En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

04.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

07.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

01.

Un phoque près de Bergerac

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Grand nettoyage
Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement
il y a 4 heures 13 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 6 heures 44 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 8 heures 47 min
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 10 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 10 heures 31 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 10 heures 52 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 11 heures 10 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 11 heures 12 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 11 heures 13 min
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 11 heures 17 min
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 4 heures 40 min
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 8 heures 31 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 10 heures 6 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 10 heures 26 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 10 heures 38 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 10 heures 58 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 11 heures 11 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 11 heures 13 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 11 heures 13 min
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 11 heures 18 min
© Reuters / Charles Platiau
© Reuters / Charles Platiau
Aveuglement collectif

Les dirigeants du RSI en plein déni de réalité

Publié le 22 décembre 2016
Face à la pression juridique et médiatique, les dirigeants du RSI sont aujourd’hui dans un stupéfiant déni des réalités qui leur sont opposées. Ce refus d’ouvrir les yeux est si prononcé qu’on peut se demander dans quelle mesure il n’explique pas l’incapacité du RSI à régler ses dysfonctionnements et à adopter une véritable démarche commerciale vis-à-vis de ses ressortissants.
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Face à la pression juridique et médiatique, les dirigeants du RSI sont aujourd’hui dans un stupéfiant déni des réalités qui leur sont opposées. Ce refus d’ouvrir les yeux est si prononcé qu’on peut se demander dans quelle mesure il n’explique pas l’incapacité du RSI à régler ses dysfonctionnements et à adopter une véritable démarche commerciale vis-à-vis de ses ressortissants.

Une pression juridique lourde à soutenir

Nous évoquions dans nos colonnes l’argumentation juridique qui est désormais opposée au RSI sur l’illégalité de sa constitution. Les premiers tribunaux à s’exprimer sur la validité de cette mise en cause liée aux formes suivies par les préfets pour créer les caisses régionales sur le réunionnais. Une trentaine de "libérés" du RSI y attaquent la régularité de leur caisse.

Ces multiples assignations découlent du combat mené localement par le CSAPR (Collectif des syndicats et associations professionnelles de la Réunion). Ces "anti-RSI" ou "libérés" exigent la fin du monopole de ce régime, jugé illégal selon eux. Ils demandent simplement l’application de la directive européenne de janvier 2008 abrogeant ce monopole et permettant de quitter le RSI pour aller s’assurer ailleurs en Europe.

La décision devrait intervenir le 26 janvier 2017. Elle sera évidemment suivie de près…

Une pression médiatique de plus en plus lourde

À Besançon, c’est une simulation d’un suicide collectif qui a eu lieu dans les locaux de la caisse régionale.

Ce lundi matin, ils sont six artisans et commerçants à rentrer par surprise dans les locaux du RSI, le Régime social des indépendants, à Besançon. Ils s’allongent face contre terre, aspergés de faux sang. Ils simulent un suicide collectif. Leur message : "Le RSI tue".

Ce "happening" a bénéficié d’une bonne couverture médiatique, qui illustre la percée de ce thème dans l’opinion. Pour l’institution RSI, cette impopularité grandissante constitue à la fois une menace et un défi.

L’étrange surdité des dirigeants du RSI

En réaction au "suicide collectif" de Besançon, le sous-directeur du RSI Franche-Comté a déclaré :

"Il se peut très bien qu’au moment où l'on doit payer les cotisations, on soit dans une situation économique moins bonne que l’année précédente. Mais ce n’est pas opaque, c’est peut-être complexe à comprendre, mais ce n’est pas de l’opacité. Et puis on prend des rendez-vous et on répond à 92% des demandes au téléphone".

Ces propos, s’ils sont conformes au prononcer, laissent perplexe. Il faut une fameuse dose de déni pour soutenir que le fonctionnement du RSI n’est pas opaque. On notera d’ailleurs la nuance sémantique : c’est complexe, mais opaque. Les dirigeants du RSI ont le sens de la nuance.

On peut leur suggérer quelques autres nuances du même ordre. Par exemple, les services sont parfois laborieux, mais ils fonctionnent bien. La qualité des prestations est parfois difficile à mesurer, mais elle est bonne. Les assurés du RSI se posent parfois des questions, mais ils adhèrent au régime. On pourrait s’amuser à rédiger, avec les dirigeants du RSI, une anthologie du déni qui permet de se persuader que tout ne va pas si mal quand le RSI fait l’objet d’un rejet viscéral de la part de ses assurés.

Protection sociale ou asservissement autoritaire ?

Derrière le badigeon lexical patiemment appliqué par les dirigeants du RSI sur le mur lézardé du régime, se pose une question fondamentale. Combien de temps ce pays continuera-t-il à appeler "protection sociale" ou "régime social" un système imposé par la force et la contrainte à une population entière qui refuse avec constance la mise en place du dispositif ?

L’intérêt du RSI est de révéler la véritable nature de la sécurité sociale. Sous couvert de "protéger", il s’agit bien entendu d’asservir les assurés, en distillant une culture de la déresponsabilisation et de l’obligation. Au train où va le RSI, il n’est pas impossible qu’il parvienne à susciter cette prise de conscience chez les assurés sociaux.

En tout cas, l’obstination que les dirigeants du RSI mettent à nier les évidences prouve bien que la protection des assurés n’est qu’un enjeu secondaire par rapport à la mise sous contrôle autoritaire d’une population donnée.

Cet article a également été publié sur le site d'Eric Verhaeghe, et est disponible ici.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zeliclic
- 02/01/2017 - 17:00
@Anguerrand
Bien sûr que non. Un president de SAS est "assimilé salarié" il dépend du régime général de la sécurité sociale.
lepaysan
- 24/12/2016 - 03:26
1 seul régime social pour tous
et le mêmes droits et devoirs pour tous
Anguerrand
- 23/12/2016 - 17:47
A vangog
Le mensonge ne vous fait pas peur, la création du RSI est bien antérieure à Bertrand et NS. Alors pourquoi l'affirmer vous vous ganeshisé !