En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

03.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

04.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

05.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

06.

Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement

07.

Ce discret courant souterrain qui fragilise puissamment nos démocraties

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

05.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

06.

Cette nouvelle ère politique que vient s’ouvrir avec la marche contre l’islamophobie

ça vient d'être publié
pépites > International
Dictature
Ouïghours : Xi Jinping a donné l'ordre d'être "sans pitié"
il y a 12 heures 59 sec
light > Culture
Discrimination
L'actrice Mo'Nique accuse Netflix de la sous-payer car elle est une femme noire
il y a 12 heures 49 min
pépite vidéo > Culture
Pour les fans de la famille royale
The Crown : la saison 3 est disponible sur Netflix
il y a 13 heures 35 min
pépites > France
Noyau dur
Acte 53 des Gilets jaunes : 28.000 manifestants selon la police, 40.000 selon les organisateurs
il y a 15 heures 2 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'Inde veut aller explorer Vénus en 2023 ; Mars : les fluctuations de l’oxygène décontenancent la Nasa
il y a 15 heures 21 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Dérèglement climatique : ce que la technologie pourrait apporter pour contenir les incendies géants
il y a 18 heures 45 min
décryptage > France
Un an déjà

Acte 53 des Gilets jaunes : statu quo en attendant décembre

il y a 19 heures 24 min
décryptage > International
Moderne... mais féroce

En Arabie Saoudite, « réforme » rime avec « répression »

il y a 19 heures 47 min
décryptage > France
Agriculture

Revenus désastreux des agriculteurs : et si les banques étaient juridiquement en partie responsables ?

il y a 19 heures 48 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Comment la momie de Ramsès II a bénéficié d'une "seconde jeunesse" grâce à une exposition organisée à Paris en 1976

il y a 19 heures 49 min
pépites > Europe
Désastre
Venise : un milliard d'euros de dégâts ; une troisième montée des eaux attendue
il y a 12 heures 24 min
pépites > Santé
Drame
Deux tiers des Français ont déjà renoncé à se faire soigner
il y a 13 heures 12 min
pépite vidéo > France
Casseurs
Acte 53 des Gilets jaunes : d'importants dégâts sur la place d'Italie à Paris
il y a 14 heures 27 min
pépites > Politique
Baisse
Popularité : Emmanuel Macron perd un point en novembre
il y a 15 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

SOS Europe en détresse ?

il y a 18 heures 27 min
décryptage > Santé
Danger

Les super bactéries font encore plus de morts qu’on le croyait

il y a 19 heures 13 min
décryptage > Politique
Sectarisme à tous les étages

Ce discret courant souterrain qui fragilise puissamment nos démocraties

il y a 19 heures 30 min
décryptage > Economie
Un but bien défini

La politique économique de Trump, une politique parfaitement prévisible

il y a 19 heures 47 min
décryptage > International
Automne chinois

Hong Kong ou l’illustration que la Révolution de velours tchèque ne serait plus possible 30 ans après ?

il y a 19 heures 48 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

il y a 19 heures 49 min
© capture d'écran Public Senat
© capture d'écran Public Senat
Interview politique

François Kalfon: “En 2011, Arnaud Montebourg était dans les déclarations d’intention; aujourd’hui, nous proposons de véritables outils.”

Publié le 23 décembre 2016
Candidat de la démondialisation en 2011, Arnaurd Montebourg sera, pour 2017, celui de la protection des Français face à une mondialisation malheureuse, mais aussi de la libération des Français face à tout ce qui les entrave dans leur vie.
Francois KALFON est conseiller régional d'Ile-de-France et membre de la direction collégiale du PSIl a publié avec Laurent Baumel un Plaidoyer pour une gauche populaire : La gauche face à ses électeurs, Editions Le Bord de l'eau (novembre 2011).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Kalfon
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Francois KALFON est conseiller régional d'Ile-de-France et membre de la direction collégiale du PSIl a publié avec Laurent Baumel un Plaidoyer pour une gauche populaire : La gauche face à ses électeurs, Editions Le Bord de l'eau (novembre 2011).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Candidat de la démondialisation en 2011, Arnaurd Montebourg sera, pour 2017, celui de la protection des Français face à une mondialisation malheureuse, mais aussi de la libération des Français face à tout ce qui les entrave dans leur vie.

Atlantico : Ce samedi, la Haute autorité du PS a officiellement reconnu éligibles sept candidatures pour la primaire, dont celle d'Arnaud Montebourg. La campagne est donc officiellement lancée. En 2011, celle d'Arnaud Montebourg était centrée sur le thème de la démondialisation. De quoi sera-t-il le candidat cette fois-ci ?

François Kalfon: Il sera le candidat de la protection des Français face à une mondialisation malheureuse, mais aussi de la libération des Français face à tout ce qui les entrave dans leur vie, tout cela sous l’égide du Made in France, de notre capacité à produire, à maîtriser notre destin collectif tant sur le plan de la décision que de la production.

En 2011, nous étions dans les déclarations d’intention; aujourd’hui, Arnaud Montebourg propose des solutions. Sur l’Union européenne, la suspension unilatérale de la directive des travailleurs détachés , la mise en œuvre de taxes carbone aux frontières de l’Union, et pour le Made in France - qui n’était pas en soit un thème de campagne en 2011 - la mise en place des 80% de marchés publics pour les PME-PMI françaises; en outre, un plan de relance de 20 milliards d’euros d'infrastructures pour notre économie. Cette étape supplémentaire constitue un véritable plan de reconquête de notre souveraineté politique et économique.

Les différences politiques sont bien marquées entre Arnaud Montebourg et Manuel Valls, mais qu'est-ce qui le distingue vraiment de Vincent Peillon ou de Benoît Hamon, qui ont été tous deux ses alliés dans le passé ? 

J’ai le sentiment que Vincent Peillon veut incarner une sorte de programme d’équilibre ce qui relève d’un registre de congrès du PS, et non pas des choix d’option des Français qui sont, eux, beaucoup plus tranchés. Ce sera donc à Vincent Peillon de déterminer s’il souhaite être mieux compris. 

En ce qui concerne Benoît Hamon, il n’y a pas de secrets : face au libéralisme, à une méthode de gouvernement brutale, il existe une analyse et une appréciation communes, même si des différences sont toutefois apparues dans le temps de campagne durable. Les différences essentielles résident sur les modèles de développement. Nous pensons, nous, que pour répartir les richesses, il faut les créer. Certes, c’est le statut qui a évolué, mais dans notre modèle de développement, il y a une place finalement pour la création de valeur, même si celle-ci a changé dans son contenu – c’est ce qu’on appelle la croissance. Ce qui nous distingue aussi, c’est la question de la société du travail, et de l’encouragement de l’effort et du risque, par rapport à l’installation de ce que nous voyons dans les thématiques de Benoît Hamon, qui sont une certaine forme de dépassement du travail à travers cette vision du revenu universel dans lequel nous ne nous retrouvons pas pour notre part. Nous préférons parler de sécurité économique qui est le pendant de la société du travail plutôt que du revenu universel. Nous apprécions à la fois la dimension du RMI dans ce qu’elle a de généreux, mais nous voyons aussi les effets pervers de la dimension insertion qui n’a jamais vraiment été mise en œuvre de façon satisfaisante. 

Avec le recul, qu'aurait fait différemment Arnaud Montebourg au cours du quinquennat sur le point de s'achever ?

Selon moi, il aurait agi différemment sur deux choses : le rapport à la mondialisation via l’Union européenne, qui est une vision plus équilibrée – je pense notamment au plan de sauvetage de la Grèce, et puis sans doute dans le mix entre déficits publics et plan de relance; la deuxième chose concerne les plans de compétitivité et d’emploi en France : il y aurait sans doute introduit des contreparties en termes d’emplois ou de salaires pour le monde du travail, qu’il s’agisse du CICE ou du Pacte de responsabilité. Cela aurait été une différence essentielle, sans compter les aspects moraux liés à la déchéance de nationalité. 

Les derniers sondages, et notamment la dernière enquête du Cevipof-Ipsos pour Le Monde parue ce mercredi, montrent qu'Arnaud Montebourg est derrière ses principaux rivaux socialistes, sous la barre des 10% (entre 6 et 7% selon l'enquête Cevipof-Ipsos pour Le Monde). Comment espère-t-il remonter ?

Comparaison n’est pas raison : un sondage Ifop, la même semaine, place Arnaud Montebourg troisième personnalité préférée des Français, avec une progression significative puisqu’il gagne cinq points, tandis que Manuel Valls en perd cinq. Ce que nous sentons de notre côté, c’est que la campagne de Manuel Valls patine sacrément puisque celui-ci s’est renié sur le 49.3. De notre côté, notre campagne est marquée par la cohérence ; elle est itérative et permet de tracer un chemin lisible pour les Français. Le reste ne nous intéresse pas beaucoup.

Pour ce qui est de l’appréciation par les Français de l’ensemble des candidatures issues du camp socialiste, leur mesure n’a pas beaucoup d’intérêt car il y a une vertu auto-réalisatrice de la primaire, avec un avant et un après si celle-ci a du succès et qu’elle atteint un niveau satisfaisant de participation que nous escomptons, c’est-à-dire au-delà des deux millions de votants. 

Par quel moyens Arnaud Montebourg pourrait parvenir à séduire une partie des électeurs de gauche, notamment ceux qui, le plus souvent, sont des cadres qui bénéficient de la mondialisation, à la différence des classes plus défavorisées, perdantes de la mondialisation ? 

Aujourd’hui, l’électorat socialiste, y compris les centres urbains qui étaient dans le cœur du PS en 2012, est lui-même décroché par le parti. Arnaud Montebourg dit qu’il est attentif à tous ceux qui sont les décrochés de la mondialisation, mais c’est aussi un tenant du socialisme dit de production qui a été attaché à Dominique Strauss-Kahn. Je disais tout à l’heure que nous étions sensibles à un socialisme, certes de la redistribution, mais nous sommes aussi sensibles à un socialisme entrepreneurial. C’est dans cette mesure-là que nous pouvons retrouver un public de cadres. La seule distinction que nous pouvons avoir concerne les cadres dirigeants des grands groupes. Les thèses d’Arnaud Montebourg sont compatibles avec 99% de ceux qui constituent les collaborateurs des entreprises, y compris les dirigeants. Ce que nous n’acceptons pas dans le capitalisme, c’est la dimension du capitalisme financier, qui est fâché avec la production. 

Quel que soit le résultat de cette primaire de la gauche et de la présidentielle, comment Arnaud Montebourg envisage le PS après 2017 ? Que propose-t-il pour son parti ? 

Nous n’en sommes pas là encore. Le projet d’Arnaud Montebourg est un projet de redressement de la France par la gauche. Si nous n’y parvenons pas – cela paraît possible même si le chemin est escarpé – alors il n’y aura pas d’avenir pour le PS. Si nous y parvenons en revanche, il y aura la nécessité d’une refondation de la gauche, mais il est bien trop tôt pour en parler. 

Face à Emmanuel Macron qui se pose en alternative avec son "ni de gauche, ni de droite", quelle réponse peut être apportée par le PS ? Comment ce dernier peut-il être sauvé ?

Je pense qu’à terme – mais auquel ? – Emmanuel Macron va rencontrer des difficultés politiques. Nous produisons l’analyse que les soubassements sociologiques de la gauche et de la droite ne sont pas dépassés puisque dans le rapport de production, il y a bien encore et toujours une opposition capital-travail qui demeure ; des antagonismes qu’on aurait appelé par le passé des antagonismes de classe, qui, certes, dans leur expression politique, n’apparaissent plus de façon évidente aux salariés. Ceci s’explique par le fait que la gauche politique ne représente plus les intérêts du monde du travail. Il y aura toujours, de notre point de vue, une gauche et une droite. L’essentiel, c’est que l’adéquation entre la gauche politique et la gauche sociale puisse se faire de nouveau.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

03.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

04.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

05.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

06.

Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement

07.

Ce discret courant souterrain qui fragilise puissamment nos démocraties

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

05.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

06.

Cette nouvelle ère politique que vient s’ouvrir avec la marche contre l’islamophobie

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zouk
- 19/12/2016 - 10:18
A. Montebourg
S'il veut vraiment libérer les Français et leurs initiatives, qu'il les laisse faire, et surtout s'abstienne de les "protéger", en lanagage politique cela se traduit immanquablement par des contraintes. Nous mourons déjà d'un excès de contraintes