En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Déconfinement en trois étapes
Covid-19 : retrouvez l’intégralité de l’allocution d’Emmanuel Macron sur le déconfinement
il y a 2 heures 59 min
pépites > Politique
Feu vert en première lecture
Loi sur la "sécurité globale" : l'Assemblée nationale adopte le texte controversé, à 388 voix pour et 104 voix contre
il y a 6 heures 1 min
pépites > Santé
Crise de défiance
Coronavirus : un quart des Italiens croient aux théories complotistes sur la pandémie
il y a 6 heures 52 min
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 8 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 10 heures 9 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 11 heures 3 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 12 heures 19 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 12 heures 59 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 13 heures 30 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 14 heures 4 min
pépites > Politique
Calendrier du déconfinement
Covid-19 : Emmanuel Macron confirme que "le confinement pourra être levé" le 15 décembre "si les objectifs sanitaires sont atteints"
il y a 3 heures 24 min
pépites > France
Chantier de la reconstruction
Notre-Dame de Paris : le démontage de l'ancien échafaudage est enfin terminé
il y a 6 heures 26 min
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 8 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 9 heures 54 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 10 heures 27 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 11 heures 53 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 12 heures 29 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 13 heures 26 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 14 heures 2 sec
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 14 heures 22 min
© SEBASTIEN BOZON / AFP
Incontestablement, Valls doit faire fi des ruines encore fumantes et annoncer une vision ambitieuse pour la place de la France dans le monde. C’est la seule façon de renarcissiser les Français.
© SEBASTIEN BOZON / AFP
Incontestablement, Valls doit faire fi des ruines encore fumantes et annoncer une vision ambitieuse pour la place de la France dans le monde. C’est la seule façon de renarcissiser les Français.
Mais t'étais où ? Pas là...

Quel positionnement doit avoir Valls pour rassembler la gauche?

Publié le 08 décembre 2016
Dans la pratique, tout porte à croire que Valls pourrait réussir à gauche la synthèse nouvelle que Fillon a réussie à droite à condition de bien sentir, comme son challenger républicain, le positionnement nouveau (et à la fois ancien, on va le voir) que la France attend d’un candidat de gauche.
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans la pratique, tout porte à croire que Valls pourrait réussir à gauche la synthèse nouvelle que Fillon a réussie à droite à condition de bien sentir, comme son challenger républicain, le positionnement nouveau (et à la fois ancien, on va le voir) que la France attend d’un candidat de gauche.

Le positionnement de Valls est-il le bon pour rassembler la gauche ? Il est encore un peu tôt pour le dire, puisque l’ex-Premier Ministre n’a pas encore dévoilé ses thèmes de campagne (à part expliquer qu’il rasera gratis, ce qui reste de paraître un peu court pour une opinion publique aussi échaudée qu’un chat). En revanche, l’extrême émiettement dont la gauche donne le spectacle avec la candidature Pinel créditée de 0% d’intention de vote, et la lunaire candidature Peillon suscitée par Martine Aubry, montre qu’il a encore un peu de chemin à faire avant de faire l’unanimité dans son camp, et c’est un euphémisme.

Dans la pratique, tout porte à croire que Valls pourrait réussir à gauche la synthèse nouvelle que Fillon a réussie à droite à condition de bien sentir, comme son challenger républicain, le positionnement nouveau (et à la fois ancien, on va le voir) que la France attend d’un candidat de gauche.

On ne gouverne pas contre la mémoire du peuple français

Historiquement, la France connaît un mouvement de balancier dans son offre politique.

En phase d’expansion ou de stabilité économique, les Français aiment être gouvernés au centre, sur un axe essentiellement girondin. C’est la grande tradition radicale, socialiste ou valoisienne, que l’on retrouve ici, et qui a fait les heures calmes de la République. À y regarder de plus près, on s’apercevrait que cette tendance radicale-girondine revient de façon constante depuis les années 1820.

En phase de crise ou de basculement économique et social, en revanche, la France aime se réfugier sur un axe impérialo-jacobin. Il faut alors une grande autorité centrale, parisienne, agressive, ambitieuse, refondatrice, pour redresser le pays et le remettre sur un nouveau sentier de prospérité. Toutes les grandes crises institutionnelles depuis deux cent cinquante ans ont montré le même chemin et ont abouti au même phénomène. Même le régime de Vichy a procédé de cette logique, avec sa volonté d’une « révolution nationale » à laquelle, que cela plaise ou non, la France d’aujourd’hui doit encore beaucoup.

Comment Fillon a compris ce glissement

À l’usage, et au terme d’une campagne de terrain qui a duré trois ans, Fillon a bien compris cette attente venue des profondeurs ancestrales. Il a donc transcendé les conflits de personnes à droite en présentant un projet conforme à ce grand axe impérialo-jacobin. Il a donc osé bousculer les lignes habituelles en annonçant ses couleurs. Du côté impérial, il a fixé le cap: faire de la France la première puissance du continent dans les dix ans. Du côté jacobin, il l’a volontiers jouée décret d’Allarde en annonçant une mise en sourdine des « corps intermédiaires » et une refondation du droit du travail sur une base « zéro ».

Cette synthèse, incomprise des medias subventionnés, a rencontré son public et lui a valu une élection triomphale.

Quel contre-projet impérialo-jacobin pour Valls?

Si Valls veut réussir la même prouesse, il lui appartient désormais de « cranter » à gauche un projet miroir à celui de Fillon.

Sur l’aspect impérial, Valls part de zéro et devra composer avec un bilan auquel il n’a guère participé, mais qui n’est pas brillant. Hollande s’est imposé comme le suiveur de Merkel et a joué un rôle de figuration vis-à-vis des Etats-Unis. Sa principale contribution à l’histoire des relations internationales sera la rencontre forcée, en Normandie, en 2013, entre Poutine et son homologue ukrainien, la COP 21 qu’il a déléguée à Fabius, et de superbes ratages, comme en Syrie.

Incontestablement, Valls doit faire fi de ces ruines encore fumantes et annoncer une vision ambitieuse pour la place de la France dans le monde. C’est la seule façon de renarcissiser les Français.

Sur l’aspect jacobin, le créneau le plus naturel est celui de l’égalité des chances par-delà les particularismes locaux ou sociaux. Cette thématique est de façon incompréhensible laissée en friche par la gauche, y compris dans le domaine scolaire où Valls n’a développé aucune politique lisible. C’est pourtant sur ce thème-là qu’il peut faire la différence avec Fillon.

Quelle égalité des chances pour les jacobins demain?

Il ne suffit pas de dire que l’on croit à l’égalité des chances pour asseoir sa crédibilité sur ce sujet. Il faut un projet audible, clair, déterminé, pour redonner aux Français la conviction que la vie de leurs enfants sera plus simple, plus heureuse que la leur, et pour les convaincre que la société n’a pas été mise sous contrôle par une élite avaricieuse.

Dans la mesure où Manuel Valls est lui-même issu de cette élite (avec les boulets qu’il traîne, comme Stéphane Fouks ou Alain Bauer, symboles de ce que les Français détestent), le chemin qu’il doit parcourir pour être pris au sérieux sur ces sujets est immense. Il exige de lui une véritable capacité à faire bouger les lignes. Sans un séisme en matière éducative, sans une refondation complète de l’égalité territoriale et de sa physionomie, Manuel Valls n’a aucune chance de récupérer son retard sur Fillon.

La concurrence à gauche peut être vaincue

Sur tous ces thèmes, Valls a de véritables opportunités pour faire la différence à gauche.

Éliminons d’abord les candidats grotesques qui présentent leur candidature pour raconter à leurs enfants ou petits-enfants qu’un jour ils ont été candidats à la présidentielle, mais qui n’ont aucune vision réaliste pour le pays: Yannick Jadot, Sylvia Pinel, et, au sein du PS, Lienemann, Filoche, Larrouturou et Peillon. Ces gens-là n’ont pas d’existence en dehors du microcosme.

Restent quelques candidats dont la multiplicité est, en soi, une chance pour Valls. Chacun à sa manière empiète sur le domaine impérialo-jacobin sans le couvrir complètement.

Macron, que les médias portent au pinacle mais dont on peine à saisir la véritable profondeur idéologique, peine à se positionner sur le champ impérial. Il est trop européen, trop mondain, trop Ancien Régime, trop banquier propre sur lui pour endosser le rôle.

Mélenchon s’est positionné sur la sphère impériale, mais il est incapable de penser un véritable jacobinisme. Son côté « Père Duchène », « Enragé », le met à l’opposé de cet ordre jacobin, mi-autoritaire, mi-libéral, que les Français adorent quand ils ont peur.

Hamon flirte avec les limites de ce domaine, sans oser y entrer de plein pied. Il est pour une remise en cause de l’ordre européen, mais il ne veut pas se réclamer du souverainisme. Il porte en lui une modernité jacobine, centralisatrice, mais il ne veut pas se fâcher avec cette espèce de fédéralisme provençal qui fait la poésie de son gauchisme à l’ancienne.

Montebourg est probablement le candidat, le rival, le plus proche de ce positionnement impérialo-jacobin qui constitue la recette du succès, mais ses « dérapages », ses excès romantiques lorsqu’il était ministre, ont probablement entamé sa crédibilité dans le rôle.

Une opportunité pour Valls

Pour Valls, chacun de ces rivaux est accessible et « gagnable », à condition de bien positionner son offre et de reprendre les thèmes sur lesquels il a « buzzé » ces derniers mois: le rôle de l’Allemagne, l’identité française, le déverrouillage de l’économie française.

En aura-t-il le temps, l’intuition, l’audace? A suivre dans les prochaines semaines.

Cet article a été publié sur le blog d'Eric Verhaeghe

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
bd
- 11/12/2016 - 15:01
Macron plus moderne...
«La vérité est un miroir brisé, et chacun en possède un petit morceau», chantait le poète mystique persan Rumi.

Emmanuel Macron est le seul des candidats qui a eu le courage de sortir de son positionnement historique de gauche pour aller puiser les meilleures solutions partout et les combiner en un programme humaniste, démocrate, très complet et crédible.
- http://vision-macron.fr/ -

Lors de son discours, il a surpris tous ceux qui le trouvaient atone en révélant un vrai talent de tribun.
Son "En Marche" est encore plus fort que le "Mangez des Pommes" de Chirac en son temps.
Il est sans aucun doute le plus moderne de tous les candidats à la présidence.
On pourrait le comparer à un John Kennedy à la française.

Grâce à tout ça, il emportera l'adhésion des Français en mai.
Il peut créer la surprise.
S’il est élu, il sera certainement le premier président appartenant vraiment au troisième millénaire.
Citoyen Ordinaire
- 08/12/2016 - 20:40
A suivre
Merci Mr.
Pour ma part je suis dubitatif.
Je pense que la gauche a besoin de gauche comme la droite a choisi d'être à droite.
Meilleures pensées.