En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L’Europe paralysée face au péril turc : cette question brûlante à poser à Emmanuel Macron

02.

Le chauffeur de Bayonne a été lynché à mort : le ministre des transports a osé parler « d’incivilités » !

03.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

04.

Monsieur, madame, le, la maire de Lyon…

05.

Quand le budget européen prévu pour gérer les crises agricoles est affecté au maintien des migrants syriens en Turquie

06.

Le Ségur de la Santé, ou la victoire de la bureaucratie sur l'intérêt général

07.

Coronavirus : la pandémie entraîne une chute de la consommation de viande sans précédent depuis des décennies

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

04.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

05.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

06.

HATVP : Pénélope Komitès, adjointe d'Anne Hidalgo, aurait oublié de déclarer 250.000 euros et évoque une "erreur"

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

03.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

04.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

05.

La droite, seule menace aux yeux d’Emmanuel Macron

06.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

ça vient d'être publié
pépites > Economie
EMPLOI
Macron annonce une exonération de cotisations et 300.000 contrats d'insertion pour les jeunes
il y a 2 heures 30 min
pépites > Santé
SANTÉ
Macron souhaite le masque obligatoire dans tous les lieux publics clos
il y a 3 heures 49 min
light > France
FÊTE PERCHÉE
Un DJ va mixer en haut de la grande échelle des pompiers
il y a 4 heures 21 min
pépites > France
CORONAVIRUS
Le nombre de cas de Covid-19 double tous les deux jours à Marseille
il y a 5 heures 3 min
pépite vidéo > France
DÉFILÉ
14 juillet : Trois miraculés d’une intervention au Mali vont défiler
il y a 5 heures 51 min
décryptage > Société
Des mots pour mentir

Le chauffeur de Bayonne a été lynché à mort : le ministre des transports a osé parler « d’incivilités » !

il y a 7 heures 26 min
décryptage > France
BACCALAURÉAT 2020

Baccalauréat 2020 : la cuvée coronavirus a été livrée

il y a 7 heures 51 min
décryptage > Economie
WIKI AGRI

Quand le budget européen prévu pour gérer les crises agricoles est affecté au maintien des migrants syriens en Turquie

il y a 8 heures 18 min
décryptage > Europe
UNION EUROPÉENNE

Union européenne : la réglementation sur les travailleurs routiers déchirent les Européens

il y a 9 heures 4 min
décryptage > Politique
POLITIQUE

L’Europe paralysée face au péril turc : cette question brûlante à poser à Emmanuel Macron

il y a 10 heures 8 min
pépite vidéo > Santé
FÊTE NATIONALE
Emmanuel Macron souhaite rendre le masque obligatoire dans les lieux publics clos
il y a 2 heures 41 min
light > Insolite
BON APPÉTIT
Une cliente trouve une tête de lézard dans sa bolognaise, l'enseigne s'excuse
il y a 3 heures 56 min
pépites > France
COMMÉMORATION
Nice commémore les quatre ans de l'attentat de Nice
il y a 4 heures 35 min
pépites > France
FRANCE
"MACRON ASPHYXIE L'HÔPITAL" une banderole déployée durant la cérémonie
il y a 5 heures 33 min
décryptage > Media
L'ART DE LA PUNCHLINE

Un 14 juillet en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 6 heures 54 min
décryptage > Société
Inclusivement vôtre

Monsieur, madame, le, la maire de Lyon…

il y a 7 heures 42 min
décryptage > International
INTERNATIONAL

Que fait la France - trop souvent et encore seule - au Sahel ?

il y a 8 heures 1 min
décryptage > Politique
POLITIQUE

Le Ségur de la Santé, ou la victoire de la bureaucratie sur l'intérêt général

il y a 8 heures 40 min
décryptage > Science
SCIENCE

Coronavirus, 2eme vague et crise économique : 2020, l’été de la grande dissonance cognitive

il y a 9 heures 44 min
pépite vidéo > Loisirs
Ouverture du Royaume
Après 4 mois de fermeture, Disneyland Paris réouvre ses portes ce mercredi
il y a 1 jour 20 min
© JACQUES DEMARTHON / AFP
© JACQUES DEMARTHON / AFP
Retour vers le futur

Programme commun, le retour : le duo Montebourg-Mélenchon est-il capable de refaire le coup du couple Mitterrand-Marchais de 1981 ?

Publié le 16 décembre 2016
Alors qu'Arnaud Montebourg ne serait pas contre un rapprochement avec Jean-Luc Mélenchon, une telle alliance ne serait pas sans rappeler le duo formé par François Mitterrand et Georges Marchais lors du Programme commun de la gauche des années 1970.
Jean Garrigues
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Garrigues est professeur d'histoire contemporaine à l'université d'Orléans et président du Comité d'histoire parlementaire et politique. Il a notamment publié L'histoire secrète de la corruption sous la Vème République (Nouveau...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors qu'Arnaud Montebourg ne serait pas contre un rapprochement avec Jean-Luc Mélenchon, une telle alliance ne serait pas sans rappeler le duo formé par François Mitterrand et Georges Marchais lors du Programme commun de la gauche des années 1970.

Atlantico : Arnaud Montebourg a récemment fait savoir qu'il serait prêt à un rapprochement avec Jean-Luc Mélenchon et même, éventuellement, envisager un programme commun. En 1972, le PCF et le PS, avec les radicaux de gauche, proposaient un programme commun en vue de l'élection présidentielle, qui contribua notamment à l'élection de François Mitterrand en 1981 et à la recomposition du paysage politique à gauche. Une telle situation vous paraît-elle réalisable aujourd'hui ? Quels sont les points de comparaison possible ?

Jean Garrigues : Rappelons tout d'abord que l'union de la gauche était l'union entre deux grands partis (PCF, PS) et un parti plus marginal (Mouvement des radicaux de gauche, dirigé par Robert Fabre). François Mitterrand et Georges Marchais représentaient alors chacun d'entre eux un parti de force égale dans le champ politique de l'époque, avec l'idée très claire pour François Mitterrand d'utiliser cette alliance pour affaiblir le PC et prendre le leadership de la gauche en vue de la présidentielle de 1981.

Le problème aujourd'hui, c'est que si l'on peut considérer que Jean-Luc Mélenchon est le leader incontesté de la gauche protestataire, reprenant l'héritage du PC d'il y a 40 ans, Arnaud Montebourg, lui, n'incarne que l'un des courants du PS. Il n'a donc pas la légitimité partisane de pouvoir traiter de chef de parti à chef de parti.

Une fois dit cela, il est vrai qu'Arnaud Montebourg incarne une ligne politique qui apparaît plus proche de l'héritage de François Mitterrand que celle qu'incarne Manuel Valls. Ce dernier, disciple et collaborateur de Michel Rocard, a en effet très clairement signifié sa volonté de faire évoluer le PS vers le social-libéralisme et une nouvelle forme de social-démocratie pragmatique, faisant de la relance par l'offre la ligne de cette rénovation. Ce n'était pas le cas de François Mitterrand quand il avait négocié dans les années 1970 le Programme Commun, qui était un programme de rupture radicale et même révolutionnaire avec la société gaullienne de l'époque. D'un autre côté, le type de société ou le programme d'Arnaud Montebourg est quand même très éloigné de ce qu'était la ligne du PS il y a 40 ans. On peut qualifier son socialisme de social-volontarisme, social-patriotisme (made in France), social-protectionnisme (fermeture des frontières). Sur certains points, il peut y avoir des similitudes avec le socialisme de François Mitterrand (demande, investissement…), mais il n'y a pas chez Montebourg tout le volet des nationalisations, très important à l'époque.

A contrario, il y a une différence de taille entre la sensibilité politique d'Arnaud Montebourg et celle de François Mitterrand. Pour ce dernier, l'idée d'unification européenne était primordiale, alors qu'Arnaud Montebourg se situe plutôt dans un mouvement de réaction et de rejet des contraintes de l'Union européenne. C'est une différence très importante, qui peut par ailleurs le rendre plus compatible avec l'héritage de la gauche protestataire (toujours très hostile à l'UE et au marché commun).

En quoi la situation dans laquelle se trouvent les communistes aujourd'hui est-elle susceptible de les pousser à accepter de telles négociations ? Dans quelle mesure dépendent-ils du PS pour s'en sortir aujourd'hui, malgré la montée de Mélenchon ? Comment lire les rapports de forces ?

Il est très clair qu'aujourd'hui le PC n'a plus du tout l'influence électorale et politique qui était la sienne du temps de l'Union de la gauche. Rappelons qu'aux élections législatives de 1978, le PC était presque au même niveau que le PS (respectivement 20,6 et 22,8%). Aujourd'hui, le PC représente à la fois une tradition, un héritage et une image de moins en moins ouvriériste, puisque c'est plutôt dans le monde des professions intellectuelles et chez les employés qu'il prospère. C'est un parti d'élus locaux, avec certains bastions en banlieue parisienne ou dans quelques pôles périphériques des grandes villes. Il est aujourd'hui contraint à une alliance supplétive avec ses partenaires socialistes.

Toute la question est de savoir à quelles conditions ces alliances sont possibles. On voit bien qu'il y a une incompatibilité désormais radicale entre les communistes et ce que serait un PS dirigé par Manuel Valls. On voit aussi des difficultés dans les réticences des communistes à soutenir Jean-Luc Mélenchon. En revanche, on voit aussi que ce soutien s'est imposé de lui-même à cause du manque de leadership du PC, ce qui représente une très grosse différence avec les années 1970 où les communistes avaient un leader charismatique en la personne de Georges Marchais.

Les facteurs de cette possible entente sont donc la diminution évidente de leur poids électoral, l'absence de leadership, et la tradition des alliances avec la gauche non communiste. Cette alliance peut se faire sous la houlette de Jean-Luc Mélenchon car les fondamentaux de la ligne communiste (protection sociale, retour à un certain protectionnisme très critique de l'UE, discours très critique envers les institutions de la Vème République...) peuvent être compatibles avec le programme d'Arnaud Montebourg.

Arnaud Montebourg et Jean-Luc Mélenchon ont-ils l'ampleur et la hauteur de vue de François Mitterrand et Georges Marchais ? Au vu des suites d'un tel rapprochement, que peut-on craindre, pour le PS comme pour la France Insoumise ?

Arnaud Montebourg n'a pas le leadership sur la gauche qu'exerçait de manière incontestable François Mitterrand en 1971. Celui-ci avait été le candidat de toute la gauche à la présidentielle de 1965 alors qu'il n'était ni membre de la SFIO, ni du PCF. Il avait donc déjà cette expérience et avait installé son leadership sur la gauche, ce qui lui avait permis en 1971 de prendre la tête du parti sans trop de difficultés au congrès d'Épinay, en s'appuyant d'ailleurs sur des courants très divers (Jean-Pierre Chevènement, Pierre Mauroy…). Arnaud Montebourg n'a pas le poids politique de François Mitterrand pour imposer une telle alliance, même s'il peut être soutenu par certains poids lourds socialistes tels que Martine Aubry. Notons également sa trajectoire assez sinueuse lors du quinquennat de François Hollande : rappelons par exemple qu'il avait fait alliance avec Manuel Valls pour faire tomber Jean-Marc Ayrault avant de quitter le gouvernement de ce même Manuel Valls, devenu son adversaire. Cette sinuosité dans son parcours pose un véritable problème de légitimité.

De son côté, Jean-Luc Mélenchon s'est imposé comme leader charismatique de la gauche de la gauche et partage avec Georges Marchais cette capacité tribunicienne. Pour lui, les choses sont plus claires. Sa popularité traduit véritablement son leadership, qui peut par ailleurs constituer un danger pour Arnaud Montebourg car à la différence des années 1970 où la stratégie d'alliance s'était avérée payante pour François Mitterrand, la dynamique d'aujourd'hui apparaît plutôt du côté de Jean-Luc Mélenchon. Il y a une cohérence, un leadership incontesté, le contexte actuel d'émergence du populisme européen, etc.

Selon moi, la stratégie d'alliance est beaucoup plus risquée pour Arnaud Montebourg que pour François Mitterrand à l'époque, et pourrait déboucher sur un leadership de la gauche non socialiste à la faveur de la présidentielle de 2017, ce qui serait un retournement historique.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 12/12/2016 - 22:54
Ne cherchez pas de divisions parmi les patriotes!
Malgré les cheveux tirés en quatre par tous les commentateurs de ces derniers jours' il n'y a pas l'épaisseur d'un cheveu entre les positions de Florian Philippot et celles de Marion Marechal Le Pen. S'ils s'opposent sur quelques détails societaux -un détail de l'histoire FN -cela prouve que le FN n'est pas monolithique...
Anguerrand
- 12/12/2016 - 10:41
Mais dans ce duo vous oubliez Philippot
MMLP dénonce maintenant le gauchisme imposé par Phillipipot. C'est bien lui qui a fait d'un Parti dit d'extrême droite, un Parti d'extrême gauche et MLP rajoute pour corser le tout que les musulmans sont compatibles avec la république et donc avec les français, ce sera les mêmes électeurs qui voteront pour ce magnifique trio. MMLP oui, MLP non.
masaï
- 11/12/2016 - 18:57
HELAS...
Macron n'est pas le produit du troisième millénaire, mais le pur produit formaté de la fin du deuxième... Je l'écoute, je l'observe et vois toutes les postures, les poncifs, les jeux de rôles de sa formation ENA... un excellent énarque au demeurant, mais un énarque pur jus, qui considère que le pays doit se plier aux statistiques et rapports scolaires dont il n'est jamais sorti... Le fait qu'il soit excellent au micro, jusqu'à prendre des poses de Saint Pierre ou de Prophète (Ségolène l'avait fait avant lui, souvenez vous de sa magnifique prestation de Madone Inspirée, les yeux perdus dans les nuages, les bras levés vers le ciel....)...mais...Taubira aussi est un "tribun", une actrice qui soulève les foules... et on a vu (et on continue à subir) le résultat... Pour ne pas parler du "tribun" qui a enthousiasmé le plus grand nombre avec le résultat que l'on sait.... Adolphe qu'il s'appelait, il me semble....Bref... Marcon cause bien au micro... De là à s'enflammer en le portant aux nues et vouloir en faire un sauveur.... Cela fait un peu sourire, si ce n'était pas si triste...Juste un prédateur de plus dont les carnassières raient le plancher. Avec un programme déjà moisi...