En direct
Best of
Best of du 7 au 13 septembre
En direct
© Pixabay
Heetch est une application de niche, qui repose sur l’innovation digitale. La sanctionner, c’est sanctionner l’innovation et manifester que la France se place non pas dans une logique enthousiasmante de création mais dans une logique étouffante d’inhibiti
Tribune

Procès Heetch : l’économie collaborative à la barre

Publié le 09 décembre 2016
Uber, AirBnb, maintenant Heetch ? En créant des possibilités nouvelles d’échanges grâce aux plateformes digitales, l’économie collaborative révolutionne la façon dont nous consommons. Or ces applications ont beau être plébiscitées par les consommateurs, elles doivent sans cesse se battre pour continuer à exister.
Aurélien Portuese est un ancien avocat, désormais Professeur associé à l’Université de Leicester (De Montfort) et au King’s College London. Il est également chercheur invité à l’Université d’Oxford.  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Aurélien Portuese
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Aurélien Portuese est un ancien avocat, désormais Professeur associé à l’Université de Leicester (De Montfort) et au King’s College London. Il est également chercheur invité à l’Université d’Oxford.  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Uber, AirBnb, maintenant Heetch ? En créant des possibilités nouvelles d’échanges grâce aux plateformes digitales, l’économie collaborative révolutionne la façon dont nous consommons. Or ces applications ont beau être plébiscitées par les consommateurs, elles doivent sans cesse se battre pour continuer à exister.

Si l’on peut se réjouir que le Premier ministre ait affirmé le 8 février 2016, lors de la remise du Rapport Terrasse sur l’économie collaborative, être "déterminé à faire de la France une terre de l’économie collaborative", cette ambition affichée contraste avec la réalité vécue par les entrepreneurs sur le terrain : en janvier 2016, Teddy Pellerin et Mathieu Jacob se sont vus signifier une convocation judiciaire pour avoir créé la plateforme collaborative Heetch. Le 8 et 9 décembre prochains, ils seront à ce titre devant les tribunaux.

Service de ridesharing de nuit lancé en décembre 2013, Heetch est pourtant un exemple réussi de l’économie collaborative. Véritable outil de salubrité publique, cette plateforme permet aux jeunes, dont beaucoup viennent de banlieue, de partager la nuit des trajets sécurisés à un coût réduit, en faisant appel à des particuliers, dans un esprit collaboratif. Rien d’étonnant à ce que l’entreprise ait connu un succès fulgurant, atteignant plus de 100.000 courses hebdomadaires !

De l’économie collaborative, Heetch a gardé l’esprit originel de partage entre particuliers : à la différence des VTC, ses conducteurs ne sont pas rémunérés. Ce qu’ils reçoivent ne sert qu’à les dédommager des frais engagés pour leurs véhicules, pour des trajets personnels.

Heetch est une application de niche, qui repose sur l’innovation digitale. La sanctionner, c’est sanctionner l’innovation et manifester que la France se place non pas dans une logique enthousiasmante de création mais dans une logique étouffante d’inhibition.  

L’économie collaborative manque d’un cadre juridique pour protéger nos entrepreneurs digitaux, qui non seulement créent de l’emploi et de la croissance, mais aussi, et c’est salutaire, renouvellent des secteurs entiers par leur inventivité.

Il faut donc inventer de nouvelles solutions. Cela ne se fera pas en rédigeant de nouveaux projets de lois qui deviendraient vite obsolètes. Il s’agit au contraire d’adopter un principe d’innovation, nouveau principe général du droit pour régir l’économie collaborative, qui guiderait législateurs et juges pour appréhender la concurrence des innovations digitales sur les acteurs traditionnels de marché. L’analyse coût-bénéfices des innovations ne comparerait plus seulement les coûts de marché pour les acteurs traditionnels et les recettes fiscales de l’Etat par rapport aux bénéfices de créations d’emplois et de baisse de prix pour les consommateurs. Elle prendrait aussi en compte les coûts représentés par l’innovation qui n’a pu être réalisée en raison de poursuites judiciaires ou fiscales, ainsi que les bénéfices inhérents à l’innovation de marché. Dans le cas de Heetch, il ne s’agirait plus seulement d’examiner les pertes de recettes fiscales et la concurrence dont se plaignent les acteurs traditionnels mais également d’intégrer l’effet dissuasif sur l’innovation, la recherche, la création digitale de telles poursuites et éventuelles sanctions.

Notre système juridique doit changer si nous voulons exploiter sereinement tout le potentiel de l’économie collaborative. L’œuvre de création jurisprudentielle est essentielle pour adapter des notions juridiques telles que "covoiturage" et "rémunération" aux innovations technologiques introduites par ces nouveaux services. Le principe d’innovation doit supplanter toute logique ostracisante de nouveaux acteurs de marché : le droit de la concurrence demeure un droit tourné vers la protection de la concurrence pour l’innovation… et non vers la protection des concurrents par la sanction !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

03.

Voilà ce qu’on protège vraiment en protégeant le mode de vie européen (et pourquoi le défi est de taille)

04.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

05.

Il meurt après une relation sexuelle lors d'un déplacement professionnel, la justice estime que c'est un accident du travail

06.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

07.

Inégalités : petits contre-arguments aux nouvelles thèses de Thomas Piketty sur la propriété privée

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

03.

Insécurité : la sombre réalité française dans le match des criminalités européennes

04.

Syrie : les vraies raisons derrière l’avertissement d’Erdogan à l’Europe sur une nouvelle vague de migrants

05.

L’insécurité, grenade dégoupillée pour la fin du quinquennat Macron ?

06.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

01.

​La déliquescence de la pensée (Gérard Noiriel) contre « la pensée délinquante » (Éric Zemmour)

02.

Peurs sur la consommation : bienvenue dans l’ère de l’irrationalité

03.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

04.

Reconnaissance de la filiation des enfants par GPA : grand flou sur sujet clair

05.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

06.

Université d'Evergreen (États-Unis) : une terrifiante vidéo qui montre le vrai visage de la nouvelle bête immonde

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
moneo
- 09/12/2016 - 12:14
juste un problème
cette économie est au black....elle est parfaite pour le utilisateurs et détruit l'économie révélée qui paie un max .....jusquà disparition ...;l'économie du troc ça fait combien de TVA? de charges sociales , et d'impôts en moins .Qui paie ta différence, pendant combien de temps?
si on voulait la démonstration que trop d'impôts tue l'impôt
Fondation pour l'innovation politique
- 09/12/2016 - 11:30
Régulation de l'économie collaborative: je taxe, donc je suis
L’hégémonie du ministère des Finances, renforcé par un contexte de disette budgétaire, a bouleversé la vision de l’Etat en France. Il n’y a plus, dans notre pays, de réflexion politique ni économique pour savoir ce que peut ou doit faire l’Etat ; son mode de financement est devenu sa finalité : taxer. Retrouvez l'analyse d'Erwan Le Noan sur Trop Libre, le média digital de la Fondation pour l'innovation politique: https://goo.gl/10G13n