En direct
Best of
Best of du 25 au 31 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Comment le rover Perseverance va-t-il chercher la vie sur Mars ? ; L'avion électrique à décollage vertical conçu par la Suisse prend son envol

02.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

03.

Elon Musk affole la twittosphère en affirmant que les pyramides d’Egypte ont été construites par… des aliens

04.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

05.

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

06.

L’UNEF de Nanterre a choisi quatre femmes qui ont "influencé" le cours de l’Histoire : curieusement elles sont toutes de la même couleur !

07.

Covid-19 : si le bon élève Hong Kong est désormais confronté à une 3e vague, saurons-nous en éviter une 2e alors que nous sommes beaucoup moins rigoureux ?

01.

Ce que son opposition au projet ITER révèle de la véritable nature de Greenpeace

02.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

03.

Chaudières à fioul et à charbon : une interdiction moins vertueuse qu’il n’y paraît

04.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

05.

Jerusalema : ça fait longtemps que ça n’était pas arrivé mais 2020 s’est trouvée un tube de l’été planétaire

06.

Pères et maris dangereux ? Quand Alice Coffin oublie opportunément les guerres judiciaires sans fondements menées par des mères sans scrupules

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Alerte à l’aliénation idéologique : pire que les nouveaux extrémistes progressistes, les idiots utiles qui leur ouvrent les portes

03.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

04.

PMA pour toutes : le conservatisme sociétal est-il une cause définitivement perdue ?

05.

Chaudières à fioul et à charbon : une interdiction moins vertueuse qu’il n’y paraît

06.

Statues déboulonnées : la Martinique est-elle encore en France ?

ça vient d'être publié
light > Europe
Enquêtes en cours
L'ancien roi Juan Carlos, soupçonné de corruption, décide de quitter l'Espagne
il y a 10 min 14 sec
pépites > Santé
Wuhan
Covid-19 : la mission de l'OMS en Chine a terminé son travail préparatoire dans le cadre de l'enquête sur l'origine du virus
il y a 2 heures 42 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Relance ou investissement ? Présent simple ou avenir composé ? Être en France ou aux USA ?

il y a 5 heures 52 min
pépite vidéo > Science
Mission accomplie
SpaceX : les images de l'amerrissage des deux astronautes américains
il y a 6 heures 37 min
décryptage > Société
Sélection inclusive

L’UNEF de Nanterre a choisi quatre femmes qui ont "influencé" le cours de l’Histoire : curieusement elles sont toutes de la même couleur !

il y a 8 heures 31 min
décryptage > Economie
Incertitudes sur les marchés

Le COVID-19 s’attaque surtout au dollar

il y a 9 heures 7 min
décryptage > International
Centre d'attraction

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

il y a 10 heures 10 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

TikTok première victime du bras de fer entre la Chine et les États-Unis. Donald Trump va décider de fermer la star montante des réseaux sociaux

il y a 10 heures 53 min
pépites > Economie
Vroum
Hausse des ventes de voitures neuves
il y a 1 jour 1 heure
pépites > Economie
Crise aux Etats-Unis
Coronavirus : le cauchemar des restaurants américains condamnés à la faillite
il y a 1 jour 2 heures
light > Religion
Inquiétudes
L'ancien pape Benoît XVI serait dans un état "extrêmement fragile"
il y a 1 heure 27 min
pépites > Justice
Nouveau rebondissement
Affaire des écoutes de Nicolas Sarkozy : le Conseil d'Etat rejette la requête du Syndicat de la magistrature
il y a 3 heures 16 min
pépites > Environnement
Temps d’adaptation
Barbara Pompili décide de repousser l'interdiction des terrasses chauffées à l'hiver 2021
il y a 6 heures 10 min
décryptage > Environnement
Environnement

C’est la biodiversité du "beau" qu’il faut apprendre et transmettre et non la biodiversité du calcul, du chiffre, du nombre

il y a 8 heures 7 min
décryptage > Santé
Avertissement

Covid-19 : si le bon élève Hong Kong est désormais confronté à une 3e vague, saurons-nous en éviter une 2e alors que nous sommes beaucoup moins rigoureux ?

il y a 8 heures 47 min
décryptage > Consommation
Cocktail & Terroir

Les idées cocktails originales de l’été : avec de l’Absinthe, essayez le Green Beast

il y a 9 heures 40 min
décryptage > Politique
No non-sense

Séduire les "vrais gens" : le match des résultats Boris Johnson / Emmanuel Macron. Avantage...

il y a 10 heures 35 min
décryptage > Europe
Milliards à l'eau

Ces malencontreux facteurs économiques qui annulent d’ores et déjà l’impact du grand plan de relance européen

il y a 11 heures 6 min
pépites > Politique
Renouvellement
Important mouvement préfectoral
il y a 1 jour 1 heure
pépites > International
A la mode
Coronavirus : des New Yorkais adoptent le scooter
il y a 1 jour 3 heures
© AFP
© AFP
La Belle alliance populaire

5 raisons pour lesquelles Benoît Hamon pourrait bien être la surprise de la primaire de gauche

Publié le 23 décembre 2016
Depuis son passage dans L'émission politique sur France 2, Benoît Hamon bénéficie d'une dynamique qui pourrait le porter au second tour de la primaire de la Belle Alliance populaire. Moins clivant et moins médiatique qu'Arnaud Montebourg ou Manuel Valls, ses atouts sont nombreux face à ses deux principaux rivaux.
Maud Guillaumin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Journaliste à Europe 1, BFM, ITélé, Maud Guillaumin suit pour le service politique de France-Soir la campagne présidentielle de 2007. Chroniqueuse politique sur France 5 dans l’émission Revu et Corrigé de Paul Amar, puis présentatrice du JT sur LCP,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis son passage dans L'émission politique sur France 2, Benoît Hamon bénéficie d'une dynamique qui pourrait le porter au second tour de la primaire de la Belle Alliance populaire. Moins clivant et moins médiatique qu'Arnaud Montebourg ou Manuel Valls, ses atouts sont nombreux face à ses deux principaux rivaux.

1) Un homme de parti moins clivant que Manuel Valls

Maud Guillaumin : Benoît Hamon a depuis sa jeunesse été une figure très importante au sein du Parti socialiste. C'est l'ancien patron du MJS - Mouvement des jeunes socialistes - et il a eu une vraie carrière politique au sein du parti : il a été député européen et porte-parole du Parti socialiste. Il connaît tout le parti de A à Z.

Benoît Hamon, contrairement à Arnaud Montebourg, a toujours voulu rester dans le parti. Il n'a jamais eu un pied dedans, un pied dehors, et a toujours considéré que la machine socialiste, avec ses lourdeurs, faisait partie du fait d'être socialiste et de vouloir faire avancer le dialogue.

Par ailleurs, il est moins clivant que Manuel Valls. Dans ses différentes fonctions au sein du PS, il a toujours été un élément sur lequel on pouvait s'appuyer pour essayer de faire avancer le dialogue. Lorsqu'il faisait partie du cabinet de Martine Aubry, il a appris auprès d'elle la nécessité de ne pas bloquer les choses.  

2) Une ligne claire, cohérente et qui peut plaire à gauche 

Benoît Hamon a toujours eu une ligne à gauche. Dans sa campagne dans le cadre de la primaire de la Belle Alliance populaire, il pourra valoriser le fait qu'il a été au sein du gouvernement mais qu'il l'a quitté parce qu'il était en désaccord avec la ligne prônée par Manuel Valls.

Il pourra se différencier de Manuel Valls sans avoir le côté trop cassant d'Arnaud Montebourg. En effet, au moment du remaniement, celui qui portait la provocation, c'était Arnaud Montebourg.

3) Une capacité à tenir des discours sur des sujets très concrets comme les perturbateurs endocriniens ou la consommation 

Contrairement à Arnaud Montebourg, Benoît Hamon a fait adopter des lois concrètes – comme la loi consommation. Pour tous les sujets sur lesquels il s'est investi, il s'est battu jusqu'au bout et ne s'est jamais dispersé. Il a ainsi donné l'image d'un homme sérieux, qui allait au bout de ses idées, et qui essayait de faire avancer les choses sur le terrain.

Par ailleurs, il bénéficie de l'image d'un homme jeune, nouveau. En effet, même s'il est au PS depuis longtemps, il est moins connu des sympathisants qu'Arnaud Montebourg ou Manuel Valls. Il a pour lui une sorte d'image nouvelle en phase avec ce que recherchent les Français, qui veulent faire table rase du passé. Dans la mesure où il est moins clivant et moins médiatique que ses rivaux, il peut profiter aujourd'hui de cette image nouvelle.

4) Une image d'un homme digne 

Benoît Hamon, dans les lois qu'il a mises en place et dans certains aspects de son projet, répond à une demande des électeurs : une politique moins libérale, une intervention de l'Etat dans l'économie, des réglementations pour encadrer l'économie.

Par ailleurs, en-dehors de la loi Macron à laquelle il s'est opposé, il ne s'est jamais braqué et quand il exprime un désaccord, il n'est jamais dans la vindicte.

Il me semble que cette image d'un homme digne dans lequel on peut avoir confiance entre en résonance avec la demande de dignité des électeurs du PS.

5) Un rapport bien calculé à Jean-Luc Mélenchon

Benoît Hamon a été plus fin et plus adroit avec Jean-Luc Mélenchon qu'Arnaud Montebourg. Il a tout de suite reconnu qu'il y avait des passerelles entre son programme et celui de Jean-Luc Mélenchon. Mais il s'est différencié du candidat de la France insoumise sur la question européenne. En effet, le but de Benoît Hamon n'est pas de rentrer dans un rapport de force avec Bruxelles et les partenaires européens. En prenant ses distances sur ce sujet vis-à-vis de Jean-Luc Mélenchon, il apparaît comme un homme concret, réfléchi. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zen aztec
- 24/12/2016 - 09:42
petit problème
Son épouse qui a un poste important chez LVMH,dont il ne se vante pas.
Aux primaires BAP la droite votera Hamon
Totor Furibard
- 21/12/2016 - 11:21
Trés compétent et habile, mais ...
Mr Hamon nous impressionne par la qualité de son argumentaire et ses démonstrations techniques: il est très au dessus du lot, avec une approche véritablement à gauche.
Je lui reproche deux choses:
(1) Sans rapport de force avec l'UE, on obtiendra absolument rien. Sur ce point, Mélanchon et Montebourg ont raison: pour avancer, il va falloir casser de la vaisselle et peut être même renverser la table, ou bien partir (au moins quitter l'Euro).
(2) Son revenu universel présente des aspects positifs, mais il est rigoureusement impossible à financer sans instaurer une fiscalité complètement démesurée sur les classes les plus productives (particulièrement les classe moyenne et moyenne supérieures, de loin les plus nombreuses)
cloette
- 21/12/2016 - 09:12
Bof
Il m'étonnerait beaucoup qu'il soit élu !