En direct
Best of
Best of du 11 au 17 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

02.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

03.

Arretmaladie.fr permet d’obtenir un arrêt maladie en 3 minutes sur internet mais déclenche la colère de la sécurité sociale. Sauf que...

04.

Epidémie de gastro-entérites : tout ce qu’il faut savoir pour éviter d’attraper le norovirus

05.

Chine : un virus mystérieux inquiète les autorités chinoises. Et désormais l'OMS

06.

La bombe démographique européenne : à partir de 2021, la population diminuera

01.

Ce boulevard qui devrait s’ouvrir au RN… mais ne s’ouvre pas tant que ça

02.

"Des profondeurs de nos cœurs" : un livre qui ébranle l'Eglise

03.

LR : le tigre de papier

04.

Jeanne Balibar (« Les Misérables ») veut qu'on enseigne les mathématiques en arabe !

05.

Ce duel nationaux/mondialistes auquel s’accrochent Marine Le Pen et Emmanuel Macron alors qu’il n’intéresse pas vraiment les Français

06.

« Voulez-vous que l'air soit plus pur ? » : le référendum que Macron ne peut pas perdre !

ça vient d'être publié
pépites > Politique
A torts ou à raison ?
Violences policières : Sibeth Ndiaye défend les forces de l'ordre
il y a 5 heures 16 min
pépites > Politique
"10, 9, 8... boum"
Donald Trump raconte l'élimination du général Qassem Soleimani par les forces américaines
il y a 7 heures 42 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Proxima Centauri c : y a-t-il une superterre à 4,2 années-lumière du Soleil ? ; Bételgeuse : sa baisse de luminosité décryptée par Sylvie Vauclair
il y a 11 heures 37 min
décryptage > International
Fiche de lecture

Goliath : le livre choc sur la manière dont les citoyens occidentaux ont organisé la dangereuse impuissance des démocraties (et la surpuissance des géants du web)

il y a 13 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Daniel Pennac, rêveur sacré

il y a 13 heures 6 min
décryptage > International
Disparition passée inaperçue

Avec la mort du sultan d'Oman, quel avenir pour la diplomatie conciliatrice au Moyen-Orient ?

il y a 13 heures 7 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Attentat de Charlie Hebdo, entraves à la laïcité : vers le rétablissement du délit de blasphème ?

il y a 13 heures 9 min
décryptage > Religion
Bonnes feuilles

Comment le dieu social s’est installé dans l’inconscient des musulmans

il y a 13 heures 10 min
décryptage > Religion
Au nom de l'islam

Malik Bezouh : « Le fondamentalisme musulman ne sera pas défait à coups de proclamation de morale creuses »

il y a 13 heures 29 min
décryptage > Economie
Une bromance

Ce que “l’amitié” entre Donald Trump et Bernard Arnault révèle de la manière dont l’Europe a échappé au pire de la guerre commerciale. Sans que rien ne soit gagné...

il y a 14 heures 9 min
light > Politique
Une nouvelle vie
Royaume-Uni : le prince Harry et son épouse Meghan Markle renoncent à leur titre d'altesse royale
il y a 6 heures 46 min
pépites > Politique
Numéro 1
Municipales 2020, Paris : Anne Hidalgo prend la première place
il y a 10 heures 11 min
décryptage > Tribunes
De nouveaux enjeux

Les étranges voeux d’Emmanuel Macron pour l’environnement en 2020

il y a 12 heures 20 min
décryptage > Economie
Un constructeur qui tient la route

Baisse des ventes mondiales d’automobiles : comment Renault est parvenu à limiter la casse même sans Carlos Ghosn

il y a 13 heures 5 min
décryptage > Politique
On a besoin de lui !

M'jid el Guerrab (plus connu sous le sobriquet de "l'homme au casque") va-t-il reprendre du service auprès de Ségolène Royal ?

il y a 13 heures 6 min
décryptage > International
Contre-intuitif

Pourquoi, contrairement aux apparences, l'Iran a gagné face aux Etats-Unis

il y a 13 heures 8 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Système de santé en France : les dérives de la gestion administrative et du manque d’engagement et de courage du pouvoir politique

il y a 13 heures 10 min
décryptage > Social
Bonnes feuilles

Paris brûle-t-il ? : les Gilets jaunes face au "mépris" d’Emmanuel Macron

il y a 13 heures 10 min
décryptage > Politique
Etre pris la main dans le sac

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

il y a 13 heures 51 min
décryptage > Politique
La factrice sonne toujours deux fois

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

il y a 14 heures 34 min
© XAVIER LEOTY / XL / AFP
© XAVIER LEOTY / XL / AFP
L'heure des comptes

François Hollande a sous-estimé son bilan

Publié le 02 décembre 2016
Dans sa déclaration de non-candidature (une belle innovation dans la Vème République, une de plus de la part de ce Président !), François Hollande a dressé un bilan sommaire de son quinquennat : remise en marche du pays, rétablissement des comptes publics, baisse du chômage, élargissement des libertés (avec le mariage pour tous).
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans sa déclaration de non-candidature (une belle innovation dans la Vème République, une de plus de la part de ce Président !), François Hollande a dressé un bilan sommaire de son quinquennat : remise en marche du pays, rétablissement des comptes publics, baisse du chômage, élargissement des libertés (avec le mariage pour tous).

En fait, cette impopularité s’explique parce qu’il n’a pas assez vanté toutes ses réalisations. Je me propose donc de les rappeler, histoire que François Hollande ne se dise pas que tous les Français ont été ingrats avec lui.

Des comptes publics brillamment tenus…

François Hollande a vanté le rétablissement des comptes publics sous son quinquennat. Mais il n’a pas mis en valeur la subtile technique qu’il a utilisée pour y parvenir.

C’est vrai que François Hollande a diminué le déficit public d’environ 20 milliards, soit 1 point de PIB. Rappelons que l’engagement de la France était une diminution de plus de 2 points. Mais supposons. Pour parvenir à ces 20 milliards d’économies annuelles, Hollande a agi tout en finesse : les dépenses de l’Etat sont passées de 365 milliards fin 2011 à près de 372 milliards fin 2015. Elles étaient de 377 milliards fin 2014. Hollande n’a donc pas baissé la dépense publique ! En revanche, les recettes de l’Etat sont passées de 275 milliards en 2011 à près de 300 milliards fin 2015.

Autrement dit, et pour le seul budget de l’Etat, Hollande a augmenté les impôts de près de 10% pour réduire le déficit, sans toucher à la dépense. 25 milliards de plus ponctionnés sur l’économie française, soit plus de 1 point de PIB, elle est pas belle la vie ? Un beau bilan en effet…

Des obligations réglementaires à foison

Quant aux comptes sociaux, Hollande les a, paraît-il, ramenés à l’équilibre. Mais il n’explique pas clairement, là encore, la voie suivie pour y arriver.

Ainsi, pour ce qui concerne les retraites, il a réussi la prouesse d’allonger la durée de cotisations dans la foulée de ce que Sarkozy avait fait, en lâchant, en contrepartie, le fameux compte pénibilité que tous les chefs d’entreprise adorent. Grâce à cette concession, tous les salariés de France font l’objet d’une paperasse supplémentaire qui dégoûte définitivement de recruter. Sans compter que le compte pénibilité encourage les salariés à choisir des postes pénibles, au lieu de les en prévenir.

Dans le domaine de la maladie, Marisol Touraine a suivi une méthode encore plus subtile pour diminuer le déficit : elle a gelé le montant des consultations et écrêté partout où elle le pouvait les remboursements. La situation est telle que, pour des soins complexes (notamment des greffes de main), les Français vont se soigner aux Etats-Unis. Dans le même temps, elle a asséché les comptes des laboratoires pharmaceutiques.

Bref, elle a réduit les déficits en diminuant autoritairement les tarifs, sans bouger le petit doigt sur l’ouverture des données de santé ou sur l’organisation désastreuse de l’hôpital.

L’implosion scolaire et universitaire française

Dans son discours, François Hollande a aussi vanté les mérites de sa politique en matière scolaire.

Une très belle réussite en effet : le quinquennat Hollande s’est limité à créer des postes (60 000, officiellement) pour occuper les élèves. Il n’a pas jugé nécessaire de préciser que le niveau du recrutement a atteint des planchers effrayants, qui expliquent la faillite absolue de l’école publique en France, soulignée à chaque classement de l’OCDE.

Il faut dire que Hollande a soigneusement évité de toucher aux sujets qui fâchent : la gestion des enseignants, déléguée au syndicat communiste FSU qui fait régner la terreur dans les établissements et sabote toute amélioration du système scolaire, l’autonomie des établissements, sujet maudit par excellence, qui est bloquée et permet à des enseignants toxiques d’échapper au contrôle citoyen.

Sur le plan universitaire, rappelons aussi que la France en est arrivée à tirer au sort les étudiants en médecine, ce qui, en soi, constitue une sorte de quintessence incarnée de notre naufrage.

Le quinquennat le plus liberticide de tous les temps

Parallèlement, le quinquennat de François Hollande restera comme le plus liberticide de tous les temps. La prorogation interminable de l’état d’urgence, la loi renseignement, les interventions du CSA, ont considérablement réduit le champ des libertés dans la société française. Dans la pratique, François Hollande a ouvert la voie à un fichage généralise de la population française, ponctué par le fameux TES, le fichier centralisé qui permet à l’Administration de tout savoir sur les Français sans le moindre effort, et sans véritable contrôle.

Sur ce point, Hollande a fait très fort, en nommant des personnalités comme Cazeneuve à des postes où l’oeuvre d’étranglement a permis de régler son sort à tout ce qui pouvait échapper au contrôle de la police.

Et on n’évoquera pas ici les interventions probables de Christiane Taubira dans les procédures judiciaires.

Les cadeaux faits aux puissants

François Hollande a aussi évoqué son intervention bienfaisante dans la réglementation financière. Là encore, on se gausse. La loi de séparation des activités bancaires a en effet consisté à cantonner moins de 5% des activités risquées dans des véhicules sans commune mesure avec une séparation effective entre activité d’investissement et activité de dépôt.

Incidemment, Hollande a laissé Bercy mener toutes les opérations les plus ahurissantes dont les puissants pouvaient rêver. Cela va, bien entendu, de l’autorisation donnée par Macron à Patrick Drahi pour le rachat de SFR, jusqu’à une multitude de mesures techniques inconnues du grand public, mais qui sont autant de cadeaux à la finance dont il s’était déclaré l’ennemi.

Par exemple, Bercy a systématiquement surinterprété les directives communautaires dans un sens favorable aux grands acteurs financiers. Mais on pourrait évoquer aussi les mesures discrètes de la loi Sapin 2, ou le rétablissement des désignations, poussé par Jean-Marc Germain avec la complicité du gouvernement, qui constitue un véritable crime contre la libre concurrence et un cadeau royal aux assureurs capitalistes.

Le naufrage diplomatique français

Enfin, terminons par le plus beau des piliers qui illustrent ce bilan : l’action diplomatique.

Sur le plan européen, Hollande a réussi l’exploit de ne rien obtenir pour la France, sauf une sorte d’indulgence vis-à-vis de notre paresse à réformer. Pour le reste, la France s’est montrée incapable de peser face à l’Allemagne et, plus que jamais, la France est absente de Bruxelles. Cet abandon explique largement pour quelle raison l’Allemagne a décidé seule d’ouvrir les frontières de l’Union aux migrants, et pour quelle raison le français n’est plus une langue de travail sur le continent.

Sur le plan international, la France a par ailleurs perdu toutes les batailles qu’elle a engagées, en-dehors de la COP 21. Elle a par exemple choisi de faire la guerre à Bachar el-Assad, affaiblissant ainsi le premier rempart dressé contre l’islamisme.

Rétrospectivement, François Hollande peut donc se targuer de superbes réalisations… Dommage qu’il soit si modeste.

Cet article a également été publié sur le site d'Eric Verhaeghe, et est disponible ici.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (26)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
tiopere 1
- 03/12/2016 - 11:13
mnable i
ce type est un minable , qui avait une occasion de se racheter un peu en désignant comme son successeur favori son premier ministre Valls .Cela aurait eu du panache .Même pour la pauvre Jacqueline Sauvage , il n'a pas été capable de lui accorder une vrai grace et a pris a son habitude une mesure tronquée , comme tout ce qu'il avait fait pendant ces quatre années .
un minable reste toujours un minable !
zouk
- 03/12/2016 - 10:16
Auto estimation de son bilan par Fr. Hollande
Mensonges, mensonges.... et surtout dictature du politiquement correct, version PS
Olivier K.
- 03/12/2016 - 09:49
@Deudeuche
Ben voilà, toit tu es une caricature du partisan que je decrit dans mon précédent commentaire. En attaquant le concept de parti politique, j'attaque effectivement le parti auquel tu as soumis ta pensée. Et donc comme tous les partisans, si je suis contre toi, ça veut dire que je suis dans l'autre parti, suis contre le parti de droite, donc je suis à gauche. Cette division binaire simple et rassurante du monde est le refuge de l'esprit des lâches effrayés à l'idée de penser par eux mêmes! Et c'est pour cela que tu crois qu'adhérer à un parti te donne de la grandeur. En fait tu n'es qu'un esclave faisant gloire de sa soumission! Membres de partis ou fidèles d'une religion vous n'êtes tous que des lâches sousmis, vos opinions ne sont pas vos choix, et votre foi n'est que la rassurante sensation d'adhérer à un groupe!