En direct
Best of
Best of du 24 au 30 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête ses 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof

02.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

03.

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

04.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

05.

On est chez nous ? Non, ils sont chez nous !

06.

Le fondement juridique des amendes liées aux violations bénignes du reconfinement est-il solide ?

07.

Menace terroriste : "On affronte des masses qui veulent nous détruire", alertent les services de renseignement

01.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

02.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

03.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

04.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

05.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

03.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

04.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

05.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

06.

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

ça vient d'être publié
pépites > France
On en a gros
Reconfinement : des maires refusent la fermeture des commerces non-alimentaires
il y a 1 heure 31 min
light > Culture
Disparition
L'acteur Sean Connery est décédé à l'âge de 90 ans
il y a 3 heures 18 min
pépites > Terrorisme
Danger
Menace terroriste : "On affronte des masses qui veulent nous détruire", alertent les services de renseignement
il y a 5 heures 30 min
pépites > International
Soumission
Caricatures : Justin Trudeau veut un débat sur des "exceptions" à la liberté d'expression
il y a 6 heures 11 min
décryptage > France
Pour nous sonne le glas

On est chez nous ? Non, ils sont chez nous !

il y a 7 heures 37 min
décryptage > Santé
Apéros vidéo

Comment gérer la consommation d’alcool pendant le confinement ?

il y a 7 heures 55 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

GIGN - RAID : aux origines de la création des unités d’élite

il y a 8 heures 24 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Savoir repérer les manipulateurs : comment dire non à une personne malveillante et manipulatrice ?

il y a 8 heures 24 min
décryptage > International
Exemple

Petites leçons venues des Etats-Unis pour les conservateurs français

il y a 8 heures 26 min
décryptage > Société
Changement de visage

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

il y a 8 heures 28 min
pépite vidéo > Culture
Disparition
15 des meilleures scènes de Sean Connery en Bond, James Bond
il y a 2 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Menhir d'or" : Du pur Goscinny et Uderzo, en images et en sons

il y a 4 heures 49 min
pépite vidéo > Religion
Religions
L'archevêque de Toulouse, Robert Le Gall, se dit contre le droit au blasphème
il y a 5 heures 50 min
pépites > Terrorisme
Débandade
Seuls 26% des Français font confiance au gouvernement pour lutter contre le terrorisme
il y a 6 heures 53 min
décryptage > France
Justice

Le fondement juridique des amendes liées aux violations bénignes du reconfinement est-il solide ?

il y a 7 heures 44 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’économique française a rebondi de 18 % au 3ème trimestre, preuve que le système de production peut tenir, à condition qu’on lui fiche la paix...

il y a 8 heures 14 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

Pierre Gide : le quotidien difficile d’un avocat sous l’Occupation

il y a 8 heures 24 min
décryptage > International
J-4

Bidenomics : quel impact pour l’économie d’un (éventuel) président démocrate ?

il y a 8 heures 26 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête ses 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof
il y a 8 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz : en route pour l'Oural avec un amoureux de la Russie, de son peuple et de sa littérature. Un voyage intéressant et émouvant

il y a 20 heures 35 min
Casse-tête électoral

Mais qui sont les indécis qui pourraient faire basculer l’élection ?

Publié le 17 février 2012
Une étude Ifop-Fiducial pour Paris Match publiée cette semaine s’intéresse notamment à la part des électeurs qui ne sont pas encore sûrs de leur vote. Enseignement principal : ceux qui affirment vouloir voter François Bayrou pourraient se reporter au final sur un autre candidat.
Jérôme Fourquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une étude Ifop-Fiducial pour Paris Match publiée cette semaine s’intéresse notamment à la part des électeurs qui ne sont pas encore sûrs de leur vote. Enseignement principal : ceux qui affirment vouloir voter François Bayrou pourraient se reporter au final sur un autre candidat.

Atlantico : Une Etude Ifop-Fiducial pour Paris Match publiée cette semaine s'intéresse, entre autres, au vote des indécis, ces électeurs qui ont opté pour un candidat mais sont encore susceptibles de changer d'avis. Sont-ils plus ou moins nombreux que lors de la présidentielle précédente, au cours de cette même période de mi-février ?  

Jérôme Fourquet : Si l'on compare la période actuelle avec la situation de l’élection précédente à la mi-février 2007, on s’aperçoit que le nombre d’électeurs sûrs de leur choix était à l'époque 10 points moins élevés. Il s’agit d’un écart relativement important (62% des électeurs sont sûrs de leur choix en février 2012, contre 52 % en février 2007).

 

Comment peut-on interpréter un tel écart ?

Lors de cette campagne présidentielle de 2012, on assiste à une bipolarisation plus importante. Le match Sarkozy-Hollande est plus prégnant que ne l’était le duel  Sarkozy- Royal. En 2007, on avait trois principaux candidats, le troisième étant François Bayrou.

Vu son positionnement central et centriste, François Bayrou bénéficie aujourd'hui d’un « taux de sureté du choix », qui est plus faible que chez les autres candidats : ceux qui indiquent vouloir voter pour lui ne sont que 45% à en être « sûrs », contre 72% pour les partisans de Nicolas Sarkozy et de François Hollande. Il existe donc un plus grand éparpillement possible dans l’électorat de François Bayrou. Cette indécision peut s’expliquer par le fait que ses électeurs rejettent le clivage gauche-droite et optent pour sa candidature à défaut d’autre chose. Ils hésitent avec François Hollande quand ils sont au centre gauche, ou avec Nicolas Sarkozy quand ils se situent au centre droit.

En 2007, le candidat Modem se trouvait, à la mi-février, à un niveau d’intention de vote bien plus élevé qu’il ne l’est aujourd’hui (18% en 2007, contre 12% dans notre étude d'aujourd'hui). La raison ? François Hollande a su fidéliser une bonne partie du centre gauche, ce que n’avait pas su faire Ségolène Royal en 2007.

Notre étude montre donc que la configuration politique actuelle est sensiblement différente par rapport à celle de 2007. François Bayrou semble beaucoup moins fort qu’il y a cinq ans, et Marine Le Pen plus forte que celle de son père à l’époque.

 

Les électeurs de Marine Le Pen sont-ils indécis ?

Pas vraiment. Ses électeurs affirment être sûrs de voter pour elle à près de 80%. Son père se situait à peu près au même niveau. Mais ce qui est intéressant c’est que la part des électeurs certains de voter pour Marine Le Pen est passée de 66% fin-janvier à 79% mi-février. Cette progression s’explique par la baisse de son score (17,5% aujourd’hui contre 19% fin-janvier) : en fait, la candidate FN garde le noyau dur de son électorat, mais sa part fluctuante s’est un peu érodée.

 

Si 79% des électeurs de Marine Le Pen sont sûrs de leur choix, à l’autre extrême, Jean-Luc Mélenchon compte 63 % de ses électeurs sûrs de voter pour lui...

Le plus important en ce qui concerne Jean-Luc Mélenchon, c’est la double dynamique qui est à l’œuvre : il touche de plus en plus d’électeurs (8,5% aujourd’hui contre 7,5% fin janvier), et parmi ceux qui décident de voter pour lui, il y en a de plus en plus qui sont certains de leur choix.

 

Où Nicolas Sarkozy peut-il donc espérer aller chercher des voix, maintenant qu’il s’apprête à entrer en campagne ?

Aujourd’hui, on s’aperçoit que la baisse de Marine Le Pen est en « trompe l’œil » car la proportion des électeurs qui se dit sûr de voter pour elle ne cesse d’augmenter. En outre, selon notre étude, parmi les 21% qui affirment vouloir voter pour elle mais n’en sont pas sûrs, seuls 2% se disent prêt à se reporter sur Nicolas Sarkozy.

Par conséquent, la marche de progression du président de la République est assez faible du côté de l’électorat frontiste qui semble très sûr de son choix, et qui ne devrait pas se diriger en priorité vers Nicolas Sarkozy.

Par contre, 10% des électeurs qui affirment vouloir voter François Bayrou sans en être sûrs affirment songer à Nicolas Sarkozy en second choix. Il existe donc peut-être un espace politique de ce côté-là.

Nicolas Sarkozy semble pourtant se déporter plus à droite qu’au centre…

Disons que la stratégie adoptée a contribué à faire diminuer les intentions de vote pour Marine Le Pen, et à creuser l’écart entre Sarkozy et Le Pen.  Le but est peut-être dans un premier temps de ratisser le plus possible au sein des électeurs du FN, puis par la suite se concentrer sur Bayrou.

Quoi qu’il en soit, le match n’est pas joué. Mais le rôle central et perturbateur de François Bayrou est nettement moins affirmé qu’en 2007.

 

NB : L'étude IFOP/Fiducial pour Paris Match.

Propos recueillis par Aymeric Goetschy

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (23)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
cyclonique
- 19/02/2012 - 11:00
C'est vrai je suis indécis..
L’UMPS depuis les années 1980, applique une idéologie structuré, organisé visant a ce protéger moralement et vertueusement aux yeux du peuple de France et des peuples d’Afrique, de leur HONTEUX pillage des richesses en terre Africaine , pour eux la France n’a aucun intérêt, seul les richesses minérales, pétrolières, gazières et commerciales d’Afrique en ont.
L’UMPS le meilleur ami des dictateurs, se cache en permanence devant ces beaux discours sur les droits de l’homme, l’intégration et le racisme pour accomplir leurs ODIEUX forfait.
Je ne vois donc que Marine Le Pen qui dénonce cela...
r.solidaire
- 18/02/2012 - 15:04
diana
Le commentaire que je viens de faire à gmilady est également valable
pour vous.
r.solidaire
- 18/02/2012 - 15:02
@gmilady
Si Sarko comme vous dites nous a mis dans la merde,nous n'y sommes que jusque la ceinture.Mais si Hollande vient au pouvoir, alors nous en aurons par dessus les cheveux.Beau souhait pour la France Milady!