En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

02.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

03.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

04.

Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves

05.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

06.

Covid 19 : Macron n’avait pas d’autre choix que de mettre les Français en liberté provisoire

07.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

03.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

04.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
pépites > France
Séparatisme
Le Conseil d'Etat confirme la dissolution de l'association BarakaCity et la fermeture de la Grande mosquée de Pantin
il y a 29 min 36 sec
décryptage > France
Chantier titanesque

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

il y a 2 heures 51 min
Farce
Le Premier ministre canadien piégé par l'appel téléphonique d'une fausse Greta Thunberg
il y a 3 heures 12 min
décryptage > Sport
Bryson DeChambeau

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

il y a 3 heures 36 min
light > People
Santé
Dans une contribution publiée dans le New York Times, Meghan Markle raconte qu'elle a fait une fausse couche cet été
il y a 3 heures 59 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

il y a 4 heures 16 min
pépites > International
Avion
Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens
il y a 4 heures 37 min
pépites > Consommation
Energie
Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves
il y a 5 heures 23 min
décryptage > France
Forces de l'ordre

Le gouvernement en plein dérapage incontrôlé sur la sécurité et les libertés publiques ?

il y a 6 heures 4 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"
il y a 6 heures 27 min
Big Brother
Comment passer inaperçu sur l'avenue du Bonheur, truffée de caméras, à Pékin
il y a 1 heure 32 min
décryptage > Politique
Elus locaux

Radicalisation : pour un meilleur partage de l'information

il y a 3 heures 2 min
décryptage > France
Contradictions

Covid et terrorisme : deux poids, deux mesures. Pourquoi le Conseil constitutionnel s’est placé dans une contradiction qui risque de lui porter préjudice

il y a 3 heures 17 min
pépites > Politique
Désaveu
Loi sécurité globale : 30 abstentions, 10 votes contre chez LREM, la majorité envoie un avertissement à Gérald Darmanin
il y a 3 heures 40 min
décryptage > Consommation
Alimentation

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

il y a 4 heures 1 min
décryptage > International
Big Brother

Un QR code santé pour voyager : bienvenue dans le monde selon Xi Jinping

il y a 4 heures 34 min
pépite vidéo > Economie
"Quoi qu’il en coûte"
Bruno Le Maire : "Nous nous fixons 20 années pour rembourser cette dette Covid"
il y a 4 heures 58 min
décryptage > Economie
(R)évolution ?

Vers une ère d’efficacité turbo pour la politique monétaire ?

il y a 5 heures 26 min
pépites > Santé
Religion
Annoncée par le président, hier soir, la limite maximum de 30 fidèles par messe, va être augmentée selon les évêques de France
il y a 6 heures 21 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Covid 19 : Macron n’avait pas d’autre choix que de mettre les Français en liberté provisoire

il y a 6 heures 38 min
© Reuters
© Reuters
Révolution

Emmanuel Macron, le Gramsciste ni de droite ni de gauche qui voulait gagner la bataille culturelle mais à qui il manquait l’essentiel : des idées

Publié le 02 décembre 2016
Emmanuel Macron a exposé dans son dernier livre, "Révolution", ce qu'il a qualifié de "combat culturel voire civilisationnel".
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Voir la bio
Aurélien Véron
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Aurélien Véron est président du Parti Libéral Démocrate et auteur du livre Le grand contournement. Il plaide pour passer de l'Etat providence, qu'il juge ruineux et infantilisant, à une société de confiance bâtie sur l'autonomie des citoyens et la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuel Macron a exposé dans son dernier livre, "Révolution", ce qu'il a qualifié de "combat culturel voire civilisationnel".

Atlantico : Dans une interview accordée au Point à propos de son livre Révolution, Emmanuel Macron a déclaré "j'ai voulu écrire un livre qui ne se limite pas à une analyse politique de circonstance (…) notre combat aujourd'hui est plus vaste. Il est culturel et même civilisationnel". Si Emmanuel Macron assume ainsi la dimension gramsciste de son projet, peut-il pour autant gagner la bataille des idées ? A-t-il vraiment des idées qui lui sont spécifiques ? 

Aurélien Véron : Est-ce que Emmanuel Macron est différent des autres ? Pour l'instant c'est difficile à dire parce que le manque de précision dans le contenu rend l'ensemble assez confus.

D'une certaine manière, il défend des libertés qui sont assez nouvelles dans le paysage politique. Il a une vision de la laïcité très libérale et pas du tout revancharde contre les religions. Il parle de la liberté d'entreprendre sa vie. Ce sont des faits assez nouveaux, mais cela reste très général. Ce que l'on attend d'un homme politique, de quelqu'un qui se prétend un leader politique, c'est un contenu beaucoup plus précis. Pour l'instant il occupe un terrain assez vierge, il y a un vrai espace pour ses idées et une attente en France mais on ne pourra parler de nouveauté, d'innovation que lorsqu'il expliquera comment y parvenir.

Tout le monde parle de liberté : Jean-Luc Mélenchon parle de liberté pour la classe ouvrière, Marine Le Pen parle de liberté du peuple. C'est un mot très galvaudé. Ce que les électeurs veulent à ce stade, c'est un projet beaucoup plus précis sur les directions qu'il veut défendre. 

Eric Verhaeghe : L'expression est divertissante, puisqu'elle relève plus de la tentative d'enfumage que de la construction politique. Ce que Macron nous dit, c'est : "signez-moi un chèque en blanc sur ma bonne mine, et le reste suivra". Voilà une façon très à l'ancienne de faire de la politique. Elle consiste à proposer aux électeurs de rester assis à la table des enfants et de laisser les adultes décider dans leur coin. Pour reprendre le langage de Macron, on dira même qu'il repose sur une imposture. Il évoque en effet des idées, la civilisation, la culture. C'est évidemment très satisfaisant pour l'ego de parler de cela. Mais on voit mal le rapport avec la politique. La politique, c'est l'art de conduire la cité, pas de conduire la civilisation. C'est une ambition toute énarchique, d'ailleurs, de croire que la civilisation procède de choix politiques, d'un gouvernement, d'un Président. Ce raisonnement montre bien la folie techniciste dans laquelle l'énarchie française s'est enfermée : comme si on bâtissait une civilisation avec un Etat, des lois et des budgets. Macron ne pense pas la politique à sa place, ou alors il la pense à l'envers. L'ambition de la politique ne peut pas être d'égrener des idées, sauf à penser qu'elle est un art courtisan (ce qui est le cas de Macron, probablement). L'ambition de la politique est de conduire la cité vers la prospérité. Rien qu'en tenant ce langage, Macron montre qu'il se fourvoie et qu'il n'est pas dans l'exercice. 

Est-il possible de considérer qu'Emmanuel Macron se différencie d'une certaine droite libérale, celle incarnée par Nathalie Kosciusko-Morizet notamment, sur les sujets économiques comme les questions sociétales ?  

Aurélien Véron : Emmanuel Macron a la capacité de fusionner deux approches libérales : une approche libérale sociétale et la langue plus économique du libéralisme.

L'émergence à droite du discours de François Fillon, que l'on classe comme libéral, est une vision qui se rétrécit beaucoup sur les questions économiques. Nathalie Kosciusko-Morizet s'est beaucoup étendue sur une vision de la société qui est un peu moins économique et un peu plus sociétale. Elle n'a pas fait l'unanimité et n'est pas audible à droite, parce que la droite militante reste très conservatrice sur cette liberté sociétale. Nathalie Kosciusko-Morizet a pris beaucoup de risques en allant sur ce terrain-là et en montrant que la France dans dix ans serait une France beaucoup plus ouverte, agile, tolérante vis-à-vis des différentes cultures et façons de vivre. Elle est assez audacieuse mais on sent bien que la droite traditionnelle n'accroche pas.

Emmanuel Macron, au sein de la gauche, peut fusionner cette idée plus libérale sur les aspects sociétaux, sur le lien social, sur les solidarités, tout en ayant un discours dur sur le plan économique, c’est-à-dire assumant les réformes qui sont cruciales. C'est sa force. 

Eric Verhaeghe : Ce qui nous manque, pour l'instant, c'est de comprendre le projet de Macron au-delà du vernis de culture générale dans lequel il tourne en rond. De mon point de vue, Macron se positionne d'ailleurs dans une logique de passager clandestin : il attend que les autres candidats aient dévoilé leur programme pour picorer les idées qui lui vont bien et pour marquer quelques différences, ou réaliser une synthèse à la Hollande. Regardez ses propositions sur la protection sociale. Elles ne sont pas forcément loin de celles de Fillon, sauf qu'il les a effleurées et qu'on ne sait pas bien où il veut aller. Dans ces conditions, il est difficile de comparer le programme de Macron avec celui d'autres candidats, notamment à droite. A ce stade, il me semble que le meilleur pendant de Macron est Fillon lui-même. Ils ont manifestement les mêmes tropismes, à cette différence près que Macron a une offre "sociétale" plus ouverte, notamment sur la question de l'Islam. D'une manière générale, la différenciation de Macron se situe bien là : dans ses restes d'idéologie marquée par le vivre ensemble, la diversité, et tout ce blabla qui est incontournable dans les salons parisiens, mais que plus personne ne comprend. 

Outre les idées, quelles sont les limites du projet d'Emmanuel Macron ?  Alors que son objectif est de convertir la gauche à un projet nouveau, son combat culturel "ni droite ni gauche" peut-il avoir un sens ?  

Aurélien Véron : Dans le monde, la gauche a souvent été à l'origine de réformes très profondes et libérales : la Nouvelle Zélande, l'Italie où les gouvernements de Romano Prodi et Mario Monti ont enclenché les réformes de statut de la fonction publique, de baisse des dépenses de l'Etat. En Allemagne, c'est le SPD, classé à gauche, qui a réformé le marché du travail en profondeur après la fusion de l'Allemagne de l'Est et de l'Ouest, ce qui a provoqué un effondrement du chômage.

La gauche peut être très réformatrice. Il me semble qu'Emmanuel Macron a un vrai potentiel pour remobiliser la gauche progressiste qui veut des réformes libérales économiques et sociales, et pas seulement sociétales. Son pari est que le PS va s'effondrer de lui-même, ce qui n'est pas impossible : il n'est pas exclu que le PS implose en 2017. Mais si le PS résiste, ça va être compliqué pour Emmanuel Macron.

Ce que l'on attend de la gauche, c'est que le Parti socialiste dominant fasse sa réforme culturelle comme le SPD, qui était un parti très à gauche avant ce grand basculement, et qui est aujourd'hui un parti social-démocrate. C'est le pari d'Emmanuel Macron et il a intérêt à appuyer dans ce sens. Emmanuel Macron peut être le bon, entre une gauche qui a du mal à se réformer, et une droite qui reste très conservatrice et qui a du mal à accepter les libertés sociétales. On attend beaucoup de lui. Pour l'instant, je suis déçu par la lenteur qu'il met à se dévoiler : nous sommes presque en décembre et nous ne savons pratiquement rien de son projet. Or, la politique, c'est le pouvoir de l'action, pas seulement de la pensée. 

Eric Verhaeghe : On attend avec impatience ses propositions économiques et surtout macro-économiques. Que coûte le programme de Macron, au-delà des rêves qui sont autant d'hallucinations ou de paradis artificiels dissimulant un immense immobilisme ? Quelles sont ses intentions en matière budgétaire ? Quel ordre veut-il en Europe ? Souhaite-t-il un euro faible ou fort ? Propose-t-il une remontée des taux ? Diminuera-t-il le nombre de fonctionnaires ? Sinon, quelles économies propose-t-il ? En propose-t-il d'ailleurs ? Ces questions sont essentielles, incontournables. On ne peut faire, voter, choisir, sans connaître ses réponses. Faute de réponses, son appel au "ni droite ni gauche" a tout de l'immobilisme. Il n'est d'ailleurs pas impossible que, dans l'hypothèse où Juppé serait battu à la primaire, Macron assume pleinement le créneau que le maire de Bordeaux avait choisi pour la suite : une sorte de synthèse très proche de la politique actuelle, et très frileuse à l'idée de réformes en profondeur. Démonstration sera faite que la jeunesse en politique ne tient pas à l'âge. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 27/11/2016 - 23:06
Tous ces articles sur de l'air...
c'est tellement typique de la France gauchiste: dépenser sa salive et son temps à gloser sur l'air qui passe... Si la grande famille bilderberg a de l'argent en trop, qu'elle le prête à Marine Le Pen, car c'est une créancière fiable, elle!
J'accuse
- 27/11/2016 - 19:31
Macron ne fait que passer
Macron a déjà perdu l'élection (il le sait), et il ne sera pas pris dans l'équipe du vainqueur (il le sait aussi). Il va donc retourner très vite dans le privé, certainement une banque. Son passage proche du sommet de l’État lui aura permis d'enrichir son CV, et il pourra prétendre à un poste plus élevé qu'avant, avec le salaire correspondant. C'est son seul objectif. Aucune raison de continuer à parler de ce type.