En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

02.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

03.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

04.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

05.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

06.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

07.

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne à Trèves
il y a 18 min 27 sec
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 1 heure 48 min
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 2 heures 56 sec
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 3 heures 34 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 3 heures 49 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 4 heures 9 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 4 heures 36 min
décryptage > Media
Nouveau média

FILD : « le magazine digital qui renoue avec le journalisme de terrain »

il y a 4 heures 50 min
décryptage > International
Stratégie de lutte

Xi Jinping a arraché une incroyable victoire contre la pauvreté en Chine. Mais la réalité demeure plus sombre que les discours officiels

il y a 6 heures 7 min
décryptage > Education
Personne n’en veut

« Cherche professeur pour remplacer Samuel Paty »

il y a 7 heures 1 min
light > Culture
Grande dame de la chanson française
Mort de la chanteuse Anne Sylvestre à l’âge de 86 ans
il y a 30 min 27 sec
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 1 heure 59 min
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 2 heures 31 min
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 3 heures 38 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 4 heures 2 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 4 heures 31 min
light > High-tech
Covid-19
Coronavirus : alimenter chaque élève en air pur avec des masques fixés à leur bureau
il y a 4 heures 41 min
décryptage > Santé
Diabète et obésité

Prévenir le Covid-19 c’est possible et voilà comment agir sur ses propres facteurs de risques

il y a 5 heures 15 min
pépites > Politique
Article 24
Emmanuel Macron a recadré Gérald Darmanin mais pas question de se séparer de lui
il y a 6 heures 41 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

il y a 7 heures 7 min
© Atlantico.fr
Les responsables socialistes verrouillent certains postes hautement stratégiques de l'administration française.
© Atlantico.fr
Les responsables socialistes verrouillent certains postes hautement stratégiques de l'administration française.
Fin de quinquennat

Encore 5 mois pour enchaîner les nominations : comment la gauche tente de garder une part d'emprise sur le pays en verrouillant certaines institutions

Publié le 16 décembre 2016
A cinq mois de la fin du quinquennat Hollande, l'un des derniers leviers d'action pour le gouvernement socialiste reste le pouvoir de nomination à certains postes hautement stratégiques de l'administration française.
Pierre Monzani
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Monzani, ancien élève de l’ENS et de l’ENA, agrégé d’histoire, a partagé bien des combats avec Charles Pasqua, de la place Beauvau au Parlement européen, du RPR au RPF, et des Hauts-de-Seine à "Demain la France".
Voir la bio
Jean-Marc Boyer
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Boyer est diplômé de Polytechnique et de l’Ecole Nationale de la Statistique et de l’Administration Economique (ENSAE). Il a commencé sa carrière en tant que commissaire contrôleur des assurances puis a occupé différentes fonctions à l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A cinq mois de la fin du quinquennat Hollande, l'un des derniers leviers d'action pour le gouvernement socialiste reste le pouvoir de nomination à certains postes hautement stratégiques de l'administration française.

Atlantico : Alors qu'il ne reste désormais plus que cinq mois au gouvernement avant la fin du quinquennat Hollande et une défaite électorale que beaucoup prédisent au Parti socialiste, doit-on s'attendre à voir le gouvernement multiplier les nominations administratives, dans le but de "verrouiller" certaines institutions ? Le processus est-il déjà à l'œuvre à l'heure actuelle ?

Pierre Monzani : Depuis 2012, le pouvoir socialiste a procédé à des nominations partisanes sur un rythme inédit et effréné. Cela équivaut quasiment à une nomination par jour avec un souci du détail qui va jusqu'à des postes relativement secondaires. C'est en fait un spoil system hypocrite qui ne dit pas ce qu'il est. Plus le pouvoir est aux abois, plus le phénomène est ample. On peut donc légitimement prévoir le pire dans les cinq mois qui restent. Est-il besoin d'ajouter que les socialistes étant persuadés ou feignant d'être persuadés d'incarner le bien, ils font tout cela avec une bonne conscience affichée. 

Jean-Marc Boyer : Ce qui est caractéristique cette fois-ci, c’est la précocité des pantouflages et autres recasages. Comme dénoncé par Le Monde, 10% des effectifs des Cabinets sont partis l’été dernier. Il faut suivre avec intérêt les arrêtés au Journal Officiel ! Les hauts fonctionnaires se préparent aussi à la prochaine opération d’ampleur. Il s’agit des croisements des gardes montantes et descendantes, à savoir les départs des directions centrales de l’administration vers les Cabinets et réciproquement.

Dans quels secteurs les nominations de ce genre sont-elles les plus cruciales (grands corps de l'Etat, audiovisuel, corps préfectoral, etc.) ?

Jean-Marc Boyer : Les ministres disposent en effet de postes dans les corps d’État, notamment d’inspections, dans les préfectures, les ambassades, les entreprises publiques, les institutions (par exemple, le Conseil Économique Social et Environnemental). Les ministères peuvent aussi faire pression pour obtenir des places dans les entreprises privées, les autorités indépendantes, les hauts comités, etc. On a ainsi vu des parachutages à la RATP, l’ADEME, l’Institut Gustave Roussy, la Caisse des Dépôts, la RMN-Grand Palais,… Le plus crucial concerne les directions d’administrations centrales et les groupes d’entreprises.

Pierre Monzani : Ce qui est frappant, c'est que ces nominations partisanes concernent tous les secteurs et ont un aspect systématique. Il est difficile de dire quelles sont les plus nocives pour l'avenir car le problème c'est bien l'ensemble et la nature de ces nominations. 

Quel est le potentiel de "nuisance" d'un tel processus pour le camp politique opposé, si ce dernier arrive bien au pouvoir en 2017 ? Quelles sont notamment les nominations les plus compliquées à contourner ou à faire annuler ? Le pouvoir politique est-il vraiment démuni face au pouvoir administratif ?

Pierre Monzani : Sous la IVe République, l'extrême instabilité gouvernementale nourrissait paradoxalement une stabilité de la haute administration seule à même de maintenir l'Etat. Ensuite, et de façon moins paradoxale, la stabilité gaulliste garantissait aussi une stabilité administrative. Tout s'est brouillé depuis 1981 avec la succession des alternances qui deviennent à la fois politiques et administratives. Certes, la cohabitation évitait des mouvements administratifs trop partisans grâce à l'équilibre entre le président de la République et le Premier ministre d'opinions contraires. Mais avec le quinquennat, le spoil system existe de fait. Cependant, il fut plus limité sous Nicolas Sarkozy que sous François Hollande car Nicolas Sarkozy avait fait l'ouverture à gauche.

Il faut sortit de l'hypocrisie et faire du spoil system une règle claire, a fortiori si l'on veut faire des réformes difficiles et courageuses, il faut une haute administration pleinement adaptée aux politiques. Ce système a un autre avantage : lorsque vos "amis" politiques ne sont pas au pouvoir, vous faites autre chose en dehors de l'Etat, vous connaissez de nouvelles expériences dans les collectivités locales ou dans le privé, qui accroissent vos compétences et élargissent votre façon de voir et d'administrer. Je trouve l'opportunisme et le carriérisme détestables, il faut redonner à l'administration le sens du courage et préférer résolument l'intérêt des missions à l'intérêt de sa propre carrière. 

Jean-Marc Boyer : Il est très difficile de révoquer un fonctionnaire. Même quand une personne parachutée doit partir, on peut lui trouver un point de chute, comme Agnès Saal, sortie de la présidence de l’INA pour frais de taxis astronomiques, nommée chargée de mission. Les conditions déontologiques sont contournables ou limitées. Même au niveau européen, le départ de José Manuel Barroso vers Goldman Sachs a finalement dû être accepté. Mais parfois, il peut y avoir des chausses trappes dans certaines nominations, par exemple une nomination sous réserve d’un conseil d’administration postérieur aux élections.

L’administration a, depuis des décennies, gagné sur le politique. Même les Cabinets et les Gouvernements sont remplis de hauts fonctionnaires. Ces travers ne sont pas récents, il suffit de relire Kafka ou Courteline, mais l’ampleur est nouvelle. L’espace laissé aux politiques est dans la communication, mais ils n’ont plus ni marge de manœuvre budgétaire (le déficit est bloqué à 3%), ni monétaire depuis l’avènement de l’euro. 

L’administration est mono-culturelle, ayant appris le pouvoir bureaucratique par les processus fiscalo-administrés. Même si l’on sait que la France a alors trop d’impôts et trop de tracasseries administratives, cela continuera puisque le logiciel de la haute administration est orienté vers son pouvoir et non vers l’intérêt général. 

La mainmise de la haute administration se traduit par un appauvrissement intellectuel (pensée unique, classe politique déconnectée de la vie réelle), économique (l’économie mixte ou publique n’est pas assez souple pour l’actuel monde digital), social et moral par l’absence de contrepouvoirs.

Recasages, pantouflages, parachutages, les Cabinets ministériels servent surtout de tremplins pour la suite de la carrière administrative, privée, ou parapublique (dans les innombrables machins, comme dirait de Gaulle). Il en résulte des soupçons de trafic d’influence, de prise illégale d’intérêt (dont avait été accusé F.Pérol pour BPCE), de corruption, de prévarication, de prébendes,.. En réalité, les fonctionnaires dans leur immense majorité ne commettent pas de corruption. Il s’agit plutôt d’une minorité de cas d’hyper-corruption : on ne prend pas dans la caisse, on la prend en totalité en se parachutant à la tête de l’organisme.

Mais le monde politique est également touché par ce sentiment d’être au-dessus des lois (sans être exhaustif : J. Cahuzac, Y. Benguigui, T. Solère, J.M. et M. Le Pen, P.et I. Balkany, T. Thevenoud, G. Carrez, E. Macron, N. Sarkozy, A. Juppé,…).

D’autres pays ont su faire face à la corruption, comme le Brésil au plus haut niveau. La différence avec la France, est que les contrepouvoirs n’y semblent plus opérants. L’administration a traité le risque de contrepouvoirs en donnant aux syndicats des fromages (organismes paritaires, logement, formation,…) dans le Yalta social de 1945. Les syndicats étant financés, ils n’ont plus besoin de chercher des adhérents. Le pouvoir administratif tient aussi largement les médias (chaines publiques, subventions, ministère de la culture).

Que peut-on attendre de la prochaine administration, notamment pour faire face aux conséquences abordées ? Quels sont les moyens offerts aux politiques pour "reprendre la main" ?

Jean-Marc Boyer : Seul Bruno Le Maire demande la transformation de l’ENA, ce qui restera un propos démagogique. On ne coupe pas la branche sur laquelle on est assis. 

Il se peut qu’un sursaut s’opère au prochain scandale. On se souvient dans l’affaire du Lyonnais que les hauts responsables (Trésor, Banque de France, président du groupe, …) étaient du même corps d’Etat. Les mandataires actuels des grandes banques françaises et de l’ACPR confirment la tendance.

Les programmes politiques s’inscrivent dans une pensée des années 90 qui laisse l’administration omnipotente. Si les politiques ne reprennent pas la main pour remettre à plat le système au sein d’une 6ème République, une Troïka risque un jour d’imposer des réformes structurelles, que la rue n’aimera pas.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Stargate53
- 15/12/2016 - 14:13
Inadmissible !
Ces nominations sont bien à l'image de ce parti de gauche qui n'est là que pour ses intérêts ! Incapables de retrouver un boulot par leurs compétences, ils trichent en utilisant les dernières cartouches relationnelles possibles. C'est honteux car cela va polluer pendant longtemps les organismes qu'ils envahissent ! Surtout que la gestion au service des autres n'est pas leur vocation finale !
julepa
- 15/12/2016 - 10:30
détail
L'expression correcte est "spoils system" (avec un s final à spoils), où "spoils" signifie les "dépouilles" (= le butin) réparties entre les vainqueurs après la victoire.
"Spoil system" (sans s final à spoil) peut se comprendre comme "système de gâchis"...
DESVESSIESPOURDESLANTERNES
- 15/12/2016 - 08:41
preferer l'interet des missions à sa propre carrière !
Ce doit être le cas de 0,00001% des fonctionnaires Monsieur Monzani
Belle utopie !