En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

02.

Non, les adhérents de LREM ne méritent pas Macron ! Il est trop grand, trop beau, trop génial pour eux.

03.

La peur de l'Iran redistribue les cartes au Proche-Orient

04.

Emmanuel Macron, le président sans parti : pas (nécessairement) de quoi perdre 2022 mais mauvais coup garanti pour la démocratie

05.

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

06.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

07.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

05.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

06.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

05.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

06.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

ça vient d'être publié
pépites > Justice
"Dépression sévère"
Julian Assange serait confronté à des tendances suicidaires suite à son emprisonnement
il y a 11 heures 48 min
pépites > France
Prévention du risque
Incendie de Lubrizol à Rouen : un appel à manifester a été lancé pour ce samedi 26 septembre
il y a 14 heures 23 min
décryptage > Culture
Série télévisée

Grand Hôtel : ces riches qu’on adore détester sur TF1

il y a 15 heures 36 min
pépite vidéo > Europe
Mauvaise surprise
Brexit : vers une fermetures de comptes bancaires pour les Britanniques au sein de l'UE ?
il y a 18 heures 13 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La peur de l'Iran redistribue les cartes au Proche-Orient

il y a 18 heures 30 min
light > Justice
Internet
Harcèlement en ligne : le YouTubeur français Marvel Fitness condamné et incarcéré
il y a 18 heures 39 min
décryptage > Environnement
Climate week

Emission de CO2 : à calculs irrationnels, conclusions (volontairement) biaisées

il y a 19 heures 19 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus : début de saturation dans certains services hospitaliers en Île-de-France
il y a 19 heures 38 min
pépites > Santé
Fragiles
Emmanuel Macron dans un Ehpad du Loir-et-Cher
il y a 19 heures 59 min
pépites > Terrorisme
Danger immédiat
Menacée : une collaboratrice de Charlie Hebdo obligée de quitter son domicile
il y a 20 heures 21 min
pépite vidéo > Politique
LFI
Jean-Luc Mélenchon se félicite de la "créolisation" au coeur de la société française
il y a 13 heures 27 min
light > Justice
FFR
Bernard Laporte et Mohed Altrad ont été placés en garde à vue dans le cadre d'une enquête pour conflit d'intérêts
il y a 14 heures 48 min
pépites > Société
Religion
Le Vatican condamne à nouveau toutes les formes d'euthanasie et de suicide assisté
il y a 17 heures 21 min
pépites > Justice
Business
Airbnb : la justice européenne valide la législation française sur la location de résidences secondaires
il y a 18 heures 21 min
décryptage > Politique
LREM (La République en Miettes)

Non, les adhérents de LREM ne méritent pas Macron ! Il est trop grand, trop beau, trop génial pour eux.

il y a 18 heures 39 min
décryptage > Mode
Impact du confinement

Fahion week de Milan : la mode est en train d'opérer un grand virage

il y a 19 heures 3 min
décryptage > Société
Vie en société

Sos civilité : le Coronavirus a malmené les bonnes manières. Voilà pourquoi nous avons besoin de les sauver

il y a 19 heures 35 min
décryptage > Politique
Naufrage de LREM

Emmanuel Macron, le président sans parti : pas (nécessairement) de quoi perdre 2022 mais mauvais coup garanti pour la démocratie

il y a 19 heures 50 min
décryptage > Justice
Justice

Réforme de l’ENM : les ambitions à la baisse d’Eric Dupond-Moretti

il y a 20 heures 13 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bridgestone : tout le monde ment et l’État paie très cher pour faciliter le mensonge partagé

il y a 21 heures 28 min
© Reuters
© Reuters
THE DAILY BEAST

Intox à tous les étages : les dessous de la guerre de Facebook contre les "fake news"

Publié le 23 décembre 2016
En voulant lutter contre la propagation de fausses informations, le géant des médias sociaux déclenche un combat avec des individus qui considèrent une telle mesure comme de la censure.
Gideon Resnick
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gideon Resnick est journaliste pour The Daily Beast.
Voir la bio
Ben Collins
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ben Collins est éditorialiste sénior au Daily Beast.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En voulant lutter contre la propagation de fausses informations, le géant des médias sociaux déclenche un combat avec des individus qui considèrent une telle mesure comme de la censure.

The Daily Beast par Gideon Resnick & Ben Collins

Facebook vient de présenter un nouveau plan détaillé pour combattre la propagation rapide de fausses nouvelles sur son site, un phénomène dont on a beaucoup parlé dans les semaines qui ont suivi l'élection présidentielle américaine 2016, avec des accusations suivant lesquelles ces fausses nouvelles auraient peut-être influencé le comportement des électeurs.

Le problème a atteint un point de rupture, il y a deux semaines, quand un homme armé est entré dans une pizzeria à Washington pour enquêter sur une théorie de la conspiration circulant sur Internet au sujet d'un réseau d’exploitation sexuelle d'enfants qui n'existait pas.

Maintenant, la réaction de Facebook est mal vue par ceux qui ont créé leurs sites Web pour faire la satire des idées complotistes de droite ou pour exploiter l'algorithme de Facebook, qui craignent de bientôt devoir fermer boutique. 

Mais le nouveau programme de Facebook voit aussi des théoriciens du complot, ceux qui croient que les légendes en tous genres sur Hillary Clinton sont de "vraies infos", se préparer au combat de l’information sur les réseaux sociaux.

Si l'initiative de Facebook de vérifier les infos les plus diffusées prend forme et entraîne la censure des sites de propagande, les éditeurs de sites Web comme Infowars et d’autres sites d’extrême droite, cela ne fera que renforcer leur croyance que certaines idées sont censurées au profit des médias traditionnels. Un rédacteur en chef a déclaré au Daily Beast que le projet de Facebook prouve que maintenant "le terme Infowar n'est pas un cliché, il est parfaitement juste."

Si le projet de Facebook fonctionne correctement, les auteurs de fausses nouvelles diffusées intentionnellement auront du mal à générer des revenus publicitaires pour leurs sites, ou pire, ils risquent l'interdiction pure et simple de diffuser leurs contenus sur ce réseau social.

Marco Chacon, le créateur du site web de fausses nouvelles RealTrueNews.org, dit que Facebook fait enfin quelque chose de bien en veillant à ce que des sites Web comme le sien ne bénéficient plus de l’effet viral de ce réseau social. Dans un article pour The Daily Beast en novembre, Chacon a écrit qu'il a créé son site pour que ceux qui partagent de fausses nouvelles d'extrême droite sur Facebook soient plus conscients du fait qu'ils sont "sensibles aux histoires écrites, de la même manière que les leurs qui sont totalement inventées."

L’objectif de Chacon, dit-il, était de forcer Facebook à trouver une solution face à cette épidémie de fausses nouvelles aussi "profondément enracinée" que facilement monétisée.

"C’est la bonne approche", dit Chacon du nouveau plan de Facebook. "Les gens qui ont peur des censeurs craignent une liste blanche de sites d'information approuvés. Cette heuristique plus intelligente est exactement le genre de chose qu’une entreprise comme Facebook devrait employer. "

Chacon ajoute que ces nouvelles garanties "donneront aux gens une plus grande responsabilité dans ce qu'ils racontent."

Les sites de Chacon attirent des millions de visiteurs. Ses bouffonneries ont quelques fois été reprises par Megyn Kelly sur Fox News ou par des sites pro Donald Trump comme Infowars, qui les ont crues vraies.

"Souvent, les gens qui rediffusent de fausses nouvelles – comme celles que j’ai publiées – pensent qu'elles pourraient être vraies. Ils ne sont pas sûrs, mais ils les rediffusent de toute façon, soit pour les commenter, soit simplement pour les signaler parce qu'elles vont dans le sens de la tribu à laquelle ils appartiennent", ajoute Chacon.

La nouvelle politique de Facebook permettra aux utilisateurs de signaler la présence de fausses nouvelles sur le site. Les histoires qui sont les plus citées seront signalées à des groupes qui pratiquent la vérification des faits de manière non partisane comme PolitiFact ou Snopes. Au début, ce sera un processus expérimental, destiné à voir comment cette politique pourrait être concrètement  mise en œuvre.

Certains critiques qui attirent du trafic avec des informations trompeuses, mais ne reconnaissent pas qu'ils écrivent ce qu'il est communément appelé des "fausses nouvelles",  s’inquiètent des biais potentiels des organisations qui sont censées vérifier les faits, car ils croient qu’ils penchent à gauche.

Paul Joseph Watson d’Infowars, dont le site favorise les théories du complot, voit le projet de Facebook comme faisant partie d'un plan gauchiste.

Il a un problème avec le site Snopes, avec laquelle Facebook est partenaire, parce que l'une de ses collaboratrices se décrit comme étant politiquement de gauche.

"L'une des organisations sur la liste chargée de déceler les fausses nouvelles est Snopes, ce qui représente un conflit d'intérêts étant donné que Snopes n’est clairement pas impartial" , a écrit la semaine dernière Watson.

"Comme le site The Daily Caller l’a souligné, Kim Lacapria, principale vérificatrice d’infos politiques chez Snopes se décrit comme "ouvertement de gauche" et comme libérale. A une époque, elle a assimilé les conservateurs du Tea Party à des djihadistes ".

Watson a déclaré au Daily Beast que son contenu est déjà bloqué, mais que la censure va tout simplement attirer l'attention sur son cas. Et il est prêt au combat.

"Facebook a déjà bloqué certaines de nos vidéos sur YouTube. Cela va échouer comme d’autres tentatives de nous faire taire ont échoué. C’est l’effet Streisand: être censuré va attirer l'attention sur nous et les gens seront plus motivés pour partager notre contenu. Le terme 'Infowar' n’est pas un cliché, il est parfaitement adapté".

Breitbart, qui diffuse de vraies nouvelles dans une optique pro-Trump, replace lui aussi le projet de Facebook dans le contexte d'une guerre sur la légitimité des faits. "- Décret du Maître de l’Univers : Nous allons décider ce qui est une "fausse nouvelle"  - disait le titre sur la page d'accueil du site après l'annonce Facebook. Le Drudge Report était tout aussi dédaigneux, affichant une bannière titrée "Facebook va décider ce qui est une 'information'."

Le fait que l’on peut débattre sur l’idée que l'information est fondée sur les faits est un élément inquiétant du débat aux Etats-Unis. Mais les conséquences imprévues du projet de Facebook pour valider ou, au contraire, pour classer comme fausse une information, constituent quelque chose d'entièrement nouveau.

Mike Cernovich, qui a popularisé le hashtag #HillarysHealth lors de l'élection présidentielle, en aidant à diffuser diverses théories au sujet de supposées maladies de la candidate démocrate, dit au Daily Beast que d'autres organes de presse, qui ont publié des informations qui se sont avérées fausses, devraient peut-être aussi être interdits sur Facebook.

"Où sont les armes de destruction massive que l’on prêtait à Saddam Hussein en Irak ? Faut-il bannir le New York Times de Facebook ?"  écrit Cernovich dans un message sur Twitter à propos de la période précédant l’intervention américaine en Irak.

"Rolling Stone a créé une hystérie nationale à propos l'université de Virginie. Rolling Stone a fait une enquête erronée parlant de viol. Rolling Stone doit-il être banni de Facebook? Les soi-disant journalistes qui ont travaillé sur cette enquête doivent-ils être bannis de Facebook?"

Cernovich estime que la manière dont les "fausses nouvelles" seront ainsi classées comme telles est un processus imparfait.

"C’est compliqué. Parfois, les gens ont tort. Se tromper est différent de propager de fausses nouvelles volontairement. Si une personne cherche la vérité, même si elle se trompe, alors elle ne propage pas de fausses nouvelles, même si elles semblent "folles" vue de l'extérieur".

Cernovich fait référence au cas récent d’une jeune femme musulmane qui s’est rétractée après avoir raconté qu’elle avait été harcelée par des partisans Trump sur un quai de métro à New York pour illustrer le climat médiatique actuellement compliqué.

"Le système médiatique tout entier est devenu malhonnête. Nous jugeons les uns ou les autres sur la base de quelques tweets que nous pouvons déterrer ou sur une erreur de jugement. Cela se passe ainsi en ce moment. Si on voit les choses comme ça, l'ensemble des médias diffuse de fausses informations", conclut Cernovich.

Et la guerre de l'information a déjà commencé.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
brennec
- 18/12/2016 - 15:57
Post scriptum
Si facebook avait existé a l'époque jamais les informations sur le goulag soviétique n'auraient vu le jour, tout au moins en france au moment de l'affaire kravtchenko ( L’affaire Kravchenko apparaît aujourd’hui comme un moment essentiel dans la dénonciation des crimes du régime soviétique. Il s’agit dans cet article de revenir de manière détaillée sur le procès qui opposa en 1949 Kravchenko, transfuge ukrainien, à l’hebdomadaire communiste Les Lettres françaises qui avait lancé contre lui une campagne calomnieuse), ou encore l'affaire david rousset: il publie dans le Figaro un article qui va faire grand bruit: «L'administration centrale des camps, le goulag, avec ses multiples services, est un des plus grands trusts économiques de l'URSS". Pierre Daix et les Lettres françaises, journal communiste, attaquent en justice David Rousset pour faux. Un an plus tard, les plaignants sont déboutés et condamnés pour diffamation. Mais, à la suite de cette affaire, David Rousset, fils d'ouvrier métallurgiste et ex-militant trotskiste, sera comme frappé d'ostracisme par toute une partie de la gauche
brennec
- 18/12/2016 - 15:39
Mieux vaut faire confiance aux lecteurs.
On dirait que facebook vient de mettre le pied dans des sables mouvants. Il se pourrait qu'il ait du mal a s'en tirer. Ceci étant dit ceux qui ont de puissantes agences pour pratiquer la désinformation sont les états. Parmi ceux qui sont accusés de propager de fausses nouvelles s'en trouvera-t-il qui s'emploient a démonter les menteries d'état? Autrement dit est-il possible que facebook les facilite?
J'accuse
- 18/12/2016 - 11:01
Les mensonges sont d'abord d'Etat
Tous les jours, radios, télés et presse écrite diffusent de fausses informations sur tous les sujets, volontairement ou non, et ces rumeurs ont quelquefois pour source les dirigeants politiques eux-mêmes (les discours de Bush et Blair sur l'Irak ont été un modèle du genre). Être opposé à une loi peut aussi être considéré comme une fausse information (IVG, entre autres), ce qui condamne en fait la liberté d'expression. Affirmer que Kennedy a été victime d'un complot est également présenté comme une fausse info. Les pouvoirs en place (politiques, économiques) sont les premiers à propager de fausses infos pour rejeter ce qui les gêne ou inventer ce qui les arrange, et ce depuis des millénaires: qu'ils dénoncent celles -supposées- des autres fait partie intégrante de cette méthode utilisée partout.