En direct
Best of
Best of du 03 Novembre au 09 Novembre 2018
En direct
© Reuters
L'organisation patronale a publié son programme pour la présidentielle ce mardi.
Silence radio
Pour le Medef, la crise financière n'existe pas (ah oui?)
Publié le 23 février 2013
L'organisation patronale a publié son programme pour la présidentielle ce mardi. Pas la peine d'y chercher des références au "made in France" ou à l'industrie de notre pays : vous n'en trouverez pas...
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Diplômé de l'ENA (promotion Copernic) et...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Diplômé de l'ENA (promotion Copernic) et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'organisation patronale a publié son programme pour la présidentielle ce mardi. Pas la peine d'y chercher des références au "made in France" ou à l'industrie de notre pays : vous n'en trouverez pas...

Ce mardi, Laurence Parisot a présenté Besoin d’Aire. Initialement, ce devait être un livre programmatique publié en janvier. Finalement, c’est un livre électronique présenté mi-février. Dureté des temps oblige, à un moment où les cotisations rentrent difficilement, le e-book, comme on dit, est une solution rentable.

J’en recommande la lecture. Dans un monde où tout change de jour en jour, où la vérité de la veille est une erreur du lendemain, Besoin d’Aire nous prouve que certains ne changent pas et restent ancrés sur leurs certitudes inébranlables et leurs méthodes traditionnelles. Notamment sur leurs silences.

Crise financière: avec un impressionnant sens du déni, le MEDEF fait complètement l’impasse sur la crise financière qui nous étrangle depuis 2008. Certes, il y a bien l’idée qu’il faut remettre de l’ordre dans les finances publiques, comme on demanderait à un cancéreux de se lever plus tôt le matin pour être plus en forme. Mais à la diagnostication d’une tumeur, point d’allusion.

En page 7 de la synthèse, au chapitre «Pour une gouvernance mondiale», il est fait allusion à la finance : "Lutter contre les abus du monde de la finance comme beaucoup le demandent nécessite un travail à l’échelle mondiale." Admirez l’astuce rhétorique : lutter contre la finance ? Beaucoup le demandent. Mais visiblement pas le MEDEF (on n’en sera guère surpris), qui, dans sa proposition de gouvernance mondiale, s’abstient sagement de proposer la moindre mesure susceptible de régler structurellement les désordres financiers, en dehors de la convertibilité du yuan.

Avec un peu d’ironie, le lecteur remarquera que les propositions du MEDEF au niveau mondial consistent quand même à accroître le rôle des institutions existantes (FMI, FESF, OIT) ou à en créer de nouvelles (B20 pour la représentation des entreprises, OME pour l’environnement, Agence Mondiale des Matières premières,...) On a beau déplorer les déficits publics et l’excès de réglementation, on n’en reste pas moins français: à chaque problème, son agence ou son institution.

Dans tous les cas, nous aurons tous bien compris que le désordre financier ne peut être combattu dans un seul pays, ni sur un seul continent, ce qui a le mérite de renvoyer aux calendes grecques le règlement du véritable problème qui frappe les entreprises et le marché mondial aujourd’hui: l’instabilité financière et son corollaire, l’instabilité de l’activité.

Industrie: là, je dis «chapeau!». Parce que prétendre représenter les entreprises françaises sans prendre une seule fois position sur la place de l’industrie dans notre économie, fallait oser. Pas un mot sur le contenu de notre production. Pas une allusion au sujet. Une très belle leçon de déni.

Du coup, on reste perplexe sur la signification de ce silence. Car le programme du MEDEF parle bien de quelques sujets économiques: la révolution digitale, les marchés du futur, à savoir les écosystèmes d’innovation, la biodiversité, "une richesse inappréciable". Mais... l’industrie dans tout ça ? Nous faut-il plus d’usines ? Moins d’usines ? Plus ou moins de services ?

Les seules réponses à ces questions pourtant basiques sont en creux. Il faut de nouveaux marchés, notamment numériques, ce qui est bien, ce qui est compréhensible. On en déduit que l’industrie est dépassée et que le MEDEF ne se bat plus pour elle?

Made in France:  Là encore, silence radio. Comme si ce sujet n’intéressait pas le MEDEF, et avait déjà fait l’objet d’une prise de position définitive, de l’ordre du «démerdez-vous!». En dehors de la convergence franco-allemande, le lecteur ne trouvera donc pas grand chose sur ce sujet. Aucune vision particulière, si ce n’est le flot commun des positions archi-connues du MEDEF: le pacte fiscal et social consistant à transférer dans l’impôt le coût de la protection sociale, le report de l’âge de la retraite, le développement de la négociation d’entreprise.

De grande ambition pour la relocalisation des activités en France, point.

Action: on ne me pardonnera peut-être pas d’être désagréable, mais il manque quand même quelque chose de majeur dans le programme du MEDEF, c’est l’action. Car l’article 1 du Code du Travail confie aux partenaires sociaux, parmi lesquels le MEDEF est de fait le seul investi d’un droit d’initiative, le pouvoir de négocier à peu près tous les sujets qui concernent la vie des entreprises. La moitié des propositions du MEDEF pourrait directement être négociée par le MEDEF lui-même, avec une intervention purement accessoire de l’État.

En Allemagne, ils font comme ça.

Alors il y a quelque chose d’agaçant, à lire ce livre de gros chat sur son radiateur, à écouter cette conversation de joueur de pétanque sous le soleil, qui donne de grandes leçons à tout le monde (il y a trop d’État, trop de fonctionnaires, trop de règles, pas assez de négociations, il faut faire comme en Allemagne, etc.), mais qui se garde bien de les mettre en application chaque fois qu’il le peut.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
"Les filles bien n'avalent pas" ! C'est le titre d'un des livres de Marlène Schiappa…
02.
L'Italie prépare une bombe capable de faire exploser l'Europe et de lui faire perdre sa souveraineté politique
03.
Pourquoi les nouveaux iPhones vous coûteront le double du prix que vous pensez payer si vous en changez
04.
L'initiateur de #sansmoile17... est salarié de LREM
05.
Bruxelles : si l’Italie veut vivre son aventure populiste, ce sera sans l’Union européenne
06.
33 000 morts dues aux bactéries résistantes aux antibiotiques : faut-il limiter drastiquement les prescriptions ?
07.
Les gilets jaunes ou le deuil de la démocratie représentative : SOS corps intermédiaires disparus
01.
"Les filles bien n'avalent pas" ! C'est le titre d'un des livres de Marlène Schiappa…
02.
L'Italie prépare une bombe capable de faire exploser l'Europe et de lui faire perdre sa souveraineté politique
03.
Pourquoi les nouveaux iPhones vous coûteront le double du prix que vous pensez payer si vous en changez
04.
L'initiateur de #sansmoile17... est salarié de LREM
05.
Bruxelles : si l’Italie veut vivre son aventure populiste, ce sera sans l’Union européenne
06.
33 000 morts dues aux bactéries résistantes aux antibiotiques : faut-il limiter drastiquement les prescriptions ?
07.
Les gilets jaunes ou le deuil de la démocratie représentative : SOS corps intermédiaires disparus
01.
Radicalisation en prison : pourquoi l'Etat reste-t-il le "premier recruteur de Daech" ?
02.
"Les secrets du vin" : à déguster sans modération
03.
Semaine d'itinérance mémorielle : bien maigre retour sur investissement pour Emmanuel Macron
04.
Le retour d’une Marine Le Pen gonflée à bloc ?
05.
Brexit : et si Theresa May était un génie méconnu
06.
Les étranges liens d'un député LREM avec l'Azerbaïdjan
01.
Edouard Philippe : "On ne va pas annuler les hausses de carburant"
02.
Extension de la PMA : faux sujet de bioéthique mais vraie question de filiation
03.
Michelle Obama bientôt de passage en France à l'occasion de la sortie de ses mémoires
04.
Si vous pensiez que vos décisions de vote sont parfaitement rationnelles, cet article risque de vous ébouriffer
05.
Brexit : et si Theresa May était un génie méconnu
06.
Quand Christine Lagarde s’inquiète de l’aveuglement des élites, de la montée des populismes ET de la baisse de la croissance mondiale… : mais qui est responsable de quoi ?
Commentaires (33)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
brennec
- 16/02/2012 - 10:22
l'Oligarchie tient le medef
Le MEDeF est un syndicat qui représente surtout l'oligarchie, les autres entreprises étant un alibi, le Medef ne va pas s'ingérer dans la campagne parcequ'il sait qu'il s'entendra avec le gagnant. Parmi les entreprises que représente le Medef il y a les banques et la finance. Pourquoi le medef devrait-il abonder dans le sens de ceux qui veulent chasser ces activités en angleterre? Quand au made in france le medef est assez bien placé pour savoir qu'il s'agit d'un trompe l'oeil politique qui n'a aucune chance de déboucher sur quelque chose d'intéressant du point de vue économique. Le made in france ne se décrete pas le temps d'une campagne électorale, il necessiterait un sérieux ménage dans la règlementation, la fiscalité, la 'dépense publique' et même l'enseignement, toutes choses qui ne se verront pas avant que la france se soit payé le mur et qui ne figure absolument pas dans les programmes des candidats.
Pour information, concernant l'enseignement de l'économie, une explication de la nullité française:
les manuels d'économie des lycéens
http://www.youtube.com/watch?v=8bNqh5sQ6Ok
les manuels d'économie allemands
http://www.youtube.com/watch?v=NdHkuOpIJhc
Philippe David
- 15/02/2012 - 21:51
@Eric Verhaeghe
Excellent article mais permettez mois de vous dire qu'en tant que dirigeant de PME mes homologues et moi-même ne se sentent en aucun cas représentés par le MEDEF. Le MEDEF ce ne sont pas des patrons qui ont crée une activité mais soit des "managers" issus des "grandes écoles" soit des héritiers qui ne connaissent rien à la création d'une boite. Au MEDEF on pense "parachutes dorés", "golden hello", "bonus" et "stock options" tandis que nos PME pensent a ramener chaque jour les commandes qui permettront de continuer à faire vivre la boite. Pour tout vous dire, le MEDEF de Sellière et de Parisot ( deux héritiers tiens tiens) est un désastre pour l'image des entreprises et des entrepreneurs en France, voila la réalité.
Salutations d'un de vos confrères rédacteurs.
Philippe DAVID
lorrain
- 15/02/2012 - 20:18
karl marx
le vieux barbu, a quelques fois dans les tombereaux de conneries qu'il a dit et écrit dit des choses vraies "les capitalistes nous vendront la corde pour les pendre" , il pensait pas aux chinois, mais, le fait est là