En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Thomas SAMSON / AFP
Pour la droite, l'heure est encore aux consultations et aux réflexions.
Et pendant ce temps-là, où en est le rassemblement post-primaire ?

Mais où est passé François Fillon, et où en est le rassemblement à droite ?

Publié le 09 décembre 2016
Alors que la victoire écrasante de François Fillon à la primaire a permis de créer une véritable dynamique à droite, certains juppéistes déçus ou opposants à la ligne libérale du député de Paris pourraient briser le rassemblement promis par tous au lendemain du second tour.
Saïd Marhane est rédacteur en chef au journal hebdomadaire Le Point. Il couvre particulièrement l'actualité politique.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Saïd Mahrane
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Saïd Marhane est rédacteur en chef au journal hebdomadaire Le Point. Il couvre particulièrement l'actualité politique.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que la victoire écrasante de François Fillon à la primaire a permis de créer une véritable dynamique à droite, certains juppéistes déçus ou opposants à la ligne libérale du député de Paris pourraient briser le rassemblement promis par tous au lendemain du second tour.

Atlantico : Deux semaines après le second tour de la primaire de la droite et du centre, et alors que les projecteurs sont braqués sur la primaire de la gauche, comment l'union de la droite se déroule-t-elle ? 

Saïd Mahrane : L'heure est encore aux consultations et aux réflexions quant à la stratégie à adopter. Nous sommes en décembre et François Fillon a encore pour lui un peu de temps pour imaginer comment, et avec qui, il va mener bataille. Une position qui sera sans doute, quoi qu'il en dise, infléchie en fonction de celui qui sortira gagnant de la primaire de gauche. Mais gare à celle ou celui qui viendrait rompre le rassemblement promis par tous au lendemain de la primaire. S'il y a une dynamique, et à l'heure où les socialistes vont se déchirer lors d'une campagne interne, il est important de ne pas la briser par des aigreurs ou des amertumes. Fatalement, il y aura des déçus qui peut-être ne pourront s'empêcher de se répandre dans la presse. Mais je distingue ces aigris de ceux qui peuvent être en désaccord avec la ligne libérale adoptée jusqu'ici par François Fillon. Quand Gérald Darmanin, un des derniers seguinistes old school, met en avant la nécessité de parler à l'électorat populaire, il exprime une conviction profonde, partagée par d'autres. Nul ne peut l'accuser de propager la division. 

Le scénario de 1995 après le duel Balladur-Chirac où tous les balladuriens avaient été mis à l'écart peut-il se répéter ? Comment les juppéistes réagissent-ils ? 

Tous les balladuriens n'ont pas été écartés, car je vous rappelle que François Fillon, qui a soutenu et fait campagne pour Balladur, a été ensuite nommé ministre - à la demande de Séguin - dans le gouvernement Juppé. Mais si Fillon, aujourd'hui, voulait jouer la vengeance ou le clanisme, il irait au devant de terribles déconvenues. S'il veut avoir des frondeurs, c'est le meilleur moyen de s'y prendre ! L'homme est connu pour être rancunier, mais il est aussi suffisamment intelligent pour faire fi des fidélités et des vexations du passé et avoir un minimum de représentativité dans sa future équipe. En outre, si, comme il le dit, son souci ne sera pas le casting au moment de composer son gouvernement mais la compétence, il ne s'embarrassera pas de ce genre de considérations, au point où il pourrait sacrifier des proches. 

Peut-on considérer que les investitures aux législatives permettront de garantir la réconciliation ? 

A la marge, car il y a beaucoup de députés sortants qui seront reconduits. L'exercice des investitures suscite toujours des crispations. Il faudra bien "traiter" les recalés. En outre, s'agissant de la cohésion de la droite, il faudra voir ce que feront Juppé et Sarkozy. Apaiseront-ils leurs troupes ou les inviteront-elles à faire entendre leur petite musique ? A priori, je pense que l'un et l'autre sont plutôt dans de bonnes dispositions. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Une suggestion pour Greta Thunberg : et si pour sauver la planète, on guillotinait les riches ?

02.

Carlos Ghosn : enfin un ami, Francis Ford Coppola !

03.

Laeticia Hallyday boit dans la mer (mais pas la tasse) ; Voici trouve Macron très beau en maillot, Point de Vue trouve Brigitte mirifique ; Tout sur le mariage de Jenifer sauf des photos ; Crise de libido royale pour William et Kate

04.

Arrêt de l’enquête dans les maternités de Fukushima : un non-lieu sanitaire pour le nucléaire ?

05.

Les épargnants français, bipolaires ?

06.

Seniors : cette méthode qui vous permet de profiter pleinement de votre retraite

07.

Le général iranien Qassem Souleimani, maître de guerre sur le front syro-irakien

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

04.

Laeticia Hallyday boit dans la mer (mais pas la tasse) ; Voici trouve Macron très beau en maillot, Point de Vue trouve Brigitte mirifique ; Tout sur le mariage de Jenifer sauf des photos ; Crise de libido royale pour William et Kate

05.

Services secrets turcs : les hommes des basses œuvres du président Erdogan

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

G7 à Biarritz : ces inégalités croissantes dans les pays occidentaux dont les progressistes ne veulent pas entendre parler

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

05.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

06.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Septentrionale
- 08/12/2016 - 18:36
Fillon un véritable homme d'Etat
qui les dépasse ,- pardon
Septentrionale
- 08/12/2016 - 17:41
Fillon un véritable homme d'Etat
Rares sont les hommes politiques qui ont réussi dans l'opposition un travail sérieux avec la capacité d'élaborer une vision d'avenir dans un monde en mutation avec un programme de restructuration profonde pour une Société Française re-considérée et responsabilisée. Une Société Française maltraitée, méprisée, bazardisée par un régime socialiste, une Société Française juste bonne pour les socialops à être rançonnée pour entretenir un Etat obèse entripaillé de parasites fonctionnarisés exigeant. Ces socialops qui n'ont su dans l'opposition que brailler, braire comme des ânes et se montre au-delà des limites de l'indécence à la hauteur de ce qu'ils sont, de sinistres irresponsables en auto-destruction, drame de leur incompétence qui n'aura fait que des dégâts pour tous. François Fillon pourra après la trêve des confiseurs comme on dit et ce, jusqu'à la grotesque comédie de la primaire socialiste, reprendre les rênes de l'opposition jusqu'à l'accession à la présidentielle. Ce n'est pas pas hasard si le FN et le PS attaquent comme des roquets, faute de mieux, un candidat qui les dépassent.
Fran6
- 08/12/2016 - 17:39
@Rollonrolloff
ouais, autant garder Hollande dans ce cas! AJ n'avait qu'a pas allé à une primaire, c'est de sa faute d'écouter les médias