En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

05.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

06.

La phrase terrible du président du CFCM : "il faut savoir renoncer à certains droits"...

07.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Attaque à l'arme blanche à Nice, l'auteur a été interpellé

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Roses fauves" de Carole Martinez : les femmes attirent et piquent autant que les roses... un conte envoûtant, merveilleux et cruel

il y a 8 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Aubrey Beardsley (1872-1898)" au Musée d'Orsay : 1re monographie en France de l’étrange et virtuose illustrateur

il y a 8 heures 58 min
pépites > Terrorisme
Enquête en cours
Attentat à Nice : l'assaillant serait un Tunisien de 21 ans arrivé par Lampedusa
il y a 12 heures 24 min
pépites > International
Multiples attaques
Arabie saoudite : un vigile du consulat français à été blessé au couteau à Djeddah
il y a 13 heures 19 min
pépites > France
Vigilance des forces de l'ordre
Un islamiste radical armé d'un couteau a été interpellé dans le centre de Lyon
il y a 14 heures 4 min
light > Religion
Vatican
Attentat à Nice : le pape François "prie pour les victimes et leurs proches"
il y a 15 heures 2 min
décryptage > Environnement
Plan vélo

Et pendant ce temps-là se poursuivait joyeusement la guerre absurde contre la voiture

il y a 17 heures 18 min
pépite vidéo > France
Pensées aux victimes
Attaque à Nice : l’Assemblée nationale observe une minute de silence
il y a 18 heures 5 min
décryptage > Société
Second Impact du Covid-19

Petits conseils pour gérer son anxiété face à une actualité déprimante et angoissante

il y a 18 heures 47 min
décryptage > Santé
Bis repetita

Isolement des cas positifs : le ratage massif qu’Emmanuel Macron feint de ne pas voir (et qui pourrait faire échouer le 2ème déconfinement)

il y a 19 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Avant la retraite" de Thomas Bernhard : il est encore fécond le ventre…

il y a 8 heures 45 min
pépites > Politique
Réalité du confinement
Jean Castex et les ministres du gouvernement ont dévoilé les différentes mesures et aménagements liés au reconfinement
il y a 9 heures 22 min
pépite vidéo > Religion
Emotion
Attaque à Nice : le glas a résonné dans les églises de France en hommage aux victimes
il y a 12 heures 46 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Macron s’inquiète de l’affaiblissement de Castex, les islamo-gauchistes refusent d’assumer leurs responsabilités; Le juteux business des ex-politiques; Olivier Véran, l’homme qui dit qu’on n’a pas voulu l’écouter sur la gravité du Covid
il y a 13 heures 40 min
pépites > France
Opération Sentinelle
Attentat à Nice : Emmanuel Macron réhausse de "3.000 à 7.000" le nombre de militaires déployés sur le sol français
il y a 14 heures 19 min
pépites > Terrorisme
Menace terroriste
Attentat à Nice : Jean Castex indique que le plan vigipirate a été réhaussé au niveau "urgence attentat" partout en France
il y a 15 heures 25 min
décryptage > Sport
Moïse prophète en son Paris

Basaksehir/PSG : Paris, sauvé des eaux par Moïse

il y a 17 heures 39 min
décryptage > Consommation
Leçons du 1er confinement

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

il y a 18 heures 31 min
décryptage > France
Pression sur l'exécutif

Meurtre de Samuel Paty, islam et liberté d’expression : réseaux sociaux arabes, élites anglo-saxonnes, l’étau fatal qui étrangle la France

il y a 19 heures 26 min
décryptage > Economie
"Quoi qu'il en coûte"

Reconfinement : le prix que nous sommes prêts à payer pour sauver une vie est-il en train de flamber ?

il y a 20 heures 24 min
© Reuters
© Reuters
La France, ce champ de bataille

Guerres de “propagande” : après les médias d’influence russe, Breitbart, le porte-avion de la droite alternative américaine débarque

Publié le 02 décembre 2016
Alors que les réseaux pro-russes sont déjà bien implantés dans le paysage médiatique français, Breitbart, le site américain conservateur pro-Trump a l'intention de s'implanter en France prochainement en vue de couvrir (et d'influencer ?) l'élection présidentielle de 2017. Son fondateur, Steve Banon, voit dans le Front national l'équivalent de l'Alt-right américaine.
Guillaume Bernard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guillaume Bernard, docteur et habilité à diriger des recherches en histoire des institutions et des idées politiques, est maître de conférences à l'ICES (Institut Catholique d'Études Supérieures).Il enseigne ou a enseigné dans divers autres...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que les réseaux pro-russes sont déjà bien implantés dans le paysage médiatique français, Breitbart, le site américain conservateur pro-Trump a l'intention de s'implanter en France prochainement en vue de couvrir (et d'influencer ?) l'élection présidentielle de 2017. Son fondateur, Steve Banon, voit dans le Front national l'équivalent de l'Alt-right américaine.

Atlantico : Le site d'information américain conservateur et pro-Trump Breitbart a l'intention de s'implanter en France au printemps 2017 afin de couvrir l'élection présidentielle. Steve Banon, son fondateur, voit dans le Front national l'équivalent de l'Alternative-Right américaine, communément appelée Alt-Right. Ce rapprochement entre l'Alt-Right américaine et le Front national vous semble-t-il pertinent ? Est-ce le courant politique qui incarne aujourd'hui le mieux en France cette "droite alternative" ? 

Guillaume Bernard : Les convergences idéologiques et programmatiques sont incontestables. C’est en particulier le cas sur la volonté commune de lutter contre l’immigration pour conserver la cohérence culturelle du pays, de mettre en œuvre le protectionnisme pour protéger les entreprises et la main d’œuvre nationale ainsi que leur vision des relations internationales qui se veut réaliste (et non idéaliste). L’élection de Donald Trump, c’est la fin de l’affrontement Est-Ouest (que les néo-conservateurs avaient prolongé malgré l’effondrement de l’Union soviétique) permettant de se focaliser sur un ennemi commun : l’islamisme. A cela s’ajoute que, après le Brexit, au Royaume-Uni, le monde anglo-américain, qui a été le moteur de la globalisation, pourrait devenir le cœur de la dé-mondialisation.

Il y a, cependant, des différences de doctrine et de stratégie. Sous l’angle idéologique (et même psychologique pourrait-on dire), l’Alt-Right s’assume pro-vie et affirme l’identité chrétienne de la société occidentale. Il est notoire que l’actuelle direction du FN est éloignée de cette position. Du point de vue stratégique, deux points doivent être mentionnés.

D’une part, l’Alt-Right s’affiche et s’assume de droite tandis que le FN tente un positionnement "ni droite ni gauche". La pari est risqué parce qu’il ne tient pas compte de la porosité différentielle des électorats et parce ce positionnement s’affiche dès le premier tour en oubliant de rassembler d’abord son camp avant de l’élargir. Il semble toutefois qu’il y ait une récente légère inflexion, dans le symbole du moins, avec le logo de campagne de Marine Le Pen : une rose bleue qui tendrait à dire "et de droite et de gauche". Cela reste cependant un défi car réunir des électeurs en faveur d’une personne ou d’un parti est plus délicat que de rassembler des votes contre pouvant avoir des motivations disparates (comme ce fut le cas, en 2005, lors du référendum sur le Traité établissant une Constitution pour l’Europe).

D’autre part, l’Alt-Right a fait le choix de se focaliser sur le substrat du corps social américain, de parler au peuple majoritaire et non aux communautés (qu’elles soient d’appartenance ou de choix) quitte à les froisser voire les heurter. Le FN de Marine Le Pen et de Florian Philippot, quant à lui, semble vouloir additionner des électorats disparates au risque soit d’avoir à tenir un discours manquant de cohérence (lutte contre l’immigration mais affirmation de la compatibilité de l’islam avec la République), soit à devoir se réduire au plus petit dénominateur commun (souverainisme et exclusion des débats sociétaux jugés trop clivants).

Par ailleurs, Steve Banon a qualifié Marion Maréchal Le Pen d'"étoile montante". Quelles sont les grandes lignes et idées de l'Alt-Right américaine et dans quelle mesure Marion Maréchal peut-elle s'inscrire dans une logique similaire ? Qu'est-ce que cela nous dit des divergences idéologiques et de visions économiques au sein du Front national ? Ces divisions sont-elles similaires à celles que le Grand Old Party a connues à l'apparition des nouveaux Tea Party puis de l'Alt-Right de Trump ?

L’appréhension du FN par les Américains de la droite radicale est sans doute perturbée par l’ambiguïté doctrinale de ce parti. Contrairement aux conservateurs américains, le FN penche vers un certain libéralisme sociétal (acceptation de l’avortement, abrogation de la loi Taubira pour mettre en place un PACS amélioré). Mais comme eux, il n’est pas libéral d’un point de vue économique (ce qui le conduit, parfois, à confondre deux choses pourtant fort différentes : être anti-libéral et adopter des propositions de gauche en matière de protection sociale par exemple). Au final, il est tout de même certain que, malgré ces différences, le FN incarne en partie, dans le spectre politique français, le même type de phénomène que le Tea Party et l’Alt-Right aux États-Unis : ce que j’ai proposé d’appeler le "mouvement dextrogyre" ou "dextrisme", c’est-à-dire à la fois la droitisation de l’électorat et le renouveau des idées classiques (ou mêmes réactionnaires).  

Du point de vue du discours "décomplexé" s’assumant de droite, s’affichant conservateur sur les questions culturelles (affirmation des racines chrétiennes contre le laïcisme exacerbé) et sociétales (défense du combat pro-vie), se déclarant "subsidiariste" (ou, si l’on préfère anti-étatiste) sur les questions économiques (baisse de la fiscalité sur les familles et les entreprises) et sociales (libertés pour les institutions scolaires et universitaires) et, enfin, se revendiquant protectionniste sur les enjeux internationaux (contrôle strict des frontières pour ce qui concerne tant les hommes que les marchandises), c’est la "droite hors les murs" (DHLM) qui ressemble encore plus à la droite alternative américaine que le FN.

Mais il est certain qu’elle est peu visible, surtout depuis les États-Unis. Il est donc logique que les tenants de l’Alt-Right se focalisent, du moins pour l’instant, par pragmatisme, sur le FN et celle qui, dans ses rangs, paraît la plus proche (et d’ailleurs la plus compatible avec la DHLM) : Marion Maréchal.

L'Alt-Right peut-elle être un créneau politique aussi porteur en France qu'aux États-Unis ? Quels sont les facteurs (sociologie électorale, culture politique, religion, thématiques racialistes…) qui portent cette Alt-right aux États-Unis et qui n'existent pas en France ?

Les ressorts du vote populiste en France et aux États-Unis se ressemblent : il y a un double aspect patrimonial portant sur le niveau de vie (insécurité matérielle) mais surtout sur le mode de vie (insécurité culturelle). Avec des caractéristiques propres à chaque pays, le populisme c’est la valorisation de ce qui vient du peuple (angle ethnique) et de ce que fait le peuple (angle démocratique). Il y a donc une convergence entre les deux rives de l’Atlantique : c’est la réaction du peuple contre les élites intellectuelles et médiatiques, c’est la révolte des classes populaires oubliées et des classes moyennes qui se paupérisent (la "France périphérique" ou l’ "Amérique du milieu") contre les métropoles mondialisées (tant d’un point de vue financier que culturel). Le populisme français ou américain, c’est l’anti-syndrome de Stockholm.

Toutefois, le contexte politico-juridique distingue les deux mouvements. Quatre points méritent d’être relevés.

1. Le discours transgressif de Donald Trump a pu être tenu en raison du 1er amendement à la constitution fédérale. En France, les conditions d’exercice de la liberté d’expression sont nettement plus restrictives, d’aucuns diraient liberticides.

2. Le nouveau président des États-Unis va pouvoir s’appuyer sur le réseau d’élus du parti républicain. Certes, il existe une tendance à l’indiscipline partisane, en particulier au Congrès, mais le régime dit de séparation stricte des pouvoirs (pas de responsabilité politique du gouvernement devant le Parlement), minimise l’importance de la majorité parlementaire par rapport au régime français. Or, au-delà même de l’hypothétique (mais possible) victoire à la présidentielle, le FN est aussi et surtout confronté à la très grande difficulté d’obtenir une majorité aux législatives avec un mode de scrutin majoritaire à deux tours.

3. Le système essentiellement bipartisan des États-Unis a favorisé le rassemblement des différents courants du parti républicain en faveur de Donald Trump. Tous n’ont pas joué le jeu ; il y eut même un certain nombre de défections. Mais, l’éparpillement était limité tandis que le FN a révélé son incapacité (pas uniquement mais aussi en raison de son absence de volonté) de rassembler au-delà de ses propres rangs.

4. Donald Trump a obtenu l’investiture du parti républicain, mais il n’en est pas membre. Avec l’appui de la base, il a renversé une partie de l’ "establishment". Cela lui a permis de libérer sa stratégie électorale des contingences partisanes et de radicaliser son discours. Or, en France, la vie politique est encore sclérosée par les partis politiques qui défendent leurs intérêts particuliers au détriment de ceux de leurs électeurs. La recomposition du spectre politique est en marche mais elle est freinée par l’esprit sectaire et mortifère des partis. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lafronde
- 28/11/2016 - 05:34
L'Europe a besoin des deux 1ers Amendements Américains.
Toute l'Europe est sous le joug du Progressisme, est c'est une séquelle du suicide européen de la Grande Guerre. Le citoyen européen a perdu deux libertés fondamentales : la liberté d'expression et celle de la Presse, et celle de posséder et de porter des armes. Ce qui correspond aux 1er et 2e Amendements à la Constitution des Etats-unis. Le Progressisme se manifeste sous différents avatars : Communisme=collectivise la Production=interdiction de la propriété, Social-démocratie=redistribution =achat de l'electorat, Immigrationisme=interdiction de la différenciation =abolition des frontières. Le Progressisme ruine les nationaux du pays où il sévit. Une maladie opportuniste l'achève : l'islamisme. Devant la ruine morale, juridique et politique de l'Etat, la ruine matérielle des français, le danger d'invasion et de submersion où ils se trouvent, les français résistants ont besoin de s'armer au plan moral, intellectuel, juridique, politique. Ils ont besoin de former des communautés locales, solidaires et armées d'arme à feu. L'Etat aux mais des progressistes est liberticide et défaillants en tout. La Presse français est sa complice, elle a cessé d'être pluraliste. Bienvenue à Breitbart
vangog
- 27/11/2016 - 15:20
Libéralisme americain # libéralisme européen!
difficile de comparer des choses incomparables, et difficile de démêler des politiques de partis souvent entre-mêlées par la globalisation et la désinformation... Pour préciser à cet auteur qui n'a certainement pas fait une étude de terrain: le Front National est anti-ultra-libéralisme, soit anti-ouverture des frontières à l'immigrationnisme bêtifiant et anti-ouverture des barrières douanières, mais c'est un des partis qui prônent les réformes les plus radicales de l'état: recentrage sur les missions régaliennes, arasage du mille-feuille territorial et re-deploiement
des fonctionnaires territoriaux vers les fonctions utiles: infirmières, juges, enseignants. Afin que cette redistribution ne soit pas haine, le Front National
appelle à une réforme des institutions, l'exclusion si
des pedagogiste sur et des droidelhommistes
et leur remplacement par des patriotes aux fonctions
d'encadrement...rien de réactionnaire, que du bon-
sens! N'évoquons même pas l'UE, qui doit être réformée en tout premier lieu. Face aux partis archaïques réactionnaires, le FN est le plus radicalement réformateur. Et, comme Trump (plus vraiment de parti...), il est fondamentalement pragmatique et centriste