En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
Alain Juppé, auréolé de son expérience et de son entrée tonitruante dans la campagne de la Primaire n’a pas jugé utile de définir une stratégie de marque. Son produit lui semblait bon, technique, robuste, à l’épreuve du temps.
Le b.a.-ba

Alain Juppé ou la défaite par les mots

Publié le 29 novembre 2016
Les Français ont rejeté le chef trop injonctif, ils ont rejeté le technocrate trop explicatif, ils ont préféré l’âme française plus narrative. Cette primaire s’est jouée, non pas sur les idées somme toute assez proches pour chacun des candidats, mais d’un point de vue rhétorique et sémantique.
Benoît de Valicourt s’inscrit dans la tradition du verbe et de l'image. Il travaille sur le sens des mots et y associe l'image réelle ou virtuelle qui les illustre. Il accompagne les acteurs du monde économique et politique en travaillant leur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benoît de Valicourt
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benoît de Valicourt s’inscrit dans la tradition du verbe et de l'image. Il travaille sur le sens des mots et y associe l'image réelle ou virtuelle qui les illustre. Il accompagne les acteurs du monde économique et politique en travaillant leur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Français ont rejeté le chef trop injonctif, ils ont rejeté le technocrate trop explicatif, ils ont préféré l’âme française plus narrative. Cette primaire s’est jouée, non pas sur les idées somme toute assez proches pour chacun des candidats, mais d’un point de vue rhétorique et sémantique.

Il était pourtant "le meilleur d’entre nous", de la rue de l’Ulm à Matignon, Alain Juppé aura brillé par son intelligence. Ministre à 5 reprises, dont trois fois avec le titre de ministre d’Etat, ses compétences sont indiscutables et c’est pour cela qu’il a été nommé. Et quand il a eu la mauvaise idée d’annoncer qu’il démissionnerait de ses fonctions ministérielles en cas d’échec électoral, il a dû faire ses valises car manifestement l’homme n’entraîne pas les foules. Il lui manque ce petit supplément d’âme qui fait vibrer. Quand Nicolas Sarkozy parle, le chef s’exprime ; quand François Fillon parle, la France s’exprime ; quand Alain Juppé parle, l’ENA s’exprime.

Les Français ont rejeté le chef trop injonctif, ils ont rejeté le technocrate trop explicatif, ils ont préféré l’âme française plus narrative.

Cette primaire s’est jouée, non pas sur les idées somme toute assez proches pour chacun des candidats, mais d’un point de vue rhétorique et sémantique.

Pour Cicéron la rhétorique vise trois objectifs : instruire, charmer et émouvoir. On ne peut pas dire que les deux finalistes soient de brillants rhétoriciens mais François Fillon a su charmer et émouvoir. Il s’est battu, il y a cru et a transmis sa passion de la France. Chaque mot de ses interventions donne du sens à son engagement. Pour ou contre, là n’est pas le débat ; il a raconté la France qu’il veut sans tomber dans le piège de « nos ancêtres les Gaulois », il a exprimé une certaine idée de la France chère au Général de Gaulle, il a suscité l’émotion, réveillé les passions, il a écrit le storytelling d’une marque de droite qui se cherchait depuis 2012 quand elle a perdu ses filiales du centre. Il a repris l’ADN de la marque (le RPR), écrit la bible des valeurs et est revenu aux fondamentaux.

Alain Juppé, auréolé de son expérience et de son entrée tonitruante dans la campagne de la Primaire n’a pas jugé utile de définir une stratégie de marque. Son produit lui semblait bon, technique, robuste, à l’épreuve du temps, c’est la LADA de la politique française. Et Juppé a cru qu’un léger lifting lui donnerait l’air progressiste, social-démocrate et rassembleur mais la société française veut de l’authentique.

Juppé s’est trompé, sa  stratégie de communication ne pouvait plus reposer uniquement sur le produit et quelque considération électorale. Si dans le schéma d’Alain Juppé la marque n’est qu’un simple instrument de communication servant à promouvoir son produit, pour François Fillon la marque doit proposer du sens (commun !) et des mondes possibles établissant avec l’électeur une complicité qui dépasse le produit et s’enracine dans le discours. La marque de François Fillon est un projet de signification dont les idées ne sont qu’une des manifestations.

Fillon a compris que la marque doit proposer des univers imaginaires, des rêves, des valeurs qui confèrent un sens particulier aux idées présentées. Il a dépoussiéré la droite, il a proposé un projet sur le marché politique enrichi de tous les éléments perceptibles de l’identité de la droite transmettant les valeurs inhérentes à son éthique.

L’électeur de droite retrouve avec Fillon une passion française, une identité culturelle, le sens de la famille, les valeurs chrétiennes, bref tout ce qui fait l’exception française dans sa version la plus conservatrice sans jamais déraper sur son extrême.

Alain Juppé a cru que l’ouverture au centre et à gauche serait le meilleur moyen d’élargir son électorat mais à trop se diversifier il a perdu les électeurs de droite qui sont fidèles à une certaine sémantique gaullienne.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

02.

Services secrets turcs : les hommes des basses œuvres du président Erdogan

03.

Fleurs et vacheries au G7 : les avis surprenants des dirigeants étrangers sur Emmanuel Macron ; Notre-Dame, victime collatérale de négligence politique ; Julien Dray, mentor repenti d’Emmanuel Macron ; Panne sèche pour la voiture autonome

04.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

05.

La fin des Bisounours : les experts en marketing découvrent que plus d’un Français sur deux avoue une attirance pour « les méchants »

06.

Et si nous aussi on faisait nos camps décoloniaux ?

07.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

03.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

05.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

06.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
raslacoiffe
- 30/11/2016 - 18:06
Bien vu.
Juppé est passé à côté de cette primaire en marchant sur la crête des sondages. De plus à l'issue des débats télévisés il était à chaque fois donné gagnant!!!
D'accord avec Monéo sur l'attitude inqualifiable des électeurs de gauche, Cette manipulation rend les résultats du second tour encore plus cruels pour Juppé.
lepaysan
- 29/11/2016 - 12:51
Excellent article
effectivement , Juppé, c'est l'ENA, et Juppé et Sarkozy n'étaient pas en phase avec la droite traditionnelle, provinciale, discrète et pourtant si puissante et si cultivée, bien loin des ploucs décrits par Nicolas Sarkozy et ignorée par Juppé. la France, ce n'est pas Paris, surtout la France de droite.
moneo
- 29/11/2016 - 12:29
Pourquoi nous avons assisté à une farce
nos médias main street nous ont abreuvé de sondages le donnant grand favori . il fallait qu'il soit devant ,largement devant sarkozy;Le TSS a fonctionné à plein .ça n'a pas gêné les sondeurs qui ne connaissaient pas le corps électoral, n'avaient aucune antériorité ( mais les factures ne se refusent pas) de nous abreuver de contre vérités
Le pire c'est que le vote était censé être celui du centre et de la
Droite ;c'est devenu un exercice de manipulation de la Gauche , on devait absolument éliminer Sarkozy;
ce que n'avait pas prévu les manipulateurs c'était que le rejet allait fonctionner des 2 côtés . Du coup si sarkozy disparaissait à cause de l'escroquerie électorale dénommée grand exercice de la démocratie par la gauche semblant être admirative mais surtout ravie du bon coup joué à son ennemi viscéral , on se retrouvait avec unFillon très largement devant
.Sarko a très bien compris et immédiatement a dit à ses 20% de voter Fillon
, la répétition du second tour simplement montré que sans magouille Juppé aurait été éliminé dès le premier tour et que le second aurait été plus serré (sans nouvelle magouille)
Démocratie ? façon Orwell sans doute..