En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elles lynchent Macron en chantant (mal) et en dansant (très mal)…

02.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

03.

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

04.

La modernisation de la flotte australienne de sous-marins : un enjeu géopolitique pour la France

05.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

06.

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

07.

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Mais d’où vient ce mystérieux signal radio émis des profondeurs de l’espace à destination de la Terre ?

06.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le fantôme d'Aziyade" de Pierrre Loti : quête initiatique, nostalgique et fascinante sur les rives de l'amour et du Bosphore

il y a 5 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vive la vie" de Thomas Labacher : helvétique, envoûtant et magique !

il y a 8 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"A crier dans les ruines" d'Alexandra Koszelyk : un roman féerique et gracieux sur Tchernobyl

il y a 8 heures 42 min
light > Santé
Remède efficace
Coronavirus : Jackie Chan s’engage à donner un million de yuans pour la recherche d’un vaccin
il y a 10 heures 13 min
pépites > Politique
Campagne familiale
Elections municipales : Marie-Caroline Le Pen, la sœur aînée de Marine Le Pen, fait son retour en politique à Calais
il y a 12 heures 50 min
light > Sport
Un pas de plus dans la légende
Biathlon : Martin Fourcade remporte son onzième titre de champion du monde de l’individuel
il y a 13 heures 37 min
pépites > Politique
Rivalités
Affaire Griveaux : Christophe Castaner fait une allusion à la vie privée d’Olivier Faure et provoque l'indignation de l'opposition
il y a 15 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le cas Richard Jewell" de Clint Eastwood : l'histoire vraie d'un héros ordinaire broyé par la machine étatique : un Clint Eastwood grand cru...

il y a 16 heures 33 min
décryptage > Société
Hémiplégie techno

Séparatisme islamique : cette autre dimension du défi qu’oublie Emmanuel Macron

il y a 18 heures 37 min
décryptage > Europe
Recomposition politique

Ce vote Sinn Féin irlandais qui devrait réveiller l’Europe

il y a 19 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Français, Le monde vous regarde" de Jean-Christophe Notin : 32 ambassadeurs en poste en France répondent à de nombreuses questions lapidaires, trop de langue de bois, aucun commentaire après les réponses. Aurait pu mieux faire !

il y a 5 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Thérapie de groupe, tome 1. L’étoile qui danse" de Manu Larcenet : l’angoisse de la page blanche ? Une porte ouverte à tous les délires créatifs ?

il y a 8 heures 29 min
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 18 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 9 heures 17 min
pépites > Justice
Dommages et intérêts
L'Assemblée nationale va réclamer plus d'un million d'euros dans le cadre du procès Fillon
il y a 10 heures 59 min
décryptage > Défense
Contrat

La modernisation de la flotte australienne de sous-marins : un enjeu géopolitique pour la France

il y a 13 heures 21 min
pépites > Justice
Enquête de déontologie
Affaire Griveaux : Juan Branco a renoncé à défendre Piotr Pavlenski, suite à la demande du bâtonnier de Paris
il y a 14 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les "anonymes" de la Résistance en France, 1940-1942. Motivations et engagements de la première heure" de Limore Yagil : la Résistance avait commencé bien avant l’appel du 18 juin, une salutaire analyse pour l’honneur des Français

il y a 16 heures 19 min
pépites > Politique
Campagne électorale
Elections municipales à Paris : Rachida Dati devance Anne Hidalgo pour la première fois, selon un nouveau sondage
il y a 17 heures 2 min
pépite vidéo > Environnement
Une page se tourne
Le premier réacteur de Fessenheim, la plus ancienne centrale nucléaire française, sera arrêté samedi
il y a 18 heures 46 min
décryptage > Sport
Haaland fait chuter Paris

Dortmund/PSG: 2/1 Paris passe au travers

il y a 19 heures 59 min
© Reuters
© Reuters
Il n'y a pas que l'argent qui compte...

Cette autre raison qui pousse les contribuables aisés à s’exiler

Publié le 09 décembre 2016
Bien que les raisons fiscales demeurent un déterminant important de l'exil fiscal des Français aisés, ceux-ci sont également motivés par des opportunités de carrière et de meilleures conditions entrepreneuriales qu'offrent à leurs yeux certains pays.
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bien que les raisons fiscales demeurent un déterminant important de l'exil fiscal des Français aisés, ceux-ci sont également motivés par des opportunités de carrière et de meilleures conditions entrepreneuriales qu'offrent à leurs yeux certains pays.

Atlantico : Le rapport annuel du ministère des Finances sur l'exil fiscal remis récemment au Parlement fait état d'une hausse de 10% de cet exil entre 2013 et 2014 pour les revenus supérieurs à 100 000 euros. Comment interpréter cette hausse ? Outre la fiscalité française, qu'est-ce qui pousse à l'exil fiscal un certain nombre de Français, et notamment parmi les plus aisés ?

Philippe Crevel : Il y a plusieurs aspects à prendre en compte, notamment le fait que la France évolue dans une économie de plus en plus mondialisée, avec un certain nombre d'entreprises de plus en plus installées à l'étranger. Ceci génère donc des flux entrants et sortants de cadres : des cadres étrangers viennent en France, mais également des cadres français partent à l'étranger, que ce soit aux États-Unis, au Royaume-Uni, ou en Tchécoslovaquie - il y a 3 000 Français à Prague par exemple. Cela concerne des cadres en milieu de carrière qui vont faire un tour du monde pour accroître leurs perspectives d'évolution de carrière. Il faut également tenir compte des Français souhaitant développer leur start-up, et qui, pour cela, décident de partir aux États-Unis ou au Royaume-Uni, pour des raisons fiscales, mais aussi entrepreneuriales car c'est dans ce pays-là que les choses se passent.

Toutefois, il est évident qu'il y a là également un aspect fiscal : d'ailleurs, l'augmentation du nombre d'expatriés autour de 2010, au moment où est survenu le choc fiscal amplifié à partir de 2012, s'est ainsi maintenue. Initialement, ces départs concernaient les très riches; désormais, il s'agit davantage des riches. 

Parallèlement, le rapport souligne plusieurs baisses, à la fois du nombre de départs des foyers dont les revenus sont supérieurs à 300 000 euros (659 en 2013 Vs. 589 en 2014), mais également du nombre de départs de chefs d'entreprise (437 en 2013 Vs. 399 en 2014), tandis que le nombre de foyers soumis à l'Isf de retour en France est en hausse (225 retours en 2013 Vs. 300 en 2014). Quelles conclusions peut-on tirer de ces chiffres qui pourraient dessiner une tendance inverse à celle évoquée précédemment ? 

Pour commencer, il convient de rappeler que les très riches ayant quitté la France pour échapper aux impôts sont déjà partis; n'étant pas un nombre infini, forcément, à un moment, la source se tarit. Ensuite, le très riche par rapport au riche a une capacité d'optimisation fiscale importante : il a la possibilité de payer des conseillers pour voir s'il peut néanmoins se maintenir en France tout en payant moins d'impôts, alors que le riche n'aura pas les mêmes services, et peut-être  ainsi tenté de plier bagage.

Quant au retour de certains foyers aisés, cela peut s'expliquer par le fait que l'exil fiscal n'est pas toujours facile à vivre, quand on est éloigné de ses proches, quand on vieillit et qu'on veut bénéficier de prestations de santé d'un haut niveau, etc. Chez les 75 ans et plus, ces retours s'expliquent notamment par cette dernière raison, ce qui prouve que nous avons tout de même quelques qualités en infrastructures. 

Selon une enquête de la direction des Français de l'étranger et de l'administration consulaire datant de 2012, les contribuables français dont les revenus sont supérieurs à 100 000 euros, ayant choisi de s'exiler, privilégient des pays comme le Royaume-Uni, les Etats-Unis ou encore la Suisse. Qu'est-ce qui explique ces choix de pays ?

Quand on est aux alentours de 100 000 euros de revenus, nous sommes davantage dans les classes supérieures aisées que dans les très riches. Ainsi, ce sont des gens qui travaillent, et qui ont besoin de travailler pour avoir des revenus; ils ne peuvent pas vivre de leurs rentes. Le rentier, lui, a un problème, constitué essentiellement par l'Isf qui est assez spoliateur quand les rendements des produits obligataires baissent, et il convient alors de mettre sa fortune à l'abri. Pour la personne ayant un revenu aux alentours de 100 000 euros, l'objectif est de trouver un endroit où l'on a l'impression, à tort ou à raison, que l'on va pouvoir davantage s'épanouir à la fois au niveau financier, fiscal et par la réalisation à travers le travail. C'est dans ces cas-là que le choix des États-Unis ou du Royaume-Uni s'impose : c'est là où l'on va faire du business et où l'on va réussir en tant que tel. Pour ce qui est de la Suisse, on retrouve les deux aspects : l'aspect patrimonial qui consiste à échapper à un certain nombre d'impôts dans certains cantons suisses; et par ailleurs, il faut prendre en compte le fait que les salaires sont beaucoup plus élevés en Suisse. Toutefois, beaucoup préfèrent rester près de la frontière et la franchir chaque jour pour aller travailler pour bénéficier à la fois des avantages de la France et de la Suisse. Mais quand on est dans une logique patrimoniale, on franchit physiquement matin et soir la frontière. 

Propos recueillis par Thomas Sila

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elles lynchent Macron en chantant (mal) et en dansant (très mal)…

02.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

03.

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

04.

La modernisation de la flotte australienne de sous-marins : un enjeu géopolitique pour la France

05.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

06.

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

07.

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Mais d’où vient ce mystérieux signal radio émis des profondeurs de l’espace à destination de la Terre ?

06.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anguerrand
- 03/12/2016 - 12:14
Il n'y a pas que les très riches qui partent
Il y a aussi les petites retraites qui ne peuvent vivre correctement leur fin de vie ; Portugal, Espagne, Maroc, et j'en oublie. Le PS a tellement augmenté les impôts de toutes sortes, IR, impots locaux, taxes, etc.
Si les contribuables avait le sentiment que leurs impots sont bien utilisés mais c'est la gabegie généralisée. Payer pour les immigrés, les politiques, les grèves ( SNCF, RATP, ENSEIGNANTS, ETC), RSA , CMU, et un million de fonctionnaire de plus que l'Allemagne qui a 20 millions d'habitants en plus, les ronds points inutiles, etc.