En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

04.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

05.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

06.

Coronavirus : 26% des Français pensent qu’il s’agit d’un complot !

07.

LR : quand la droite ne comprend plus le libéralisme, ni l’économie, ni la nature de la crise que nous traversons...

01.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

04.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

05.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

01.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

02.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

03.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

04.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

ça vient d'être publié
pépites > Justice
Charlie Hebdo et Hyper Cacher
Le procès des attentats de janvier 2015 va se dérouler du 2 septembre au 10 novembre 2020
il y a 38 min 52 sec
pépites > Economie
ISF ?
Gérald Darmanin lance "un appel à la solidarité nationale" pour aider les entreprises
il y a 1 heure 34 min
light > Media
Disparition
Mort du journaliste Pierre Bénichou à l'âge de 82 ans
il y a 3 heures 36 min
décryptage > Santé
Résultats prometteurs

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

il y a 5 heures 8 min
décryptage > Politique
Cohésion

Covid-19 : unité nationale où es-tu ?

il y a 7 heures 1 min
décryptage > France
Ils sont nombreux à être malades

Coronavirus : 26% des Français pensent qu’il s’agit d’un complot !

il y a 7 heures 43 min
décryptage > Economie
Bulletin

Coronavirus : petit bilan des mesures d’aides aux entreprises et aux salariés

il y a 8 heures 14 min
décryptage > Santé
Plan d'action

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

il y a 9 heures 21 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les dividendes 2020 seront aussi confinés : les dirigeants politiques veillent au grain, par démagogie ou par nécessité

il y a 9 heures 46 min
décryptage > International
Résolution ?

Fin de crise en Israël

il y a 21 heures 40 min
pépites > Politique
Suivi de la crise du Covid-19
Mission d’information parlementaire : Edouard Philippe sera auditionné mercredi
il y a 1 heure 11 min
pépites > France
Alimentation
25% des marchés alimentaires vont pouvoir rouvrir en France
il y a 2 heures 30 min
pépites > Politique
"Souveraineté nationale et européenne"
Coronavirus : Emmanuel Macron annonce la production de millions de masques et promet une "indépendance pleine et entière" de la France
il y a 4 heures 10 min
pépite vidéo > Politique
Combattre le virus
Hongrie : Viktor Orbán obtient les pleins pouvoirs pour lutter plus efficacement contre le Covid-19
il y a 5 heures 25 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Pour une nouvelle gouvernance mondiale

il y a 7 heures 30 min
décryptage > Politique
Schtroumpfs paresseux

Et si les accusateurs du libéralisme essayaient d’abord de comprendre ce dont ils parlent

il y a 7 heures 58 min
décryptage > Politique
Rupture douloureuse

Petit historique des catastrophes politiques vécues par la droite à chaque fois qu’elle a divorcé du libéralisme

il y a 8 heures 31 min
décryptage > Politique
Certitudes

LR : quand la droite ne comprend plus le libéralisme, ni l’économie, ni la nature de la crise que nous traversons...

il y a 9 heures 25 min
décryptage > Santé
Gestion de crise

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

il y a 9 heures 59 min
pépites > France
Un boost pas comme les autres
Le confinement dynamise les révisions du Code de la route
il y a 1 jour 2 heures
© Reuters
© Reuters
Secrets de cuisine

Pourquoi la potion qui assure à l'Allemagne ses excédents commerciaux records n'a rien de magique mais beaucoup d'amers ingrédients

Publié le 24 décembre 2016
Depuis plus de dix ans, la France est confrontée à une situation de déficit commercial dont elle peine à s’extirper. Pourtant, derrière les apparences d’un rapport entre exportations et importations, ce déficit découle d’autres éléments.
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis plus de dix ans, la France est confrontée à une situation de déficit commercial dont elle peine à s’extirper. Pourtant, derrière les apparences d’un rapport entre exportations et importations, ce déficit découle d’autres éléments.

Au début de ce mois de décembre, les douanes publiaient l'état de la balance commerciale française pour les douze derniers mois; et comme cela est le cas depuis plus de dix ans, celle-ci s'annonce déficitaire pour l'année 2016. Car pour le moment, "le déficit cumulé des douze derniers mois atteint -49,8 milliards d’euros, contre -45,4 milliards pour l’année 2015.". Et en règle générale, lorsqu'un déficit commercial est perçu négativement, cela est souvent le signe d’une économie peu vertueuse. Dès lors, face à une telle situation, reste à savoir quelles sont les actions à entreprendre pour permettre l'émergence d'un excédent. Mais loin des idées reçues sur la notion de "compétitivité", le rétablissement du commerce extérieur dépend de bien d'autres éléments.

En toute logique, la notion d'excédent commercial résulte de l'état des exportations et de celui des importations. Lorsque les exportations sont supérieures aux importations, la différence est enregistrée comme un excédent commercial, et inversement. Mais il est également possible de voir les choses sous un autre angle. Car la balance commerciale représente également la différence entre l'épargne d'un pays et son niveau d'investissement. Il s'agit simplement d'une identité comptable. Une réalité qui peut être illustrée sans contestation par un livre de base de macroéconomie: "Cette condition affirme qu’à l’équilibre, la balance commerciale doit être égale à l’épargne privée et publique moins l’investissement. Il en découle qu’un surplus commercial doit correspondre à un excès de l’épargne par rapport à l’investissement ; un déficit commercial doit correspondre à un excès de l’investissement sur l’épargne". (Macroéconomie 3e édition, Blanchard /Cohen, Pearsons).

Or, si un gouvernement n'a pas réellement la main pour doper ses exportations -puisqu'il ne maîtrise pas la croissance des autres pays susceptibles de lui acheter ses produits- il peut très bien orienter sa balance commerciale en usant les outils que sont l'épargne et l'investissement. Et c’est d’ailleurs comme cela que ça se passe.

En effet, si un pays parvient à faire progresser l'épargne nationale tout en réduisant son niveau d'investissement, il aura toutes les chances d'obtenir une balance commerciale excédentaire. Et il existe de très bons moyens pour en arriver là. Ainsi, et par exemple, un gouvernement peut faire ce qu’il faut pour mettre une grosse pression à la baisse sur les salaires; il peut tout aussi bien soutenir l’accroissement des inégalités, mais il peut encore réduire ses investissements publics, comme les infrastructures. Voici pourquoi.

La pression à la baisse sur les salaires permet de faire d’une pierre deux coups. Dans un tel cas, les ménages voient leur part de revenus diminuer dans le PIB, ce qui provoque une régression relative de la consommation.  Le deuxième effet d'une telle mesure est que l'argent qui a n’a pas été encaissé par les salariés va permettre d'améliorer les marges des entreprises. En effet, les nouvelles marges constituées risquent bien de ne pas être utilisées pour générer plus d'investissements dans le pays. Parce que les entreprises aiment investir dans des économies où la consommation progresse, et si celle-ci est contrainte par des salaires qui stagnent, l’intérêt disparaît alors. Les marges réalisées deviennent donc de l'épargne. Elles peuvent être versées sous forme de dividendes, le plus souvent à des populations aisées ayant une moins forte propension à consommer, et une plus forte propension à épargner. Le résultat final de l’opération est de voir la production continuer à augmenter, la population du pays se trouvant alors incapable de consommer ce surplus de production. Le déséquilibre commence à apparaître.

Puis, un gouvernement peut également choisir de faire baisser son niveau d'investissement. Il y sera déjà parvenu en bridant la consommation, car cette atonie aura pour effet de désinciter les entreprises à investir. Mais le gouvernement peut également choisir de couper son niveau d'investissement public, notamment sur les infrastructures du pays. Cela est franchement une mauvaise idée parce que les infrastructures permettent de soutenir l'investissement privé et le potentiel de développement du pays; mais puisque l'objectif est d'obtenir une balance commerciale excédentaire…rien n’est trop beau pour y parvenir.

Une fois les salaires verrouillés, les marges des entreprises gonflées, les inégalités subventionnées, l'investissement public anéanti, le miracle commence à se produire. L'épargne nationale augmente, l'investissement diminue, et l'excédent commence à apparaître. Évidemment, ce magnifique processus n'est pas très romantique en comparaison d'une supposée bataille basée sur le concept "sympa" de la compétitivité. Mais bon, il faut savoir ce qu’on veut.

D’ailleurs, pour illustrer cette fameuse recette, et pour savoir si elle est efficace, il suffit de regarder le résultat. Parce que le modèle décrit, c’est le fameux modèle allemand. Non pas pour dire que les produits allemands ne sont pas de bonne qualité et qu'ils ne mériteraient pas d'être exportés, mais simplement pour expliquer que d'autres pays font de très bons produits, les vendent très bien à l’étranger, et ce, sans afficher un excédent commercial faramineux qui déséquilibre le commerce mondial. Ce qui signifie bien que quelque chose d'autre est à l'œuvre: épargne, investissement.

Il suffit déjà de vérifier si l'Allemagne coche bien toutes les cases évoquées. Quelle a été l'évolution de l'investissement en Allemagne au cours de ces dernières années ?

C'est très bien ! La part de l'investissement a baissé de 4.23 points dans le PIB entre 1999 et 2015.

L'épargne a-t-elle augmenté ?

Épargne nationale sur PIB. Allemagne. 1999-2015. En %. Source Destatis

Bravo ! La part de l'épargne a progressé de 2.62% points dans le PIB sur la même période.

Ainsi, avec une hausse de l’épargne et une baisse de la consommation, on peut légitimement penser que la hausse des inégalités a eu lieu. Une question à laquelle répond l’Institut DIW de Berlin :

"Les revenus réels disponibles des ménages allemands ont augmenté de 5% depuis l’an 2005, en moyenne. Mais dans le même temps, l’écart entre riches et pauvres s’est accru. Les revenus réels du décile supérieur de la distribution des revenus a augmenté de plus de 15% entre 2000 et 2012, alors que les revenus du milieu de la distribution ont stagné et, pour les 40% les plus bas, les revenus ont baissé en termes réels."

Tout est donc parfait.

Ainsi, au total, entre la hausse de l'épargne nationale (grâce aux nouvelles marges des entreprises) et à la baisse de l'investissement (désincitation des entreprises et baisse de l'investissement public), l'écart entre épargne et investissement a progressé au total de 4.23+2.62, soit 6.85 points de PIB. Reste à savoir si cela correspond bien à l’évolution de la balance commerciale (pour vérifier quand même).

Balance commerciale allemande. En % de PIB. 1999-2015. Destatis.

Alors que l'excédent représentait 0.71% du PIB en 1999, celui-ci s'affiche à 7.57% en 2015, soit une différence de 6.86%. Une identité comptable en somme.

L'Allemagne fait de très bons produits et est une véritable machine à exportations, c'est une évidence. Les entreprises allemandes sont en effet très performantes. Mais ce n'est pas la véritable cause de la taille historique des excédents générés au cours de ces dernières années. C'est en comprimant sa consommation vers le bas, en forçant son épargne vers des sommets, en favorisant la montée des inégalités, et en réduisant ses investissements que l'Allemagne est parvenue à générer son excédent. De quoi faire rêver.

Mais la France peut le faire !  Le quinquennat de François Hollande a commencé à agir en sacrifiant l’investissant public; il a débuté le mouvement. Il faudrait maintenant mettre une grosse pression à la baisse sur les salaires, et la France pourra alors arborer fièrement un excédent commercial.

Mais il y a un autre moyen de combler ce déficit. En 2015, la différence entre exports et imports, en France et à prix courants, était de 30 milliards d’euros, soit 1.38% du PIB. Le rapport commercial avec l’Allemagne représente à lui seul un déficit de près de 36 milliards d’eurosSi l’Allemagne équilibrait toute seule son économie, en distribuant les fruits de ses exportations à sa population, la balance commerciale française serait considérablement améliorée.

Mais quelles seraient les conséquences pour l’Allemagne ? De meilleurs salaires, une incitation à investir plus largement pour les entreprises, une reprise des investissements publics ciblés sur des infrastructures en piteux état, bref, une normalisation d’une situation de large déséquilibre entamée il y a plus de vingt ans. La hausse de la consommation et de l’investissement permettront au pays d’absorber son excédent en interne, desserrant ainsi l’étau qui écrase la zone euro, mais également les Etats-Unis et le Royaume-Uni. C’est à se demander où est le problème. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

04.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

05.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

06.

Coronavirus : 26% des Français pensent qu’il s’agit d’un complot !

07.

LR : quand la droite ne comprend plus le libéralisme, ni l’économie, ni la nature de la crise que nous traversons...

01.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

04.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

05.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

01.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

02.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

03.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

04.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 19/12/2016 - 18:43
Les actions à entreprendre??????
Quand les gauchistes passent de 45,4 milliards à 49,8 milliards d'Euros de déficit, ce ne sont pas des actions à entreprendre, mais des conneries à arrêter, qu'il faut décider d'urgence...
Benvoyons
- 19/12/2016 - 11:54
L'Allemagne passe devant la France pendantt le Franc alors que
sa monnaie s'est toujours réévaluée. Nos Socialistes Nationalistes FN veulent le Franc pour faire de la dévaluation:)::)) alors que les Allemands nous sont passés devant pendant les réévaluation du DM :)::))
Benvoyons
- 19/12/2016 - 11:22
L'Allemagne passe devant la France pendantt le Franc qui est
devenu le Franc Symbolique https://fr.wikipedia.org/wiki/Franc_fran%C3%A7ais
Rien n'y a fait car nos Fonctionnaires ont tous les pouvoirs car ils peuvent être élus (ils y sont majoritaires):)::))(Donc bien évidemment leurs réussites ne tient que par vos impôts et la dette de la Nation) pour se faire élire, et donc pour se faire vous promettre des tas de choses séduisantes qui sont forcément gratuites car payées par l’État ( qu'ils pensent être à eux) et cerise sur le gâteau ils sont plus nombreux que partout ailleurs dans le Monde. ===== Il faut savoir que ce système qu'un fonctionnaire peut être élu n'existe pas en Allemagne ,UK, Autriche etc... En plus ce qui n'existe pas non plus ailleurs est le fait suivant : France les Syndicats du Public dirigent les Syndicats du Privé. Dans les autres pays il y a les Syndicats du Publics et les syndicats du Privé sans aucun lien Ils ne s'occupent pas de la même chose.