En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

06.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

07.

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

04.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 5 min 43 sec
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 8 min 7 sec
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 9 min 15 sec
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 13 min 27 sec
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 15 heures 51 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 16 heures 28 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 19 heures 11 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 20 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 21 heures 12 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 23 heures 57 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 7 min 5 sec
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 9 min 8 sec
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 9 min 21 sec
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 13 min 43 sec
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 16 heures 11 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 18 heures 13 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 19 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 21 heures 7 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 23 heures 50 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 1 jour 6 min
© Reuters
A n'en pas douter, l'ancien ministre de l'Intérieur va mettre l'accent sur la sécurité et va rappeler le rôle majeur joué par l'exécutif après les attentats qui ont égrainé les années 2015 et 2016.
© Reuters
A n'en pas douter, l'ancien ministre de l'Intérieur va mettre l'accent sur la sécurité et va rappeler le rôle majeur joué par l'exécutif après les attentats qui ont égrainé les années 2015 et 2016.
Souder les liens

Aider Hollande ET Valls : le délicat double objectif de Bernard Cazeneuve dans son discours de politique générale

Publié le 16 décembre 2016
Le Premier ministre s'exprimera mardi devant le Parlement. Il va dresser les grandes lignes de cette fin de quinquennat et tenter de lancer des perspectives pour l'avenir.
Christelle Bertrand
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christelle Bertrand, journaliste politique à Atlantico, suit la vie politique française depuis 1999 pour le quotidien France-Soir, puis pour le magazine VSD, participant à de nombreux déplacements avec Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Hollande,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Premier ministre s'exprimera mardi devant le Parlement. Il va dresser les grandes lignes de cette fin de quinquennat et tenter de lancer des perspectives pour l'avenir.

Atlantico : Ce mardi, Bernard Cazeneuve va prononcer son discours de politique générale. Quels sont les enjeux en cette fin de quinquennat ?

Christelle Bertrand : Ils sont majeurs puisqu'il revient à Bernard Cazeneuve de faire en sorte que le quinquennat se termine mieux qu'il n'a commencé. Son discours de politique générale de mardi doit tenter de rassembler la gauche autour de quelques thématiques fédératrices. A n'en pas douter, l'ancien ministre de l'Intérieur va mettre l'accent sur la sécurité et va rappeler le rôle majeur joué par l'exécutif après les attentats qui ont égrainé les années 2015 et 2016. Un dossier sécurité qui restera à l'épicentre de cette fin de mandat puisque la dernière réforme débattue au Parlement portera sur la légitime défense des policiers. Un débat qui pourrait à nouveau fracturer la gauche.

 

Bernard Cazeneuve devrait aussi, ce mardi, mettre l'accent sur la question sociale dont il sait qu'elle est l'un des talons d'Achille de François Hollande, une partie du PS lui reprochant de n'avoir pas traité cette question qui est pourtant l'un des totems de la gauche. Bref, Bernard Cazeneuve va devoir ressouder les troupes. Et en particulier, le groupe parlementaire jusqu’ici écartelé entre frondeurs et légitimistes. Son rôle est de réconcilier la gauche afin qu'elle parte unie à la présidentielle. Une tâche titanesque. Le vote solennel qui permettra, à l'issue du discours, d'approuver le programme de gouvernement présenté sera, de ce point de vue, symbolique.

 

Bernard Cazeneuve peut-il, tout en tentant de ressouder son camp, aider François Hollande à redorer son image ?

 

Oui, lors de ce discours de politique générale il peut revaloriser les réformes effectuées durant le quinquennat, tenter de réécrire l'histoire avec plus de crédibilité qu'un François Hollande démonétisé. C'est même l'une des clés de la victoire. Certes, si la gauche a une chance, même infime, d'être au second tour, c’est parce qu'elle aura un projet mais aussi parce qu'elle aura su raconter l'histoire du quinquennat passé de façon plus valorisante que ça n'a été fait jusqu'alors. Bernard Cazeneuve pourrait donc, mardi, poser la première pierre de ce récit d'autant que l'exercice est taillé sur mesure pour ce fin orateur, interlocuteur redoutable, calme et pince-sans-rire qui est apprécié de ses homologues députés de droite comme de gauche. Mais si l’éloquence aide en politique et fait partie intégrante du job, elle ne suffit pas à fédérer derrière soi. Les idées restent moteurs, or Bernard Cazeneuve, en cette fin de quinquennat, n'aura pas grand-chose à proposer aux députés en termes de projets communs sans déborder de son rôle de chef de la majorité.

En quoi peut-il, en même temps, donner un coup de pouce à Manuel Valls ? Est-ce compatible avec sa fidélité affichée envers le chef de l’État ?

 

Un discours de politique générale permet surtout de poser le cadre de la politique qui sera appliquée durant les mois qui viennent, de passer un contrat de gouvernance avec la majorité. A priori, Manuel Valls ne fait plus partie de cette histoire. Mais Bernard Cazeneuve peut cependant rappeler le rôle que le Premier ministre a joué durant cinq ans. En tentant de réussir cette fin de quinquennat, il rend aussi service au candidat à la primaire. Mais le Premier ministre, très proche de Manuel Valls, essaie aussi de jeter des ponts avec son adversaire Emmanuel Macron. Ainsi, son premier déplacement de Premier ministre a été pour aller saluer Gérard Collomb à Lyon. Un geste symbolique et présenté comme tel par le chef du gouvernement, assorti d'un véritable plaidoyer pour le premier magistrat de la ville.

 

"Je suis ici chez un ami dont je connais la valeur, dont je sais l'engagement et l'amour pour son territoire, qu'il défend admirablement à Paris et bien au-delà de nos frontières pour le faire rayonner. Je voudrais lui adresser mes remerciements pour la manière dont il accomplit sa mission et lui réaffirmer ma considération pour ce qu'il est". Bernard Cazeneuve semble donc bien s'être donné pour mission de réconcilier la gauche en vue de 2017.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
D'AMATO
- 14/12/2016 - 13:00
Hollande n'a presque plus de monde à mettre " aux Postes".....
...alors il fait avec ce qui lui reste...
Quant à le sauver LUI et L'ENERVASSE.'...c'est une autre paire de manches....Je serais plutôt d'avis de les noyer, tous les deux (the two) puisque nous ne l'avons pas fait à la naissance.!!!!...Voyez!!! on a du retard....
Paulquiroulenamassepasmousse
- 12/12/2016 - 18:05
Comment ce type pourrait-il aider quelqu'un ........
Vu ses états de services à l'intérieur.......+ 250 morts par faits de terrorisme....il eut été logique qu'il se fasse tout petit ( il a des prédispositions ) et essaye de se faire oublier en démissionnant.
Au lieu de ça, "il la ramène" et voudrait être un "faiseur de roi" alors qu'il n'est qu'un "raseur de foire".........ce mec n'est vraiment pas à la hauteur
...........des événements !
zouk
- 12/12/2016 - 12:16
Deux objectifs parfaitement contradictoires
Même Démosthène ne parviendrait pas à aider à la fois Valls et Hollande, de toutes façons tous deux parfaitement impossibles à sauver