En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Coronavirus : Italie, Corée du Sud et contaminations non détectées, la France se prépare-t-elle assez à une potentielle pandémie ?

06.

Yassine Belattar trouve que Jean Messiha a "une tête de chameau". Et SOS racisme applaudit !

07.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

ça vient d'être publié
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Le centre ? Quel centre ? Le socialisme gagne les USA et le centre quitte la vie politique mondiale. Pourquoi ?

il y a 43 min 40 sec
pépite vidéo > Europe
Zones d'ombre
Inquiétudes en Europe : comment le coronavirus a-t-il pu arriver en Italie si rapidement ?
il y a 2 heures 15 min
décryptage > Politique
Qu'est-ce qu'on se marre avec lui…

Yassine Belattar trouve que Jean Messiha a "une tête de chameau". Et SOS racisme applaudit !

il y a 3 heures 21 min
décryptage > Santé
Lutte contre le Covid-19

Coronavirus : Italie, Corée du Sud et contaminations non détectées, la France se prépare-t-elle assez à une potentielle pandémie ?

il y a 3 heures 54 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Et si le principal obstacle sur la route des voitures autonomes était… la neige et la pluie ?
il y a 4 heures 44 min
décryptage > Politique
Paysage politique

Etiquettes partisanes : le paradoxe des municipales

il y a 5 heures 13 min
décryptage > Justice
"Penelope Gate"

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

il y a 5 heures 50 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'Agence spatiale européenne vous propose de passer des mois dans un lit en apesanteur ; Seti met en ligne deux pétaoctets de données pour la recherche extraterrestre
il y a 1 jour 1 heure
décryptage > France
Kafkaïen

Ces fautes de l’administration française

il y a 1 jour 2 heures
décryptage > International
Désaveu

Elections législatives en Iran : une abstention record et un avenir inquiétant

il y a 1 jour 3 heures
pépites > Justice
Terrorisme
Nicole Belloubet révèle qu'une quarantaine de djihadistes vont sortir de prison en 2020 et près de 300 d'ici 2023
il y a 58 min 50 sec
décryptage > Economie
Diplomatie

L'euro au plus bas par rapport au dollar : pourquoi, jusqu’où ?

il y a 3 heures 5 min
décryptage > Economie
Disraeli Scanner

La République une et indivisible d’Emmanuel Todd

il y a 3 heures 39 min
décryptage > Terrorisme
Etat islamique

Vous pensiez Daesh battu ? Revoyez votre copie

il y a 4 heures 23 min
décryptage > Politique
Leçons

Le Fillonisme, ce deuil non accompli qui revient hanter la droite

il y a 4 heures 55 min
décryptage > Environnement
Atlantico Business

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

il y a 5 heures 35 min
pépites > France
Drame
Suicide des agriculteurs : un député LREM chargé de faire un état des lieux
il y a 20 heures 2 min
décryptage > Economie
Négociations

Brexit : vers une bataille de poissonniers

il y a 1 jour 2 heures
décryptage > Media
En route vers les César de la connerie

"Mâles et blancs". Vous avez aimé la saison 1 ? Vous adorerez la saison 2 !

il y a 1 jour 2 heures
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Pourquoi la pollution automobile aurait quand même baissé (et peut-être même plus) sans la politique anti-voitures d’Anne Hidalgo
il y a 1 jour 3 heures
© Flickr
La bonne santé du secteur du tourisme cache les difficultés auxquelles sont confrontés les hôteliers. Au deuxième trimestre 2016, la fréquentation touristique des hôtels français, calculée en nuitées, a accusé un repli de -4,8% par rapport à 2015.
© Flickr
La bonne santé du secteur du tourisme cache les difficultés auxquelles sont confrontés les hôteliers. Au deuxième trimestre 2016, la fréquentation touristique des hôtels français, calculée en nuitées, a accusé un repli de -4,8% par rapport à 2015.
Pas les mêmes règles du jeu

Oui, une coopération entre les hôtels et Airbnb est possible… Mais pas sans cadre légal

Publié le 09 décembre 2016
Alors qu'au deuxième trimestre 2016 la fréquentation touristique des hôtels français a accusé un repli de -4,8%, les hôteliers se remettent en question. Ils font preuve d'innovation. Ils améliorent sans cesse l'accueil, les attentions pour leurs clients. Mais leurs efforts sont peu de chose face à la concurrence déloyale qu'ils subissent de la part des locations en ligne.
Pierre Salles est un hôtelier de 58 ans. Il est le c​o-fondateur de HES, une société de gestion et de distribution hôtelière. De 2012 à 2015, il​ était Président de la coopérative des hôtels Best Western en France. Depuis 2005, il est Président du...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Salles
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Salles est un hôtelier de 58 ans. Il est le c​o-fondateur de HES, une société de gestion et de distribution hôtelière. De 2012 à 2015, il​ était Président de la coopérative des hôtels Best Western en France. Depuis 2005, il est Président du...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors qu'au deuxième trimestre 2016 la fréquentation touristique des hôtels français a accusé un repli de -4,8%, les hôteliers se remettent en question. Ils font preuve d'innovation. Ils améliorent sans cesse l'accueil, les attentions pour leurs clients. Mais leurs efforts sont peu de chose face à la concurrence déloyale qu'ils subissent de la part des locations en ligne.

Dans la tempête, le bateau "destination France" tient le cap. Contre vents et marées, l'Hexagone reste le pays le plus visité au monde, avec plus de 84 millions de touristes étrangers en 2015. En termes de recettes, la France se situe au troisième rang mondial, avec plus de 43 milliards d'euros dégagés en 2015. Des touristes qui consomment : ils ont dépensé, l'année dernière, plus de 158 milliards d'euros dans notre pays, contribuant ainsi à 7,4% de notre PIB. En d'autres termes, le secteur du tourisme en France se porte bien. Malgré les attentats, malgré l'état d'urgence et ses contraintes, malgré la féroce concurrence internationale, les touristes internationaux continuent de privilégier la destination France. On peut et on doit s'en féliciter. Mais on aurait tort de se satisfaire d'un tel panorama qui, lorsque l'on en observe les détails, révèle des résultats en trompe-l'œil.

Au-delà des premiers chiffres…

La bonne santé du secteur du tourisme cache les difficultés auxquelles sont confrontés les hôteliers. Au deuxième trimestre 2016, la fréquentation touristique des hôtels français, calculée en termes de nuitées, a accusé un repli de -4,8% par rapport à la même période en 2015. La saison estivale a confirmé cette tendance, avec un recul de -2,5% et même -12,7% en région parisienne. Pour le seul mois d'août, la fréquentation touristique des hôtels franciliens a baissé de -19,6% par rapport à l'année précédente, et même -23,7% pour les visiteurs étrangers. Une hémorragie de près d'un quart des clients habituels des hôtels. Enfin, si elle s'atténue, la baisse de la fréquentation se poursuit au troisième trimestre (-1,6%). Les hôteliers d'Ile-de-France sont confrontés aux mêmes problématiques que l'ensemble du secteur : la menace terroriste et les indispensables mesures sécuritaires découragent, à n'en pas douter, une partie de leur clientèle habituelle. Mais les hôteliers sont confrontés à un autre type de menace : la concurrence des locations "sauvages", ces appartements que l'on retrouve par milliers sur différentes plateformes, bien connues des internautes.

À Paris intra-muros, on estime qu'il y aurait pas moins de 75 000 chambres et appartements proposés sur le seul site d'Airbnb. Si l'on prend en compte les autres plateformes "communautaires", le nombre d'hébergements proposés par des particuliers parisiens doit certainement approcher, voire dépasser, les 85 000 chambres d'hôtel des professionnels du secteur. On comprend mieux, dès lors, pourquoi, alors que le tourisme résiste en France, les hôtels franciliens accusent des baisses de l'ordre de 10% à 20% de leur fréquentation. Baisses de fréquentation qui se traduisent, immanquablement, par des baisses de recettes. En moyenne, ces dernières ont chuté de 20% depuis deux ans. Il est à noter que ce phénomène avait débuté bien avant la série d'attaques terroristes qui ont ensanglanté Paris. Preuve, s'il en fallait, et bien qu'il soit impossible de déterminer qui de la menace sécuritaire ou des locations sauvages coûte le plus aux hôteliers, que le phénomène Airbnb joue un rôle non négligeable dans la fragilisation de tout un secteur économique.

Moins de clients, moins de recettes, ce qui signifie également, pour les professionnels du secteur hôtelier, moins de recrutements, voire des licenciements. En tant que responsable d'un hôtel parisien, j'ai personnellement renoncé à remplacer le départ d'un de mes salariés, affecté à la réception des clients. Tous mes homologues vivent la même situation. Nous observons tous, depuis la porte de nos établissements respectifs, ces familles et ces touristes étrangers qui, avant, venaient chez nous et, désormais, vont et viennent, valise à la main, dans les immeubles d'habitation de notre quartier. Et nous savons ce que recherche cette clientèle : le prix.

Les règles du jeu ne sont pas les mêmes pour tout le monde…

Les hôteliers se remettent en question. Ils font des efforts, ils font preuve d'innovation. Ils améliorent sans cesse l'accueil, les attentions pour leurs clients. Mais leurs efforts sont peu de chose face à la concurrence déloyale qu'ils subissent de la part des locations en ligne. Comment aligner le prix de nos chambres sur celui d'appartements entiers, quand nous sommes soumis à des contraintes – réglementaires, sociales, fiscales, d'accessibilité, de sécurité – que nous sommes les seuls à nous voir imposer ? Il ne viendrait à personne l'idée de critiquer les mesures mises en place par l'État pour protéger les citoyens – et les touristes étrangers – des risques d'attentats. Mais les autorités publiques ont également le devoir de faire appliquer la loi, et d'organiser les conditions d'une concurrence juste et équitable entre les différents acteurs.

Non seulement les locations en lignes ne respectent-elles pas les mêmes règles que le secteur de l'hôtellerie professionnelle, mais encore les bénéfices ainsi réalisés ne sont-ils pas fiscalisés – à l'inverse des hôteliers, qui sont taxés au premier euro. De plus, on est en droit de s'interroger sur le respect de la limite, fixée par la loi, des 120 jours maximum pendant lesquels un logement peut être proposé à la location sur Internet. Comment s'assure-t-on que les locataires qui mettent ces annonces en ligne ont bien reçu l'assentiment – obligatoire – de leur propriétaire ? La mairie de Paris, avec les quelques dizaines d'agents qu'elle a missionnés, se donne-t-elle les moyens concrets de contrôler que les 75 000 logements mis en ligne sur la capitale respectent les règles ? Je pense également à la loi sur une République numérique, dont les décrets d'application sont en train d'être finalisés. Il faut que ses dispositions soient respectées à la lettre. Enfin, je m'interroge sur la pertinence des amendements proposés au projet de Loi de Finances pour 2017 et sur celle du plafond de 23 000 euros à partir duquel les revenus des locations sauvages pourraient être fiscalisés. 23 000 euros par an, ce n'est plus un revenu d'appoint ! Lorsque l'on dégage de tels bénéfices, on se doit de respecter les mêmes contraintes que les professionnels du secteur.

Ne nous méprenons pas : en ces temps difficiles, il est tout à fait légitime, pour les Français et les Franciliens, de vouloir compléter leurs revenus, d'arrondir leurs fins de mois. De même, personne ne regrette le temps, pas si lointain, où le moindre événement sportif ou congrès d'importance contraignait les clients à réserver une chambre à Chartres, Orléans ou Blois pour cause de saturation des capacités hôtelières parisiennes. Ma conviction est qu'il y a une place pour une coopération juste et équitable, une cohabitation durable et pérenne, entre les hôteliers et les offres en ligne des particuliers. Il faut définir des règles, et se donner les moyens de les appliquer. La qualité de vie de nos immeubles, de nos voisinages et de nos quartiers est à ce prix.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Coronavirus : Italie, Corée du Sud et contaminations non détectées, la France se prépare-t-elle assez à une potentielle pandémie ?

06.

Yassine Belattar trouve que Jean Messiha a "une tête de chameau". Et SOS racisme applaudit !

07.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
emends30
- 10/12/2016 - 11:23
On peut raisonner à l'envers
Plutôt que d'aligner avec Airbnb les taxes, impositions, fiscalisation, obligations ,conformités ,mises aux normes et j'en passe que l'on inflige au secteur hôtelier ,pourquoi ne pas alléger le poids que l'on fait peser sur les hôtels ?