En direct
Best of
Best of du 12 au 18 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

02.

Ce que la médiation Blanquer-Taché dit vraiment de LREM

03.

Attention à vos smartphones, les cas de piratage sont de plus en plus fréquents

04.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

05.

Des chercheurs identifient la mutation génétique qui explique que certaines personnes dorment très peu

06.

Corse : mobilisation pour la lutte contre une mafia... qui n’existe pas

07.

Partout dans l’OCDE, le problème spécifique du chômage des personnes originaires d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient

01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

05.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

06.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

03.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

04.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

05.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

06.

Pression islamiste : quelles leçons de la guerre froide et du "containment" de la menace intérieure communiste ?

ça vient d'être publié
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 21 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 1 heure 16 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre : "Jour de courage" de Brigitte Giraud - Le jour du coming out d’un adolescent

il y a 2 heures 41 min
pépites > Société
Imbroglio politique
Irlande du Nord : Légalisation de l'avortement et du mariage homosexuel
il y a 5 heures 4 min
décryptage > Politique
Tribune

Logement : il faut faire tout le contraire de la politique d’Anne Hidalgo !

il y a 6 heures 36 min
décryptage > Social
Disparité

Partout dans l’OCDE, le problème spécifique du chômage des personnes originaires d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient

il y a 7 heures 6 sec
décryptage > Economie
Ecologisme

PLF 2020 : la fiscalité environnementale ne sauvera pas la planète

il y a 7 heures 29 min
décryptage > Science
Quand le ciel nous tombe sur la tête

L'Europe lance un programme de résilience aux tempêtes solaires

il y a 7 heures 59 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Santé, retraite, service public : Macron tenté de reprendre son programme de réformes à zéro

il y a 8 heures 19 min
décryptage > Social
Attention, danger politique du troisième type

Gouvernement, minorités activistes et reste de la société : le trio infernal que plus rien ne relie ?

il y a 8 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Vania : Une même nuit nous attend tous" : "Oncle Vania" revisité

il y a 1 jour 2 heures
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le dernier des Yakuzas" de Jake Adelstein - Plongée dans le Japon des gangs, un héros inquiétant, un récit haletant !

il y a 2 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Looking for Beethoven" de Pascal Amoyel : Une immersion totale vibrante, époustouflante dans le monde de Beethoven

il y a 2 heures 45 min
décryptage > Société
Imbroglio politique

Irlande du Nord : Légalisation de l'avortement et du mariage homosexuel

il y a 5 heures 6 min
décryptage > Social
Marronnier

La SNCF sur la voie de garage

il y a 6 heures 48 min
décryptage > Société
Cachez-moi ça

Des slips sur des statues de nus à l'UNESCO ! Pour ne pas heurter "certaines sensibilités"…

il y a 7 heures 19 min
décryptage > Santé
La vie est injuste

Des chercheurs identifient la mutation génétique qui explique que certaines personnes dorment très peu

il y a 7 heures 54 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

Comment l’individualisme risque de détruire la démocratie

il y a 8 heures 4 min
décryptage > Société
Ultra moderne voilitude

Cette double crise de la modernité qui paralyse les réflexes démocratiques français

il y a 8 heures 24 min
pépite vidéo > Faits divers
Héroique
Etats-Unis : Il désarme un élève armé d'un fusil à pompe en lui faisant un câlin
il y a 1 jour 1 heure
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : "Sept ans de réflexion" : Une farce (un peu trop lourde) sur l'adultère

il y a 1 jour 2 heures
© Reuters
© Reuters
Reportage choc sur France 2

Exclusion des femmes de l’espace public : un regard lucide qui ne doit pas faire oublier que l’emprise de l’islam politique sur certains quartiers ne se réduit pas à une problématique d’égalité des sexes

Publié le 09 décembre 2016
Un reportage tourné à Sevran et diffusé ce mercredi 7 décembre sur France 2 a mis en avant le problème d'exclusion des lieux publics dont souffrent les femmes dans certains quartiers populaires.
Guylain Chevrier est docteur en histoire, enseignant , formateur et consultant.Il est membre du groupe de réflexion sur la laïcité auprès du Haut conseil à l’intégration.Dernier ouvrage : LAÏCITÉ, ÉMANCIPATION ET TRAVAIL SOCIAL L’Harmattan, Sous la...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guylain Chevrier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guylain Chevrier est docteur en histoire, enseignant , formateur et consultant.Il est membre du groupe de réflexion sur la laïcité auprès du Haut conseil à l’intégration.Dernier ouvrage : LAÏCITÉ, ÉMANCIPATION ET TRAVAIL SOCIAL L’Harmattan, Sous la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un reportage tourné à Sevran et diffusé ce mercredi 7 décembre sur France 2 a mis en avant le problème d'exclusion des lieux publics dont souffrent les femmes dans certains quartiers populaires.

Un reportage de France 2 au JT du 20h du 7 décembre dernier, a fait grand bruit, qui révèle pour la première fois un phénomène qui s’est affirmé depuis déjà des années, bien connu de ceux qui s’y intéressent, l’islamisation de certaines banlieues. La Seine-Saint-Denis, on le sait de façon objective aujourd’hui, est particulièrement touchée par ce phénomène. Ce sont souvent des anciens quartiers ouvriers, populaires, trop fréquemment des ex-bastions des banlieues rouges qui en sont le théâtre, un peu partout en France, comme dans la banlieue de Lyon, que montre aussi ce reportage.

La présentation de celui-ci par la chaine est explicite : "Ces terrasses de café et ces rues ont un point commun : les femmes semblent effacées. Dans certains quartiers populaires, les hommes occupent les lieux publics et les femmes subissent." Pour l’auteur de cette enquête, la journaliste Caroline Sinz, "il fallait briser cette loi du silence".  Un bar  est filmé où ne voit que des hommes attablés, et des femmes qui à l’extérieur longent les murs sans s’arrêter. Pour démontrer la réaction de ces hommes, deux militantes de la Brigade des mères,  Nadia Remadna et Aziza Sayah, filment en caméra cachée. "On cherche quelqu'un", prétexte l’une des deux mili­tantes pour entrer dans le bar. "Le mieux c’est d’attendre dehors", leur stipule le patron. D’autres hommes postés à côté regardent ce qu’il se passe, choqués de voir que deux femmes sont à l’intérieur du café. L’un d’eux assure que même s’il s’agissait de sa cousine, elle ne serait pas autorisée à être là : "Elle fait ce qu’elle veut mais elle ne vient pas ici avec moi". Et celui-ci d’ajouter : "Dans ce café, il n’y a pas de mixité. On est à Sevran on n’est pas à Paris". Un autre lui emboîte le pas : "C’est des mentalités différentes. C’est comme au bled !" La journaliste de France 2 résume finalement en voix-off : "Aller dans un bar ici, c’est braver un interdit pour une femme".

Des quartiers sans femmes, effacées du décor, en France, où s’applique la ségrégation sexuelle, ce n’est donc pas un fantasme. La loi islamique  est bien là qui fait sa loi, et remplace la loi civile. Les grands-frères lors des révoltes urbaines de 2005 ont été appelés à la rescousse par certains élus, et du coup ont exclus les femmes, les mères… On a donné la place à ces hommes qui ont pris la main sur les quartiers, explique Nadia Remadna. L’autre militante explique : "L’islam, c’est comme le code pénal, alors qu’on est en France". Ces femmes sont régulièrement menacées, c’est d’ailleurs après qu’une voiture se soit arrêtée pendant l’interview devant elles, qu’elles décideront d’interrompre celle-ci. Ensuite, on en vient à l’exemple d’un quartier de Lyon qui fait écho à ce que l’on vient de montrer, où une assistante maternelle est interviewée. Elle  explique tout faire pour passer inaperçue, pour respecter les codes du quartier qui veulent que les femmes disparaissent du décor : "on s’efface, parce qu’on a peur tout simplement…"

On explique que non loin de là, dans un quartier de ce genre, des femmes manifestent leur résistance par le fait d’occuper les terrasses de bar, dont les hommes partent immédiatement, sous l’œil de la caméra. La rue est occupée par une bande de jeunes garçons et les autres lieux publics comme les bars, par des hommes qui sont les maitres des lieux. On voit une femme voilée qui échange avec ces femmes qui ne veulent pas se laisser faire et entendent pouvoir prendre un verre dans un bar, et leur dire qu’elle ne voit pas pourquoi elles font cela, qu’il n’y a aucune raison d’aller dans un bar pour une femme. Elle montre comment elle a parfaitement intériorisé l’interdit et cette loi qui fait que les femmes soient mises à part, et lorsqu’elles ont bien été éduquées, se soumettent comme "librement" à cet ordre patriarcal en le justifiant. Ce qui est particulièrement inquiétant, au regard d’une inégalité hommes-femmes, que cette femme considère ainsi comme un non-sujet, en étant l’alliée d’une domination qu’elle subit. Ce qui est encore plus inquiétant au regard d’un contexte de fragilisation de bien des adolescents de familles immigrées ou issues de l’immigration de pays musulmans, qui sont ainsi bercés par cette atmosphère dominée par la loi islamique. On suit ici à la lettre la sourate quatre du Coran sacralisée ici qui dit "les hommes sont supérieurs aux femmes à cause des qualités par lesquelles Dieu a élevé ceux-là au-dessus de celles-ci…", confinant à l’extrémisme religieux. Comment alors différencier pour ces jeunes ensuite, les autres passages du coran en en relativisant la portée, comme ceux qui appellent au djihad pour tuer les "juifs" et les "mécréants", pour ne pas tomber dans la radicalisation ? Ces résistantes qui manifestent régulièrement pourront dire, pendant que l’on voit derrière elles passer une femme toute en noir voilée, que les femmes musulmanes du quartier ne participent pas, et qu’elles s’interrogent bien pourquoi. Qu’elles le veuillent ou pas, elles ne risquent pas dans ce climat d’interdit et de laisser-faire des élus, d’y participer. 

L’accueil massif de populations immigrées, au nom de la solidarité internationale, s’est combiné avec le clientélisme politico-religieux, pour aboutir à cette situation inconcevable, et ce, particulièrement dans des banlieues populaires qui furent des bastions de la banlieue rouge. On a créé, qu’on l’ait voulu ou non, les conditions de cette dérive, d’une part, par un regroupement massif de ces populations prédestinées aux logements sociaux en raison de leur niveau économique, d’autre part, en refusant de voir que l’on risquait à un moment d’avoir un grave problème avec l’islam pouvant verser dans l’islamisme, ce qui est précisément arrivé. On a ainsi délibérément poussé dans le sens de la fin de la mixité sociale pour faire place nette à ce nouvel ordre patriarcal moyenâgeux. On a parfois encouragé cette évolution en soutenant les religieux les plus rétrogrades, en leur fournissant terrain voire mosquée, ou simplement laissé faire. Et malgré ce constat, que bien des élus connaissent, on fait la même chose aujourd’hui avec les migrants qui ne cessent d’arriver sur notre territoire, sans rien vouloir voir des conséquences dans ce domaine.

Ce reportage nous dévoile d’une part, des jeunes hommes en bande, qui tiennent le pavé de la rue, et font d’un côté leur loi, et de l’autre, d’autres hommes qui font la leur dans les lieux qui sont normalement des espaces de convivialité dont les femmes sont proscrites. Il ya là une sorte de complicité tacite entre bandes et islamisation, qui se rejoignent dans une domination de l’espace où c’est seule la loi des hommes, religieuse, qui s’impose.

On avance le droit à sa tradition, sa culture, sinon sa religion, pour justifier l’injustifiable, comme si cela n’avait pas de conséquences sur les libertés et droits de chacun, en présentant cela comme le simple fruit de la même liberté que nous partageons tous, celle du choix de nos convictions, de la liberté de conscience. Mais derrière cet argument spécieux, une autre réalité se cache, celle de groupes de pression qui prennent possession de la rue, mais plus encore, entendent imposer une façon de vivre et d’éduquer, d’isoler, pour créer des espaces contrôlés par eux. Par le jeu de l’enfermement, ils conduisent à une opposition entre le dedans et le dehors, comme entre le pur et l’impur, avec en toile de fond la radicalisation  galopante que montrent les chiffres officiels dans ces banlieues.  

Mais cela ne concerne pas que ceux qui sont assignés en fonction de leur patronyme ou une origine à une communauté, et intimés d’en respecter les préceptes religieux, mais tous, y compris les femmes et les hommes qui n’ont rien à voir avec cette communauté mais auxquels on impose ces règles en lieu et place de la loi commune, en tirant un trait sur toute référence à l’appartenance à autre chose qu’à ce territoire confisqué par l’islamisme.  Les libertés et droits individuels sont bafoués avec toute idée de destin commun, d’appartenance à une même nation. La société vole déjà là en éclats avec quels risques de poudrières, si on fait le lien comme les antennes paraboliques le fond trop bien, avec l’influence de conflits armés où des musulmans sont pratiquement partout, peu ou prou, au nom de l'islamisme, au rang des protagonistes.  

Cet ordre est celui d’une autre société moyenâgeuse qu’on a laissé s’installer au nom d’un droit à la différence  qui est devenu, comme beaucoup l’avaient vu arriver et dénoncé, la différence des droits, et une République mise hors jeu. Une situation qui ne rencontre que peu de résistance aujourd’hui, en raison du déni qui domine, qui ici a été écorné quelque peu, mais qui reste devant nous comme l’enjeu du combat primordial de notre temps. L’oppression des femmes est toujours première dans l’ordre des signes qui préludent aux grands périls, dès qu’il est question d’extrémisme religieux, et donc un révélateur du niveau de danger auquel il faut répondre. Espérons que les candidats aux présidentielles aient tous regardés ce reportage, pour en tenir compte dans leur programme, et le projet de société qu’ils envisagent de défendre. La réponse à cette involution et à ses dangers étant première dans l‘ordre des priorités, si l’on veut pouvoir éviter un jour que la guerre que l’on suit aujourd’hui par écran interposé, ne soient un jour à notre porte.  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

02.

Ce que la médiation Blanquer-Taché dit vraiment de LREM

03.

Attention à vos smartphones, les cas de piratage sont de plus en plus fréquents

04.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

05.

Des chercheurs identifient la mutation génétique qui explique que certaines personnes dorment très peu

06.

Corse : mobilisation pour la lutte contre une mafia... qui n’existe pas

07.

Partout dans l’OCDE, le problème spécifique du chômage des personnes originaires d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient

01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

05.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

06.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

03.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

04.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

05.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

06.

Pression islamiste : quelles leçons de la guerre froide et du "containment" de la menace intérieure communiste ?

Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
edac44
- 10/12/2016 - 11:46
Sécurité: hausse de 40% des licenciés dans les clubs de tir
SOUMISSION ==> JAMAIS !.... Extraits source BFMTV ==>
"Après ce qu'il s'est passé en France, des gens se sont trouvé une vocation de tireur sportif." Au ministère de l'Intérieur, on le concède volontiers: les Français cherchent à s'armer. Une tendance qui pourrait trouver son origine dans les attentats de Charlie Hebdo, du Bataclan ou du 14 juillet et qui se traduit pas une augmentation de 38% du nombre de licenciés dans un club de tir sportif entre 2011 et 2016, passant ainsi de 145.365 à 201.450. Ne croyez pas que face à la montée intégriste, tous les français soient laxistes. A ne pas oublier nos "amis" chasseurs qui ne vénèrent surement pas le "nuisible" islamiste !... En 2015, la France compte plus de 1,1 million de chasseurs pratiquants. Qu'on se le dise ...
vangog
- 10/12/2016 - 00:48
Le résultat de la politique LR-PS...
Revoter LR, c'est l'assurance de confirmer cette islamisation! Voter pour un parti neuf comme le Front National, c'est donner l'assurance aux Français de stopper net l'islamisation, avant de la faire régresser progressivement...le choix est à vous!
emem
- 09/12/2016 - 20:54
Soumission
Soumission