En direct
Best of
Best of du 24 au 30 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

03.

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

04.

Sept Français interrogés sur dix (sondage Odoxa pour Figaro et France Info) se disent favorables au nouveau confinement qui vient de débuter

05.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

06.

"Effacer les dettes publiques - c’est possible et c’est nécessaire" de Hubert Rodarie : la thèse "contre-intuitive" d’un expert sur un sujet qui interroge les économistes, un appel à une révolution de la pensée

07.

Lutte anti-terroriste : un problème nommé DGSI

01.

Quand les centristes font planer un parfum de Jasmin sur l’Assemblée…

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz : en route pour l'Oural avec un amoureux de la Russie, de son peuple et de sa littérature. Un voyage intéressant et émouvant

il y a 6 heures 30 min
pépites > Education
Education nationale
Hommage à Samuel Paty : la rentrée scolaire n'est plus décalée à 10h lundi prochain
il y a 9 heures 28 sec
light > Science
Ancêtre
Le chien est le plus vieil ami de l'homme, sa domestication est survenue il y a plus de 10.000 ans
il y a 10 heures 52 min
pépites > Politique
Décision
Antisémitisme : Jeremy Corbyn a été suspendu du Parti travailliste britannique
il y a 11 heures 27 min
pépites > France
Mobilisation des forces de l'ordre
Attentat à Nice : le gouvernement annonce le rappel de 3.500 gendarmes réservistes et la mobilisation de 3.500 policiers
il y a 12 heures 13 min
rendez-vous > Terrorisme
Géopolitico-scanner
La guerre indiscriminée des jihadistes contre la France : du "blasphémateur" Samuel Paty aux chrétiens respectueux de la Basilique niçoise
il y a 13 heures 20 min
pépites > Terrorisme
Religion
Des milliers de manifestants anti-Macron au Bangladesh, au Pakistan, en Afghanistan signale le Daily Mail
il y a 15 heures 21 min
light > Science
Singes
Les gorilles de montagne n'oublient pas leurs amis et sont amicaux avec eux quand ils se retrouvent même après une décennie de séparation
il y a 15 heures 56 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

il y a 16 heures 26 min
décryptage > Santé
Barrière contre le virus

Zorro contre le Covid-19 : le masque comme solution efficace et peu coûteuse

il y a 16 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Effacer les dettes publiques - c’est possible et c’est nécessaire" de Hubert Rodarie : la thèse "contre-intuitive" d’un expert sur un sujet qui interroge les économistes, un appel à une révolution de la pensée

il y a 6 heures 48 min
pépites > Faits divers
Forces de l'ordre
Tentative d’agression au couteau sur un policier dans le XVe arrondissement de Paris
il y a 10 heures 23 min
pépites > Politique
Moyens d'action face au virus
Covid-19 : le Sénat a voté la prolongation de l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 31 janvier
il y a 11 heures 4 min
pépites > International
Mini tsunami
Turquie : au moins quatre morts et 120 blessés après un séisme de magnitude 7 en mer Egée
il y a 11 heures 56 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand l’émail est semé de fleurs de sel et quand il neige sur la toundra : c’est l’actualité reconfinée des montres
il y a 12 heures 51 min
pépites > Consommation
Confiné
La France reconfinée pour au moins 4 semaines : ce qui est ouvert ou fermé
il y a 14 heures 45 min
pépite vidéo > Terrorisme
Face à l'info
Attaques terroristes : l'échec du renseignement français ?
il y a 15 heures 28 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

il y a 16 heures 9 min
pépites > Politique
Reconfinement
Sept Français interrogés sur dix (sondage Odoxa pour Figaro et France Info) se disent favorables au nouveau confinement qui vient de débuter
il y a 16 heures 32 min
décryptage > Politique
Maison Blanche

Le chemin de la victoire de Donald Trump est étroit mais il existe encore

il y a 17 heures 10 min
© Omar haj kadour / AFP
Les rebelles syriens négocient actuellement en secret à Ankara avec des émissaires du gouvernement russe.
© Omar haj kadour / AFP
Les rebelles syriens négocient actuellement en secret à Ankara avec des émissaires du gouvernement russe.
Les absents ont toujours tort

Quand les rebelles syriens négocient secrètement avec les Russes : la marginalisation de l’Occident aura-t-elle des conséquences sur la résolution du conflit ?

Publié le 02 décembre 2016
Alors qu'à Alep, la situation militaire et humanitaire est aujourd'hui catastrophique pour les rebelles syriens, ces derniers tenteraient de négocier avec le gouvernement russe une sortie de crise. Et ce, sans les Occidentaux.
Alain Rodier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors qu'à Alep, la situation militaire et humanitaire est aujourd'hui catastrophique pour les rebelles syriens, ces derniers tenteraient de négocier avec le gouvernement russe une sortie de crise. Et ce, sans les Occidentaux.

Atlantico : Alors que la situation des rebelles d'Alep est de plus en plus critique, ces derniers négocient actuellement en secret à Ankara avec des émissaires du gouvernement russe, et ce dans le but de ranimer le plan proposé en octobre par Staffan de Mistura, l'envoyé spécial de l'Onu en Syrie. En quoi consiste ce plan, et a-t-il des chances d'être adopté selon vous ?

Alain Rodier : Ces négociations ne sont pas vraiment secrètes puisqu’elles sont connues par la presse. Les premières informations sur ce sujet semblent provenir essentiellement du Financial Times qui les aurait obtenues de quatre responsables de mouvements rebelles syriens. Ankara n’a bien sûr pas confirmé. Elles ne sont pas non plus les seules puisqu’une résolution de l’Onu (certes rejetée par Damas qui dit ne pas avoir été consulté) a été lancée mercredi à l’initiative de l’Egypte, de la Nouvelle-Zélande et de l’Espagne, proposant une trêve de dix jours.

Globalement, le vice-ministre des Affaires étrangères russe, Mikhail Bogdanov, a déclaré il y a quelques jours que Moscou souhaitait que l’affaire soit réglée avant la fin de l’année. Il semble évident que Damas et ses alliés souhaitent une solution comme celle qui était intervenue à Deraya dans la banlieue de Damas. En août 2013, cette localité assiégée durant trois ans avait été évacuée par environ 700 combattants rebelles qui avaient rejoint avec armes et bagages la province d’Idlib tenue majoritairement par le Front al-Nosra (devenu depuis le Fateh al-Cham).

Les couloirs humanitaires existent depuis un certain temps mais ils sont contrôlés par les forces syriennes (et leurs alliés russes qui en sont à l’origine). Ils ne peuvent être utilisés que dans le sens des départs et aucune aide humanitaire ne peut rejoindre les zones tenues par les rebelles. C’est la technique de base de tout siège. L’Histoire l’a démontré à de multiples reprises.

L'un des éléments marquants de ces négociations en Turquie est l'absence des Occidentaux (Europe et États-Unis). Quelles sont les raisons de cette absence ? Selon vous, est-ce un facteur qui pourrait faciliter l'obtention d'un accord entre rebelles et pouvoir syrien, ou au contraire la rendre plus difficile ?

Comme d’habitude, il convient de rester extrêmement prudent. Nul ne sait si ces négociations sont vraiment sérieuses et, si oui, si elles ont une chance d’aboutir. Les forces rebelles présentes à Alep ont annoncé avoir fusionné en un seul mouvement appelé "l’Armée d’Alep" qui regrouperait notamment le Fateh al-Cham, le Ahrar al-Cham, le Front du Cham, la brigade Zinki et quelques groupuscules. S’il n’y a effectivement plus qu’un seul interlocuteur du côté des rebelles - un commandement opérationnel commun existait déjà -, cela devrait être un peu plus facile (ou un peu moins difficile). Qu’en face il n’y ait que les représentants du régime - mais ce ne sont pas eux qui étaient présents à Ankara mais les Russes - permettrait aussi de parler d’une seule voix. Des négociations entre deux partis sont plus aisées qu’entre de multiples intervenants.

Ankara aurait joué les intermédiaires mais, à son habitude, le président Erdogan a soufflé le chaud et le froid annonçant mardi que l’opération "bouclier de l’Euphrate" déclenchée en août par l’armée turque "en appui" de groupes de l’Armée Syrienne Libre (ASL) avait pour but de renverser Bachar el-Assad avant de dire le lendemain qu’il avait été mal compris et que son seul objectif était les destructions des groupes terroristes (dans son esprit, il pense à Daesh mais aussi aux Kurdes du PYD syrien). La Turquie peut effectivement jouer un rôle dans la mesure où les rebelles accepteraient d’évacuer Alep. A savoir que les "modérés" et leurs familles rejoindraient la ville de Jarablus, sous le contrôle d’Ankara depuis août, et les "radicaux" la province d’Idlib. Le problème, c’est que la confiance entre les différents protagonistes est pour le moins extrêmement limitée !

Quant à l’absence des Etats-Unis, elle s’explique par la période de passation de pouvoirs qui a actuellement lieu entre l’administration Obama et celle de Trump. Et elle ne sera définitivement actée que le 20 janvier !

Quant à l’Europe, il y a longtemps qu’elle est hors-jeu car elle est désunie sur le plan de la politique étrangère (et pas que…). Pour le moment, elle est majoritairement du côté de Washington et comme les Etats-Unis ne bougent plus pour l’instant...

A Alep mais pas seulement, quelles peuvent être les conséquences de la relative "discrétion" actuelle de l'Occident ? Que peut-il perdre concrètement ? Le pouvoir syrien et ses alliés russes et iraniens peuvent-ils en profiter pour asseoir un peu plus leurs positions sur ce conflit ?

La fin de la bataille d’Alep, si elle survient - ce qui serait un moindre mal, l’irréparable ayant déjà été commis et la poursuite des combats ne pouvant qu’augmenter encore les pertes civiles, les rebelles étant acculés (1) -, ne signifie en aucun cas la fin de la guerre. Les rebelles tiennent solidement la province d’Idlib et Daesh l’est du pays. Il est d’ailleurs assez peu question du siège conduit par Daesh de Deir ez-Zor qui s’éternise. Quant à la prise de Raqqa, elle ne semble pas être pour demain. A savoir que les Forces démocratiques syriennes (FDS) qui conduisaient l’offensive ont vu les unités arabes quitter la coalition car leurs chefs estimaient ne pas être assez représentés dans l’état-major conjoint (2).

Il est évident que les Russes et les Iraniens profitent de la vacance de pouvoir à Washington pour placer leurs pions. Ensuite, il conviendra de voir quelle est la ligne suivie par le président Donald Trump. Ses premières déclarations restent pour le moment assez contradictoires. S’il souhaite renouer des relations de confiance avec Moscou, il semble beaucoup moins bien disposé vis-à-vis de Téhéran. En retour, le président Vladimir Poutine, lors de son traditionnel message à la nation diffusé le 1er décembre, s'est dit "prêt à coopérer avec la nouvelle administration américaine" ajoutant : "nous avons en commun la responsabilité d'assurer la sécurité dans le monde".

Ce qui est sûr, c'est que la situation en Syrie est extrêmement compliquée et dépasse largement ce pays. C’est un conflit par procuration où de nombreux intérêts contradictoires sont présents. Si Washington et Moscou parvenaient enfin à un début d’entente, cela constituerait un signe encourageant. Mais les tourments auxquels sont soumis les Syriens sont bien loin d’être terminés.

  1. (1) Ce qui ne les a empêche pas de mener de furieux combats avec parfois des contre-attaques gagnantes.

  2. (2) Cela ne veut pas dire qu’ils ne vont pas revenir car les Américains conditionnent leur aide matérielle à leur participation à la coalition.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
RODIER
- 02/12/2016 - 17:06
@Gordion
C'est pas faux.
A.R
Gordion
- 02/12/2016 - 15:41
@A?Rodier: La province d'Idlib...
...étant dans l'orbite d'Ankara, peut-on supposer que les accords que le néo-sultan turc a négociés à Moscou lui laissent cette région hors zone d'influence russe?
Et dans ce cas, personne n'ira attaquer les islamistes qui se replieront la-bas. Y compris les islamistes étrangers? Vous voyez ce que je veux dire...
In fine, cela éviterait qu'ils ne rentrent dans leurs pays d'origine (Maroc, Jordanie, Tunisie, Russie, France, Allemagne, etc...)
Cela ferait-il partie des négociations globales entre Merkel (au nom de l'UE) et Ankara?