En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

02.

La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus

03.

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

04.

La dette européenne s’arrache comme des petits pains. Mais il y a une très mauvaise nouvelle derrière la bonne

05.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

06.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

07.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Sublime royaume" de Yaa Gyasi : de la relation mère-fille entre science et spiritualité, un roman qui ne peut laisser indifférent

il y a 6 heures 35 min
pépites > Santé
IHU Mediterranée
Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine
il y a 8 heures 8 min
pépites > Politique
Nouvelles mesures
Jean Castex intensifie la lutte contre la haine en ligne avec le renforcement de la plateforme Pharos et de nouvelles sanctions
il y a 10 heures 24 min
décryptage > France
Liberté d'expression

Les islamistes tuent ? Qu’à cela ne tienne, les autorités s’en prennent aux libertés publiques

il y a 14 heures 16 min
pépites > Politique
Séculier
Des ministres considèrent que plutôt que la défendre, l'Observatoire de la laïcité se concentre sur la lutte contre l'islamophobie avec des alliés pas toujours fréquentables
il y a 14 heures 47 min
Sécurité
Île-de-France : hausse importante des cambriolages de pharmacies
il y a 15 heures 26 min
décryptage > Sport
N'ayez plus honte d'être des petites natures…

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

il y a 16 heures 7 min
Pollution
La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus
il y a 16 heures 32 min
décryptage > Environnement
Effet bénéfique ?

Si vous pensez que la pollution des villes va décroître grâce au télétravail cet hiver, vous vous trompez

il y a 17 heures 6 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

La nouvelle bataille de France

il y a 17 heures 21 min
light > Politique
"Make America Great Again"
L'expert en sécurité Victor Gevers serait parvenu à se connecter au compte Twitter de Donald Trump en devinant son mot de passe
il y a 7 heures 33 min
pépites > Société
Extension
Congé paternité : l'Assemblée nationale vote le passage à 28 jours
il y a 8 heures 29 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand un gros œil surveille les minutes et quand le ricin tisse les bracelets : c’est l’actualité des montres
il y a 11 heures 20 min
décryptage > Santé
Mesures contre la Covid-19

Demi-confinement, demi-mesures et omnipotence de l’Etat : la soviétisation de la France

il y a 14 heures 39 min
pépite vidéo > Politique
Election américaine
Ultime débat : Joe Biden focalise ses attaques contre Donald Trump sur sa gestion du coronavirus
il y a 15 heures 24 min
pépites > Justice
Terrorisme
Des obstacles juridiques affaiblissent, voire paralysent, la lutte contre l’islamisme selon l’ancien secrétaire général du Conseil constitutionnel, Jean-Éric Schoettl
il y a 15 heures 41 min
décryptage > Santé
Stratégie contre la Covid-19

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

il y a 16 heures 25 min
décryptage > Santé
Inquiétudes face à la pandémie

Covid-19 : faut-il que les parents se testent lorsque leurs enfants ont (peut-être juste) un rhume ?

il y a 16 heures 45 min
pépites > Politique
Immigration
Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage
il y a 17 heures 8 min
décryptage > Politique
Un effort SVP

Monsieur le président, pourriez vous - de temps en temps au moins - dire "France" au lieu de "République" ?

il y a 17 heures 29 min
© Pixabay
Heetch est une application de niche, qui repose sur l’innovation digitale. La sanctionner, c’est sanctionner l’innovation et manifester que la France se place non pas dans une logique enthousiasmante de création mais dans une logique étouffante d’inhibiti
© Pixabay
Heetch est une application de niche, qui repose sur l’innovation digitale. La sanctionner, c’est sanctionner l’innovation et manifester que la France se place non pas dans une logique enthousiasmante de création mais dans une logique étouffante d’inhibiti
Tribune

Procès Heetch : l’économie collaborative à la barre

Publié le 09 décembre 2016
Uber, AirBnb, maintenant Heetch ? En créant des possibilités nouvelles d’échanges grâce aux plateformes digitales, l’économie collaborative révolutionne la façon dont nous consommons. Or ces applications ont beau être plébiscitées par les consommateurs, elles doivent sans cesse se battre pour continuer à exister.
Aurélien Portuese
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Aurélien Portuese est un ancien avocat, désormais Professeur associé à l’Université de Leicester (De Montfort) et au King’s College London. Il est également chercheur invité à l’Université d’Oxford.  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Uber, AirBnb, maintenant Heetch ? En créant des possibilités nouvelles d’échanges grâce aux plateformes digitales, l’économie collaborative révolutionne la façon dont nous consommons. Or ces applications ont beau être plébiscitées par les consommateurs, elles doivent sans cesse se battre pour continuer à exister.

Si l’on peut se réjouir que le Premier ministre ait affirmé le 8 février 2016, lors de la remise du Rapport Terrasse sur l’économie collaborative, être "déterminé à faire de la France une terre de l’économie collaborative", cette ambition affichée contraste avec la réalité vécue par les entrepreneurs sur le terrain : en janvier 2016, Teddy Pellerin et Mathieu Jacob se sont vus signifier une convocation judiciaire pour avoir créé la plateforme collaborative Heetch. Le 8 et 9 décembre prochains, ils seront à ce titre devant les tribunaux.

Service de ridesharing de nuit lancé en décembre 2013, Heetch est pourtant un exemple réussi de l’économie collaborative. Véritable outil de salubrité publique, cette plateforme permet aux jeunes, dont beaucoup viennent de banlieue, de partager la nuit des trajets sécurisés à un coût réduit, en faisant appel à des particuliers, dans un esprit collaboratif. Rien d’étonnant à ce que l’entreprise ait connu un succès fulgurant, atteignant plus de 100.000 courses hebdomadaires !

De l’économie collaborative, Heetch a gardé l’esprit originel de partage entre particuliers : à la différence des VTC, ses conducteurs ne sont pas rémunérés. Ce qu’ils reçoivent ne sert qu’à les dédommager des frais engagés pour leurs véhicules, pour des trajets personnels.

Heetch est une application de niche, qui repose sur l’innovation digitale. La sanctionner, c’est sanctionner l’innovation et manifester que la France se place non pas dans une logique enthousiasmante de création mais dans une logique étouffante d’inhibition.  

L’économie collaborative manque d’un cadre juridique pour protéger nos entrepreneurs digitaux, qui non seulement créent de l’emploi et de la croissance, mais aussi, et c’est salutaire, renouvellent des secteurs entiers par leur inventivité.

Il faut donc inventer de nouvelles solutions. Cela ne se fera pas en rédigeant de nouveaux projets de lois qui deviendraient vite obsolètes. Il s’agit au contraire d’adopter un principe d’innovation, nouveau principe général du droit pour régir l’économie collaborative, qui guiderait législateurs et juges pour appréhender la concurrence des innovations digitales sur les acteurs traditionnels de marché. L’analyse coût-bénéfices des innovations ne comparerait plus seulement les coûts de marché pour les acteurs traditionnels et les recettes fiscales de l’Etat par rapport aux bénéfices de créations d’emplois et de baisse de prix pour les consommateurs. Elle prendrait aussi en compte les coûts représentés par l’innovation qui n’a pu être réalisée en raison de poursuites judiciaires ou fiscales, ainsi que les bénéfices inhérents à l’innovation de marché. Dans le cas de Heetch, il ne s’agirait plus seulement d’examiner les pertes de recettes fiscales et la concurrence dont se plaignent les acteurs traditionnels mais également d’intégrer l’effet dissuasif sur l’innovation, la recherche, la création digitale de telles poursuites et éventuelles sanctions.

Notre système juridique doit changer si nous voulons exploiter sereinement tout le potentiel de l’économie collaborative. L’œuvre de création jurisprudentielle est essentielle pour adapter des notions juridiques telles que "covoiturage" et "rémunération" aux innovations technologiques introduites par ces nouveaux services. Le principe d’innovation doit supplanter toute logique ostracisante de nouveaux acteurs de marché : le droit de la concurrence demeure un droit tourné vers la protection de la concurrence pour l’innovation… et non vers la protection des concurrents par la sanction !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
moneo
- 09/12/2016 - 12:14
juste un problème
cette économie est au black....elle est parfaite pour le utilisateurs et détruit l'économie révélée qui paie un max .....jusquà disparition ...;l'économie du troc ça fait combien de TVA? de charges sociales , et d'impôts en moins .Qui paie ta différence, pendant combien de temps?
si on voulait la démonstration que trop d'impôts tue l'impôt
Fondation pour l'innovation politique
- 09/12/2016 - 11:30
Régulation de l'économie collaborative: je taxe, donc je suis
L’hégémonie du ministère des Finances, renforcé par un contexte de disette budgétaire, a bouleversé la vision de l’Etat en France. Il n’y a plus, dans notre pays, de réflexion politique ni économique pour savoir ce que peut ou doit faire l’Etat ; son mode de financement est devenu sa finalité : taxer. Retrouvez l'analyse d'Erwan Le Noan sur Trop Libre, le média digital de la Fondation pour l'innovation politique: https://goo.gl/10G13n