En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Immigration : qui a vraiment les chiffres ?

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

ça vient d'être publié
light > Justice
Et golouglouglou
Pernod Ricard : des employés dénoncent une culture de la consommation de l'alcool
il y a 7 heures 10 min
light > Culture
Jackpot !
Gros succès pour le Joker qui dépasse le milliard de dollars de recette
il y a 9 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Civilizations" de Laurent Binet : Suite et fin des prix littéraires 2019 chroniqués ici : le Prix de l'Académie française, qu récompense ce conte philosophique où les Incas envahissent l’Europe

il y a 9 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Sans la liberté" de François Sureau : La liberté a déjà disparu

il y a 10 heures 26 min
pépite vidéo > Politique
Bougeotte
Edouard Philippe assure que sa volonté de transformer le pays reste "intacte"
il y a 11 heures 48 min
décryptage > Economie
Combat profond

Huile de palme : comment le gouvernement profond combat l’écologie

il y a 12 heures 32 min
décryptage > Economie
Choc

Ce choc de gestion de l’Etat sans lequel la crise ouverte par les Gilets jaunes ne se refermera pas

il y a 12 heures 46 min
pépites > Politique
Réformons !
Edouard Philippe : la "volonté de "transformer" la France reste intacte dans les rangs de l'exécutif
il y a 13 heures 24 sec
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Risques de piratages : ces 146 failles pré-installées sur les smartphones Android
il y a 14 heures 8 min
décryptage > Société
Gilets Jaunes

Violence des casseurs, erreurs de maintien de l’ordre : pourquoi nous devons réapprendre la gestion démocratique des foules

il y a 14 heures 38 min
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 17 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 7 heures 52 min
pépites > Société
A toute vitesse ?
Rouen : l'usine Lubrizol pourrait reprendre partiellement son activité avant la fin de l'année
il y a 9 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : "La dernière bande" : Un texte exigeant mis à la portée de tous les cœurs par un immense comédien

il y a 10 heures 11 min
décryptage > Economie
Grande fierté

L’Italie n’a pas inventé les pâtes, mais a su préserver sa sauce bien mieux que la France. Connaissez-vous vraiment l’Italie ?

il y a 10 heures 28 min
pépites > Faits divers
Drame
Toulouse : un pont s’effondre, un mort et cinq blessés
il y a 11 heures 50 min
décryptage > Economie
"Impeachable" or not "impeachable" ?

Etats-Unis : pour les marchés financiers, Donald Trump n’est pas « impeachable »

il y a 12 heures 39 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

Quand le parti conservateur britannique redevient un parti de droite

il y a 12 heures 54 min
décryptage > Société
Bad choice ?

Pourquoi nous devrions arrêter de parler de temps d’écran pour nos enfants

il y a 13 heures 52 min
décryptage > Economie
Discret abus d’optimisme ?

+60% de créations d’entreprises : quand le Financial Times loue les vertus des mesures économiques d’Emmanuel Macron

il y a 14 heures 29 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Peur de la science et règne de l’émotionnel : les deux mamelles de la panne du progrès

il y a 16 heures 55 min
© REUTERS/Brendan McDermid
L'ancien PDG de Google et président exécutif depuis 2011 de la société mère Alphabet, Eric Schmidt, s'est retrouvé dans une situation bien embarrassante début novembre alors qu'il tenait une conférence.
© REUTERS/Brendan McDermid
L'ancien PDG de Google et président exécutif depuis 2011 de la société mère Alphabet, Eric Schmidt, s'est retrouvé dans une situation bien embarrassante début novembre alors qu'il tenait une conférence.
Arroseur arrosé

Confronté à l'une des questions que Google pose à ses potentielles recrues, son ancien PDG Eric Schmidt peine à répondre

Publié le 28 novembre 2016
Le président exécutif d'Alphabet et ancien PDG de Google, Eric Schmidt, a éprouvé des difficultés au moment de répondre à l'une des questions pièges que pose habituellement sa propre entreprise aux potentielles recrues.
Rédaction Atlantico
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le président exécutif d'Alphabet et ancien PDG de Google, Eric Schmidt, a éprouvé des difficultés au moment de répondre à l'une des questions pièges que pose habituellement sa propre entreprise aux potentielles recrues.

Manquait-il de pratique ? Ou bien la question était-elle tout simplement trop compliquée ? L'ancien PDG de Google et président exécutif depuis 2011 de la société mère Alphabet, Eric Schmidt, s'est retrouvé dans une situation bien embarrassante début novembre alors qu'il tenait une conférence dans le cadre du Summit at Sea, colloque sur les nouvelles technologies tenu sous la forme originale d'une véritable croisière entre la Floride et les Bahamas, rapporte le site Quartz.

Énigme

Au moment où le public était invité à poser ses questions, une personne dans l'assemblée a eu la bonne idée de confronter l'homme d'affaires à l'une des énigmes dont les entretiens d'embauche de Google étaient traditionnellement parsemés. La situation à résoudre était celle-ci : "Vous êtes le capitaine d'un bateau de pirates et vous trouvez un coffre rempli d'or. Votre équipage décide de voter la manière dont sera partagé le butin. Si moins de la moitié de l'équipage est d'accord avec vous, vous êtes exécuté. Comment recommanderiez-vous de répartir l'or de manière à en garder une bonne partie pour vous tout en ayant la vie sauve ?"

On aurait bien parié sur un Eric Schmidt conquérant, qui n'aurait fait qu'une bouchée du problème et renvoyé l'intrépide spectateur à ses élucubrations inutiles. Quelle surprise ce fut, lorsque l'homme qui dirigea la multinationale durant 10 ans fit la moue avant de demander à ce que l'on repose la question le temps qu'il mette de l'ordre dans ses idées. Avant de faire mine de connaître la réponse : "Faisons le calcul… si la moitié meurt. Non, si je meurs… Non, s'ils ne m'aiment pas, je meurs". Avant de concéder : "C'est vraiment, eh bien, une très mauvaise question".

Arroseur arrosé

Pour sa défense, Eric Schmidt avoua ne jamais avoir apprécié cette manière de faire de la part de Google. Et finit par s'en sortir par une pirouette, pas forcément convaincante : "Il me semble bien que si plus de la moitié de l'équipage est satisfait, je survis. Je propose alors qu'on offre à 49% des pirates des actions sur des entreprises liées à Internet, et que les 51% restants s'emparent de l'or". Rires dans l'assemblée, mais pas de quoi masquer le caractère gênant de la situation.

Heureusement pour lui, Google a mis un terme il y a plusieurs années déjà à cette technique de sélection, après s'être rendu compte que la manière dont les candidats résolvaient ces énigmes n'indiquait en rien s'ils étaient aptes à travailler au sein de l'entreprise. Une habitude toutefois tenace, que l'un des conseillers de la multinationale, Laszlo Bock, interrogé par Quartz,  avait dénoncé, estimant qu'il s'agissait plus d'une perte de temps qu'autre chose.

Florilège

Parmi les questions les plus insolites rapportées sur le forum Quora par de courageux candidats, on pouvait notamment retrouver celles-ci :

  • Combien compte-t-on de plateformes pétrolières aux États-Unis ?
  • Avec combien de balles de golf peut-on remplir un bus scolaire américain ?
  • Combien laver toutes les vitres de Seattle vous coûterait-il ?
  • Conceptualisez un plan d'évacuation pour la ville de San Francisco (Californie).
  • Combien de fois les aiguilles d'une horloge se chevauchent-elles dans une journée ?
  • Combien d'aspirateurs sont fabriqués chaque année aux États-Unis ?
  • Pourquoi les bouches d'égout sont-elles circulaires ?
  • De quel degré est l'angle formé par les aiguilles d'une horloge lorsqu'il est 15 heures 30 ?

Une chose est sûre : à Google, on doit bien s'amuser.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ZeArno
- 29/11/2016 - 16:34
Un mot
Les américains ont aussi un mot qui sied parfaitement à ce genre que questions : Bullshit.
Olivier K.
- 29/11/2016 - 09:34
Le pb,
c'est le recrutement par RH. Conseil, depensez pas d'argent dans cabinet de recrutement. Embauchez, avec periide essaie, en 2j ou meme 2h ppur certain metier ses collegues peuvent voir s'il est compétent, en 1 mois ou 2 deux, vous saurez s il y a compatibilité d'humeur entre embauché et ses futurs collègues. Tjrs demander aux collegues du futur employé, en les manipulant gentiement s'il le faut, le but étant de leur faire prendre une descision positive. Si ses futurs collegues refusent le candidat, virez le, pour son bien comme pour le votre et surtout pour vos finance. Les rh ne sont pas capable de prévoir l'adhesion au groupe, c'est quelque chose qui se teste. Si vous utilisez rh, vous embaucherez des inadequat qui ne saisseront de causer des troubles et ... vous aurez besoin de plus de rh. Virez vos rh tant qu il est encore tant!