En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

03.

Plus fort qu’Ali Baba et les 40 voleurs : Anne Hidalgo et ses 37 adjoints !

04.

Ce que les scientifiques ont découvert grâce à l’anthropause, cette grande mise à l’arrêt de l’activité humaine liée à la pandémie Covid-19

05.

Rester scotché jusqu’à tard le soir sur l’écran de son smartphone nuit plus à la santé mentale que ce vous imaginez sans doute

06.

Nord Stream 2 : le pipeline voulu par l’Allemagne qui met le feu aux relations entre les Etats-Unis et l’Europe

07.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

01.

Révolutions arabes

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

04.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

05.

Pire que le coup d’Etat permanent, la campagne électorale permanente ? Emmanuel Macron, le président cynique

06.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Municipales : mais que cache donc l’étonnante schizophrénie des Français entre élections locales et nationales ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

05.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

06.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

ça vient d'être publié
light > Insolite
L'or sur
Voici un mystérieux masque d'or pour se protéger de la Covid-19
il y a 2 heures 19 min
pépites > Sport
Respect piloté
Des pilotes posent un genou à terre avant le départ du grand prix d'Autriche
il y a 3 heures 40 min
pépites > France
Un incendie pas encore éteint
Pour la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France la crise a été gérée sans prise en compte de principes fondamentaux
il y a 4 heures 19 min
pépites > Education
Médaille en chocolat
Dans certaines académies, on félicite les enseignants avec des badges
il y a 5 heures 20 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Ce trou noir monstrueux dévore l'équivalent d'un Soleil par jour ; Pour coloniser Mars, il faudra au moins 110 personnes »
il y a 8 heures 42 min
décryptage > Politique
Fluctuat et mergitur

Plus fort qu’Ali Baba et les 40 voleurs : Anne Hidalgo et ses 37 adjoints !

il y a 8 heures 45 min
décryptage > Environnement
"Grandes villes vertes"

Ecologie et économie sont-ils compatibles ?

il y a 9 heures 2 min
décryptage > Politique
Un vélo nommé problème

Aurelien Véron : « La politique anti-voitures d’Anne Hidalgo est extrême et quasi sectaire »

il y a 9 heures 15 min
décryptage > Santé
Téléphonie addictive

Rester scotché jusqu’à tard le soir sur l’écran de son smartphone nuit plus à la santé mentale que ce vous imaginez sans doute

il y a 9 heures 59 min
décryptage > International
De l'eau dans le gaz

Nord Stream 2 : le pipeline voulu par l’Allemagne qui met le feu aux relations entre les Etats-Unis et l’Europe

il y a 10 heures 39 min
pépites > International
Il y a toujours pire ailleurs
L'Angleterre réouvre les pubs dans la cacophonie générale
il y a 2 heures 52 min
pépites > Politique
Speedy Castex
À peine arrivé à Matignon, Jean Castex veut "aller vite"
il y a 3 heures 59 min
light > Insolite
La revanche des singes
En Thaïlande, les singes font la loi dans la ville
il y a 4 heures 37 min
pépite vidéo > Media
ONPC c'est fini
ONPC touche à sa fin, voici le best-of des clashs de l'émission
il y a 8 heures 12 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les leçons du combat d’une urgentiste contre le coronavirus

il y a 8 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

"Les femmes de" par Caterina Bonvicini

il y a 8 heures 47 min
décryptage > International
Retour Ottoman

L'expansionnisme turc aura-t-il raison de l'OTAN ?

il y a 9 heures 5 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Ce que les scientifiques ont découvert grâce à l’anthropause, cette grande mise à l’arrêt de l’activité humaine liée à la pandémie Covid-19
il y a 9 heures 42 min
décryptage > Loisirs
À consommer avec modération

Moscow Mule et cocktails vegans : petite liste des long drinks tendances de l’été

il y a 10 heures 16 min
décryptage > France
Abandon de souveraineté

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

il y a 11 heures 20 sec
© POOL New / Reuters
© POOL New / Reuters
3,2,1, tirez!

Valls-Montebourg-Macron (et les autres...) : qui est le mieux armé pour nous convaincre qu'il est un non-héritier de François Hollande ?

Publié le 09 décembre 2016
Aussi bien politiquement qu'intellectuellement, il sera plus évident pour certains de se démarquer du bilan du quinquennat Hollande, même si ceux-là ne sont pas forcément ceux qui auront le plus de chance de rassembler la gauche.
Bruno Jeudy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Jeudy est rédacteur en chef Politique et Économie chez Paris Match. Spécialiste de la droite, il est notamment le co-auteur du livre Le Coup monté, avec Carole Barjon.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Aussi bien politiquement qu'intellectuellement, il sera plus évident pour certains de se démarquer du bilan du quinquennat Hollande, même si ceux-là ne sont pas forcément ceux qui auront le plus de chance de rassembler la gauche.

Atlantico : Arnaud Montebourg, Manuel Valls et Emmanuel Macron étant parvenus à la réalisation de leur objectif commun, à savoir le renoncement de François Hollande, lequel des trois va pouvoir se dissocier du bilan du quinquennat de l'actuel président ? 

Bruno Jeudy : Sous réserve de connaître exactement la ligne de Manuel Valls lorsqu’il se portera candidat et de l'équilibre qu’il va trouver entre la défense du bilan du quinquennat et sa spécificité, c’est aujourd’hui Arnaud Montebourg qui est le mieux positionné pour se distinguer du bilan de François Hollande. Ceci s’explique par le fait qu’il a, tout d’abord, était l’un de ses plus virulents opposants lors de la campagne de 2011, sur une ligne totalement opposée à celle de l’actuel président : il était le candidat de la "démondialisation" et d’une gauche souverainiste, plus traditionnelle si l’on s’en tient à la définition du socialisme depuis l’ère Mitterrand. Ensuite, en tant que ministre, il s’est opposé à plusieurs décisions du président: on se souvient notamment de l’affaire de Florange et de sa volonté de nationaliser les derniers hauts fourneaux; mais également sa volonté de défendre le "Made in France" et d’imposer une certaine forme de protectionnisme dans une politique économique libérale s’agissant d’un gouvernement socialiste. Et puis, bien évidemment, il y a eu sa sortie du gouvernement, certes sur une affaire un peu anecdotique, même si dans le fond, il s’agissait d’une rupture en termes de ligne. 

Entre ces hommes de gauche ayant chacun fait partie du gouvernement au cours de quinquennat Hollande, lequel paraît le moins comptable intellectuellement de l’action menée ? 

Aussi bien sur le plan politique qu’intellectuel, Arnaud Montebourg est celui qui est le plus éloigné de ce que François Hollande a voulu faire au cours de son quinquennat.

Emmanuel Macron est le principal instigateur de la politique économique dite d’aide aux entreprises, via le crédit d’impôts compétitivité, le pacte de responsabilité, etc. , et ce dès lors qu’il était Secrétaire adjoint de l’Elysée. Il a ensuite, et en partie, mis en œuvre cette politique une fois devenu ministre de l’Economie pendant presque deux ans.

Quant à Manuel Valls, s’il n’a pas été l’instigateur direct de cette politique économique  - il était alors ministre de l’Intérieur – il en a été son chef d’orchestre à Matignon, jusqu’à donner sa propre coloration libérale en imposant la loi El Khomri, y compris par la force, à toute une partie de la gauche descendue dans la rue au cours du printemps 2016 pour protester. Manuel Valls est également celui qui a théorisé le virage sécuritaire et ce depuis qu’il était dans l’opposition, entre 2007 et 2012, faisant ainsi largement évoluer le Parti socialiste sur cette question de la sécurité. Il a ensuite mis en pratique cette politique au ministère de l’Intérieur, avec l’assentiment de François Hollande. Mais c’est une politique qui est aujourd’hui majoritairement acceptée, notamment par la base sympathisante de gauche, peut-être moins chez un certain nombre de barons socialistes. Arnaud Montebourg ne s’est jamais vraiment différencié sur le sujet, exception faite de l’épineuse et controversée question de la déchéance de nationalité que Manuel Valls a défendu bec et ongles, alors qu’il n’était pas absolument favorable à la décision de François Hollande. Pour ce qui est d’Emmanuel Macron, celui-ci n’a pas véritablement exposé de doctrine sur les questions sécuritaires. En tant que ministre, il s’est opposé publiquement et tardivement sur la question de la déchéance de nationalité. Sa vision de la laïcité est différente de celle Manuel Valls, plus souple et moins stricte. 

Qui de Manuel Valls, Arnaud Montebourg ou Emmanuel Macron serait le plus en mesure de rassembler la gauche en vue de proposer un projet fédérateur à la fois pour leur famille politique, mais également pour le pays en vue de la présidentielle ? 

Il faut établir une dichotomie entre Manuel Valls et Arnaud Montebourg d’un côté, et Emmanuel Macron de l’autre. Les deux premiers seront candidats à la primaire, cadre qui va permettre de clarifier la ligne du parti au cours des débats qui auront lieu, imposant un nouveau tournant à cette famille politique sur des questions importantes comme l’économie, la sécurité, l’Europe, la mondialisation. Quant à Emmanuel Macron, celui-ci se présente hors primaire, se classant lui-même sous l’étiquette "ni de gauche, ni de droite" ou "de gauche et de droite", sous-entendu, une forme de centre-gauche/centre-droit. Je pense que la nouvelle ligne qui sortira de la primaire résultera d’une forte critique du bilan de François Hollande, probablement plus dans la bouche d’Arnaud Montebourg que de Manuel Valls, sans que cela puisse empêcher ce dernier de développer ses propres thèmes. On en connaît déjà quelques-uns à travers différentes interventions : les oubliés de la mondialisation, son idée d’une Europe plus souveraine développée lors d’un colloque à Berlin, sa vision d’une laïcité ouverte développée lors d’un discours à Evry en septembre , la question du revenu universel, et plus globalement de ce qu’il a défini lui-même, à savoir le social-réformisme, concept de gauche libérale qui nécessite d’être précisé et rempli par rapport au projet d’Arnaud Montebourg. Ce dernier revient à l’épure socialiste, pensant que c’est à l’Etat que revient la force entraînante de l’économie, ou envisageant davantage le repli sur soi sur la question européenne que le fédéralisme, qui était davantage au cœur de l’Europe de Maastricht défendue par Mitterrand.

La primaire de la gauche va désigner son champion, celui qui a le plus de force politique pour rassembler – parce que mieux placé dans les sondages, mais surtout parce que le plus capable de rassembler les hollandais orphelins de leur candidat, et peut-être aussi récupérer une partie des aubristes actuellement en déshérence. Compte tenu de ces facteurs, et des éléments précédemment cités, on pourrait penser que Manuel Valls serait le plus fort politiquement pour créer un rassemblement, sinon en tous les cas une réunion de "copropriétaires" du PS un peu en déshérence. Politiquement, Arnaud Montebourg est sans doute moins bien placé pour rassembler mais il aura une ligne politique sans doute plus en cohérence avec ce que peuvent attendre les personnes qui votent encore socialistes et qui continuent à militer au PS, parti dont le nombre de militants a fondu comme neige au soleil –ils sont à peine entre 50 et 60 000 actuellement, ce qui est très bas. Au-delà d’un rassemblement difficile à organiser, l’objectif de la primaire est de pouvoir créer une mobilisation et de susciter un peu d’espoir dans une gauche sans tête, sans bilan et sans socle idéologique au terme de ce quinquennat. 

Propos recueillis par Thomas Sila

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
bd
- 11/12/2016 - 18:33
Macron plus moderne... et il a un vrai programme!
«La vérité est un miroir brisé, et chacun en possède un petit morceau», chantait le poète mystique persan Rumi.

Emmanuel Macron est le seul des candidats qui a eu le courage de sortir de son positionnement historique (de gauche) pour aller puiser les meilleures solutions partout et les combiner en un programme humaniste, démocrate, très complet et crédible.
- http://vision-macron.fr/ -

Lors de son discours, il a surpris tous ceux qui le trouvaient atone en révélant un vrai talent de tribun.
Son "En Marche" est encore plus fort que le "Mangez des Pommes" de Chirac en son temps.
Il est sans aucun doute le plus moderne de tous les candidats à la présidence. 

Il est habité par ses convictions, ne manipule pas et se donne à fond dans la bataille.
Il y a du John Kennedy à la française chez Emmanuel Macron. 

Grâce à tout ça, il emportera l'adhésion des Français en mai.
Il peut créer la surprise.
S’il est élu, il sera certainement le premier président appartenant vraiment au troisième millénaire.
cloette
- 05/12/2016 - 18:46
Montebourg
au moins a quitté le navire avant les autres, mais aucun ne remplira les urnes, Mélenchon aurait même plus de chance !!
zouk
- 05/12/2016 - 12:11
Hollande, Valls, Macron, Montebourg et .....;?
Quelle importance?, renvoyons les tous à l'oubli.