En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

02.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

03.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

04.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

05.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

06.

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

07.

Covid 19 : Macron n’avait pas d’autre choix que de mettre les Français en liberté provisoire

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Collaboration secrète avec la NSA : le scandale qui ébranle le Danemark (et devrait inquiéter l’Europe)

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

03.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

04.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
pépites > Consommation
Energie
Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves
il y a 16 min 13 sec
décryptage > France
Forces de l'ordre

Le gouvernement en plein dérapage incontrôlé sur la sécurité et les libertés publiques ?

il y a 56 min 45 sec
rendez-vous > Société
Zone Franche
Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"
il y a 1 heure 19 min
pépites > Economie
Tourisme
Emmanuel Macron l'annoncé hier soir, il n'y aura, sans doute, pas de ski pendant les fêtes de fin d'année
il y a 1 heure 36 min
pépite vidéo > France
Déconfinement en trois étapes
Covid-19 : retrouvez l’intégralité de l’allocution d’Emmanuel Macron sur le déconfinement
il y a 12 heures 50 min
pépites > Politique
Feu vert en première lecture
Loi sur la "sécurité globale" : l'Assemblée nationale adopte le texte controversé, à 388 voix pour et 104 voix contre
il y a 15 heures 52 min
pépites > Santé
Crise de défiance
Coronavirus : un quart des Italiens croient aux théories complotistes sur la pandémie
il y a 16 heures 42 min
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 18 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 20 heures 5 sec
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 20 heures 53 min
décryptage > Economie
(R)évolution ?

Vers une ère d’efficacité turbo pour la politique monétaire ?

il y a 19 min 24 sec
pépites > Santé
Religion
Annoncée par le président, hier soir, la limite maximum de 30 fidèles par messe, va être augmentée selon les évêques de France
il y a 1 heure 13 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Covid 19 : Macron n’avait pas d’autre choix que de mettre les Français en liberté provisoire

il y a 1 heure 30 min
décryptage > Politique
Déconfinement en 3 étapes

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

il y a 2 heures 2 min
pépites > Politique
Calendrier du déconfinement
Covid-19 : Emmanuel Macron confirme que "le confinement pourra être levé" le 15 décembre "si les objectifs sanitaires sont atteints"
il y a 13 heures 15 min
pépites > France
Chantier de la reconstruction
Notre-Dame de Paris : le démontage de l'ancien échafaudage est enfin terminé
il y a 16 heures 17 min
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 18 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 19 heures 45 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 20 heures 18 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 21 heures 44 min
© Reuters
© Reuters
Bonnes feuilles

Pourquoi Arnaud Montebourg a été surnommé "Récupérator" à l'Elysée

Publié le 17 décembre 2016
L’enquête qu’a menée Frédéric Charpier permet de dévoiler les zones d’ombre et les louvoiements de ce personnage insaisissable, et rétablit les faits. De la Convention pour la 6ème République devenue un simple instrument du pouvoir personnel de son créateur, à sa carrière de ministre du Redressement productif, il se dégage surtout le profil d’un homme girouette, politiquement versatile, capable de s’allier avec Martine Aubry aussi bien qu’avec DSK. Extrait de "Montebourg, l'homme girouette, de Frédéric Charpier, aux éditions La Découverte 1/2
Frédéric Charpier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Charpier, né en 1955, auteur de films documentaires, a écrit plusieurs ouvrages sur les affaires, les services de renseignement et l’extrême droite, notamment, au Seuil : Génération Occident. De l’extrême droite à la droite Madelin (2005) et La...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L’enquête qu’a menée Frédéric Charpier permet de dévoiler les zones d’ombre et les louvoiements de ce personnage insaisissable, et rétablit les faits. De la Convention pour la 6ème République devenue un simple instrument du pouvoir personnel de son créateur, à sa carrière de ministre du Redressement productif, il se dégage surtout le profil d’un homme girouette, politiquement versatile, capable de s’allier avec Martine Aubry aussi bien qu’avec DSK. Extrait de "Montebourg, l'homme girouette, de Frédéric Charpier, aux éditions La Découverte 1/2

Montebourg alias « Récupérator »

Anonyme ou quasi inconnu, procédurier hors pair et inventif, Pierre-François Divier a porté les coups les plus sévères à la Chiraquie en étant le pionnier des attaques contre le système chiraquien. Il est connu pour une procédure qu’il a mise au point et qui va s’avérer d’une rare efficacité. Elle permet de prendre l’initiative de poursuites quand ceux qui sont censés les engager ne le font pas dans un délai précis. Il suffit d’obtenir l’aval du tribunal administratif et, pour cela, d’être un peu patient.

Pierre-François Divier explique sa trouvaille, qu’il rode tout d’abord dans l’affaire Urba, cette vieille et officielle « pompe à fric » du PS brusquement mise sur la sellette à la fin des années 1980 : « Je suis allé rechercher le vieux texte du code administratif remontant au xixe siècle et permettant à un contribuable d’intenter une action qu’une commune refuse d’engager en justice. En l’espèce, la commune socialiste de Marseille ne voulait pas déposer plainte et se porter partie civile dans l’affaire de corruption locale d’Urba. J’ai donc pris un contribuable de Marseille, un lieutenant d’Antoine Waechter (Gérard Monier-Bésombes), alors député européen des Verts […]. J’ai obtenu le 11 juin 1991 du tribunal administratif de Marseille l’autorisation de porter plainte à la place de la Ville de Marseille défaillante pour ouvrir une instruction judiciaire sur tout le volet sud-est de l’affaire Urba-Gracco. » On connaît la suite…

Les socialistes le mettent aussitôt en quarantaine et ses camarades écologistes le traitent comme un pestiféré. Certains, plus réalistes que d’autres, lui reprochent d’avoir manqué de solidarité envers leurs alliés socialistes. Divier finit par démissionner des Verts en mars 1995. À cette époque, il est la bête noire du RPR parisien qui lui colle aux trousses ses équipes de pisteurs, alors que sa messagerie téléphonique est placée sous surveillance et ses bureaux visités. Quand, en juillet 1995, Arnaud Montebourg se manifeste, Pierre-François Divier le baptise « la Mouche » alors qu’à l’Élysée on l’a déjà surnommé « Récupérator ».

« Il suffisait que la mouche éternue et le Premier ministre [Alain Juppé] explosait en vol », écrit Divier dans son livre peu connu publié à compte d’auteur. Il fait allusion aux relais dont bénéficie Montebourg dès la création de l’Association de défense des contribuables parisiens. Il songe en particulier au Monde et au journaliste Hervé Gattegno qui couvre avec faveur les interventions de son ami. Divier adresse une sévère critique à son confrère. Il reproche à Arnaud Montebourg ses gesticulations, d’avoir écrit au procureur alors qu’il savait d’avance que sa démarche n’aurait aucune suite et de s’être avant tout préoccupé de sa carrière politique. Ainsi écrit-il : « Tout compte fait, l’art dans lequel la Mouche excellait c’était la récupération du travail d’autrui. »

Divier écrit aussi qu’Arnaud Montebourg s’est illustré sans raison dans une autre affaire, celle des employés municipaux mis à la disposition par la mairie d’élus RPR de la capitale, donc aux frais des contribuables parisiens. Deux d’entre eux étaient particulièrement mis en cause : Robert Pandraud, ex-ministre délégué à la sécurité et congénère de Chirac à l’ENA, et Camille Cabana, un élu de la capitale, deux piliers du chiraquisme parisien. 

Cette affaire d’employés fournis et payés par la Ville de Paris a été révélée le 20 décembre 1995 par Le Canard enchaîné. Montebourg et son association s’en emparent. Ils fournissent alors leur propre estimation du préjudice pour la ville – 423 000 francs. Ils la transmettent par voie d’huissier à Matignon. Agacé par ce goût de la mise en scène et cette recherche de l’effet médiatique, Divier écrit : « La Mouche, alias Récupérator, s’était aussitôt emparée de cette considérable affaire et avait déposé le 29 décembre au nom de son association une plainte pénale au parquet 1. » Sa plainte sera classée le 27 janvier 1996, l’infraction de détournement de fonds publics n’étant pas constituée, selon le nouveau procureur de Paris Gabriel Bestard. Déboutés, Arnaud Montebourg et son association ne sont plus dans la course et sont définitivement hors jeu.

Quelques jours plus tôt, le 7 janvier 1996, Divier a ressorti sa botte secrète, cette astuce juridique. La mairie a maintenant quatre mois pour répondre. Elle devra impérativement le faire avant le 5 juillet 1996. L’affaire se poursuit devant le tribunal administratif. Camille Cabana et Robert Pandraud se disent disposés à restituer sur-le-champ leurs employés municipaux à la ville. Il faut dire que chacun a en tête le précédent de l’affaire Patrick Balkany et la sanction prise à l’encontre du maire de Levallois-Perret qui a lui-même utilisé des employés municipaux pour son service personnel : 15 mois de prison avec sursis, 200 000 francs d’amende et 700 000 francs à rembourser.

L’avocat des deux élus RPR annonce au tribunal administratif que ses clients s’engagent également à rembourser la ville. Le 31 mai 1996, Robert Pandraud s’accorde avec Jean Tibéri sur les modalités du remboursement. Quant à Camille Cabana, il veut sortir de cette histoire la tête haute. Il argue de son bon droit, évoque la plainte de Montebourg rejetée et classée par le parquet mais, « magnanime », il s’engage lui aussi à rembourser. L’affaire se règle entre amis. Jean Tibéri fixe la somme dont devra s’acquitter Robert Pandraud, soit 99 228 francs, tandis que Cabana devra lui rembourser 618 450 francs. L’un obtient un prêt de l’Assemblée nationale et l’autre des facilités de paiement – son ardoise sera échelonnée sur trois ans. L’arrangement permet surtout au tribunal de rejeter la demande du client de Pierre-François Divier, les deux élus ayant remboursé à la Ville ce qu’ils lui devaient. 

« Il ne restait plus à la Mouche qu’à s’attribuer la paternité exclusive de ce succès », écrit Divier. Dans son livre La Machine à trahir, Arnaud Montebourg écrit : « La dénonciation au procureur de l’utilisation abusive de moyens publics a amené les intéressés à rembourser spontanément les caisses publiques municipales. » La formule est pour le moins vague. Arnaud Montebourg oublie de préciser que le procureur Bestard a classé sans suite sa plainte dès le 27 janvier 1996, et que son action n’a été en aucune façon contraignante. Ajoutons que l’« affaire Juppé » qui a fait la notoriété de Montebourg et a lancé sa carrière politique n’a donc pas été une entreprise isolée. Arnaud Montebourg a bénéficié de nombreuses complicités, en particulier au sein du SCPC. Ses faits et gestes ne sont pas seulement épiés par la droite parisienne et ses hommes de main, le PS à son plus haut niveau se tient lui aussi informé.

Quant au déménagement d’Alain Juppé dont Montebourg s’attribue depuis plus de vingt ans le mérite, on peut dire sans se tromper que seul Le Canard enchaîné y a été réellement pour quelque chose.

Extrait de "Montebourg, l'homme girouette", de Frédéric Charpier, publié aux éditions La Découverte, décembre 2016. Pour acheter ce livre, cliquez ici

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
MIMINE 95
- 17/12/2016 - 12:52
DEPUIS PEU MONTEBOURG A UN ARGUMENT CHOC
Arnaud Montebourg : "L'Algérie, le pays de ma mère" - Paris Match 15/12/2016 et La quête algérienne de Montebourg Paris Match 12/12/2016., comme Macron, il fait dans la presse people "chic". Depuis qu'il sait que les jeunes de seize ans cartés vont pouvoir voter aux primaires ils tentent de pêcher dans la gamelle , c'est humain. Mais, si son aïeul était musulman il est donc, par nature divine naturelle, né musulman, et là ... gaffe, s'il ne le reconnait pas ....jésus d'ma mère !, il est en danger , grave !!. Et en plus soutenu par le FLN ... j'en suis mort de rire.
assougoudrel
- 17/12/2016 - 12:19
Montebourg, sur sa
moto-crottes veut nettoyer le caca du PS. Pourtant, il s'est bien soulagé avec eux et comme il avait mangé des châtaignes, son caca était massif.