures 27 min
décryptage > Société
Urgence

10 000 morts dans les Ehpad dans une quasi indifférence générale : voilà pourquoi les racines de notre manque d'empathie envers les seniors sont profondes

il y a 16 heures 28 min
pépites > France
Enquête
Attaque à Paris : le suspect "assume son acte" et pensait attaquer Charlie Hebdo
il y a 8 heures 49 min
pépite vidéo > Politique
Pathétique
"Olivier véreux de mes c***lles" : Jean-Marie Bigard insulte le ministre de la Santé
il y a 10 heures 13 min
light > Culture
Figure de la droite
L'écrivain et polémiste Denis Tillinac est décédé
il y a 10 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les 100 plus belles planches de la bande dessinée" : La BD est un art qui vaut le détour !

il y a 12 heures 31 min
décryptage > Terrorisme
Menace diffuse

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : un suspect au profil très atypique

il y a 14 heures 53 min
décryptage > Société
Et Dieu (Jupiter) créa l’homme

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

il y a 16 heures 23 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment le chef de l'Etat Emmanuel Macron a jonglé avec les libertés fondamentales lors de son quinquennat

il y a 16 heures 25 min
décryptage > International
Influence des activités humaines

Incendies en Californie : ce dérèglement climatique qui a décidément bon dos...

il y a 16 heures 25 min
décryptage > International
Urgence énergétique

Liban : aussi une urgence énergétique géopolitique

il y a 16 heures 28 min
décryptage > Environnement
Rendement

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

il y a 16 heures 29 min
© Flickr
© Flickr
Bonnes feuilles

Dans l'intimité des donneurs de sperme : "Si la fille est moche, je refuse"

Publié le 26 décembre 2016
Aujourd'hui, en France, dans l'illégalité la plus totale, des hommes offrent leur sperme à des couples homosexuels, hétérosexuels ou des femmes seules en mal d'enfant. Sur Internet, ils proposent de délivrer leur semence de manière "artisanale" - à l'aide d'une pipette de Doliprane - ou "naturelle", via un rapport sexuel. Célibataires ou en couple, parfois pères de famille, ces super-géniteurs ont une descendance qui peut compter jusqu'à 50 enfants. Extrait de "Super-géniteurs : Enquête sur le don de sperme sauvage en France", de Sarah Dumont, aux Editions Michalon (1/2).
Sarah Dumont
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sarah Dumont est journaliste indépendante. Elle a notamment été chef de rubrique au service société et psycho de Femme Actuelle.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Aujourd'hui, en France, dans l'illégalité la plus totale, des hommes offrent leur sperme à des couples homosexuels, hétérosexuels ou des femmes seules en mal d'enfant. Sur Internet, ils proposent de délivrer leur semence de manière "artisanale" - à l'aide d'une pipette de Doliprane - ou "naturelle", via un rapport sexuel. Célibataires ou en couple, parfois pères de famille, ces super-géniteurs ont une descendance qui peut compter jusqu'à 50 enfants. Extrait de "Super-géniteurs : Enquête sur le don de sperme sauvage en France", de Sarah Dumont, aux Editions Michalon (1/2).

Alexandre, alias Glenn sur le site Co-parents.co, répond avec entrain à ma recherche de témoins. Il a 24 ans et vit dans une résidence située sur les hauteurs d’un golf près de Fuveau, à une trentaine de kilomètres d’Aix-en-Provence. Frigoriste électri­cien, il ne travaille qu’à mi-temps, mais son salaire lui assure un bon niveau de vie. Du temps libre, il en a. Et il a choisi de l’offrir à des femmes ou des couples en mal d’enfants. "Je ne suis pas encore prêt à fonder ma propre famille. La qualité de mon sperme est au top. Autant le mettre à profit", me dit-il. Soit.

Un an et demi plus tôt, ce sont deux amies, amoureuses depuis cinq ans, qui l’ont sollicité. Issu d’une famille traditionnelle, le jeune homme n’avait jamais imaginé qu’un couple homosexuel puisse fonder une famille.

"À force d’en parler avec elles, j’ai pris conscience de leur souffrance. Ça m’a motivé de savoir que je pouvais rendre des gens heureux. Ma mère, secrétaire médicale, m’a éduqué à l’ancienne, avec l’idée que l’on se marie avec la femme qu’on aime avant de lui faire des enfants. Si elle savait que je suis donneur, elle me giflerait. Pour elle, c’est juste impensable !".

Ce n’est pas non plus avec ses amis d’enfance, dont certains sont homophobes, qu’il aurait pu aborder la question. Seule sa petite copine, qu’il a rencontrée il y a presque un mois, est au courant de ses activités parallèles. "Elle s’en fiche un peu tant que je ne couche pas avec les filles et que ces enfants n’interfèrent pas trop dans notre vie".

Alexandre est fier de son activité. Il me raconte sans filtre ses rencontres, ses "receveuses un peu dingues", les célibataires qui cherchent à le séduire, ses discussions avec des "donneurs qui veulent du sexe avant tout" et me fait part de ses nombreuses théories. "Au moment de la préhistoire, on vivait tout nus, les hommes fécondaient le plus de femmes possible. Aujourd’hui, ça ne se dit pas, car ce n’est pas convenable. Mais chez moi, c’est instinctif, et je pense qu’on est nombreux à être comme ça. Mettre une femme enceinte confère une certaine puissance".

Alexandre dit échanger longuement par mail avec les futures receveuses, essayer de cerner leur person­nalité, s’assurer de leur maturité et de leur rapport aux hommes, qui doit être "normal". "Des femmes lesbiennes qui ont la haine pour les hommes et les hétéros, je ne leur donne pas. Si elles ont un garçon, il pourrait s’en prendre plein la tête", m’explique-t-il. Deux fois, il s’est trouvé confronté à ce type de profils et a formulé ses craintes : le rendez-vous s’est mal terminé.

Chez lui, le physique de la receveuse entre aussi en ligne de compte. "Si la fille est moche, je refuse ! La laideur est un handicap dans la vie. Si c’est un garçon, il peut se rattraper par son intelligence, mais si c’est une fille, elle aura beau avoir de l’esprit, son physique sera toujours un problème". Ces propos m’irritent.

Malgré ses nombreux "coups de main", Alexandre n’a jusqu’à présent qu’un seul enfant né de ses dons et deux grossesses en cours. Le bébé est venu au monde le 25 décembre 2015 et il a eu la chance de le rencontrer. Il était ému de voir la maman, une célibataire de 33 ans, si épanouie avec son nourrisson dans les bras. "Ça change une femme, ajoute-t-il. Et c’était la première fois que je voyais l'un de mes enfants. J’imagine que ça sera moins fort pour les suivants. J’essaie de me détacher un peu, car même si je suis présent, je ne l’éduquerai pas".

Il m’avoue qu’il aurait pu tomber amoureux de la jeune femme, comme de certaines de ses receveuses. Mais pour l’instant, la raison l’emporte à chaque fois. "Je me retiens, car je ne suis pas là pour ça. Et puis, des filles bien, il y en a plein…"

Alexandre admet être très ouvert d’esprit. Pourtant épris de sa petite copine, il est inscrit sur un site qui lui permet d’entrer en contact avec des femmes mariées, mais aussi des couples. S’il met beaucoup de légèreté dans ses aventures amoureuses et sexuelles, sa perception de son rôle de donneur est tout autre : "Bien sûr, ce sont les femmes leurs vrais parents, car elles seront toujours là ; mais comme pour les enfants adoptés, je reste le père biologique. Je compte être présent. Je pense qu’un enfant a besoin de connaître son père, de pouvoir lui parler".

Extrait de "Super-géniteurs : Enquête sur le don de sperme sauvage en France", de Sarah Dumont, aux Editions Michalon.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Carlsag
- 27/12/2016 - 16:40
suite
Sérieux faut déjà en tenir une couche pour sortir ce genre de connerie Il ne vient même pas à l'esprit de ce demeuré qu'une fille moche dotée d'une grande intelligence ne veut pas nécessairement du sperme d'un beau gosse à l'intelligence moyenne ou médiocre Chacun connait la blague à propos de Marylin proposant à Albert Einstein de lui faire un enfant :"...Il aurait ma beauté et votre intelligence .."Albert lui rétorquant : "...imaginez que ce soit l'inverse .."
Carlsag
- 27/12/2016 - 16:18
"...Si la fille est moche, je
"...Si la fille est moche, je refuse ! La laideur est un handicap dans la vie. Si c’est un garçon, il peut se rattraper par son intelligence, mais si c’est une fille, elle aura beau avoir de l’esprit, son physique sera toujours un problème"...."
Alexandre sous entend que : Le mec moche peut compenser avec son intelligence mais pas la fille moche
Donc selon Alexandre tous les mecs moches sont suffisammant intelligents pour compenser leur laideur pa

Quel crétin le mec , j'en crois pas mes yeux
odelaf
- 27/12/2016 - 16:05
Ça va lui faire mal !!!
Quand la " receveuse " va l'attaquer en justice pour lui demander de subvenir à l'éducation de l'enfant ( après test ADN bien sûr )
Si il y en a plusieurs ..........très ,très mal !