En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© AFP
Un véritable choc

Terrorisme : le troublant aveu de faiblesse d’Angela Merkel qui ne présage rien de bon sur la résilience de l’Allemagne face aux attentats

Publié le 23 décembre 2016
L'attaque d'un marché de Noël à Berlin ce lundi a profondément choqué les Allemands. Une réaction qui pourrait se traduire politiquement par une percée de l'AfD, mais également par une mise en difficulté de la candidature d'Angela Merkel aux prochaines élections fédérales.
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'attaque d'un marché de Noël à Berlin ce lundi a profondément choqué les Allemands. Une réaction qui pourrait se traduire politiquement par une percée de l'AfD, mais également par une mise en difficulté de la candidature d'Angela Merkel aux prochaines élections fédérales.

Atlantico : Dans un discours prononcé ce mardi suite à l'attaque, la veille, d'un marché de Noël à Berlin, Angela Merkel a reconnu son impuissance à la question "Comment pouvons-nous survivre?", affirmant "je n'ai pas de réponses à vous apporter". Quel impact cette déclaration peut-elle avoir sur la population allemande ? 

Edouard Husson : Angela Merkel est sur la défensive. Lorsqu'elle avait adressé ses voeux à l'Allemagne, le 31 décembre 2015, la chancelière avait voulu qu'ils soient aussi adressés aux réfugiés accueillis généreusement dans les mois qui avaient précédé, et son discours était sous-titré en anglais et en arabe. Elle avait alors fièrement répété sa certitude : la société qui avait fait la réunification allait réussir l'intégration des victimes des guerres du Proche et Moyen-Orient. "Wir schaffen das !". La meilleure traduction est sans doute : "Nous allons le faire !". L'année de la réussite a été en fait parsemée d'obstacles, de difficultés, d'efforts considérables pour les quelques centaines de milliers d'Allemands qui sont engagés dans l'effort, souvent bénévole, d'accueil et d'intégration. Or, ils ont eu le sentiment, ces derniers mois, que la chancelière connaissait mal la réalité du travail à effectuer sur le terrain. Et là ils doivent bien constater que la chancelière volontariste d'il y a un an a complètement disparu. Or, beaucoup d'entre eux s'étaient engagés en croyant au soutien de la chancelière. Globalement, la société l'avait suivi en faisant confiance à son jugement. Tout cela vacille.

L'attaque de ce lundi vient s'ajouter à une liste qui commence à s'allonger depuis le début de l'année. Comment peut-on juger la résilience de la population allemande face à cette série d'attaques à caractère terroriste ? Saura-t-elle être aussi résiliente que la population française face aux attaques commises depuis 2015 ?

La population allemande offre un curieux mélange de réactions depuis quelques mois. La chancelière a encore quelques supporters inconditionnels, qui jugent qu'il faut continuer l'affaire coûte que coûte : c'est un devoir d'ordre quasi-religieux pour le pays qui a rejeté le nazisme. Vous avez cependant aussi une réaction qui est à l'oeuvre - et qu'Angela Merkel, par calcul politique, laisse se déployer - : un raidissement de l'administration qui devient plus exigeante pour l'attribution des statuts de séjour et la signature d'accords de rapatriement avec certains Etats comme l'Afghanistan. Mais l'essentiel va se jouer localement : une proportion importante des réfugiés joue le jeu de l'intégration ; une autre va, d'une manière ou d'une autre, prendre le chemin du retour au pays d'origine - surtout si la guerre en Syrie s'achève. Reste une frange d'individus dont certains sont des terroristes infiltrés et d'autres des proies pour la propagande islamiste. La majorité de la population saura très bien faire la différence et éviter les slogans faciles. Il reste qu'en ne limitant pas le nombre d'entrées pendant de longs mois, la chancelière a pris le risque de dilapider les trésors de dévouement dont font preuve les Allemands. Et de rendre partiellement incontrôlable la situation.

Dans le cas où le suspect s'avérerait être un demandeur d'asile, cela ne viendrait-il pas mettre à mal toute la politique migratoire mise en oeuvre par Angela Merkel depuis 2015 ? Quel impact pourrait avoir cette dernière attaque sur sa candidature aux prochaines élections générales allemandes ?

Angela Merkel est à bout de souffle politiquement. Une interprétation favorable dira qu'elle a gaspillé de manière incompréhensible le capital de sympathie qu'elle avait accumulé. Une interprétation moins compréhensive, que l'on entend de plus en plus dans les élites européennes, et que les médias allemands finiront bien par relayer, est que la chancelière a toujours eu beaucoup de chance : l'euro, si favorable à l'Allemagne, la politique de réformes de Schröder, l'énergie de Nicolas Sarkozy à combattre la crise et relancer le moteur franco-allemand, le mythe entretenu par Obama à son égard depuis quelques années... Ces dernières années, les griefs européens se sont accumulés : la rupture avec la Russie sur l'affaire ukrainienne, la sortie accélérée de l'énergie nucléaire, la dureté du traitement infligé à la Grèce alors que les banques allemandes étaient en première ligne, et, là, la gestion brouillonne de la crise des réfugiés ! Le mythe de l'infaillibilité d'Angela Merkel est détruit. La société allemande met plus de temps à s'en rendre compte que le reste de l'Europe mais elle arrivera assez vite au même constat. Je ne sais pas si Angela Merkel pourra maintenir sa quatrième candidature à la chancellerie, annoncée il y a quelques jours. Même si elle y arrivait, elle serait pieds et poings liés par son propre parti et, surtout, son partenaire de coalition bavarois, la CSU. Elle serait obligée de mener une politique beaucoup plus à droite que ce qu'elle a fait jusqu'ici, dans tous les domaines.

Le débat public en Allemagne ne risque-t-il pas d'être complètement imprégné par ces événements au cours des semaines et des mois à venir ? Dans quelle mesure cela pourrait-il profiter à l'AfD, le parti d'extrême-droite allemand, particulièrement critique à l'égard de la politique migratoire de la chancelière ?

Attention ! L'AfD est un parti souverainiste. Il est hostile à l'euro, favorable à une politique étrangère bismarckienne de réconciliation avec la Russie et, bien entendu, il a occupé l'espace de la critique de la politique d'accueil des réfugiés d'Angela Merkel, espace délaissé par la CSU bavaroise. Avant le tragique événement de Berlin, on aurait pu pronostiquer une montée en puissance régulière. A présent, l'AfD est exposée à un danger très clair : il y a de véritables bandes néo-nazies en Allemagne, qui pourraient déclencher des violences, par exemple contre des asiles de réfugiés. L'AfD aurait alors à se démarquer, ce qui la conduirait à se recentrer ou à se discréditer. Angela Merkel en profiterait peu. En revanche, son ministre des Finances, le très respecté Wolfgang Schäuble, pourrait battre le rappel des troupes, ramener la CDU au centre-droit, adouber publiquement un candidat de la jeune garde ou même y aller lui-même, malgré sa santé fragile, accompagné d'un successeur potentiel.

>>>> A lire également sur notre site : "En Allemagne, le vocabulaire nazi refait surface dans les discours politiques"

Depuis 2014, un certain nombre de linguistes allemands ont noté la résurgence d'un vocabulaire propre au régime nazi dans les discours prononcés à l'heure actuelle par certaines personnalités politiques d'extrême-droite en Allemagne, notamment au sujet des migrants. L'attaque de ce lundi, cumulée aux autres survenues au cours de cette année 2016, pourrait-elle amplifier ce phénomène et susciter une vague de violences de nature xénophobe dans le pays ?

Il ne faut jamais oublier que le nazisme n'était pas seulement un mouvement raciste, antisémite et xénophobe. C'était le vecteur d'un impérialisme allemand exacerbé avec un projet de conquête militaire, de pillage économique et de génocides massifs à travers toute l'Europe orientale. Cette deuxième composante est absente des discours dont vous parlez. J'anticipe plutôt, pour ma part, des violences de rue, des incendies criminels contre des bâtiments où vivent des réfugiés. Elle n'a pas besoin de la droitisation du discours à laquelle vous faites allusion. Elle profitera tout simplement de la mobilisation des forces policières, occupées sur d'autres terrains par la lutte antiterroriste.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

Pourquoi l’euro pourrait bien être le prochain dommage collatéral de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

04.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

05.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

06.

Qui a dit « j’ai une intolérance aux homards, je n’aime pas le caviar, le champagne me donne mal à la tête » ?

07.

Yémen, la situation évolue discrètement cet été à l'abri des regards des vacanciers

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

01.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

02.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

05.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

06.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 21/12/2016 - 18:13
@Atlantica75000 la 1ère question posée aux apprenti-journalistes
dans les écoles de journalisme françaises est "pensez-vous que l'immigration constitue ou ne constitue pas une chance pour l' Europe?".... Ceux qui ont la malchance de répondre "mal", n'auront jamais la chance de sortir des trois écoles de journalisme avec un diplôme...
Atlantica75000
- 21/12/2016 - 14:23
RMC Bourdin la morale malveillante
Je ne sais si RMC est comptabilisée comme radio communautaire avec radio Maghreb, Radio Beur (qu'a financées Dassault, cf. Le Canard !), Radio Orient etc. (versus une seule fréquence que se partagent différentes radios de la communauté juive, idem pour les cathos et protestants !) mais écouter ses émissions du matin (bourdin puis les "grandes gueules") sont systématiquement pro immigration. Le thème de bourdin du jour : les amalgames des méchants d'extrême droite en Allemagne et en France
Hier ou lundi, deux femmes de gauche (soit disant de la société civile) : l'un ex proche de Valls, l(autre ex journaliste de France Inter qui a accompagné Royal lors des présidentielles de 2007 et qui gère dorénavant sa petite entreprise de com (clients : collectivités locales socialistes ?!) qui se sont récriées contre Dupont Aignan dès qu'il a parlé des migrants.
Etant donné la nouvelle force médiatique et économique du groupe (BFM) personne n'ose rien en dire ni parler de l'arnaque incroyable de la vente de la fréquence 23 gratuite par un très proche de Schrameck à Drahi !
J'accuse
- 21/12/2016 - 12:30
Jeu macabre
"Jouer le jeu de l'intégration" ? Ce n'est pas un jeu ! Les Allemands font des efforts considérables pour se dédouaner d'avoir créé le nazisme et compenser leur dénatalité, et les migrants jouent... Les Allemands apprécient-ils le "jeu" du marché de Noël à Berlin, créé spécialement pour eux? A-t-on entendu les migrants dénoncer cet attentat? Manifestent-ils dans les rues pour remercier les Allemands? S'efforcent-ils d'identifier au milieu d'eux, ceux qui sont entrés pour semer la terreur, et ceux qui se font endoctriner? Comment dit-on "padamalgam" en allemand?