En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

02.

Macron skie français

03.

Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable

04.

L'Union européenne envisage d'exclure la Hongrie et la Pologne du fonds européen de relance

05.

Trois étranges monolithes métalliques de 3 m de haut sont apparus aux Etats-Unis et en Roumanie

06.

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

07.

Crise économique : l'OCDE prévoit que la planète va se redresser en 2021... sauf l'Europe qui restera à la traîne. Mais pas par hasard

01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

06.

Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

04.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

05.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

06.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Brut.
Emmanuel Macron : « Je n'ai pas de problème à répéter le terme de violences policières mais je le déconstruis »
il y a 1 heure 36 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les bracelets se noient dans le marc de raisin et quand les tortues ont l’accent italien : c’est l’actualité décembriste des montres
il y a 3 heures 5 min
light > Loisirs
Bingo
La popularité croissante de “All I Want for Christmas is You” montre que l'industrie de la musique valorise les vieilles chansons
il y a 5 heures 37 min
light > Insolite
Bizarre
Trois étranges monolithes métalliques de 3 m de haut sont apparus aux Etats-Unis et en Roumanie
il y a 7 heures 40 min
light > Social
Convivial et efficace
Une recherche en psychologie montre l'intérêt des discussions devant la machine à café
il y a 8 heures 8 min
pépites > Economie
Coronavirus
Le Fonds de solidarité universel s'arrêtera le 31 décembre annonce Bruno Le Maire
il y a 8 heures 51 min
décryptage > France
Vive nous

Macron skie français

il y a 9 heures 8 min
décryptage > Société
Placements privilégiés

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

il y a 9 heures 18 min
décryptage > Politique
Héritage politique

Mort de VGE : mais qu’est devenue la droite libérale en France ?

il y a 9 heures 55 min
décryptage > Religion
Séparatisme

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

il y a 10 heures 34 min
pépites > International
Rebondissement
Ziad Takieddine a été arrêté au Liban
il y a 2 heures 44 min
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : qui de Londres ou de Bruxelles (et de Paris...) prend le plus grand risque dans le bras de fer ?

il y a 4 heures 33 min
décryptage > France
Article 24

Police, manifestants et libertés publiques : les images de violence servent-elles la Vérité... ou de munitions aux combattants de nos guerres idéologiques ?

il y a 7 heures 32 min
pépite vidéo > Economie
Commerçants face à la crise
Nouveau calendrier : Bruno Le Maire confirme le report des soldes d'hiver au 20 janvier prochain
il y a 8 heures 17 sec
rendez-vous > Religion
Géopolitico-scanner
Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable
il y a 8 heures 44 min
pépites > Economie
Voyage moins cher
La SNCF envisage de plafonner le prix des billets de TGV en seconde classe
il y a 9 heures 3 min
pépites > Politique
Scandale
Dominique Strauss-Kahn annonce la sortie d'un documentaire sur sa vie à l'automne 2021
il y a 9 heures 17 min
décryptage > Science
Espace

ClearSpace-1 : l’opération anti-débris spatiaux qui sauvera nos satellites (et nos GPS)

il y a 9 heures 35 min
décryptage > High-tech
Course aux vaccins

IBM détecte des cyber-attaques en cours contre la distribution des vaccins anti-Covid dans le monde : alerte écarlate ou rouge pâle ?

il y a 10 heures 16 min
Montrer l’exemple
Covid-19 : les anciens présidents américains Barack Obama, George W. Bush et Bill Clinton sont prêts à se faire vacciner en direct
il y a 20 heures 51 min
© JACQUES DEMARTHON / AFP
© JACQUES DEMARTHON / AFP
Retour vers le futur

Programme commun, le retour : le duo Montebourg-Mélenchon est-il capable de refaire le coup du couple Mitterrand-Marchais de 1981 ?

Publié le 16 décembre 2016
Alors qu'Arnaud Montebourg ne serait pas contre un rapprochement avec Jean-Luc Mélenchon, une telle alliance ne serait pas sans rappeler le duo formé par François Mitterrand et Georges Marchais lors du Programme commun de la gauche des années 1970.
Jean Garrigues
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Garrigues est professeur d'histoire contemporaine à l'université d'Orléans et président du Comité d'histoire parlementaire et politique. Il a notamment publié L'histoire secrète de la corruption sous la Vème République (Nouveau...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors qu'Arnaud Montebourg ne serait pas contre un rapprochement avec Jean-Luc Mélenchon, une telle alliance ne serait pas sans rappeler le duo formé par François Mitterrand et Georges Marchais lors du Programme commun de la gauche des années 1970.

Atlantico : Arnaud Montebourg a récemment fait savoir qu'il serait prêt à un rapprochement avec Jean-Luc Mélenchon et même, éventuellement, envisager un programme commun. En 1972, le PCF et le PS, avec les radicaux de gauche, proposaient un programme commun en vue de l'élection présidentielle, qui contribua notamment à l'élection de François Mitterrand en 1981 et à la recomposition du paysage politique à gauche. Une telle situation vous paraît-elle réalisable aujourd'hui ? Quels sont les points de comparaison possible ?

Jean Garrigues : Rappelons tout d'abord que l'union de la gauche était l'union entre deux grands partis (PCF, PS) et un parti plus marginal (Mouvement des radicaux de gauche, dirigé par Robert Fabre). François Mitterrand et Georges Marchais représentaient alors chacun d'entre eux un parti de force égale dans le champ politique de l'époque, avec l'idée très claire pour François Mitterrand d'utiliser cette alliance pour affaiblir le PC et prendre le leadership de la gauche en vue de la présidentielle de 1981.

Le problème aujourd'hui, c'est que si l'on peut considérer que Jean-Luc Mélenchon est le leader incontesté de la gauche protestataire, reprenant l'héritage du PC d'il y a 40 ans, Arnaud Montebourg, lui, n'incarne que l'un des courants du PS. Il n'a donc pas la légitimité partisane de pouvoir traiter de chef de parti à chef de parti.

Une fois dit cela, il est vrai qu'Arnaud Montebourg incarne une ligne politique qui apparaît plus proche de l'héritage de François Mitterrand que celle qu'incarne Manuel Valls. Ce dernier, disciple et collaborateur de Michel Rocard, a en effet très clairement signifié sa volonté de faire évoluer le PS vers le social-libéralisme et une nouvelle forme de social-démocratie pragmatique, faisant de la relance par l'offre la ligne de cette rénovation. Ce n'était pas le cas de François Mitterrand quand il avait négocié dans les années 1970 le Programme Commun, qui était un programme de rupture radicale et même révolutionnaire avec la société gaullienne de l'époque. D'un autre côté, le type de société ou le programme d'Arnaud Montebourg est quand même très éloigné de ce qu'était la ligne du PS il y a 40 ans. On peut qualifier son socialisme de social-volontarisme, social-patriotisme (made in France), social-protectionnisme (fermeture des frontières). Sur certains points, il peut y avoir des similitudes avec le socialisme de François Mitterrand (demande, investissement…), mais il n'y a pas chez Montebourg tout le volet des nationalisations, très important à l'époque.

A contrario, il y a une différence de taille entre la sensibilité politique d'Arnaud Montebourg et celle de François Mitterrand. Pour ce dernier, l'idée d'unification européenne était primordiale, alors qu'Arnaud Montebourg se situe plutôt dans un mouvement de réaction et de rejet des contraintes de l'Union européenne. C'est une différence très importante, qui peut par ailleurs le rendre plus compatible avec l'héritage de la gauche protestataire (toujours très hostile à l'UE et au marché commun).

En quoi la situation dans laquelle se trouvent les communistes aujourd'hui est-elle susceptible de les pousser à accepter de telles négociations ? Dans quelle mesure dépendent-ils du PS pour s'en sortir aujourd'hui, malgré la montée de Mélenchon ? Comment lire les rapports de forces ?

Il est très clair qu'aujourd'hui le PC n'a plus du tout l'influence électorale et politique qui était la sienne du temps de l'Union de la gauche. Rappelons qu'aux élections législatives de 1978, le PC était presque au même niveau que le PS (respectivement 20,6 et 22,8%). Aujourd'hui, le PC représente à la fois une tradition, un héritage et une image de moins en moins ouvriériste, puisque c'est plutôt dans le monde des professions intellectuelles et chez les employés qu'il prospère. C'est un parti d'élus locaux, avec certains bastions en banlieue parisienne ou dans quelques pôles périphériques des grandes villes. Il est aujourd'hui contraint à une alliance supplétive avec ses partenaires socialistes.

Toute la question est de savoir à quelles conditions ces alliances sont possibles. On voit bien qu'il y a une incompatibilité désormais radicale entre les communistes et ce que serait un PS dirigé par Manuel Valls. On voit aussi des difficultés dans les réticences des communistes à soutenir Jean-Luc Mélenchon. En revanche, on voit aussi que ce soutien s'est imposé de lui-même à cause du manque de leadership du PC, ce qui représente une très grosse différence avec les années 1970 où les communistes avaient un leader charismatique en la personne de Georges Marchais.

Les facteurs de cette possible entente sont donc la diminution évidente de leur poids électoral, l'absence de leadership, et la tradition des alliances avec la gauche non communiste. Cette alliance peut se faire sous la houlette de Jean-Luc Mélenchon car les fondamentaux de la ligne communiste (protection sociale, retour à un certain protectionnisme très critique de l'UE, discours très critique envers les institutions de la Vème République...) peuvent être compatibles avec le programme d'Arnaud Montebourg.

Arnaud Montebourg et Jean-Luc Mélenchon ont-ils l'ampleur et la hauteur de vue de François Mitterrand et Georges Marchais ? Au vu des suites d'un tel rapprochement, que peut-on craindre, pour le PS comme pour la France Insoumise ?

Arnaud Montebourg n'a pas le leadership sur la gauche qu'exerçait de manière incontestable François Mitterrand en 1971. Celui-ci avait été le candidat de toute la gauche à la présidentielle de 1965 alors qu'il n'était ni membre de la SFIO, ni du PCF. Il avait donc déjà cette expérience et avait installé son leadership sur la gauche, ce qui lui avait permis en 1971 de prendre la tête du parti sans trop de difficultés au congrès d'Épinay, en s'appuyant d'ailleurs sur des courants très divers (Jean-Pierre Chevènement, Pierre Mauroy…). Arnaud Montebourg n'a pas le poids politique de François Mitterrand pour imposer une telle alliance, même s'il peut être soutenu par certains poids lourds socialistes tels que Martine Aubry. Notons également sa trajectoire assez sinueuse lors du quinquennat de François Hollande : rappelons par exemple qu'il avait fait alliance avec Manuel Valls pour faire tomber Jean-Marc Ayrault avant de quitter le gouvernement de ce même Manuel Valls, devenu son adversaire. Cette sinuosité dans son parcours pose un véritable problème de légitimité.

De son côté, Jean-Luc Mélenchon s'est imposé comme leader charismatique de la gauche de la gauche et partage avec Georges Marchais cette capacité tribunicienne. Pour lui, les choses sont plus claires. Sa popularité traduit véritablement son leadership, qui peut par ailleurs constituer un danger pour Arnaud Montebourg car à la différence des années 1970 où la stratégie d'alliance s'était avérée payante pour François Mitterrand, la dynamique d'aujourd'hui apparaît plutôt du côté de Jean-Luc Mélenchon. Il y a une cohérence, un leadership incontesté, le contexte actuel d'émergence du populisme européen, etc.

Selon moi, la stratégie d'alliance est beaucoup plus risquée pour Arnaud Montebourg que pour François Mitterrand à l'époque, et pourrait déboucher sur un leadership de la gauche non socialiste à la faveur de la présidentielle de 2017, ce qui serait un retournement historique.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 12/12/2016 - 22:54
Ne cherchez pas de divisions parmi les patriotes!
Malgré les cheveux tirés en quatre par tous les commentateurs de ces derniers jours' il n'y a pas l'épaisseur d'un cheveu entre les positions de Florian Philippot et celles de Marion Marechal Le Pen. S'ils s'opposent sur quelques détails societaux -un détail de l'histoire FN -cela prouve que le FN n'est pas monolithique...
Anguerrand
- 12/12/2016 - 10:41
Mais dans ce duo vous oubliez Philippot
MMLP dénonce maintenant le gauchisme imposé par Phillipipot. C'est bien lui qui a fait d'un Parti dit d'extrême droite, un Parti d'extrême gauche et MLP rajoute pour corser le tout que les musulmans sont compatibles avec la république et donc avec les français, ce sera les mêmes électeurs qui voteront pour ce magnifique trio. MMLP oui, MLP non.
masaï
- 11/12/2016 - 18:57
HELAS...
Macron n'est pas le produit du troisième millénaire, mais le pur produit formaté de la fin du deuxième... Je l'écoute, je l'observe et vois toutes les postures, les poncifs, les jeux de rôles de sa formation ENA... un excellent énarque au demeurant, mais un énarque pur jus, qui considère que le pays doit se plier aux statistiques et rapports scolaires dont il n'est jamais sorti... Le fait qu'il soit excellent au micro, jusqu'à prendre des poses de Saint Pierre ou de Prophète (Ségolène l'avait fait avant lui, souvenez vous de sa magnifique prestation de Madone Inspirée, les yeux perdus dans les nuages, les bras levés vers le ciel....)...mais...Taubira aussi est un "tribun", une actrice qui soulève les foules... et on a vu (et on continue à subir) le résultat... Pour ne pas parler du "tribun" qui a enthousiasmé le plus grand nombre avec le résultat que l'on sait.... Adolphe qu'il s'appelait, il me semble....Bref... Marcon cause bien au micro... De là à s'enflammer en le portant aux nues et vouloir en faire un sauveur.... Cela fait un peu sourire, si ce n'était pas si triste...Juste un prédateur de plus dont les carnassières raient le plancher. Avec un programme déjà moisi...