En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© JOE RAEDLE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
A Cuba, Raúl Castro continue à réprimer impunément, tout autant que son frère.
Derrière les apparences
Fidel Castro est mort, la dictature castriste continue
Publié le 27 novembre 2016
Fidel Castro s'est éteint vendredi soir à l'âge de 90 ans. Alors que de nombreuses personnalités politiques ou médiatiques lui ont rendu hommage, les sentiments à son égard sont bien différents à Cuba. Le Líder Máximo, qui a tenu son île d'une main de fer pendant des décennies, y était en effet autant craint que haï... tout comme ses successeurs désignés.
Jacobo Machover est un écrivain cubain exilé en France. Ses derniers livres sont : La face cachée du Che (Armand Colin), Castro est mort ! Cuba libre !? (Éditions François Bourin) et Cuba de Batista à Castro - Une contre histoire (éditions Buchet -...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jacobo Machover
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jacobo Machover est un écrivain cubain exilé en France. Ses derniers livres sont : La face cachée du Che (Armand Colin), Castro est mort ! Cuba libre !? (Éditions François Bourin) et Cuba de Batista à Castro - Une contre histoire (éditions Buchet -...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Fidel Castro s'est éteint vendredi soir à l'âge de 90 ans. Alors que de nombreuses personnalités politiques ou médiatiques lui ont rendu hommage, les sentiments à son égard sont bien différents à Cuba. Le Líder Máximo, qui a tenu son île d'une main de fer pendant des décennies, y était en effet autant craint que haï... tout comme ses successeurs désignés.

Cela faisait si longtemps que l’on attendait cette nouvelle qu’elle ne surprend plus personne. En réalité, le Líder Máximo était mort politiquement le 31 juillet 2006, le jour où, gravement malade, il avait délégué ses pouvoirs à son demi-frère cadet Raúl Castro. La figure tutélaire s’effaçait progressivement au profit de celui qui avait été, dans l’ombre, la cheville ouvrière du régime, contrôlant à la fois l’armée et la police politique, la redoutable Sécurité de l’Etat. Cette succession dynastique était préparée et inscrite dans la nature des choses depuis la prise du pouvoir, le 1er janvier 1959, il y a déjà plus d’un demi-siècle. Un demi-siècle !

Nous, Cubains de toutes latitudes, de l’île et d’ailleurs, avons dû avaler des discours interminables dans un silence résigné parce que forcé par la terreur et la propagande effrénée. Il y a eu  des centaines d’exécutions tout au long de ces décennies, des dizaines de milliers de prisonniers politiques condamnés à vingt ou à trente ans, des millions d’exilés dispersés partout dans le monde, essentiellement en Floride. Il y a eu tout un peuple condamné à la pauvreté extrême et à la répression permanente.

>>>> A LIRE AUSSI : "Fidel, Fidel, je suis resté Fidel" (air connu)

Comment ? – penseront certains. Les Cubains ne sont-ils pas heureux ? Ne chantent-ils pas en permanence ? Ne dansent-ils pas à toutes heures du jour, même sous un soleil de plomb, devant des touristes enchantés de voir la vitalité de ces spécimens tropicaux de tout âge ? N’expriment-ils pas leur amour constant pour Fidel, leur Père à tous, pour le Che, le guérillero héroïque, et même pour Raúl, l’héritier si peu charismatique du Commandant en chef ?

Eh bien, non. Ce ne sont là que des apparences. Ces gens si souriants cachent en leur sein un profond désespoir, ces hommes et ces femmes, derrière l’admiration affichée pour les frères Castro, leur vouent en réalité une haine profonde. Combien n’ont-ils fêté (sans bruit, bien sûr, de peur d’être dénoncés) la mort du tyrannosaure ? C’était presque pareil pour la mort de Franco, le dictateur espagnol, disparu il y a plus de quarante ans après un règne sans partage de trente-six ans qui, déjà, paraissait interminable et dont la durée, pourtant, était bien moins moindre que celle du castrisme. La différence c’est que, en Espagne, il n’y a pas eu de successeur, hormis un roi plutôt porté sur une transition démocratique. Fidel Castro, lui, a assuré ses arrières, sa succession, d’abord en désignant Raúl. Puis celui-ci a placé aux postes-clés sa propre descendance, son fils, son gendre, l’une de ses filles. Ils ne gouverneront peut-être pas en pleine lumière, comme Raúl lui-même, mais ils contrôleront un président fantoche comme ils contrôlent déjà, avec les généraux et autres officiers  des Forces armées révolutionnaires, les principaux secteurs de l’économie d’un pays dont ils ont fait leur propriété féodale.

Il est triste de voir tous ces hommes politiques, principalement de gauche mais aussi de droite, tous ces intellectuels, écrivains, cinéastes, musiciens, rockers (voir les Rolling Stones) chanteurs, modistes (voir Karl Lagerfeld) et autres personnalités people au demeurant assez pitoyables, adouber ces révolutionnaires qui ne sont plus que la caricature d’eux-mêmes. Il est révoltant de voir un François Hollande, après le couple Mitterrand et le sempiternel Jack Lang, faire des pieds et des mains pour se faire prendre en photo, tout sourire, avec le cadavre ambulant qu’était le Commandant en chef en avril 2015 puis de recevoir en grande pompe à l’Élysée le frère cadet, avec deux cents invités qui n’avaient rien à y faire. N’oublions pas les séjours à La Havane de Barack Obama ou de Justin Trudeau, qui tenaient plus du spectacle frivole que de la realpolitik et du désir d’améliorer la situation du peuple cubain sur le plan matériel ou de satisfaire son désir de liberté.

La liberté, justement. Elle n’est pas en vue. Raúl Castro continue à réprimer impunément, tout autant que Fidel. La mort de celui-ci n’est porteuse d’aucun espoir, malheureusement.

Moi-même, comme tous les exilés, je n’envisage aucunement de rentrer dans mon pays avant d’entrevoir une opportunité démocratique. En attendant, je continuerai à lutter, avec les armes qui sont les miennes, l’écriture et la parole, pour dénoncer les mensonges éhontés et la répression sans pitié des gérontes galonnés, ainsi que les complicités des « idiots utiles » de ce totalitarisme tropical, qui n’apparaît souriant qu’à ceux qui n’ont jamais eu à en souffrir la cruauté toujours renouvelée. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Travaux à Paris : « Je creuse donc je suis ! »
02.
Sauver la France en travaillant plus, pourquoi pas… Pourquoi le diagnostic initial ne correspond que de loin à la réalité vécue par les Français
03.
La Belle au bois dormant est un "conte sexiste" : supprimé dans certaines écoles!
04.
Une série d’erreurs serait à l'origine de l’incendie de Notre-Dame de Paris
05.
Pourquoi la France est malade de son immobilier
06.
Et rien ne se passa comme prévu (par les progressistes)... : 2019 ou l’effondrement des promesses du monde de 1968
07.
Les médecins de Britney Spears dévoilent la vérité sur son hospitalisation
01.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
02.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
03.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
04.
De #GaspardGlanz au passé de Nathalie Loiseau, ces clashs qui soulignent la mentalité de guerre civile qui gagne les esprits français
05.
Tous végétariens ou vegans ? Quand l’OMS met le hola sur les régimes universels écologiques
06.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
01.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
02.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
03.
Pourquoi les erreurs européennes dans le traitement de la crise financière de 2008 sont les racines de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et l’UE
04.
Névroses nationales : et la France de demain, vous la voulez à l’identique ou conscientisée ?
05.
De #GaspardGlanz au passé de Nathalie Loiseau, ces clashs qui soulignent la mentalité de guerre civile qui gagne les esprits français
06.
Tous addicts à la polémique : votez-vous encore pour ce que les candidats se proposent de faire ou uniquement pour ce qu’ils sont ?
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Brasidas
- 27/11/2016 - 20:46
@langue de pivert
Nos hommes politiques de gauche sont dans la lignée de Boudarel, le commissaire politique des camps viets (30% de survie).
Olivier62
- 27/11/2016 - 18:10
Castro a détruit Cuba
Sait-on que Cuba, avant que Castro ne s'en empare par un coup d'état en 1959, était le pays le plus avancé et le plus prospère d'Amérique du Sud ?
60 ans après, c'est un pays en ruine et affamé que laisse le "libérateur des opprimés". Mais cela n'empêche pas la gauche - abonnée aux désastres systématiques de toutes ses idées - de lui chanter des hommages extravagants parce qu'il était l'une des ses icônes emblématiques.
langue de pivert
- 27/11/2016 - 17:59
Merci pour ces lignes Monsieur.
Cette gauche nous fera crever de honte ! Elle souille la France matin, midi et soir ! En 1974 cette crevure de Mitterrand était aller visiter "des camps de rééducation par le travail" à Cuba : des camps de concentration remplis de prisonniers politiques en fait, un grand classique du socialisme. Avant d'être élu il rendit une visite (privée avec sa pétasse je crois me souvenir) en Corée du nord ! Nul doute que Castro aura son cœur de pleureuses à ses obsèques comme le père et le grand-père du bouffi nord coréen ! Et gare à celui qui pleure moins que le voisin ! Je serais curieux de connaitre le nombre de journaux en France capable de mettre un article de cette qualité. La France s'est honorée en accueillant des réfugiés Cubains, la gauche l'a salie en accueillant Castro ! Il fallait entendre hier Lang et Kouchener, leur romantisme révolutionnaire de merde ! A vomir ! C'est pourtant cette gauche qui fait la morale au monde entier ! Qu'ils soient tous maudits !