En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

05.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

06.

Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant

07.

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

05.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

06.

Immigration : ces éléments qui manqueront au plan du gouvernement pour espérer atteindre l’efficacité (autre qu’électorale)

ça vient d'être publié
Surprise !
Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant
il y a 5 heures 46 min
pépite vidéo > Santé
(Grosse) révolution
Une société française annonce pouvoir détecter la bipolarité avec une simple prise de sang
il y a 6 heures 54 min
pépites > Politique
Too much ?
LFI demande l'ouverture d'une commission parlementaire sur "l'indépendance du pouvoir judiciaire"
il y a 7 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Journal d'un amour perdu" : Voyage dans l'intimité du deuil d'un colosse de la littérature

il y a 10 heures 28 min
light > Santé
Veggie mania
Burger King cède à la tendance vegan et lance son premier veggie Whopper
il y a 11 heures 25 min
pépites > Politique
Hospitalisation
Etats-Unis : Jimmy Carter hospitalisé après plusieurs chutes
il y a 12 heures 48 min
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 11 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 13 heures 58 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Levothyrox : le combat des associations pour obtenir la vérité

il y a 16 heures 49 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Le 10 mai 1981 : un jour maudit pour la droite

il y a 16 heures 49 min
décryptage > Société
Ras des pâquerettes ?

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

il y a 16 heures 50 min
light > People
Karma ?
Pete Doherty condamné à 3 ans de prison avec sursis, 2 ans de mise à l'épreuve et 5000 euros d'amende
il y a 6 heures 15 min
light > Culture
Mauvais augure
Plus de promotion pour J'accuse, le nouveau film de Polanski
il y a 7 heures 24 min
pépites > Europe
Opération conjointe
Blocage de l'autoroute A9 par des indépendantistes espagnols : la France et l'Espagne tentent de les déloger
il y a 9 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La dame de chez Maxim" : Cette dame d'autrefois nous met toujours en joie

il y a 10 heures 34 min
pépites > International
Débordements et violence
Hong Kong : un manifestant blessé par balle et un homme brûlé vif lundi 11 novembre
il y a 12 heures 10 min
décryptage > Economie
Mêmes causes, mêmes effets ?

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

il y a 13 heures 53 min
décryptage > Santé
Techno-Masochisme

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

il y a 14 heures 32 min
décryptage > Economie
(Petite) révolution

Révolution dans la Silicon Valley : les investisseurs américains veulent des entreprises rentables maintenant et pas uniquement des licornes en croissance

il y a 16 heures 49 min
décryptage > Politique
Malédiction

Guillaume Tabard : « La droite devrait s’inspirer de François Mitterrand pour faire renaître LR »

il y a 16 heures 50 min
décryptage > Economie
Commerce et stratégie

Amorce de détente : mais que veulent vraiment obtenir les Etats-Unis de la Chine ?

il y a 16 heures 51 min
Tectonique politique

Comment la gauche est en train de perdre les banlieues

Publié le 18 février 2012
Et si, contrairement aux idées reçues, les jeunes des quartiers portaient en eux des valeurs "de droite"? Loin d'être des supporters de l'égalitarisme et de l'assistanat, ils font preuve d'une grande soif de liberté et de réussite individuelle. Extraits de "Pourquoi les banlieues sont de droite" de Camille Bedin, secrétaire nationale à l'égalité des chances de l'UMP (1/2).
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Et si, contrairement aux idées reçues, les jeunes des quartiers portaient en eux des valeurs "de droite"? Loin d'être des supporters de l'égalitarisme et de l'assistanat, ils font preuve d'une grande soif de liberté et de réussite individuelle. Extraits de "Pourquoi les banlieues sont de droite" de Camille Bedin, secrétaire nationale à l'égalité des chances de l'UMP (1/2).

Historiquement, bien sûr, de nombreuses raisons expliquent la forte présence de la gauche dans les quartiers. L’empreinte laissée par les bastions ouvriers, où le parti communiste mais aussi le parti socialiste ont été extrêmement forts pendant des décennies, a forgé ces traditions du vote de gauche et, plus exactement, du vote de classe. Forgée au sein des bastions ouvriers, cette conscience de classe a permis l’émergence d’un communisme, d’un socialisme et d’un engagement syndical forts.

Aujourd’hui, la question sociale reste le socle commun de cet électorat de gauche, notamment auprès des personnes issues de l’immigration et des jeunes. Ainsi, 69 % des Français ayant au moins un ascendant étranger d’Afrique du Nord ou de Turquie votent à gauche, contre seulement 40% des Français sans ascendants étrangers. En 2007, 50 % des Français des quartiers se disent proches des partis de gauche (dont 28 % PS) et ils sont 21 % de la droite (dont 12 % UMP). 45 % pensaient voter à gauche et 19 % à droite lors de la présidentielle25 de 2007. (...)

Les « Français de souche » qui restent pour la plupart dans la cité contre leur gré ont, quant à eux, tendance à être plus proches de la droite. Ils se sentent « prisonniers du ghetto » et ont la conviction d’être victimes d’un racisme anti-Français. Malgré ce fort sentiment, ces électeurs de droite ne l’« avouent » pas vraiment. Dans les quartiers, il reste illégitime de voter à droite.

Malgré cela, progressivement, la gauche perd le terrain des banlieues.

En effet, de la même manière que la droite n’y va pas suffisamment, pensant qu’elles sont perdues d’avance, la gauche n’y va plus – ou uniquement au moment des élections –, croyant qu’elles sont acquises d’avance. Après de nombreuses conversations avec des socialistes, élus ou non, le constat est clair : ceux qui sont le plus investis regrettent cet abandon ; les autres s’en contentent, signifiant clairement que, « de toute façon », jamais la droite n’y sera majoritaire.

Mais d’autres encore sont plus sévères et moins fatalistes : ils expliquent d’eux-mêmes que la gauche ne séduit plus cet électorat populaire. Cette question a été notamment soulevée au sein de la gauche par Terra Nova, think tank du socialisme français: la gauche d’aujourd’hui correspond-elle davantage aux classes moyennes qu’aux classes populaires ?

La gauche s’adresse aux populations des cités comme si elle parlait à une classe ouvrière ou populaire unie, soudée, organisée. Or ce temps-là est révolu. La gauche ne fait que promettre un paradis perdu et saper les repères avec lesquels toutes les populations, notamment les moins favorisées, ont besoin d’évoluer. Elle se trompe dans son discours – inchangé depuis des décennies – et trahit les classes populaires, dans au moins trois domaines. Sa principale erreur fondamentale est de se fourvoyer et de tromper les Français dans une exaltation d’un Etat-providence qui, encore aujourd’hui, aurait tous les pouvoirs, toutes les capacités.

Les trois erreurs de la gauche

Alors que la droite tend progressivement (même si c’est parfois douloureux pour elle) à revenir sur le mythe de l’Etat tatillon et grandissant à travers sa fonction publique et son administration, la gauche continue envers et contre tout à présenter la puissance publique comme l’unique solution aux problèmes de la société française, notamment dans les banlieues. (...)

La deuxième erreur de la gauche a été d’ébranler toutes les valeurs morales des classes moyennes et populaires, comme la sécurité, la justice ou l’autorité. Ainsi, elle a perdu toute crédibilité lorsqu’elle parle des délinquants en les faisant passer pour des victimes ou, simplement, pour des adolescents trop jeunes pour être réellement coupables. Elle continue de perdre cette crédibilité lorsqu’elle s’oppose à la construction de places de prison ou lorsqu’elle refuse d’affronter les problèmes que pose le traitement des mineurs délinquants. Enfin, sur un autre sujet, elle a entraîné la perte des valeurs à l’école, en faisant de l’instituteur une sorte d’animateur de classe, presque à égalité avec les élèves, au lieu d’un être respecté, doté d’autorité. (...)

Enfin, le discours misérabiliste ne séduit plus. Sous-entendre en permanence : « Vous êtes noirs ou arabes, cela doit être forcément dur pour vous», ou, « Mes pauvres, vous vous faites exploiter par le système », ou encore, « C’est la faute de l’Etat ou du gouvernement qui vous laisse sombrer », n’est pas le genre de discours que les populations des quartiers attendent des politiques.

_______________________________

Extraits de Pourquoi les banlieues sont de droite, Plon (9 février 2012)

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

05.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

06.

Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant

07.

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

05.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

06.

Immigration : ces éléments qui manqueront au plan du gouvernement pour espérer atteindre l’efficacité (autre qu’électorale)

Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Aie
- 19/02/2012 - 06:06
la gauche est trop molle
les jeunes veulent que ça bouge
fms
- 19/02/2012 - 00:25
étonnant cet article. !?
l'auteur n'a peut-être pas eu les résultats de la dernière élection présidentielle? Ces quartiers, et leurs jeunes, ont majoritairement voté Ségo...
vangog
- 18/02/2012 - 22:53
Les jeunes de banlieues ont parfaitement compris
le danger de la Social-démagogie, qui sévit principalement dans le sud de l'Europe, et menace la France avec Flamby. ils savent que cette social-démagogie, au pouvoir, leur offrira des infrastructures, des emplois dans de multiples associations, des subventions, mais ils connaissent les conséquences de cette Social-démagogie, à moyen et à long terme: il n'y aura plus aucun travail pour eux à l’extérieur du ghetto. Ils savent que seule une politique libérale leur offrira la possibilité de s'extraire du ghetto. et c'est leur plus grand souhait. D'ailleurs, on ne voit pas les Zidane, Noah, Jamel Debbouze, vivre dans leurs ghettos. ils préfèrent les ghettos dorés de droite!...