En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

03.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

04.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

05.

+60% de créations d’entreprises : quand le Financial Times loue les vertus des mesures économiques d’Emmanuel Macron

06.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

07.

Pourquoi nous devrions arrêter de parler de temps d’écran pour nos enfants

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

ça vient d'être publié
light > Justice
Et golouglouglou
Pernod Ricard : des employés dénoncent une culture de la consommation de l'alcool
il y a 9 heures 21 min
light > Culture
Jackpot !
Gros succès pour le Joker qui dépasse le milliard de dollars de recette
il y a 11 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Civilizations" de Laurent Binet : Suite et fin des prix littéraires 2019 chroniqués ici : le Prix de l'Académie française, qu récompense ce conte philosophique où les Incas envahissent l’Europe

il y a 12 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Sans la liberté" de François Sureau : La liberté a déjà disparu

il y a 12 heures 37 min
pépite vidéo > Politique
Bougeotte
Edouard Philippe assure que sa volonté de transformer le pays reste "intacte"
il y a 13 heures 59 min
décryptage > Economie
Combat profond

Huile de palme : comment le gouvernement profond combat l’écologie

il y a 14 heures 43 min
décryptage > Economie
Choc

Ce choc de gestion de l’Etat sans lequel la crise ouverte par les Gilets jaunes ne se refermera pas

il y a 14 heures 57 min
pépites > Politique
Réformons !
Edouard Philippe : la "volonté de "transformer" la France reste intacte dans les rangs de l'exécutif
il y a 15 heures 11 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Risques de piratages : ces 146 failles pré-installées sur les smartphones Android
il y a 16 heures 19 min
décryptage > Société
Gilets Jaunes

Violence des casseurs, erreurs de maintien de l’ordre : pourquoi nous devons réapprendre la gestion démocratique des foules

il y a 16 heures 49 min
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 17 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 10 heures 3 min
pépites > Société
A toute vitesse ?
Rouen : l'usine Lubrizol pourrait reprendre partiellement son activité avant la fin de l'année
il y a 11 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : "La dernière bande" : Un texte exigeant mis à la portée de tous les cœurs par un immense comédien

il y a 12 heures 22 min
décryptage > Economie
Grande fierté

L’Italie n’a pas inventé les pâtes, mais a su préserver sa sauce bien mieux que la France. Connaissez-vous vraiment l’Italie ?

il y a 12 heures 39 min
pépites > Faits divers
Drame
Toulouse : un pont s’effondre, un mort et cinq blessés
il y a 14 heures 1 min
décryptage > Economie
"Impeachable" or not "impeachable" ?

Etats-Unis : pour les marchés financiers, Donald Trump n’est pas « impeachable »

il y a 14 heures 50 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

Quand le parti conservateur britannique redevient un parti de droite

il y a 15 heures 5 min
décryptage > Société
Bad choice ?

Pourquoi nous devrions arrêter de parler de temps d’écran pour nos enfants

il y a 16 heures 3 min
décryptage > Economie
Discret abus d’optimisme ?

+60% de créations d’entreprises : quand le Financial Times loue les vertus des mesures économiques d’Emmanuel Macron

il y a 16 heures 41 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Peur de la science et règne de l’émotionnel : les deux mamelles de la panne du progrès

il y a 19 heures 7 min
© Reuters
© Reuters
La France, ce champ de bataille

Guerres de “propagande” : après les médias d’influence russe, Breitbart, le porte-avion de la droite alternative américaine débarque

Publié le 02 décembre 2016
Alors que les réseaux pro-russes sont déjà bien implantés dans le paysage médiatique français, Breitbart, le site américain conservateur pro-Trump a l'intention de s'implanter en France prochainement en vue de couvrir (et d'influencer ?) l'élection présidentielle de 2017. Son fondateur, Steve Banon, voit dans le Front national l'équivalent de l'Alt-right américaine.
Guillaume Bernard, docteur et habilité à diriger des recherches en histoire des institutions et des idées politiques, est maître de conférences à l'ICES (Institut Catholique d'Études Supérieures).Il enseigne ou a enseigné dans divers autres...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guillaume Bernard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guillaume Bernard, docteur et habilité à diriger des recherches en histoire des institutions et des idées politiques, est maître de conférences à l'ICES (Institut Catholique d'Études Supérieures).Il enseigne ou a enseigné dans divers autres...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que les réseaux pro-russes sont déjà bien implantés dans le paysage médiatique français, Breitbart, le site américain conservateur pro-Trump a l'intention de s'implanter en France prochainement en vue de couvrir (et d'influencer ?) l'élection présidentielle de 2017. Son fondateur, Steve Banon, voit dans le Front national l'équivalent de l'Alt-right américaine.

Atlantico : Le site d'information américain conservateur et pro-Trump Breitbart a l'intention de s'implanter en France au printemps 2017 afin de couvrir l'élection présidentielle. Steve Banon, son fondateur, voit dans le Front national l'équivalent de l'Alternative-Right américaine, communément appelée Alt-Right. Ce rapprochement entre l'Alt-Right américaine et le Front national vous semble-t-il pertinent ? Est-ce le courant politique qui incarne aujourd'hui le mieux en France cette "droite alternative" ? 

Guillaume Bernard : Les convergences idéologiques et programmatiques sont incontestables. C’est en particulier le cas sur la volonté commune de lutter contre l’immigration pour conserver la cohérence culturelle du pays, de mettre en œuvre le protectionnisme pour protéger les entreprises et la main d’œuvre nationale ainsi que leur vision des relations internationales qui se veut réaliste (et non idéaliste). L’élection de Donald Trump, c’est la fin de l’affrontement Est-Ouest (que les néo-conservateurs avaient prolongé malgré l’effondrement de l’Union soviétique) permettant de se focaliser sur un ennemi commun : l’islamisme. A cela s’ajoute que, après le Brexit, au Royaume-Uni, le monde anglo-américain, qui a été le moteur de la globalisation, pourrait devenir le cœur de la dé-mondialisation.

Il y a, cependant, des différences de doctrine et de stratégie. Sous l’angle idéologique (et même psychologique pourrait-on dire), l’Alt-Right s’assume pro-vie et affirme l’identité chrétienne de la société occidentale. Il est notoire que l’actuelle direction du FN est éloignée de cette position. Du point de vue stratégique, deux points doivent être mentionnés.

D’une part, l’Alt-Right s’affiche et s’assume de droite tandis que le FN tente un positionnement "ni droite ni gauche". La pari est risqué parce qu’il ne tient pas compte de la porosité différentielle des électorats et parce ce positionnement s’affiche dès le premier tour en oubliant de rassembler d’abord son camp avant de l’élargir. Il semble toutefois qu’il y ait une récente légère inflexion, dans le symbole du moins, avec le logo de campagne de Marine Le Pen : une rose bleue qui tendrait à dire "et de droite et de gauche". Cela reste cependant un défi car réunir des électeurs en faveur d’une personne ou d’un parti est plus délicat que de rassembler des votes contre pouvant avoir des motivations disparates (comme ce fut le cas, en 2005, lors du référendum sur le Traité établissant une Constitution pour l’Europe).

D’autre part, l’Alt-Right a fait le choix de se focaliser sur le substrat du corps social américain, de parler au peuple majoritaire et non aux communautés (qu’elles soient d’appartenance ou de choix) quitte à les froisser voire les heurter. Le FN de Marine Le Pen et de Florian Philippot, quant à lui, semble vouloir additionner des électorats disparates au risque soit d’avoir à tenir un discours manquant de cohérence (lutte contre l’immigration mais affirmation de la compatibilité de l’islam avec la République), soit à devoir se réduire au plus petit dénominateur commun (souverainisme et exclusion des débats sociétaux jugés trop clivants).

Par ailleurs, Steve Banon a qualifié Marion Maréchal Le Pen d'"étoile montante". Quelles sont les grandes lignes et idées de l'Alt-Right américaine et dans quelle mesure Marion Maréchal peut-elle s'inscrire dans une logique similaire ? Qu'est-ce que cela nous dit des divergences idéologiques et de visions économiques au sein du Front national ? Ces divisions sont-elles similaires à celles que le Grand Old Party a connues à l'apparition des nouveaux Tea Party puis de l'Alt-Right de Trump ?

L’appréhension du FN par les Américains de la droite radicale est sans doute perturbée par l’ambiguïté doctrinale de ce parti. Contrairement aux conservateurs américains, le FN penche vers un certain libéralisme sociétal (acceptation de l’avortement, abrogation de la loi Taubira pour mettre en place un PACS amélioré). Mais comme eux, il n’est pas libéral d’un point de vue économique (ce qui le conduit, parfois, à confondre deux choses pourtant fort différentes : être anti-libéral et adopter des propositions de gauche en matière de protection sociale par exemple). Au final, il est tout de même certain que, malgré ces différences, le FN incarne en partie, dans le spectre politique français, le même type de phénomène que le Tea Party et l’Alt-Right aux États-Unis : ce que j’ai proposé d’appeler le "mouvement dextrogyre" ou "dextrisme", c’est-à-dire à la fois la droitisation de l’électorat et le renouveau des idées classiques (ou mêmes réactionnaires).  

Du point de vue du discours "décomplexé" s’assumant de droite, s’affichant conservateur sur les questions culturelles (affirmation des racines chrétiennes contre le laïcisme exacerbé) et sociétales (défense du combat pro-vie), se déclarant "subsidiariste" (ou, si l’on préfère anti-étatiste) sur les questions économiques (baisse de la fiscalité sur les familles et les entreprises) et sociales (libertés pour les institutions scolaires et universitaires) et, enfin, se revendiquant protectionniste sur les enjeux internationaux (contrôle strict des frontières pour ce qui concerne tant les hommes que les marchandises), c’est la "droite hors les murs" (DHLM) qui ressemble encore plus à la droite alternative américaine que le FN.

Mais il est certain qu’elle est peu visible, surtout depuis les États-Unis. Il est donc logique que les tenants de l’Alt-Right se focalisent, du moins pour l’instant, par pragmatisme, sur le FN et celle qui, dans ses rangs, paraît la plus proche (et d’ailleurs la plus compatible avec la DHLM) : Marion Maréchal.

L'Alt-Right peut-elle être un créneau politique aussi porteur en France qu'aux États-Unis ? Quels sont les facteurs (sociologie électorale, culture politique, religion, thématiques racialistes…) qui portent cette Alt-right aux États-Unis et qui n'existent pas en France ?

Les ressorts du vote populiste en France et aux États-Unis se ressemblent : il y a un double aspect patrimonial portant sur le niveau de vie (insécurité matérielle) mais surtout sur le mode de vie (insécurité culturelle). Avec des caractéristiques propres à chaque pays, le populisme c’est la valorisation de ce qui vient du peuple (angle ethnique) et de ce que fait le peuple (angle démocratique). Il y a donc une convergence entre les deux rives de l’Atlantique : c’est la réaction du peuple contre les élites intellectuelles et médiatiques, c’est la révolte des classes populaires oubliées et des classes moyennes qui se paupérisent (la "France périphérique" ou l’ "Amérique du milieu") contre les métropoles mondialisées (tant d’un point de vue financier que culturel). Le populisme français ou américain, c’est l’anti-syndrome de Stockholm.

Toutefois, le contexte politico-juridique distingue les deux mouvements. Quatre points méritent d’être relevés.

1. Le discours transgressif de Donald Trump a pu être tenu en raison du 1er amendement à la constitution fédérale. En France, les conditions d’exercice de la liberté d’expression sont nettement plus restrictives, d’aucuns diraient liberticides.

2. Le nouveau président des États-Unis va pouvoir s’appuyer sur le réseau d’élus du parti républicain. Certes, il existe une tendance à l’indiscipline partisane, en particulier au Congrès, mais le régime dit de séparation stricte des pouvoirs (pas de responsabilité politique du gouvernement devant le Parlement), minimise l’importance de la majorité parlementaire par rapport au régime français. Or, au-delà même de l’hypothétique (mais possible) victoire à la présidentielle, le FN est aussi et surtout confronté à la très grande difficulté d’obtenir une majorité aux législatives avec un mode de scrutin majoritaire à deux tours.

3. Le système essentiellement bipartisan des États-Unis a favorisé le rassemblement des différents courants du parti républicain en faveur de Donald Trump. Tous n’ont pas joué le jeu ; il y eut même un certain nombre de défections. Mais, l’éparpillement était limité tandis que le FN a révélé son incapacité (pas uniquement mais aussi en raison de son absence de volonté) de rassembler au-delà de ses propres rangs.

4. Donald Trump a obtenu l’investiture du parti républicain, mais il n’en est pas membre. Avec l’appui de la base, il a renversé une partie de l’ "establishment". Cela lui a permis de libérer sa stratégie électorale des contingences partisanes et de radicaliser son discours. Or, en France, la vie politique est encore sclérosée par les partis politiques qui défendent leurs intérêts particuliers au détriment de ceux de leurs électeurs. La recomposition du spectre politique est en marche mais elle est freinée par l’esprit sectaire et mortifère des partis. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

03.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

04.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

05.

+60% de créations d’entreprises : quand le Financial Times loue les vertus des mesures économiques d’Emmanuel Macron

06.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

07.

Pourquoi nous devrions arrêter de parler de temps d’écran pour nos enfants

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lafronde
- 28/11/2016 - 05:34
L'Europe a besoin des deux 1ers Amendements Américains.
Toute l'Europe est sous le joug du Progressisme, est c'est une séquelle du suicide européen de la Grande Guerre. Le citoyen européen a perdu deux libertés fondamentales : la liberté d'expression et celle de la Presse, et celle de posséder et de porter des armes. Ce qui correspond aux 1er et 2e Amendements à la Constitution des Etats-unis. Le Progressisme se manifeste sous différents avatars : Communisme=collectivise la Production=interdiction de la propriété, Social-démocratie=redistribution =achat de l'electorat, Immigrationisme=interdiction de la différenciation =abolition des frontières. Le Progressisme ruine les nationaux du pays où il sévit. Une maladie opportuniste l'achève : l'islamisme. Devant la ruine morale, juridique et politique de l'Etat, la ruine matérielle des français, le danger d'invasion et de submersion où ils se trouvent, les français résistants ont besoin de s'armer au plan moral, intellectuel, juridique, politique. Ils ont besoin de former des communautés locales, solidaires et armées d'arme à feu. L'Etat aux mais des progressistes est liberticide et défaillants en tout. La Presse français est sa complice, elle a cessé d'être pluraliste. Bienvenue à Breitbart
vangog
- 27/11/2016 - 15:20
Libéralisme americain # libéralisme européen!
difficile de comparer des choses incomparables, et difficile de démêler des politiques de partis souvent entre-mêlées par la globalisation et la désinformation... Pour préciser à cet auteur qui n'a certainement pas fait une étude de terrain: le Front National est anti-ultra-libéralisme, soit anti-ouverture des frontières à l'immigrationnisme bêtifiant et anti-ouverture des barrières douanières, mais c'est un des partis qui prônent les réformes les plus radicales de l'état: recentrage sur les missions régaliennes, arasage du mille-feuille territorial et re-deploiement
des fonctionnaires territoriaux vers les fonctions utiles: infirmières, juges, enseignants. Afin que cette redistribution ne soit pas haine, le Front National
appelle à une réforme des institutions, l'exclusion si
des pedagogiste sur et des droidelhommistes
et leur remplacement par des patriotes aux fonctions
d'encadrement...rien de réactionnaire, que du bon-
sens! N'évoquons même pas l'UE, qui doit être réformée en tout premier lieu. Face aux partis archaïques réactionnaires, le FN est le plus radicalement réformateur. Et, comme Trump (plus vraiment de parti...), il est fondamentalement pragmatique et centriste