En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© SEBASTIEN BOZON / AFP
Le problème des gens qui prétendent reprendre un héritage, c'est qu'on a tendance à les comparer à leurs inspirateurs jusqu'au bout. Alors puisque Manuel Valls commet l'imprudence d'essayer de surfer la vague mourante.
Y'a du boulot

Manuel Valls entend incarner la "Force tranquille" ou la stratégie de l’antiphrase pour pallier le contenu

Publié le 13 décembre 2016
A l'occasion d'un déplacement de campagne à Narbonne, l'ancien Premier ministre a déclaré vouloir "incarner une force tranquille", ce 12 décembre.
Christian Combaz, romancier, longtemps éditorialiste au Figaro, présente un billet vidéo quotidien sur TVLibertés sous le titre "La France de Campagnol" en écho à la publication en 2012 de Gens de campagnol (Flammarion). Il est aussi l'auteur de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christian Combaz
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christian Combaz, romancier, longtemps éditorialiste au Figaro, présente un billet vidéo quotidien sur TVLibertés sous le titre "La France de Campagnol" en écho à la publication en 2012 de Gens de campagnol (Flammarion). Il est aussi l'auteur de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A l'occasion d'un déplacement de campagne à Narbonne, l'ancien Premier ministre a déclaré vouloir "incarner une force tranquille", ce 12 décembre.

Manuel Valls vient de changer de stratégie de communication en se faisant passer pour l'émule de François Mitterrand dans la placidité, et en reprenant le même slogan. Est-ce bien raisonnable ?

Le problème des gens qui prétendent reprendre un héritage, c'est qu'on a tendance à les comparer à leurs inspirateurs jusqu'au bout. Alors puisque Manuel Valls commet l'imprudence d'essayer de surfer la vague mourante, presque imperceptible, du sillage de  François Mitterrand, prenons-le au mot. 

D'abord on peut observer qu'il obéit à une stratégie bien connue en publicité, qui est celle des knackis Herta, saucisses polyphosphatées très artificielles, fabriquées et colorées dans des cuves en  inox, mais vendues sous l'étiquette "authentique et naturel" par un grand-père qui les fait griller au feu de bois pendant une sortie champêtre avec son petit-fils. 

Là, visiblement ce que Valls veut nous vendre c'est sa tranquillité, sa maturité, alors que tout le monde voit bien qu'il s'agit au contraire d'un agité qui ressemble de surcroît encore, à cinquante ans, à un petit garçon coléreux et m'as-tu-vu. Donc c'est raté aussi pour la maturité. Ce qui est plus gênant c'est qu'il essaie aussi de vendre sa force et qu'elle serait donc, en vertu du même principe l'antithèse de ce qu'il est vraiment. Une partie des électeurs français, des hommes surtout, a flairé, en effet, en lui le mâle dominant à qui la nature n'a pas donné les moyens de ses ambitions. Du coup il est très imprudent d'attirer l'attention sur ce qu'il ne possède pas. Sa force, si elle existe, est inutile et importune puisqu'elle n'est pas maîtrisée. Il aurait dû miser plutôt sur le mot énergie. Cela transformait en vertu l'impuissance foncière du communicant qui est de devoir bouger tout le temps pour occuper le terrain.

Hélas comme son jumeau à droite (sur qui chacun mettra à un nom aisément), il ne sait rien faire d'autre : bouger, transpirer, trembler de colère à la tribune et hésiter entre chaque mot à force de bouillir intérieurement. Accessoirement aussi,raconter n'importe quoi quand il est acculé, au lieu de se taire, comme Mitterrand l'aurait fait. A l'époque où la France avait du vocabulaire, une époque que Valls n'a pas connue, et cela vaut mieux pour lui quand on l'écoute, on appelait ça être impétueux. L'impétuosité mélange vigueur et mouvement. Mais elle n'a jamais été un signe d'intelligence. C'est là que le bât blesse dans son cas. La méthode Valls a un petit côté Gilles de la Tourette : il glapit toujours les mêmes éléments de langage sur un ton et avec un visage très mobile, mais les gens ne sont pas sûrs qu'il y ait quelque chose derrière ses appels à la République, ses références téméraires à la guerre civile, ses puérilités face à Dieudonné, etc.

La chose curieuse est que Macron adopte une méthode voisine de manière entièrement apprise, sur-jouée, embarrassante. Son chargé de com a dû lui dire qu'il passait pour mièvre, juvénile et qu'il avait la voix haut-perchée, du coup il tonne et fulmine au pupitre, mais on est très loin de Jupiter dont, pourtant, il serait issu par la cuisse.

Dans les deux cas, on voit très bien ce qui leur manque pour acquérir ce que les Américains appelle le momentum : la politique est un système solaire où pour agréger l'opinion, l'attirer à soi selon le principe de la gravité, il faut acquérir de la densité. On ne peut pas attirer un satellite si on est une petite planète gazeuse. A bien des égards, le problème de la politique française, surtout à gauche, est celui de la densité de ses planètes qui ne génère aucune gravité depuis longtemps. Les candidats qui mettent tous leurs oeufs dans le panier de la com' savent bien qu'ils n'ont  aucune profondeur, aucun recueillement, aucun silence intérieur, et que les solutions justes et intelligentes pour le pays ne peuvent venir que d'une planète lourde, inconnue, à l'orbite encore lointaine. On dirait qu'ils la redoutent mais nous l'attendons.

Addendum : Vincent Peillon, visiblement adepte de la méthode de l'antiphrase, aurait déclaré que sa candidature à la primaire serait celle de la "République pour tous", par quoi il faut donc entendre la République pour quelques uns, et là nous sommes à fond dans la filiation mitterrandienne.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

03.

Le Titanic est-il en train de disparaître définitivement ?

04.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

05.

Quand Isabelle (Saporta) trompe Yannick (Jadot) avec Gaspard (Gantzer) et que le vrai cocu s'appelle David (Belliard)

06.

La fin des Bisounours : les experts en marketing découvrent que plus d’un Français sur deux avoue une attirance pour « les méchants »

07.

Fleurs et vacheries au G7 : les avis surprenants des dirigeants étrangers sur Emmanuel Macron ; Notre-Dame, victime collatérale de négligence politique ; Julien Dray, mentor repenti d’Emmanuel Macron ; Panne sèche pour la voiture autonome

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

03.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

03.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

04.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

05.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

06.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ikaris
- 13/12/2016 - 12:50
Valls rhabillé pour l'hiver :-)
Amusant cet article et plutôt vrai !
Anguerrand
- 13/12/2016 - 10:41
Cet agité du bocal
voudrait nous faire croire qu'il est pour une "force tranquille" et quand on le voit piquer des colères noires avec un visage haineux, ce sera une tâche difficile à faire gober aux français.
Anouman
- 13/12/2016 - 09:02
La force tranquille
Ca c'était une trouvaille lors de la campagne de Miterrand. Son affiche de campagne faisait penser à une publicité pour une chaudière...
Mais Valls ce serait plutôt la faiblesse agitée.