En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
© Reuters
Il convient d'accepter les "codes" du processus d'embauche.
Apparence
Discriminations à l'embauche : celles contre lesquelles on ne peut rien, celles qu'on peut contourner avec un peu de bon sens
Publié le 30 novembre 2016
Notre beauté, notre âge, nos vêtements, notre accent, tous ces critères sont bien plus importants que nous ne pouvons l'imaginer pour les recruteurs. Si les candidats ont exactement le même profil, le choix du recrutement va se faire sur des aspects subjectifs.
Jean-Noël Chaintreuil analyse les changements dans les organisations dus au digital et accompagne ces transformations à travers le laboratoire d'acculturation et d’innovations pragmatiques, 231 E 47 .Il enseigne dans plusieurs écoles (Sorbonne,...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Noël Chaintreuil
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Noël Chaintreuil analyse les changements dans les organisations dus au digital et accompagne ces transformations à travers le laboratoire d'acculturation et d’innovations pragmatiques, 231 E 47 .Il enseigne dans plusieurs écoles (Sorbonne,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Notre beauté, notre âge, nos vêtements, notre accent, tous ces critères sont bien plus importants que nous ne pouvons l'imaginer pour les recruteurs. Si les candidats ont exactement le même profil, le choix du recrutement va se faire sur des aspects subjectifs.

Atlantico : D’après une étude réalisée par la plateforme digitale Qapa.fr, à compétences égales de nombreux critères subjectifs déterminent le choix final des recruteurs. Quels sont les critères les plus rédhibitoires pour un recruteur ? Pourquoi ces caractéristiques sont-elles particulièrement pénalisantes pour les candidats qui les présentent ?

Jean-Noël Chaintreuil : Cette étude pointe à juste titre quelques critères comme l'accent provincial, l'argot, le physique ingrat… Tout cela renvoie au fait qu'il y a aujourd'hui un grave souci en France, où nous sommes encore très influencés dans les processus de recrutement par le critère du diplôme. L'accent provincial, par exemple, induit un biais inconscient  renvoyant au raisonnement "il est en province, donc il a fait une toute petite école, donc il est moins bien éduqué". C'est très français : on préfère se baser sur des critères de non-compétences, comme si ça pouvait avoir un impact.

Dans quelle mesure certaines barrières subjectives, tel que l'habillement, peuvent être facilement contournées avec un peu de bon sens de la part des candidats ? Quels sont, en matière de tenue vestimentaire, les impairs à éviter ?

Hormis les critères inconscients ou compliqués à transformer (accent, physique, voix, etc.), il y a aussi un côté "facteur social". Un proverbe dit "quand tu es à Rome, fais comme les Romains". L'idée, c'est qu'il faut accepter les codes. La préparation, l'habillement, la coiffure, représentent aussi un message envoyé au recruteur en lui disant "je connais votre culture, donc je suis capable de comprendre les codes de votre société". C'est un facteur très important. Il y a encore trop de personnes qui disent d'entrée de jeu vouloir casser les codes. Avant de vouloir casser les codes, il faut d'abord pouvoir les comprendre.

Les impairs à éviter, c'est évidemment de ne pas respecter les règles de politesse, de respect, de bienséance. Ne pas mâcher de chewing-gum, ne pas arriver en short et en tongs… Cela ne passe pas, quel que soit le poste.

Est-il possible de lutter contre la subjectivité dans un entretien d'embauche ? De façon un peu cynique, peut-on considérer que la seule chance de réussite des candidats est de "gommer" leur différence le temps de l'entretien ?

Il y a deux volets à aborder pour répondre à cette question. Il faut que chacun fasse un pas l'un envers l'autre.

Tout d'abord, les recruteurs doivent être mieux formés à accepter et à combattre cette subjectivité. C'est une vraie question de formation. On apprend à se défaire de certains codes, de certaines idées fausses, etc. Il faut déconstruire un certain nombre de choses pour pouvoir être beaucoup plus neutre.

Ensuite, pour les candidats, il faut "réviser", apprendre les codes de l'entreprise. Il ne faut pas se placer dans une optique de révolution, mais accepter les codes pour pouvoir mettre en avant ses compétences atypiques. C'est une erreur encore fréquemment commise.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
02.
Cette nouvelle technique du dépistage du cancer de la prostate qui pourrait sauver de nombreuses vies
03.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
04.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
05.
Hausse des prix de l’électricité : merci qui ?
06.
Révolution sur canapé : une enquête montre que 92% des activistes berlinois d’extrême-gauche vivent chez papa-maman
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
“Droite moderne”, “LREM pragmatique pour le bien du pays” : mais au fait, qu’est ce que cela veut vraiment dire ?
03.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
04.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
05.
De Benalla à Loiseau en passant par Castaner : ces déceptions personnelles d'Emmanuel Macron qui montrent son incapacité à bien s'entourer
06.
Réforme des retraites : pourquoi les salariés du privé ont toutes les raisons de s’inquiéter
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Olivier K.
- 30/11/2016 - 09:55
Soyez pragmatique!!
Le seul est unique moyen de voir si un candidat va bien est de le tester sur le terrain, la période d'essais est là pour ça! Au bout de 1j, demandez aux collègues du recruté s'il est compétent, si la reponse est oui, non seulement vous saurez qu'il est compétent mais en plus les futur collegues ayant repondu oui auront tendance à chercher à intégrer le nouveau venu. Au bout de 4 semaines, si vous n'avez pas eu de plainte, refaite le tour des collegues du recruté et demandez leur si le recruté s' est bien intégré et s'ils pensent qu'on peut le garder. Encore une fois, ceux qui auront repondu oui feront de leur mieux pour que leur reponse continue d'etre juste. N'utilisez pas de rh pour le recrutement, utilisez les rh pour réaliser ces étapes. Le recrutement tel qu il est fait acguellement n a aucune valeur, pire il est contre productif... car les employés ont tendance à refuser les avis des rh, il faut demander au futur collègues afin qu'ils aient l'idée qu ils sont au centre du recrutement, et c est à cela que doit servir le rh.