En direct
Best of
Best Of
En direct
info atlantico
© Reuters
Surprise suprise
Sondage exclusif : Fillon, Le Pen, Macron, voilà auquel des 3 favoris de la présidentielle les Français accordent le plus leur confiance sur les principaux enjeux de société
Publié le 16 décembre 2016
Un sondage exclusif Ifop pour Atlantico révèle la cote de confiance qu'accordent les Français à Emmanuel Macron, François Fillon et Marine Le Pen sur cinq enjeux jugés essentiels pour la prochaine élection présidentielle. Analyse.
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un sondage exclusif Ifop pour Atlantico révèle la cote de confiance qu'accordent les Français à Emmanuel Macron, François Fillon et Marine Le Pen sur cinq enjeux jugés essentiels pour la prochaine élection présidentielle. Analyse.

Atlantico : Quels sont selon vous les principaux enseignements de ce sondage ?

Jérôme Fourquet : Rappelons tout d'abord que pour des raisons techniques, nous avons circonscrit cette enquête aux trois principaux candidats aujourd'hui clairement identifiés : Emmanuel Macron, François Fillon et Marine Le Pen. Nous avons voulu sondé les territoires de compétences de chacun d'entre eux sur les principaux enjeux au cœur de cette présidentielle.

Le premier enseignement à retenir, c'est que bien que l'on n'ait testé qu'une seule personne s'apparentant à la gauche au sens large du terme (Emmanuel Macron), cette dernière n'est en pole position – d'une courte tête – que sur la réduction du chômage et la relance de l'économie. C'est certes un sujet très important, puisqu'une enquête Ifop-Atlantico publiée ce mercredi montre que c'est la priorité des Français. Néanmoins, sur toutes les autres thématiques, Emmanuel Macron est assez nettement distancé par François Fillon ou Marine Le Pen.

Deuxième constat : on s'aperçoit que si François Fillon a fait reculer le potentiel électoral de Marine Le Pen dans les intentions de vote, cette dernière conserve malgré tout une crédibilité importante, notamment sur ses sujets de prédilection tels que la lutte contre l'immigration clandestine (41%), où elle fait deux fois mieux que François Fillon. Elle fait jeu égal avec lui sur deux autres enjeux majeurs : la lutte contre le terrorisme (26% pour les deux) et la lutte contre l'insécurité (28% pour elle, 26% pour François Fillon). Le candidat des Républicains est, lui, devant pour ce qui est de la défense des valeurs traditionnelles (35%), un sujet auquel Emmanuel Macron n'est pas du tout associé, et sur la réduction de la dette et des déficits publics (28%). En ce qui concerne la réduction du chômage et la relance de l'économie, François Fillon peine à convaincre (23%, contre 25% pour Emmanuel Macron). Notons que sur les deux sujets "économiques", nous avons 35% de sondés qui assurent ne faire confiance ni à l'un, ni à l'autre...

>>>> A lire aussi : Dans la (vraie) tête des Français : pourquoi François Fillon n’est pas le candidat qu’on vous décrit dans les médias

Pour résumer ces principaux enseignements, nous avons donc une Marine Le Pen qui demeure très crédible pour une proportion importante de Français sur la lutte contre l'immigration clandestine, le terrorisme et l'insécurité. Un François Fillon qui se distingue sur la défense des valeurs traditionnelles et la réduction de la dette et des déficits, qui fait jeu égal avec Marine Le Pen sur le terrorisme, et qui fait quasiment jeu égal avec Emmanuel Macron sur la réduction du chômage. Enfin, Emmanuel Macron s'en sort uniquement sur cette question de réduction du chômage et de relance de l'économie.

Sur le plan des enseignements secondaires, il est intéressant de voir comment les choses se répartissent dans différents électorats.

Si vous regardez les chiffres pour la lutte contre l'immigration clandestine, vous verrez que 47% de l'électorat LR fait confiance à François Fillon, mais 37% de ces mêmes électeurs font confiance à Marine Le Pen ! On peut penser ici à l'influence de la droite dite "hors les murs", une droite assumée qui hésite aujourd'hui entre Marine Le Pen et François Fillon. Si vous faites le même exercice pour la lutte contre l'insécurité, vous avez 58% de l'électorat LR sur François Fillon, et 23% sur Marine Le Pen.

Or, si vous faites la même comparaison en regardant ce que pensent les sympathisants FN, vous verrez que eux sont massivement positionnés sur leur candidate (80-90% environ). Il y a très peu d'hésitations avec François Fillon chez eux. Si ce dernier est parvenu à faire reculer Marine Le Pen dans les intentions de vote, ce n'est donc pas dans le noyau dur du FN que cela s'est produit, mais plutôt à la marge. Cette très forte concurrence devrait jouer dans toute une partie de l'électorat de droite et sera un grand enjeu de cette présidentielle.

Par ailleurs, si l'on regarde le score d'Emmanuel Macron sur la lutte contre le chômage et la relance de l'économie, on observe qu'il est à 25% de citations dans l'ensemble des Français. Il grimpe à 37% chez les cadres supérieurs, mais descend à 17% chez les ouvriers. On voit donc bien qui sont ses soutiens... Politiquement, il fait un score de 49% sur cette question chez l'électorat PS (un électorat certes contraint par le fait qu'on ne lui avait pas proposé de candidat PS dans notre sondage...), 31% chez les écolos, 29% chez l'UDI, et 17% chez LR. On voit assez clairement, tant sociologiquement que politiquement, qu'Emmanuel Macron a, quelque part, un pied dans les deux camps. Il peut donc envisager de rassembler, notamment sur les thématiques économiques, une frange minoritaire de l'électorat de droite et une frange plus importante de l'électorat du centre.

A lire aussi sur notre site : Emmanuel Macron, l’homme qui ne voyait pas le boulevard qu’il avait à gauche

Toutefois, on peut penser que cette capacité de Macron à "mordre" sur le centre se fait uniquement sur les sujets économiques. En effet, si 33% de l'électorat Modem lui font confiance sur la réduction de la dette, 5% seulement lui font confiance sur le terrorisme (2% à l'UDI) et sur l'insécurité (6% pour le Modem, 1% pour l'UDI)...

Emmanuel Macron est donc un candidat qui fait potentiellement face à une double difficulté. La première concerne la composition très hétérogène de son électorat. Comment faire tenir ensemble des gens venant de la droite, du centre et de la gauche ? La deuxième réside dans le fait qu'y compris dans cet électorat centriste qui l'apprécie, il n'est aujourd'hui crédible que sur les questions économiques et sociales. Tout ira bien pour lui si la tendance mesurée dans l'enquête Ifop-Atlantico cette semaine se confirme, avec les préoccupations économiques qui reprennent le dessus aux yeux des Français, mais si la France est de nouveau frappée par des attentats terroristes et que le climat sécuritaire se tend de nouveau, il sera face à une difficulté majeure.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
02.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
03.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
04.
MBS, le prince héritier saoudien dépossédé d’une partie de ses pouvoirs par le Roi Salman
05.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
06.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
07.
Electricité : le record de production par les éoliennes battu le 14 mars est un faux espoir
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
04.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
05.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
06.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
03.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
04.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
05.
Grève mondiale des élèves pour le climat : 5 éléments pour déterminer s’il faut s’en réjouir ou... s’en inquiéter sérieusement
06.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
Commentaires (19)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ombelia
- 13/12/2016 - 10:21
Macron demago
Lorsqu'il a parlé de dédoubler les classes en primaire (notamment pour les enfants de parents non francophones), comment veut-il appliquer cette enieme"reforme" de l'EN: avec plus d'enseignants fonctionnaires et accroître le déficit? C'est un discours de candidat demago pour lequel je ne voterai pas car il me fait trop penser à "c'est l'Etat qui paye" de notre futur ex-président.
Anguerrand
- 12/12/2016 - 10:33
Si Macron pouvait enfin pulvériser ce qu'il reste du PS
ce serait déjà un progrès. Quand à Peillon " le philosophe de gauche " qui bien sûr vit en Suisse, je crains le pire quand on voit ce qu'il a fait de l'EN !
masaï
- 11/12/2016 - 19:09
SONDAGES, SONDAGES...
En dehors du fait qu'IFOP est totalement investi dans la campagne de MAcron, il y a quelque chose d'important à prendre en compte...
Comme ils le notent eux même.... l'échantillonage.... représente...ceux qui veulent bien perdre du temps à répondre par Internet à un questionnaire...Ce qui évacue ipso facto d'innombrables personnes, soit par refus d'être un "échantillon" face aux multiples arnaques sur Internet et au téléphone, et qui raccrochent d'office (moi par exemple) et tous ceux qui ne sont pas "disponibles" pour répondre au téléphone et remplir leur questionnaire.... Le simple fait de réaliser cela donne une idée de la "valeur" des opinions que l'on nous présente ensuite comme représentative de la France... La seule valeur de tous ces sondages....ce sont les sommes colossales qu'ils génèrent pour ces Instituts.... En supprimant ces sondages pendant un an, on rembourserait l'essentiel de la dette publique sans plus de difficulté... Personne n'ose le dire...Mais voilà une mesure qui serait d'intérêt public.