En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Les entrepreneurs parlent aux Français

La vertu française, un puritanisme venu d’ailleurs ? Liberté française ubérisée ?

il y a 6 heures 23 min
pépites > Société
Mobilisation
Appel des taxis parisiens à manifester vendredi devant la Gare de Lyon
il y a 7 heures 26 min
light > Sport
Solidarité
Racisme : le monde du football apporte son soutien à Moussa Marega
il y a 8 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Evguénie Sokolov, une pièce de théatre d'après le conte de Serge Gainsbourg

il y a 9 heures 8 min
pépites > International
Chevaux de Troie
Des soldats israéliens dupés par la ruse téléphonique des fausses femmes du Hamas
il y a 10 heures 52 min
décryptage > Environnement
Écologiste de plus en plus radicale

Écologie : vers un joli totalitarisme à visage humain

il y a 11 heures 59 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Signal, enfin une messagerie réellement cryptée pour protéger vos messages ?
il y a 13 heures 18 min
décryptage > Politique
Dure traversée de l'hiver ?

L’hiver noir du macronisme : quels lendemains pour LREM ?

il y a 13 heures 55 min
décryptage > Politique
Discours présidentiel

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

il y a 14 heures 31 min
décryptage > Politique
Grève

Grève dans les transports : que reste-t-il vraiment sur la réforme des retraites ?

il y a 15 heures 54 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Allemagne : Le gouvernement condamne des projets d’attentats « effrayants » contre plusieurs mosquées
il y a 6 heures 48 min
pépites > International
Coronavirus
Le marathon de Tokyo annulé pour les amateurs
il y a 7 heures 52 min
Quel avenir pour la viande classique?
Steak in vitro, insectes,: quelle viande mangerons-nous demain?
il y a 8 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Minute antique", des excellentes courtes chroniques

il y a 9 heures 23 min
pépite vidéo > Politique
Affaire Griveaux
Juan Branco: "J'ai accompagné Piotr Pavlenski en tant qu'avocat et je continue à le faire"
il y a 11 heures 27 min
décryptage > International
Chiffre mensonger

Combien de contaminés par le Coronavirus, maintenant nommé : COVID-19 ? Des chiffres médicaux, politiques, économiques ou financiers ?

il y a 12 heures 28 min
décryptage > Politique
Rappel à l'ordre

Concurrence : quand Mario Monti rappelle sèchement aux Etats de l’UE leurs propres responsabilités dans l’absence de champions industriels européens

il y a 13 heures 39 min
décryptage > Economie
Disparition des classes moyennes ?

Daniel Markovits : “L’élitisme managérial a tué les classes moyennes.”

il y a 14 heures 21 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Mutuelles de santé : l‘UFC-Que choisir alerte sur la hausse des tarifs mais se garde d’en donner la raison

il y a 15 heures 31 min
pépites > Justice
Coupure de courant
Le PDG d'EDF annonce avoir déposé "entre 80 et 90" plaintes pour des coupures intempestives
il y a 1 jour 7 heures
© LOIC VENANCE / AFP
© LOIC VENANCE / AFP
Sur les starting blocks

François Bayrou, l’homme qui s’imaginait déjà récupérer les électeurs juppéistes, centristes et vallsistes pour la présidentielle

Publié le 02 décembre 2016
Il refuse de prononcer le mot de candidature mais ses sous-entendus sont sans équivoque. François Bayrou, qui avoue mûrir un projet, pourrait bien être, fin janvier, candidat à l'élection présidentielle pour défendre une vision de la France plus sociale.
Christelle Bertrand, journaliste politique à Atlantico, suit la vie politique française depuis 1999 pour le quotidien France-Soir, puis pour le magazine VSD, participant à de nombreux déplacements avec Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Hollande,...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christelle Bertrand
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christelle Bertrand, journaliste politique à Atlantico, suit la vie politique française depuis 1999 pour le quotidien France-Soir, puis pour le magazine VSD, participant à de nombreux déplacements avec Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Hollande,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Il refuse de prononcer le mot de candidature mais ses sous-entendus sont sans équivoque. François Bayrou, qui avoue mûrir un projet, pourrait bien être, fin janvier, candidat à l'élection présidentielle pour défendre une vision de la France plus sociale.

François Bayrou entend tout. Ses auteurs préférés qui lui parlent parfois du fond des âges... Peguy, Wiechert... L'appel de ses montagnes, les soirs de grande solitude. Le vent qui parfois siffle dans les couloirs un peu vides du MoDem. Il entend aussi ses chers électeurs, depuis quelques jours, lui dire d'y aller. François Bayrou entend tout, et même les critiques qui roulent à son sujet depuis des années. Comme des galets, elles reviennent obstinément lors de chaque vague présidentielle. Bayrou ? Il est habité ! Il se voit président ! Il ne rêve que de ça ! Tous les 5 ans, c'est pareil. Lorsque le maire de Pau évoque une candidature, ses adversaires dégainent les mêmes arguments toxiques. 

Cette fois, il ne prêtera pas le flan. Et se prépare, depuis des mois, à présenter un projet. Une vision de la France, derrière laquelle il a choisi de s'effacer... pour l'instant. Ce projet, il souhaitait l'offrir à Alain Juppé qu’il a vaillamment soutenu durant toute sa campagne. Et qu'il soutiendra jusqu'à dimanche. Histoire de montrer qu'il était capable de faire passer ses idées avant son égo, quitte à trainer l'image d'un retraité de la politique. Rangé des voitures. 

C'est l'impression qu'il a donné à certains auditeurs, mercredi matin, sur France Info. "Opposé au projet de Fillon, Bayrou hésite toutefois à se présenter face à lui", tirait, quelques minutes après son intervention, le site de LCI. Mais pour ceux qui l'ont croisé à Paris, dans l'un de ses cafés favoris, ou dans les rues de Pau où il inaugurait, vendredi, les illuminations de Noël. Son sourire, ses yeux pétillants, ne laissent plus planer le doute. Il refuse d'évoquer la moindre candidature mais son enthousiasme parle pour lui. "On ne se refait pas", sourit-il avant de se renfermer sur lui-même... Le projet, le projet !

Il cogite depuis des mois déjà. Certes dans la perspective où Nicolas Sarkozy serait choisi mais sa décision s’appliquera, sans nul doute, si François Fillon est le candidat de la droite à la présidentielle. Il n'y a qu'à l'entendre parler du programme du député de Paris : "Thatcher à coté, ça n’est rien. Si Fillon suit son programme, il n'y aura plus d'embauche de fonctionnaires pendant 5 ans. Ça veut dire que tous ceux qui sont en train de passer les concours peuvent faire autre chose". Et de prédire que tous les fonctionnaires et leur famille "vont finir, lors de la présidentielle, par voter Hollande". Il ajoute, outré, "et le secteur privé, c’est pareil ! Que vont faire les gens quand ils vont réaliser qu'il n'y a plus d'heure supplémentaire".

Mais une fois le constat posé, le maire de Pau n'en reste pas là. Il trépigne. Déjà en action, il se dit qu'il ne peut abandonner ce terrain à la gauche. Offrir une nouvelle fois le centre, sur un plateau, au président de la République. Si François Fillon est candidat, il saisira sa chance avec gourmandise car il voit l'espace s'ouvrir, de Fillon l'ultra libéral, conservateur en matière sociétale, à François Hollande totalement démonétisé : il s'imagine rassemblant "les juppéistes, des électeurs de l'UDI, les vallsistes et surtout tous ces français qui ne sont pas attachés aux étiquettes et ne veulent ni le sang et les larmes, ni l'immobilisme des 5 dernières années".

Quid de Macron ? François Bayrou ne fait pas grand cas de lui. Il le voit "s'effondrer sur son propre vide" comme il le dit de Bruno Le Maire. A ses proches, il récite parfois ce poème de Jean Tardieu intitulé La Môme Néant : "Quoi qu’a dit ? A dit rin. Quoi qu’a fait ? A fait rin. A quoi qu’a pense ? A pense à rin. Pourquoi qu’a dit rin ? Pourquoi qu’a fait rin ? Pourquoi qu’a pense à rin ? A’xiste pas".

Lui veut parler social, ce que ne font ni Hollande, ni Fillon et encore moins Macron, selon lui. Alors que la plupart des leaders politiques rêvent d'abaisser les salaires, il pense qu’il faut, au contraire, augmenter les plus bas. Il ne veut pas en dire plus. Son heure viendra. 2016 n’est pas son année. Il souhaite tourner la page des primaires de la droite. Passer celles de la gauche dont il pense que la campagne va s’ouvrir dès la semaine prochaine. Mi janvier, fin janvier peut-être, il sortira du bois. Pas avant.

Il sait qu'il sera seul dans ce combat. Son entourage a fondu comme neige au soleil après les dernières élections européennes. Des juppéites, il n'attend rien. Il pense qu’ils resteront au bercail pour profiter des investitures qui seront distribuées par les Républicains pour les législatives. Mais si ça prend, si les français adhérent, alors nul besoin d'autre soutien que soi-même. Les signatures ne seront pas un problème. L'argent non plus. Pas de doute, François Bayrou a déjà la tête dans le match d'après qu’il ne jouera pas, cette fois-ci, par procuration.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Benvoyons
- 26/11/2016 - 18:24
Ouhhh là tu rêves éveillé ou tu viens de sortir d'un apéro
1)Bayrou /Ségolène 2) Bayrou/Caton H
3)Bayrou/Bayrou n'a jamais fait le poids en fait n'existe pas .
C'est un fait Bayrou n'a pas les tripes pour exister tout seul. Il est tout le temps en recherche de béquilles pour exister. C'est un orgueilleux looser car l’orgueil fait parti des Dix commandements :)::))
Aldel
- 26/11/2016 - 17:47
Après la surprise Fillon, pourquoi pas la surprise Bayrou ?
Il y a un point commun avec Fillon : tous leur avaient dit qu'ils étaient du passé ; ils ne s'en sont pas émus, et ils proposent leur vision du futur de notre pays parce qu'il y croient (et quoiqu'on en dise il le font avec constance et ne changent pas d'avis en fonction des circonstances); et in fine ce sont les électeurs qui décident et non pas les médias ou ceux qui crient le plus fort. Fillon a parfaitement réussi ; alors pourquoi pas Bayrou ? Ces deux-là ont des projets différents, mais ils ont la même capacité à rendre à la fonction présidentielle toute sa noblesse (d'une certaine façon, ce sont, chacun à leur façon, tous les deux des vrais gaullistes).
abracadarixelle
- 26/11/2016 - 17:12
Bayrou ...
qui est-ce ? Sérieusement, le MODEM se réunit dans , disons, la vastitude d'une bibliothèque ....