En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Combien de contaminés par le Coronavirus, maintenant nommé : COVID-19 ? Des chiffres médicaux, politiques, économiques ou financiers ?

02.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

03.

Les Imams d'Europe se mobilisent contre la radicalisation… sans grande perspectives de succès

04.

Municipales : Agnès Buzyn meurt et ne se rend pas

05.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

06.

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

07.

Pourquoi Renault n’a pas fini d’être jaloux de Tesla

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Mal nommer les choses : Emmanuel Macron en plein vertige camusien face aux députés LREM

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

06.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

03.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

06.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

ça vient d'être publié
pépites > International
La gestion politique du Coronavirus
Un avocat chinois arrêté pour avoir critiqué la gestion de l'épidémie par les autorités
il y a 1 min 53 sec
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Théâtre : "Le fantôme d'Aziyade" de Pierre Loti : Quête initiatique, nostalgique et fascinante sur les rives de l'amour et du Bosphore

il y a 2 heures 29 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 17 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 4 heures 5 min
décryptage > Société
Engagez-vous qu'ils disaient

Piot Pavlenski : artiste, voyou, les deux ?

il y a 5 heures 57 min
décryptage > Politique
Honneur au courage malheureux

Municipales : Agnès Buzyn meurt et ne se rend pas

il y a 6 heures 41 min
décryptage > Economie
Jalousie

Pourquoi Renault n’a pas fini d’être jaloux de Tesla

il y a 7 heures 5 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Santé, retraite : le secteur de l‘assurance fait le pari d’être moins cher et plus efficace que la sécurité sociale ...

il y a 7 heures 42 min
décryptage > Politique
Post Griveaux

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

il y a 9 heures 27 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Allemagne : Le gouvernement condamne des projets d’attentats « effrayants » contre plusieurs mosquées
il y a 1 jour 42 min
pépites > International
Coronavirus
Le marathon de Tokyo annulé pour les amateurs
il y a 1 jour 1 heure
pépites > Politique
Nouveau rebondissement
La compagne de Piotr Pavlenski mise en examen
il y a 19 min 55 sec
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre : "Tu seras un homme, mon fils" de Pierre Assouline : Un portrait inattendu, saisissant et remarquable de Rudyard Kipling

il y a 2 heures 57 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

il y a 5 heures 25 min
décryptage > Politique
A l'école du politique

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

il y a 6 heures 13 min
décryptage > Religion
Pas d'amalgames

Les Imams d'Europe se mobilisent contre la radicalisation… sans grande perspectives de succès

il y a 6 heures 41 min
décryptage > Politique
Pas d'union à l'horizon

Municipales : Marine Le Pen maintient sa fervente opposition à l’union (locale) des droites

il y a 7 heures 21 min
décryptage > Société
Je t’aime moi non plus

Liaison fatale : avoir ou ne plus avoir un smartphone, telle est la question

il y a 8 heures 59 min
décryptage > Politique
Les entrepreneurs parlent aux Français

La vertu française, un puritanisme venu d’ailleurs ? Liberté française ubérisée ?

il y a 1 jour 17 min
pépites > Société
Mobilisation
Appel des taxis parisiens à manifester vendredi devant la Gare de Lyon
il y a 1 jour 1 heure
light > Sport
Solidarité
Racisme : le monde du football apporte son soutien à Moussa Marega
il y a 1 jour 2 heures
© Reuters
© Reuters
Business first

Quand Facebook courtise la Chine, tous les moyens sont bons (même la censure...)

Publié le 27 novembre 2016
Le développement d'un outil de censure par Facebook montre son ambition de pénétrer le marché chinois. Mais la firme californienne devra franchir beaucoup d'obstacles si elle veut éviter le sinistre destin de Google en Chine.
François-Bernard Huyghe est directeur de recherches à l’Iris. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François-Bernard Huyghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François-Bernard Huyghe est directeur de recherches à l’Iris. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le développement d'un outil de censure par Facebook montre son ambition de pénétrer le marché chinois. Mais la firme californienne devra franchir beaucoup d'obstacles si elle veut éviter le sinistre destin de Google en Chine.

Atlantico : Le New York Times a annoncé que Facebook travaillait sur un outil de censure pour pénétrer le marché chinois. Pourquoi est-ce que Facebook est prêt à prendre ce risque de voir son image associée à la censure ? En a-t-il vraiment les moyens ?

François-Bernard Huyghe : Premièrement, Facebook prépare cet outil pour une raison assez simple : la Chine est la plus grande population d'internautes du monde. Et cela ne va pas diminuer. C'est l'Eldorado chinois. 

Il est intéressant de constater que l'histoire se répète. A la fin des années 2000, il y avait eu un scandale contre Google, Yahoo et quelques autres qui, afin de pénétrer le marché chinois, avaient accepté de censurer les recherches. C'est la façon la plus habile de censurer : les gens recherchent par exemple "secte Falun Gong", et ils ne trouvent pas de résultat. Ces grandes entreprises avaient pris quelques années pour obtenir leur licence et soumettre leur permis aux autorités chinoises. Elles avaient alors accepté les censures draconiennes imposées par les lois chinoises. Ce n'est pas une chose nouvelle : cela se passe en Turquie, en Arabie Saoudite, et même en France où l'on demande le retrait de comptes.

Cette affaire avait eu un impact important : en 2010, Google s'était indigné à l'issue d'une attaque informatique provenant de Chine et avait menacé la Chine de se retirer de Chine. C'est alors qu'ils cessèrent d'utiliser le moteur de recherche google.cn pour le remplacer par google.hk, à Hong Kong. L'effet le plus connu était que quand vous cherchiez place Tien An Men sur le modèle hongkongais, vous voyiez apparaitre des images de jeunes protestant contre le pouvoir, les bras en croix devant les tanks.

Mais cela n'a pas duré longtemps, car les Chinois avaient un coup d'avance. Ils disposaient de moteurs nationaux, de réseaux nationaux, d'Amazon nationaux. La Chine était le seul pays au monde où Google était très minoritaire, et ils ont montré qu'ils pouvaient se passer d'eux.

Pour ce qui est de Facebook, il faut savoir que les Chinois ont déjà leur propre réseau social, WeChat ! Si Facebook doit conquérir ce marché, il va commencer comme un petit, et non en situation de monopole comme il en a l'habitude.

Ce genre de projet ne montre-t-il pas de plus la limite du réseau social comme instrument de libération, ou modèle de l'information des peuples ?

En 2011, on avait cru que les tyrans et les régimes autoritaires ne pourraient jamais contrôler internet et que seuls les démocrates et les pro-Occidentaux s'exprimeraient. On a constaté ces dernières années que c'était totalement faux. La Chine en est la plus belle preuve. Bachar el-Assad a parfaitement su manipuler ses réseaux nationaux ces dernières années, à l'inverse de Moubarak par exemple. 

On a aussi beaucoup défendu l'idée selon laquelle les utilisateurs des réseaux sociaux étaient nécessairement de sympathiques démocrates qui s'exprimaient. Aujourd'hui on réclame que la Silicon Valley lutte contre les comptes djihadistes radicalisés. Google a créé un outil, Jigsaw, qui permet d'envoyer les requêtes à connotation djihadiste vers de bons contenus. On commence à s'inquiéter de la puissance de la propagande poutinienne sur les réseaux sociaux. Le Parlement européen a déposé une motion sur les déclarations d'Angela Merkel. En France on s'indigne de la montée de la fachosphère. C'est un virage à 180 degrés ! Ce qui forme une sorte de paradoxe. On tombe aujourd'hui dans une technophobie progressiste : ce sont les mêmes qui parlent de droits des peuples à s'exprimer qui chassent les mensonges populistes, djihadistes et trumpistes et demandent aux gens de revenir au JT et à la presse papier !

Ce filtre n'est pourtant pas suffisant pour valider le retour de la firme californienne en Chine. Il reste la question épineuse de la localisation géographique des données. Facebook peut-il s'aligner sur les desiderata de Pékin aujourd'hui ? Pékin a-t-il vraiment intérêt à laisser Facebook s'installer en Chine si Facebook se pliait à toutes ses demandes ?

C'est une bonne question. Je ne peux répondre à la question, mais peux dorénavant vous prédire que les Chinois seront intransigeants. C'est aussi le privilège d'être une superpuissance d'un milliard d'habitants. Si le Bahreïn essayait de faire la même chose, ce ne serait pas pareil. 

Et il faut savoir que les Chinois ont pris à bras le corps cette question, et très en amont. Cela fait des années qu'ils réfléchissent à la question de la localisation des données, à la plateforme à utiliser, à la technologie appropriée… On est face à un acteur qui a pensé le problème depuis les années 1990 avec la publication par deux colonels chinois de La Guerre hors limites (Payot, 1999) dans lequel il s'agissait déjà de contrôler et lutter dans le domaine du cyber. Ils ont une vision stratégique sur le long terme. 

Google qui se trouve dans la même situation que Facebook semble avoir fait définitivement l'impasse sur le marché chinois. Pourquoi cette différence d'approche ?

Google, à l'époque, a joué au plus fin. Pendant 15 jours, ils ont menacé des cadres du Parti. Et on posait des fleurs devant le bâtiment de Google, héros de la liberté qui, juste avant, censurait allégrement à la demande du même gouvernement chinois. Hillary Clinton en janvier 2010 parlait de défense de la liberté des entreprises américaines. A la fin, Google a fini par être vidé : le rapport de force n'était pas en sa faveur.

Mais Mark Zuckerberg n'est pas stupide : s'il agit ainsi, c'est qu'il a une stratégie, et il est certain qu'il a bien l'exemple de son prédécesseur en tête. Sa façon de négocier avec les autorités chinoises le montre tout à fait. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Combien de contaminés par le Coronavirus, maintenant nommé : COVID-19 ? Des chiffres médicaux, politiques, économiques ou financiers ?

02.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

03.

Les Imams d'Europe se mobilisent contre la radicalisation… sans grande perspectives de succès

04.

Municipales : Agnès Buzyn meurt et ne se rend pas

05.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

06.

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

07.

Pourquoi Renault n’a pas fini d’être jaloux de Tesla

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Mal nommer les choses : Emmanuel Macron en plein vertige camusien face aux députés LREM

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

06.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

03.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

06.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Laowai
- 28/11/2016 - 08:14
Si Facebook revient...
Facebook avait été interdit au moment des évènements au Xinjiang. Du jour au lendemain il était impossible d'accéder à son compte, même situation pour Youtube à ce moment-là, qui diffusait des vidéos que Pékin n'aimait pas. Si jamais Facebook revient, même si M. Z. signe des accords avec Pékin, il pourrait très bien se refermer du jour au lendemain... simplement en appuyant sur un bouton, à Pékin...