En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

02.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

03.

Nous vivons un des hivers les moins froids jamais enregistrés et la cause nous vient droit du... Pôle Nord

04.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

05.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

06.

Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause

07.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

06.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

La réaction de la femme de Griveaux

ça vient d'être publié
light > Culture
"Vol au-dessus d'un nid de coucou"
Bernard Tapie est contraint de reporter ses engagements au théâtre pour suivre un nouveau traitement
il y a 49 min 46 sec
pépites > Economie
Lourdes conséquences ?
Impact du Coronavirus: la Banque de France devrait réviser à la baisse sa prévision de croissance pour 2020
il y a 1 heure 57 min
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Le Premier ministre italien Giuseppe Conte évoque la responsabilité d'un hôpital dans la propagation du coronavirus en Italie
il y a 3 heures 1 min
Symbole du Printemps arabe
L'ancien président égyptien Hosni Moubarak est mort à l'âge de 91 ans
il y a 5 heures 26 min
décryptage > Media
WikiLeaks

Julian Assange : l’héritage malgré les défauts

il y a 7 heures 10 min
décryptage > Politique
Laïcité à géométrie variable

Le parti communiste de Montpellier pris en flagrant délit de sexisme orientaliste ?

il y a 8 heures 1 min
décryptage > Politique
Elections municipales

Priorités… ou pas : ce que la bataille sur la propreté et la sécurité à Paris révèle de la nature profonde des candidats

il y a 9 heures 44 min
décryptage > Société
Triste réalité

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

il y a 10 heures 27 min
décryptage > France
Génération Ouin Ouin ?

Fracture sociale française : toutes les fragilités ne se valent pas

il y a 11 heures 2 min
light > Culture
Généreux donateurs
Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause
il y a 21 heures 49 min
pépite vidéo > Media
Lanceur d'alerte
WikiLeaks : où en est l'affaire Julian Assange ?
il y a 1 heure 34 min
pépites > Politique
Détermination
Réforme des retraites : Edouard Philippe indique qu'il prendra ses "responsabilités" sur le recours au 49-3
il y a 2 heures 35 min
light > Culture
Les bons comptes font les bons amis
Les acteurs de la série Friends de retour dans un épisode spécial
il y a 3 heures 21 min
pépites > Economie
Redressement des finances publiques
La Cour des comptes exhorte le gouvernement à accélérer la baisse des dépenses
il y a 5 heures 52 min
décryptage > Europe
Le point de vue de Dov Zerah

L'Europe post-Brexit

il y a 7 heures 40 min
décryptage > Société
Mais quel scandale…

Savez-vous ce qu'est "l'appropriation culturelle"? La poursuite de la colonisation par des moyens sournois et apparemment inoffensifs !

il y a 9 heures 12 min
décryptage > Environnement
Oscillation Arctique

Nous vivons un des hivers les moins froids jamais enregistrés et la cause nous vient droit du... Pôle Nord

il y a 9 heures 58 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Coronavirus : un risque de pandémie provoque une panique boursière, menace l’économie mondiale de blocage et fragilise le régime chinois

il y a 10 heures 48 min
décryptage > Santé
Inquiétudes

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

il y a 11 heures 16 min
light > France
Liberté religieuse
Asia Bibi va être reçue par Emmanuel Macron vendredi 28 février dans le cadre de sa demande d'asile
il y a 22 heures 44 min
Casse-tête électoral

Mais qui sont les indécis qui pourraient faire basculer l’élection ?

Publié le 17 février 2012
Une étude Ifop-Fiducial pour Paris Match publiée cette semaine s’intéresse notamment à la part des électeurs qui ne sont pas encore sûrs de leur vote. Enseignement principal : ceux qui affirment vouloir voter François Bayrou pourraient se reporter au final sur un autre candidat.
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une étude Ifop-Fiducial pour Paris Match publiée cette semaine s’intéresse notamment à la part des électeurs qui ne sont pas encore sûrs de leur vote. Enseignement principal : ceux qui affirment vouloir voter François Bayrou pourraient se reporter au final sur un autre candidat.

Atlantico : Une Etude Ifop-Fiducial pour Paris Match publiée cette semaine s'intéresse, entre autres, au vote des indécis, ces électeurs qui ont opté pour un candidat mais sont encore susceptibles de changer d'avis. Sont-ils plus ou moins nombreux que lors de la présidentielle précédente, au cours de cette même période de mi-février ?  

Jérôme Fourquet : Si l'on compare la période actuelle avec la situation de l’élection précédente à la mi-février 2007, on s’aperçoit que le nombre d’électeurs sûrs de leur choix était à l'époque 10 points moins élevés. Il s’agit d’un écart relativement important (62% des électeurs sont sûrs de leur choix en février 2012, contre 52 % en février 2007).

 

Comment peut-on interpréter un tel écart ?

Lors de cette campagne présidentielle de 2012, on assiste à une bipolarisation plus importante. Le match Sarkozy-Hollande est plus prégnant que ne l’était le duel  Sarkozy- Royal. En 2007, on avait trois principaux candidats, le troisième étant François Bayrou.

Vu son positionnement central et centriste, François Bayrou bénéficie aujourd'hui d’un « taux de sureté du choix », qui est plus faible que chez les autres candidats : ceux qui indiquent vouloir voter pour lui ne sont que 45% à en être « sûrs », contre 72% pour les partisans de Nicolas Sarkozy et de François Hollande. Il existe donc un plus grand éparpillement possible dans l’électorat de François Bayrou. Cette indécision peut s’expliquer par le fait que ses électeurs rejettent le clivage gauche-droite et optent pour sa candidature à défaut d’autre chose. Ils hésitent avec François Hollande quand ils sont au centre gauche, ou avec Nicolas Sarkozy quand ils se situent au centre droit.

En 2007, le candidat Modem se trouvait, à la mi-février, à un niveau d’intention de vote bien plus élevé qu’il ne l’est aujourd’hui (18% en 2007, contre 12% dans notre étude d'aujourd'hui). La raison ? François Hollande a su fidéliser une bonne partie du centre gauche, ce que n’avait pas su faire Ségolène Royal en 2007.

Notre étude montre donc que la configuration politique actuelle est sensiblement différente par rapport à celle de 2007. François Bayrou semble beaucoup moins fort qu’il y a cinq ans, et Marine Le Pen plus forte que celle de son père à l’époque.

 

Les électeurs de Marine Le Pen sont-ils indécis ?

Pas vraiment. Ses électeurs affirment être sûrs de voter pour elle à près de 80%. Son père se situait à peu près au même niveau. Mais ce qui est intéressant c’est que la part des électeurs certains de voter pour Marine Le Pen est passée de 66% fin-janvier à 79% mi-février. Cette progression s’explique par la baisse de son score (17,5% aujourd’hui contre 19% fin-janvier) : en fait, la candidate FN garde le noyau dur de son électorat, mais sa part fluctuante s’est un peu érodée.

 

Si 79% des électeurs de Marine Le Pen sont sûrs de leur choix, à l’autre extrême, Jean-Luc Mélenchon compte 63 % de ses électeurs sûrs de voter pour lui...

Le plus important en ce qui concerne Jean-Luc Mélenchon, c’est la double dynamique qui est à l’œuvre : il touche de plus en plus d’électeurs (8,5% aujourd’hui contre 7,5% fin janvier), et parmi ceux qui décident de voter pour lui, il y en a de plus en plus qui sont certains de leur choix.

 

Où Nicolas Sarkozy peut-il donc espérer aller chercher des voix, maintenant qu’il s’apprête à entrer en campagne ?

Aujourd’hui, on s’aperçoit que la baisse de Marine Le Pen est en « trompe l’œil » car la proportion des électeurs qui se dit sûr de voter pour elle ne cesse d’augmenter. En outre, selon notre étude, parmi les 21% qui affirment vouloir voter pour elle mais n’en sont pas sûrs, seuls 2% se disent prêt à se reporter sur Nicolas Sarkozy.

Par conséquent, la marche de progression du président de la République est assez faible du côté de l’électorat frontiste qui semble très sûr de son choix, et qui ne devrait pas se diriger en priorité vers Nicolas Sarkozy.

Par contre, 10% des électeurs qui affirment vouloir voter François Bayrou sans en être sûrs affirment songer à Nicolas Sarkozy en second choix. Il existe donc peut-être un espace politique de ce côté-là.

Nicolas Sarkozy semble pourtant se déporter plus à droite qu’au centre…

Disons que la stratégie adoptée a contribué à faire diminuer les intentions de vote pour Marine Le Pen, et à creuser l’écart entre Sarkozy et Le Pen.  Le but est peut-être dans un premier temps de ratisser le plus possible au sein des électeurs du FN, puis par la suite se concentrer sur Bayrou.

Quoi qu’il en soit, le match n’est pas joué. Mais le rôle central et perturbateur de François Bayrou est nettement moins affirmé qu’en 2007.

 

NB : L'étude IFOP/Fiducial pour Paris Match.

Propos recueillis par Aymeric Goetschy

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

02.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

03.

Nous vivons un des hivers les moins froids jamais enregistrés et la cause nous vient droit du... Pôle Nord

04.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

05.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

06.

Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause

07.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

06.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

Commentaires (23)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
cyclonique
- 19/02/2012 - 11:00
C'est vrai je suis indécis..
L’UMPS depuis les années 1980, applique une idéologie structuré, organisé visant a ce protéger moralement et vertueusement aux yeux du peuple de France et des peuples d’Afrique, de leur HONTEUX pillage des richesses en terre Africaine , pour eux la France n’a aucun intérêt, seul les richesses minérales, pétrolières, gazières et commerciales d’Afrique en ont.
L’UMPS le meilleur ami des dictateurs, se cache en permanence devant ces beaux discours sur les droits de l’homme, l’intégration et le racisme pour accomplir leurs ODIEUX forfait.
Je ne vois donc que Marine Le Pen qui dénonce cela...
r.solidaire
- 18/02/2012 - 15:04
diana
Le commentaire que je viens de faire à gmilady est également valable
pour vous.
r.solidaire
- 18/02/2012 - 15:02
@gmilady
Si Sarko comme vous dites nous a mis dans la merde,nous n'y sommes que jusque la ceinture.Mais si Hollande vient au pouvoir, alors nous en aurons par dessus les cheveux.Beau souhait pour la France Milady!