En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
ça vient d'être publié
pépites > International
Jeter l'éponge
Liban : le Premier ministre désigné renonce à former un gouvernement et démissionne
il y a 6 heures 48 min
pépite vidéo > Insolite
Les joies du télétravail
Argentine : un député embrasse le sein nu de sa femme en pleine visioconférence
il y a 7 heures 28 min
pépite vidéo > International
Tragédie
26 morts dans le crash d’un avion militaire en Ukraine
il y a 8 heures 54 min
pépites > Politique
Polémique
Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine
il y a 9 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une bête aux aguets" : un roman dément et addictif

il y a 11 heures 4 min
décryptage > Europe
Crier au loup

Lutte contre la montée de l’extrême-droite : pourquoi l'Allemagne multiplie les gesticulations sans se poser les bonnes questions

il y a 14 heures 40 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les aidants, ces acteurs clés du quotidien auprès des plus fragiles face à l'explosion de la dépendance

il y a 14 heures 52 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

OPA sur la droite : le pari risqué de Marion Maréchal

il y a 14 heures 52 min
décryptage > International
Accord global

Derrière aujourd'hui, il y a demain (Proverbe Libyen)

il y a 14 heures 54 min
décryptage > Société
Urgence

10 000 morts dans les Ehpad dans une quasi indifférence générale : voilà pourquoi les racines de notre manque d'empathie envers les seniors sont profondes

il y a 14 heures 55 min
pépites > France
Enquête
Attaque à Paris : le suspect "assume son acte" et pensait attaquer Charlie Hebdo
il y a 7 heures 16 min
pépite vidéo > Politique
Pathétique
"Olivier véreux de mes c***lles" : Jean-Marie Bigard insulte le ministre de la Santé
il y a 8 heures 39 min
light > Culture
Figure de la droite
L'écrivain et polémiste Denis Tillinac est décédé
il y a 9 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les 100 plus belles planches de la bande dessinée" : La BD est un art qui vaut le détour !

il y a 10 heures 58 min
décryptage > Terrorisme
Menace diffuse

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : un suspect au profil très atypique

il y a 13 heures 20 min
décryptage > Société
Et Dieu (Jupiter) créa l’homme

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

il y a 14 heures 49 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment le chef de l'Etat Emmanuel Macron a jonglé avec les libertés fondamentales lors de son quinquennat

il y a 14 heures 52 min
décryptage > International
Influence des activités humaines

Incendies en Californie : ce dérèglement climatique qui a décidément bon dos...

il y a 14 heures 52 min
décryptage > International
Urgence énergétique

Liban : aussi une urgence énergétique géopolitique

il y a 14 heures 54 min
décryptage > Environnement
Rendement

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

il y a 14 heures 55 min
Propriétaire à tout prix

L'immobilier : une passion française

Publié le 18 février 2012
Faut-il encore acheter si on le peut ? Où faut-il acheter ? Faut-il acheter ou louer ? Faut-il acheter pour louer ? C'est à toutes ces questions que Marc Fiorentino a décidé de répondre, point par point. Pierre par pierre... dans "Immobiliez-vous ! Face à la crise, tout sur l'immobilier" Extraits (1/2).
Marc Fiorentino
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marc Fiorentino a œuvré pour des banques d'affaires américaines en Europe durant seize ans, puis a créé sa propre société de Bourse, Euroland Finance, et en 2007, un site de conseil en investissement financier, Allofinance.com.Il est l'auteur de Sauvez...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Faut-il encore acheter si on le peut ? Où faut-il acheter ? Faut-il acheter ou louer ? Faut-il acheter pour louer ? C'est à toutes ces questions que Marc Fiorentino a décidé de répondre, point par point. Pierre par pierre... dans "Immobiliez-vous ! Face à la crise, tout sur l'immobilier" Extraits (1/2).

Même si les prix ont flambé dans les dernières années, l’amour dévorant des Français pour la pierre ne date pas d’hier. Le bon sens paysan les a poussés depuis des générations à acheter des biens immobiliers. Et à les transmettre. De génération en génération.

Vous n’avez pas tous la chance d’avoir des parents qui vous ont légué un appartement de 200 m² sur le Champ-de-Mars ou une maison sur l’île de Ré, mais vous êtes nombreux à posséder un bien immobilier, même petit, ou à avoir, même si vous devez le partager avec vos frères, vos sœurs et parfois même vos cousins, une maison de famille en province ou à la campagne avec un petit lopin de terre.

Dans toutes les études, les Français expriment une forte aspiration à devenir propriétaires. La hausse des prix a certes freiné récemment cet engouement mais, s’ils ne devaient avoir qu’un bien ou qu’un seul placement, les Français opteraient sans hésiter pour la pierre. Idéalement, un bien situé dans une zone urbaine ou périurbaine. Et ils n’ont pas de préférence entre le neuf et l’ancien (45 % votent pour le neuf, 44 % pour l’ancien). (...)

Le paradoxe français

Puisque les Français aiment tant l’immobilier, ils devraient détenir le record mondial de taux de propriété… et pourtant non. Ils sont assez mal placés par rapport aux autres pays développés et même en queue de peloton de la zone euro. En Espagne, 83 % des ménages sont propriétaires de leur résidence principale ; en Italie, 72 % ; quant aux États-Unis, on est à un taux de 66 %.

Cela s’explique assez facilement :

- en France, les conditions d’obtention de prêts à la propriété sont plus drastiques. Heureusement. On connaît les conséquences désastreuses de la politique de crédit facile aux États-Unis ou en Espagne. Les durées de crédit en France sont également traditionnellement plus courtes ;

- d’autre part, en France, le système de logement social est très développé et permet à des ménages défavorisés de louer dans des conditions plus avantageuses et donc, même s’il y avait une maigre possibilité qu’ils puissent le faire, de ne pas chercher à acquérir leur résidence principale.

On remarque que les pays en queue de peloton comme la France mais aussi l’Allemagne (46 % de propriétaires) ou les Pays-Bas (56 %) sont ceux dont le parc de logements sociaux est le plus important. À titre d’exemple il y a 4 millions de logements sociaux en France soit près de 15 % du parc total, 2 % seulement en Espagne.

Être propriétaire : une aspiration profonde

Les rapports annuels de l’observatoire immobilier Cetelem sont une précieuse source d’informations. On découvre ainsi qu’en France être propriétaire c’est :

- une priorité pour 34 % des personnes interrogées ;

- un rêve pour 25 % ;

- une évidence pour 20 % ;

- pas crucial pour 9 % ;

- trop de contraintes pour 5 % ;

- « qu’importe ! », 4 % ;

- sans opinion, 2 %.

46 % des personnes interrogées considèrent l’achat d’un bien immobilier comme un objectif à plus ou moins long terme. Et le rêve absolu, c’est la maison individuelle, citée dans 83 % des cas.

Toujours dans la même enquête, et dans des études complémentaires, on découvre les motivations de l’accession à la propriété :

- se sentir chez soi ;

- constituer un patrimoine ;

- assurer sa retraite ;

- assurer l’avenir de sa famille ;

- économiser les loyers ;

- avoir un investissement sûr ;

- profiter de prix intéressants ;

- profiter de taux d’intérêt favorables ;

- profiter d’un apport important (don, héritage…) ;

- accompagner un changement de situation professionnelle ;

- accompagner un changement de situation familiale ;

- bénéficier d’une fiscalité avantageuse ;

- suivre l’exemple de son entourage.

Depuis 2009, c’est clairement le besoin d’assurer sa retraite et de se garantir un logement en cas de difficulté qui a pris le pas sur les autres motivations. Nathalie Kosciusko-Morizet, alors ministre du Logement, déclarait d’ailleurs en mai 2011 que « posséder son toit est une forme d’assurance-vie ».

C’est d’autant plus vrai qu’avec la crise de 2008, la crise des banques et maintenant la crise des États, tous les autres placements ont perdu en crédibilité. À part peut-être encore l’or.

Autre avantage essentiel pour les Français : l’immobilier accroît la protection familiale. Le conjoint et les enfants sont en effet couverts par les assurances décès-invalidité dont la souscription est obligatoire. En clair, si vous mourez, votre famille hérite et le crédit peut même disparaître…

Conclusion

90 % des Français estiment que la meilleure solution, si on a le choix, est d’être propriétaire de son logement… Ce n’est plus de l’amour, c’est même plus de la passion, c’est de la rage !

________________________________

Extraits de Immobiliez-vous ! Face à la crise, tout sur l'immobilier, Robert Laffont (12 janvier 2012)

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
defrance69
- 19/02/2012 - 10:49
Apprendre déjà à compter
sur les 13 motivations annoncés, 9 ne sont pas garanties par l'acaht immobilier, à savoir
constituer un patrimoine, assurer sa retraite, assurer l’avenir de sa famille, économiser les loyers, avoir un investissement sûr, profiter de prix intéressants, profiter d’un apport important, bénéficier d’une fiscalité avantageuse.
Parfois rester locataire est une bien meilleure opportunité: il vaut mieux être diversifié et ne pas avoir tous ses oeufs dans le même panier ... en béton.
Avant d'engager un tiers de ses revenus sur 20ans de son ménage, il serait utile de faire un minimum de calcul
un lien vers une bonne calculatrice de comparaison : http://www.bulle-immobiliere.org/achat-locv2/
Harmaggedon
- 19/02/2012 - 06:48
à force...
le prix des terrains en constante augmentation, des normes drastiques à l'excès, des constructeurs "margeant" bien plus sur les hauts de gamme (comme les constructeurs automobiles) ont entrainés des prix excessifs, à la fois à l'acquisition et aussi, dans le domaine locatif.
La maison qui pourrait être un bien de consommation, est un vrai investissement. Mais cela en devient aussi une contrainte et un frein, pour ce qui est de la mobilité, sur le plan du travail !
Qui est prêt à quitter son "bien" durement acquis, voire simplement "hérité", pour un emploi à plus de 100 Km ? Qui est capable de prendre une location, pour un nouvel emploi, en devant rembourser ses crédits immobiliers en cours ?
Toute cette partie de marché immobilier, de type simple "bien de consommation" manque en France, et participe à figer encore un peu plus, le pays.
adieux
- 18/02/2012 - 17:55
propagande
malheureusement pour monfinancier.com les gueux retourne chez leurs parents .

plus de primo-accédant + de second accédant + de défiscalisation.

Les banques ne prête plus, la bulle immobilière et sur le point d'exploser, les gens le savent désormais que les prix ne montent pas jusqu'au ciel, même à le dire tous les jours sur tout les moyens de diffusion depuis des années c'est maintenant la fin.

les rêves de grandeur Mr fifi sont sur le point de faire pchittt