En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

02.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

03.

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

04.

Confinement : petits trucs et astuces pour préserver la rapidité de votre accès Internet par temps de surcharge

05.

Béatrice Dalle se marie à nouveau, Katy Perry & Orlando Bloom décalent; Daniel Craig veut tout claquer avant de mourir; Kim Kardashian : sex-exploitée par sa mère ?; Angelina Jolie repart en guerre contre Brad

06.

Coronavirus : et voilà ce qui se serait passé si on n’avait rien fait contre l’épidémie

07.

Coronavirus : pourquoi votre groupe sanguin a une influence sur votre risque d'être infecté

01.

Que ferons-nous de la France post-coronavirus ?

02.

1050 milliards pour la BCE, 700 milliards de dollars pour le budget américain, 50 milliards d’euros pour le Français… d’où vient tout cet argent ?

03.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Covid-19 et confinement strict : pourquoi une résurgence du virus est inévitable

06.

Coronavirus : La Chine tente d’échapper à ses responsabilités en trollant le monde

01.

Coronavirus : la plus grande crise économique de tous les temps… ou pas. Car les armes existent pour la contrer

02.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

03.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

04.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

05.

Que ferons-nous de la France post-coronavirus ?

06.

Lutte contre le Coronavirus : ces failles intellectuelles qui fragilisent la méthode française

ça vient d'être publié
pépites > Santé
"Le combat ne fait que commencer"
Retrouvez les principales annonces d’Edouard Philippe et d’Olivier Véran sur le Covid-19
il y a 1 heure 35 min
pépites > Société
Ravages des "fake news"
Plus d'un quart des Français considèrent que le Covid-19 a été fabriqué dans un laboratoire
il y a 4 heures 2 min
pépite vidéo > Religion
Solidarité avec les malades
Covid-19 : les images du pape François, seul au Vatican, pour une bénédiction "Urbi et Orbi"
il y a 6 heures 1 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Traquer et terrasser le fléau : la lutte acharnée de Pasteur et d’Adrien Loir contre le mal rouge des porcs dans le Vaucluse

il y a 8 heures 7 min
décryptage > Economie
Choix cornéliens

Covid-19 : des morts plutôt que la crise ?

il y a 8 heures 34 min
décryptage > Economie
En toute sécurité

Comment les grandes entreprises ont parfois changé de locaux pour se cacher dans des bureaux "secrets"

il y a 9 heures 5 min
décryptage > Finance
Nerf de la guerre

Crise de trésorerie généralisée : tensions (évitables) sur le secteur bancaire

il y a 9 heures 48 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Béatrice Dalle se marie à nouveau, Katy Perry & Orlando Bloom décalent; Daniel Craig veut tout claquer avant de mourir; Kim Kardashian : sex-exploitée par sa mère ?; Angelina Jolie repart en guerre contre Brad
il y a 10 heures 51 min
light > Culture
Fin du confinement ?
Olivier Py reste optimiste pour la prochaine édition du Festival d’Avignon en juillet 2020
il y a 22 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La fin de l'amour" d'Eva Illouz : quand Tinder, grand centre commercial de rencontres, détrône la cour amoureuse

il y a 23 heures 21 min
décryptage > Société
Egoïsme ?

Pourquoi il est si compliqué d’accepter les règles du confinement même quand on en a compris l’intérêt

il y a 9 heures 28 min
pépites > Politique
Solidarité européenne
Coronavirus : Emmanuel Macron défend la stratégie de la France face à l’épidémie
il y a 4 heures 42 min
pépites > Santé
Soulager les soignants et les travailleurs
Covid-19 : la France s’engage à commander un milliard de masques auprès de la Chine
il y a 6 heures 38 min
décryptage > Société
Tentation

Coronavirus : la dérive totalitaire ?

il y a 8 heures 20 min
décryptage > Défense
Terrorisme

Afrique : malgré le coronavirus, la guerre continue

il y a 8 heures 54 min
décryptage > Santé
Exemple chinois

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

il y a 9 heures 22 min
décryptage > Science
Hécatombe

Coronavirus : et voilà ce qui se serait passé si on n’avait rien fait contre l’épidémie

il y a 10 heures 6 min
décryptage > Santé
Nembro

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

il y a 11 heures 7 min
pépites > International
ONG
SOS Chrétiens d'Orient : libération de trois otages français en Irak
il y a 22 heures 47 min
pépite vidéo > France
Victimes françaises
Covid-19 : "les visages d’une tragédie"
il y a 1 jour 1 heure
© GEORGE OURFALIAN / AFP
À ce stade, la bataille est malheureusement pratiquement terminée et il aurait peut-être fallu s'y prendre plus tôt si l'on voulait empêcher le massacre. On peut évidemment protester, mais il fallait y penser avant.
© GEORGE OURFALIAN / AFP
À ce stade, la bataille est malheureusement pratiquement terminée et il aurait peut-être fallu s'y prendre plus tôt si l'on voulait empêcher le massacre. On peut évidemment protester, mais il fallait y penser avant.
Le XXIème siècle sera suisse ou ne sera pas…

Massacre à Alep : sans tomber dans le yakafokon, n’y a-t-il vraiment rien que nous ne puissions faire ?

Publié le 16 décembre 2016
Alors que la chute imminente d'Alep résonne comme un nouveau signe de l'échec de la diplomatie occidentale en Syrie, l'heure est désormais au bilan et aux réflexions de long terme pour les politiques internationales que doivent mener la France et l'Europe.
Nicolas Tenzer, professeur associé International Public Affairs, Sciences Po
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Heisbourg est président de l’International Institute for Strategic Studies (IISS), basé à Londres, et du Centre de politique de sécurité de Genève (GCSP).Il est conseiller spécial à la Fondation pour la Recherche Stratégique (FRS).Il a été...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Tenzer
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Tenzer, professeur associé International Public Affairs, Sciences Po
Voir la bio
François Heisbourg
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Heisbourg est président de l’International Institute for Strategic Studies (IISS), basé à Londres, et du Centre de politique de sécurité de Genève (GCSP).Il est conseiller spécial à la Fondation pour la Recherche Stratégique (FRS).Il a été...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que la chute imminente d'Alep résonne comme un nouveau signe de l'échec de la diplomatie occidentale en Syrie, l'heure est désormais au bilan et aux réflexions de long terme pour les politiques internationales que doivent mener la France et l'Europe.

Atlantico : Alors que la chute imminente d'Alep témoigne de l'échec de la politique étrangère occidentale en Syrie, quels sont les moyens que l'Europe ou la France peuvent utiliser pour limiter le massacre ? Est-il plus judicieux de faire pression sur la Russie, sur les États-Unis, sur l'Iran et le Hezbollah… ?

Nicolas Tenzer : Les moyens d'action sont malheureusement très limités aujourd'hui. La seule possibilité d'intervention réellement efficace aurait été d'empêcher les avions russes et syriens de décoller. C'est ce qui avait été proposé par la France en 2013 après les attaques chimiques de la Goutha, mais les États-Unis n'avaient finalement pas suivi et ne se sont jamais tenus aux "lignes rouges" qu’ils avaient eux-mêmes définies. De toute manière, il était irréaliste de penser que la France pouvait intervenir seule. Mêmes unis, la France, le Royaume-Uni et les autres puissances européennes n'avaient en effet pas les moyens nécessaires pour agir durablement, a fortiori depuis que l’armée russe est présente en Syrie. Votre question peut donc paraître aujourd’hui théorique malheureusement. Elle montre en tout cas que lorsque des grandes puissances sont directement impliquées dans un conflit, l'Europe a encore besoin des États-Unis pour intervenir. Cela pose directement la question des moyens d'intervention de l'Union européenne – et bien sûr de la volonté d’agir de ses principaux Etats membres. On est déjà ici dans la réflexion de moyen terme.

Par ailleurs, la France a une bonne position sur le principe depuis le début du conflit : elle soutient les rebelles modérés et a clairement dit que le maintien d’Assad au pouvoir, compte tenu de l’ampleur des crimes commis (500 000 morts en un peu plus de cinq ans, sans parler des blessés et des personnes déplacées), ne pouvait être envisagé. Elle a réaffirmé aux Nations unies des positions de principe claires, en particulier en demandant urgemment une action humanitaire pour essayer de sauver des vies humaines devant les massacres commis par le régime d'Assad et ses amis iraniens et russes. Mais les six vetos russes (et les cinq vetos chinois) au Conseil de Sécurité des Nations unies montrent que l’ONU n’est plus le lieu où peuvent se décider des interventions d’ampleur lorsqu’un membre permanent du Conseil de sécurité soit soutient un régime coupable de crimes de guerre et contre l’humanité, soit en commet lui-même. C’est le principe de la responsabilité de protéger (R2P) qui se trouve ici bafoué.

François Heisbourg : À ce stade, la bataille est malheureusement pratiquement terminée et il aurait peut-être fallu s'y prendre plus tôt si l'on voulait empêcher le massacre. On peut évidemment protester, demander des réunions à New York, avoir des lettres du Pape, mais il fallait y penser avant.

Il y a eu un vrai tournant en août 2013 lorsque Bachar el-Assad a gazé une partie de la population de la banlieue de Damas, franchissant ainsi la ligne rouge établie un an auparavant par les États-Unis, le Royaume-Uni et la France (et reconnue par la Russie, on l'oublie parfois). À partir du moment où Barack Obama a refusé à la dernière minute d'intervenir, l'affaire a échappé à peu près totalement aux Occidentaux aux dépens de la Russie (diplomatiquement puis militairement). Avec l'efficacité que l'on connaît, la Russie a agi selon les préceptes de Carl von Clausewitz ("la guerre n'est que la poursuite de la politique par d'autres moyens"). Dans l'intervalle, sur le terrain, la rébellion initiale de 2011-2012, non-confessionnelle et largement poussée par la société civile, a fait place peu à peu à la montée des djihadistes avec notamment le surgissement de l'État Islamique.

Le problème d'essayer de savoir quel moyen de pression serait le plus adéquat aujourd'hui, c'est que l'on ne connaît pas bien l'objectif que les Européens voudraient poursuivre. Il n'y en a qu'un qui fasse pour l'instant à peu près sens, c'est la lutte contre l'État Islamique, qui n'intéresse pas beaucoup les Russes et le régime syrien. La nouvelle chute de Palmyre ne les a pas émus outre-mesure. Nous avons de notre côté intérêt à poursuivre cette lutte, mais pour le reste, nous nous sommes mis hors-jeu. Étant réputés comme ayant encore un peu d'argent, nous serons invités à participer à la reconstruction de la Syrie, et il y aura sans doute de bonnes âmes en Europe qui diront qu'il faut réparer ce que les Russes auront cassé. Or, il n'y a qu'une seule règle dans ce domaine : "you break it, you keep it" (vous le cassez, vous le gardez). Ce sont ceux qui sont responsables des dommages qui doivent les réparer. La reconstruction de Grozny a été assurée par la Russie, et la reconstruction d'Alep ne me paraît pas devoir être un fardeau imposé aux contribuables européens.

Les sanctions économiques post-crise ukrainienne se sont révélées être un vrai problème pour Vladimir Poutine et la Russie. Ce levier pourrait-il et devrait-il être activé dans le cadre du théâtre syro-irakien selon vous ?

Nicolas Tenzer : Je pense que oui. Les sanctions économiques ont un effet direct sur l'économie russe et sur certains de ses dirigeants, même si Vladimir Poutine (qui ne se préoccupe pas vraiment du bonheur et de la prospérité de son peuple) s’est dit toujours prêt à agir – et a de fait continué à agir de manière toujours plus agressive - indépendamment de ces sanctions. Elles auraient aussi pu et dû être appliquées dans le cadre de la crise syrienne, mais le 20 octobre l'Italie n'avait pas suivi les autres dirigeants européens. Devant des crimes aussi graves et compte tenu de la nécessaire solidarité européenne sur ces sujets, la position italienne, mue par de pures considérations d’intérêt, était honteuse. Je pense donc qu'il aurait fallu un nouveau train de sanctions, mais sans se faire non plus beaucoup d'illusions. Elles n’auraient sans doute par stopper les actions criminelles menées par la Russie en soutien du régime de Bachar el-Assad. Néanmoins, la portée symbolique de ces sanctions est quelque chose de très important, car cela montre que nous n'affichons aucune complaisance envers la Russie. Tout signe qui conduirait à laisser penser qu’un pays – en particulier la France – serait prêt à lever les sanctions serait un encouragement donné à Poutine et un coin planté dans une Union européenne déjà affaiblie.

François Heisbourg : Pour les sanctions économiques, encore faudrait-il avoir un objectif. Dans le cas de l'Ukraine, l'objectif était clair : provoquer l'arrêt des combats dans le Donbass, assurer la souveraineté de l'Ukraine et faire respecter les accords Minsk II. Dans le cas de la Syrie, je ne vois pas très bien quels objectifs pourrions-nous poursuivre à ce stade.

Peut-être que cela aurait pu être efficace avant que la situation d'Alep soit celle qu'elle est aujourd'hui, mais la réalité est ce qu'elle est...

En prenant du recul par rapport à la seule situation d'Alep, la France doit-elle repenser sa politique étrangère ? Quelles leçons pourrait-elle tirer de l'exemple syrien ? Doit-on se résigner à se replier sur nous-mêmes sans projection extérieure, alors que les événements du Moyen-Orient ont bien souvent une résonance chez nous ?

Nicolas Tenzer : Il y a plusieurs choses à faire. Déjà, ne surtout pas se replier. Ce serait absolument désastreux. La France (avec le Royaume-Uni) a été l'un des pays qui a globalement tenu bon dans la tragédie syrienne et qui a clairement exposé la nature du régime russe actuel, et bien sûr montré depuis longtemps la réalité des crimes commis par Assad. Au-delà, la France a aussi mené des actions contre l'État Islamique en Syrie et en Irak, ce que Vladimir Poutine et Bachar el-Assad n'ont fait que très marginalement – les frappes russes et du régime syrien contre Daech ne représentent que 10% environ du total de leurs frappes, l’essentiel d’entre elles étant dirigées contre les rebelles. N’oublions pas aussi qu’Assad a libéré des prisonniers de l’EI dès les débuts de la révolution et conclu des accords secrets avec lui. La reprise il y a quelques jours de Palmyre par Daech témoigne de cette faible résolution. Ajoutons que les interventions spécifiques de la France au Mali et au Niger, indispensables pour la sécurité de ces pays et la nôtre, témoignent a contrario du risque de toute abstention. Globalement, la politique étrangère française a une bonne orientation.

Cela dit, trois réflexions pour l’avenir doivent être menées.

Premièrement, comment renforcer au niveau européen nos capacités propres d'intervention sans être tributaires des États-Unis ? Ce sera la question majeure des prochaines décennies, surtout si l'inflexion beaucoup plus isolationniste remise au goût du jour par Donald Trump se confirme. Rappelons à ce sujet que la politique de non-intervention américaine a commencé avec Barack Obama, qui porte une responsabilité directe quant à la perte centaines de milliers de vies du fait de son absence de suivi de la position française de 2013. En Ukraine aussi, la faible résolution américaine a conduit à une perte de confiance envers les Etats-Unis dans beaucoup de pays d’Europe. Tout ceci milite donc pour que l’Europe ait des capacités d’interventions nettement accrues, ce qui pose aussi la question du lien entre celle-ci et l’OTAN.

Deuxièmement, il est très bien de parler des Nations Unies et de proposer des résolutions, mais en raison des blocages actuels il va falloir apprendre de plus en plus à s'en passer. C’est regrettable sur le plan du droit international et assurément risqué, mais je crains qu’il n’y ait pas d’autre solution. Cela devra naturellement être expliqué aux opinions publiques. Pour le moins, les espoirs d’un ordre international régulé nés après la Seconde guerre mondiale d’une priorité accordée à la résolution pacifique des différents ont vécu.

Troisièmement, la France et l'Europe doivent exposer ce qu’est la réalité contre la désinformation lancée à une échelle massive par la Russie et ses soutiens politiques et médiatiques en France, en Europe et aux Etats-Unis. Les gouvernements français, allemand et britannique notamment l'ont certes fait, mais ils doivent agir de manière plus systématique contre les contre-vérités et les mensonges colportés par la propagande du régime russe. L'exemple typique de cette propagande consiste à présenter Poutine et Assad en remparts contre l'État Islamique et protecteurs des chrétiens d'Orient. L’un et l’autre sont faux. La question de la lutte contre la désinformation doit donc devenir une composante beaucoup plus importante de l'action diplomatique. Il faut espérer que les investigations conduites aux Etats-Unis sur la manière dont cette propagande, fondée sur le mensonge, a faussé la campagne électorale américaine sont un réveil pour l’Europe aussi.

François Heisbourg : Une expression américaine bien connue dit : what happens in Vegas stays in Vegas (ce qui se passe à Las Vegas reste à Las Vegas). Dans le cas du Moyen-Orient, c'est exactement le contraire : ce qui se passe là-bas ne reste pas là-bas. Ni les terroristes ni les réfugiés n'y sont restés. L'idée de se désintéresser du Moyen-Orient alors qu'on habite juste à côté est une notion fantasmagorique. Cela ne veut pas dire pour autant qu'il faille poursuivre la politique que l'on a poursuivie ces dernières années. Mais en tout état de cause, on ne peut pas appliquer une politique d'indifférence.

Une fois dit cela, que faudrait-il faire… ?

Il faut déjà bien se mettre en tête que la France n'est pas une superpuissance et qu'il n'y a pas grand-chose qu'elle puisse faire toute seule. L'impression de cavalier seul qu'avait pu donner Nicolas Sarkozy et François Hollande lors des débuts de la révolution syrienne (rappelons ici la reconnaissance rapide du gouvernement rebelle comme l'interlocuteur officiel de la Syrie) et ce genre d'initiatives solitaires ne peuvent pas donner grand-chose.

Deuxièmement, lorsqu'on envisage une politique, il faut être prêt à en assumer toutes les conséquences. On ne peut pas souhaiter le renversement de Bachar el-Assad comme on l'a souhaité pendant de très longues années sans mettre en œuvre les moyens nécessaires pour le faire ! De ce point de vue, l'Occident a été inconséquent. De son côté, la Russie a été cohérente. Elle s'est demandée ce qu'elle devait faire pour garder Bachar el-Assad, et elle a constaté qu'il fallait qu'elle intervienne militairement. Si nous voulions vraiment le renverser, nous eussions dû agir de façon conséquente.

Une règle géopolitique de base vaut pour le reste du monde mais spécialement au Moyen-Orient : on n'engage pas d'initiatives sans être assurés vis-à-vis de soi-même que l'on est prêt à aller jusqu'au bout des choses que ces initiatives peuvent impliquer. En l'occurrence, il aurait peut-être fallu des objectifs plus modestes.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

02.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

03.

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

04.

Confinement : petits trucs et astuces pour préserver la rapidité de votre accès Internet par temps de surcharge

05.

Béatrice Dalle se marie à nouveau, Katy Perry & Orlando Bloom décalent; Daniel Craig veut tout claquer avant de mourir; Kim Kardashian : sex-exploitée par sa mère ?; Angelina Jolie repart en guerre contre Brad

06.

Coronavirus : et voilà ce qui se serait passé si on n’avait rien fait contre l’épidémie

07.

Coronavirus : pourquoi votre groupe sanguin a une influence sur votre risque d'être infecté

01.

Que ferons-nous de la France post-coronavirus ?

02.

1050 milliards pour la BCE, 700 milliards de dollars pour le budget américain, 50 milliards d’euros pour le Français… d’où vient tout cet argent ?

03.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Covid-19 et confinement strict : pourquoi une résurgence du virus est inévitable

06.

Coronavirus : La Chine tente d’échapper à ses responsabilités en trollant le monde

01.

Coronavirus : la plus grande crise économique de tous les temps… ou pas. Car les armes existent pour la contrer

02.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

03.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

04.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

05.

Que ferons-nous de la France post-coronavirus ?

06.

Lutte contre le Coronavirus : ces failles intellectuelles qui fragilisent la méthode française

Commentaires (19)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ISABLEUE
- 16/12/2016 - 10:10
Trop de communautarisme en Syrie, c'est ce qui l'a tué
Vous souvenez vous des 80 alaouites tués par un sunnite dans l'armée en 1979 ?? Trop de tribus, de religions ou pas, différentes, et ce pays se bouffe depuis des lustres. Les rebelles "modérés" préfèrent pactiser avec les ordures de daesch ou alquaida... c'est dire le niveau et l'amour immodéré pour le peuple.
Qu'ils se démerdent !! Ils sont semés eux-même les graines de la violence et on essaie de culpabiliser les méchants US ou européens !!!!
Tous ces "modérés", armés par les gentils et naïfs européens ont fait venir des combattants étrangers et se fichent pas mal des femmes et de leurs enfants. Ils attendront les élections,, puisque jusqu'à preuve du contraire, ils ont élus leur président.
jurgio
- 15/12/2016 - 14:53
La France, le pays qui se croit une ONG
Une guerre commencée se termine comme on peut. Le meilleur moyen d'éviter les désastres est de tout faire pour qu'elle n'existe pas. La bonne politique qui n'est guère celle de notre gouvernement est de voir clair par raison, c'est à dire : voir loin et prévoir.
Leucate
- 14/12/2016 - 23:03
Tempus fugit
Cet article est le reflet de la politique occidentale jusque là menée par une équipe américaine encore au pouvoir ... jusqu'au 20 janvier lorsqu'un nouveau président et une nouvelle administration dont on aperçoit aujourd'hui les contours prendra les rênes.
Quant à la politique française ? pschitt .. aurait dit l'autre.
De toutes façons, une chose est certaine, il y aura là aussi un nouveau président(e) et un nouveau gouvernement au mois de mai prochain. Et ce ne seront pas des socialistes même si LR s'en rapproche beaucoup.
L'embêtant, c'est que nous auront toujours nos nuls au pouvoir jusqu'en mai alors que les américains auront une autre politique dès le mois de janvier.
Que vont faire nos imbéciles au pouvoir entre fin janvier et mai 2017, c'est la grande inconnue. Avec eux on peut s'attendre au pire.