En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Presque oubliée

Primaire de la droite : insécurité au quotidien, la grande absente, jusqu’au dernier débat

Publié le 25 novembre 2016
En dépit de l'importance du sujet aux yeux des Français, l'insécurité au quotidien ne fait pas grand bruit. L'intégralité des candidats de la primaire de la droite l'ont soigneusement évitée, à l'exception de François Fillon et Alain Juppé. Le sujet a, en effet, été abordé à l'occasion du dernier débat opposant les finalistes.
Xavier Raufer est un criminologue français, directeur des études au Département de recherches sur les menaces criminelles contemporaines à l'Université Paris II, et auteur de nombreux ouvrages sur le sujet.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Xavier Raufer
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Xavier Raufer est un criminologue français, directeur des études au Département de recherches sur les menaces criminelles contemporaines à l'Université Paris II, et auteur de nombreux ouvrages sur le sujet.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En dépit de l'importance du sujet aux yeux des Français, l'insécurité au quotidien ne fait pas grand bruit. L'intégralité des candidats de la primaire de la droite l'ont soigneusement évitée, à l'exception de François Fillon et Alain Juppé. Le sujet a, en effet, été abordé à l'occasion du dernier débat opposant les finalistes.

Lisons les programmes, voyons les émissions télévisées de la primaire à droite. Une fois de plus, la sécurité, la vraie, celle qui affecte la population française, surtout celle des zones périurbaines et campagnes, est oubliée. 

Certes, on a eu des épisodes "sécurité" dans ces émissions et programmes, mais ce n'était pas ce qui ravage la France des banlieues et campagnes, plutôt ce que des journalistes de luxe qualifient de "sécurité" - et c'est tout différent.

Dans ces émissions et programmes, on a parlé des "fichés S", un peu du terrorisme... Schengen et contrôles frontaliers... la justice et les prisons, abstraitement - mais du calvaire des habitants des zones hors-contrôle, du pillage rural, pas un mot.

Or docilement, les candidats sur les plateaux et leurs conseillers en com' ont suivi cette assignation à regarder ailleurs, à éviter ce qui fâche, à ne pas faire-le-jeu-de...

Mais disent ces journalistes, nos questions tiennent aux "attentes des Français"... Sauf que, depuis trente ans, ces sondages-bidon ont toujours présenté comme "attentes" l'économique et le social - alors qu'invariablement, dans la vérité des faits, la sécurité s'imposait comme sujet majeur de campagne.

Voici une preuve de l'aveuglement de ces médias et politiciens : 20 Minutes, 19 novembre, "Primaires à droite : fiscalité, sécurité, fin des 35 heures... retrouvez les mesures-phares de chaque candidat" ; par ordre : Mme Kosciusko-Morizet, MM. Copé, Fillon, Jupé, Le Maire, Poisson et Sarkozy. Douze lignes chacun : pas UN mot sur la sécurité au quotidien des Français. Un non-sujet.

Or si bien sûr, le terrorisme effraie les Français, si c'est bien un péril stratégique, là n'est pas au quotidien leur souci, leur angoisse.

Lisons de près ces titres que ces journalistes de luxe, les poings sur les yeux, refusent de voir et de comprendre ; ces nouvelles qu'ils rejettent comme méprisables faits-divers.

Octobre 2016 :

"Toulouse : braquages en série dans les commerces de quartier"... "Une vache tuée par balle dans son pré puis découpée sur place"... "Un retraité poignardé à mort dans son camping-car"... Marseille : "la violence explose... hausse des braquages à domicile"... Nantes : "Entre coups de feu à répétition et vols violents de smartphones"... "Une jeune fille de 17 ans dépouillée et jetée à la Seine"...  Billy-Montigny (Nord) : "Les habitants exaspérés par les dealers de drogue"...  Vénissieux : "Aux Minguettes, des policiers visés par des cocktails-Molotov"... Thiais : "La buraliste-courage encore braquée"... Bretagne : "Une nouvelle armurerie cambriolée"...  Val-Fourré : "Les forces de l'ordre attaquées par une centaine de jeunes... Des émeutiers ont tenté de détruire l'annexe de la mairie"...  Grenoble : "Un octogénaire et sa concierge séquestrés"...  Tourcoing : "Médecins urgentistes agressés avec une extrême violence".  La Grande Borne (Viry-Châtillon-Grigny) : "On ne peut plus entrer dans la ville, les gens ont peur".

Tout cela en un mois. Ces vies gâchées, ces drames et les médias-des-milliardaires figés dans un silence de mort.

Tel est l'état du terrain ; voyons plus large :

  • Vols à main armée à domicile : + 19% de 2014 à 2015 (France métropolitaine),

  • Braquages en général : 25 par jour (week-end inclus, 2015, Métropole),

  • Pillage des campagnes : 11 000 vols par an, 30 par jour (doublement de 2005 à 2015),

  • Cambriolages (résidence principale, métropole) : 463 000 en 2015, plus de 50 par 24 heures, week-end inclus.

  • 110 000 voitures volées en 2015, plus de 300 par jour,

  • Policiers blessés en mission, janvier à juin 2016 : 3 267, 544 par mois, 18 par jour  (+ 14% sur janvier-juin 2015),

  • Paris, janvier-septembre 2016 : 53 braquages à domicile (6 par mois),

Les victimes ? Les forces de l'ordre bien sûr, la population de base, mais pas seulement : "Insultes et agressions en hausse chez les médecins"... "Les agressions contre le corps enseignant se multiplient"... "Un lycéen casse la mâchoire de son professeur en classe"...

Avis d'un criminologue à MM. Juppé et Fillon. Certes, ils sont passés par Viry-Châtillon, en solidarité avec les policiers brûlés vifs par des assassins. Mais c'est bien peu. Qu'ils fuient cette fatale connivence avec des médias qui se sont fracassés sur le Brexit et M. Trump. Que ces candidats songent à l'idole de 194 grands médias américains sur 200 que fut Mme Clinton. S'ils la copient, ils finiront comme elle.

(Comme d'usage, toutes nos sources et références sont disponibles sur demande)

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

02.

Services secrets turcs : les hommes des basses œuvres du président Erdogan

03.

Fleurs et vacheries au G7 : les avis surprenants des dirigeants étrangers sur Emmanuel Macron ; Notre-Dame, victime collatérale de négligence politique ; Julien Dray, mentor repenti d’Emmanuel Macron ; Panne sèche pour la voiture autonome

04.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

05.

Le général iranien Qassem Souleimani, maître de guerre sur le front syro-irakien

06.

Tempête dans les bénitiers : qui de Salvini ou du pape est le plus catholique ?

07.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

Etre seul tue

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

05.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

06.

Services secrets turcs : les hommes des basses œuvres du président Erdogan

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

05.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

06.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 25/11/2016 - 23:23
@Leucate Vous avez raison, mais j'ai une théorie à ce propos...
la fausse droite a laissé coloniser la Justice (sic) et l'éducation nationale (re-sic) par les idéologues de l'excuse et de la repentance (souvent des femmes...Wouah! Wouah!), depuis les années Giscard festin (le début des khommeries...). Je nomme ces idéologues des trotskystes, car ils ont utilisé les mêmes armes afin d'imposer le pouvoir de leur très petite minorité aux naïfs français de ces décennies. Le résultat est catastrophique: une éducation et une Justice exsangues, une insécurité galopante, une perte totale d'identité...Les patriotes ont été les premiers lanceurs d'alerte de cette dérives trotskystes et ils s'en sont pris plein a tronche, car ils étaient en première ligne...Derrière, se trouve la fausse droite, qui attend que tombent les résistants patriotes sous les balles des gauchistes, afin de prendre le relai...Sarko a été un pleutre total et pactisé avec l'ennemi, dès le début. Je crois que François Fillon a enfin pris la mesure du massacre, auquel il a participé. Il continue à mépriser les patriotes, mais peu importe! Car il n'aura pas le choix, durant son mandat. il devra réformer la justice et l'éducation ,en tout premier lieu, et virer les idéologues gauchistes
Anouman
- 25/11/2016 - 23:12
Insécurité
Forcément qu'ils n'en ont pas parlé. Ils n'ont pas la moindre idée de ce qu'ils pourraient faire pour y remédier. Comme leurs prédécesseurs ils préfèreront utiliser des ressources en personnel pour verbaliser des stationnements interdits et des excès de vitesse de 10 km/h. Ca c'est de la sécurité, tolérance zéro comme disait un ancien ministre de l'intérieur. Pour le reste ça peut attendre. Il faut savoir gérer les priorités et le plus facile est prioritaire.
Leucate
- 25/11/2016 - 19:25
@vangog - vous êtes trop gentil
L'insécurité ? mais çà fait depuis Mitterrand qu'elle a vraiment commencé à devenir de plus en plus inquiétante, la délinquance quintuplant par rapport à ce qu'elle était dans les années 70, avec une justice totalement débordée par la masse des affaires transmises en amont par la police et la gendarmerie qu'elle en refoule une grande partie et que quand elle les traite, elle n'a plus les moyens ni les prisons suffisantes pour appliquer les peines prévues dans notre code pénal.
Et aucun gouvernement de gauche et de fausse droite n'a voulu prendre le problème pour le traiter à fond.
Et à ma connaissance, Juppé et Fillon ont été premiers ministres. Qu'est-ce qu'ils ont fichu quand ils étaient en fonction ?