En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© AFP
Ajustements à prévoir

Pierre Danon : "Le programme de François Fillon n'est ni un dogme, ni les tables de la loi, il y a encore du travail"

Publié le 02 décembre 2016
Directeur de campagne adjoint de François Fillon, Pierre Danon revient sur la période qui s'ouvre pour le vainqueur de la primaire de la droite, avec des ajustements à prévoir pour son programme socio-économique.
Pierre Danon a été directeur de campagne adjoint de François Fillon. A 60 ans, il a dirigé Numericable-Completel, British Telecom Retail, et fut COO du groupe Capgemini. Il est aujourd'hui Chairman de Volia, en Ukraine, Vice Chairman de TDC / AS au...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Danon
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Danon a été directeur de campagne adjoint de François Fillon. A 60 ans, il a dirigé Numericable-Completel, British Telecom Retail, et fut COO du groupe Capgemini. Il est aujourd'hui Chairman de Volia, en Ukraine, Vice Chairman de TDC / AS au...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Directeur de campagne adjoint de François Fillon, Pierre Danon revient sur la période qui s'ouvre pour le vainqueur de la primaire de la droite, avec des ajustements à prévoir pour son programme socio-économique.

Atlantico : Ce lundi, vous avez indiqué que "François Fillon est prêt à quelques aménagements, il y a notamment urgence à préciser la question des remboursements de santé". S'agit-il d'un signe que François Fillon considère que cet argument, développé au cours du débat avec Alain Juppé, ait pu heurter, venant ainsi valider l'idée d'un candidat "antisocial" ?

Pierre Danon : Il faut faire la pédagogie du programme parce que jusqu'à une période récente, les gens l'avaient peu lu. François Fillon a fait un projet présidentiel, dont il annonce la direction. Il annoncera également, après cette primaire, les principaux ministres qui constitueront le gouvernement. Ceux-ci devront, à partir de la feuille de route, rentrer dans le détail et élaborer de manière beaucoup plus précise les mesures, les périmètres des futurs textes de loi, des décrets d'application etc...

C'est dans ce cadre-là que François Fillon a indiqué que, de plus en plus, la protection de la santé devra se concentrer sur les "grosses" maladies, les maladies graves, celles qui coûtent cher, et laisser de côté ce que de temps en temps on appelle la "bobologie", qui pourra être prise en compte par les assurances privés et par les mutuelles. 

Quand on le dit comme cela, sans le détail de la mesure, on peut évidemment faire peur à tout le monde. Par exemple, c'est une chose de dire que le Doliprane ne sera plus pris en compte et qu'il faudra avoir une assurance privée pour être protégé, c'en est bien sûr une autre en ce qui concerne les antibiotiques pour les enfants qui ont une bronchite, qui eux ne sont pas des médicaments de confort. C'est une question de liste de médicaments qu'il faut faire précisément, de manière à ce que les gens n'aient pas peur et que cela leur paraisse juste.

De toute façon, François Fillon a indiqué qu'il y aurait un bouclier de santé pour que les plus fragiles soient convenablement protégés. Ce n'est donc pas un changement de ligne, mais un simple besoin d'affiner, de savoir à quel rythme il faudra mettre cette mesure en place. Tout n'a pas besoin d'être fait au 1er septembre 2017. François Fillon a entendu la réaction très épidermique des Français sur ce sujet, il faudra donc travailler très rapidement sur cette question.

Plus globalement, le programme économique de François Fillon a pu séduire une très large majorité des électeurs de la primaire de la droite et du centre, et de façon très marquée pour les retraités et les CSP+. Désormais, dans une optique de campagne présidentielle, comment adapter un discours à deux événements très différents, en prenant en considération une large modification du corps électoral ? S'agit-il d'un effort de pédagogie, ou est-ce que de nouvelles propositions pourront être formulées au cours de la campagne qui s'annonce ? Ce programme est-il évolutif ? 

Il n'y a aucun doute. Ce ne sont pas les tables de la loi, ce n'est pas un dogme. François Fillon a établi un programme comme il a en été rarement fait lors d'une campagne présidentielle. La différence est qu'il veut que tout soit prêt au 1er juillet 20117, sous la forme d'un programme de gouvernement. Ceci de manière à ce que le travail parlementaire puisse être exécuté au cours de l'été, de façon efficace et rapide. Il faut que tout soit terminé au 30 septembre ou peut-être au 31 octobre au plus tard. Il y a donc effectivement encore énormément de travail, et ce travail va être effectué essentiellement par les futurs potentiels ministres. Ces derniers auront à préciser le programme.

Puis, il y a d'autres domaines où le projet va se renforcer, par exemple sur un sujet qui me tient à cœur : la formation professionnelle.

Après le FMI, la BCE, c'est au tour de l'OCDE de demander aux États la réactivation de l'arme budgétaire. De la même façon, Donald Trump a annoncé un plan de relance des investissements d'infrastructures. François Fillon agit-il à contretemps ? 

Ce sont des discussions assez théoriques. François Fillon a un programme qui veut à la fois ramener le déficit budgétaire à zéro au cours du quinquennat, c’est-à-dire en 2022, avec une dette rabaissée à 95% du PIB, mais il accepte que le déficit de l'année 2017 puisse atteindre 4,5%. Et je précise que ce déficit sera celui de François Hollande, dont nous ne connaissons pas encore l'ampleur. Ce sera peut-être moins. Mais nous ne rechercherons pas à revenir coûte que coûte dans la limite des 3% à partir de 2018, ou il faudra combiner la priorité de réduction des déficits avec celle de l'emploi et de la croissance. Nous indiquons simplement que nous ne creuserons pas le déficit que nous trouverons en 2017.

Parce que la priorité de François Fillon est le plein emploi. L'essentiel est donc la baisse de charges de 40 milliards sur les entreprises et de 10 milliards sur les ménages, soit 50 milliards au total qui seront financés par une hausse de TVA de deux points, soit 15 milliards, et dont le reste est gagé sur la croissance et les économies, c’est-à-dire les fameux 100 milliards. Ainsi, tout en visant un déficit 0, François Fillon agit de manière intelligente en créant une forme de relance qui a pour objectif de favoriser la compétitivité des entreprises.

Concernant les dépenses d'investissements, j'attire l'attention sur le fait qu'il n'y a pas de privatisation dans le programme. Pourtant, certaines entreprises exercent des activités dans des domaines ou l'État n'a rien à faire. Cela veut dire qu'il y a là une marge de manœuvre de 15 à 20 milliards d'euros (au moins) qui peuvent être utilisés soit pour se désendetter plus rapidement soit pour financer des investissements. Il y a également un investissement qui est dans le programme, qui est le très haut débit pour tous.

Ce dimanche, le référendum italien pourrait précipiter un retour de la question européenne au sein du débat, une question qui a été peu abordée au cours des échanges entre candidats. En quoi un "non" italien pourrait-il changer la donne programmatique de votre candidat ?

L'Italie est en train de se réformer, et un "non" Italien serait probablement ennuyeux. Cela ne remettrait pas en cause l'Europe, mais nous sommes toujours sur cette ligne de peuples qui votent négativement parce qu'ils sont en colère, comme nous avons pu le voir avec le Brexit et Donald Trump. Ce que fait François Fillon, c'est essayer de répondre à cette colère, mais pas par la démagogie. Parce qu'il faut entendre cette colère, mais il ne faut pas dire aux gens que tout va bien, sinon cela déclenche plus de colère encore. C'est en cela que François Fillon est extrêmement moderne.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

02.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

03.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

04.

Quand Isabelle (Saporta) trompe Yannick (Jadot) avec Gaspard (Gantzer) et que le vrai cocu s'appelle David (Belliard)

05.

La fin des Bisounours : les experts en marketing découvrent que plus d’un Français sur deux avoue une attirance pour « les méchants »

06.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

07.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

06.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
OLYTTEUS
- 29/11/2016 - 22:09
Pragmatisme
F Fillon a l'avantage, en dehors de sa détermination,d'être un pragmatique; on peut compter sur lui pour agir en fonction des problèmes , de la conjoncture et sans varier son cap ,du moins ,je l'espère.
clint
- 29/11/2016 - 21:16
Fillon l'homme du "en temps voulu", et ça change !
Il ne semble pas agir en fonction des derniers "buzz" : ça changera si il confirme ses actions prévues même après tous les avatars court terme qu'il trouvera en permanence sur son chemin ! Il faut une forte détermination quand on est devenu l'homme à abattre par le FN, la gauche, une partie du centre et certainement aussi des ex sarkozistes et juppéistes !
GP13
- 29/11/2016 - 14:33
Restaurer la protection sociale
Les dépenses de l' assurance maladie ne cessent pas d'augmenter et la part qui reste à charge des assurés et des familles augmente sans arrêt.
Le projet de F.Fillon pose problème dans la mesure ou il semble entériner cette situation alors que d'autres pays, confrontés à la même situation ont su trouver les moyens d'améliorer les remboursements tout en rendant le système moins coûteux.
Il y a des gisements d' économie colossaux possibles à la condition de bousculer des rentes de situation parfaitement inacceptables ce qui les rend d'autant plus difficiles à combattre.
Il faudra trancher : améliorer le sort de chacun ou laisser perdurer des gaspillages qui bénéficient à des privilégiés qui ne sont pas seulement des personnes privées , mais concernent aussi des pans entiers de fonction publique.