En direct
Best of
Best of du 23 au 29 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

02.

Donald Trump annonce que les Etats-Unis mettent fin à leur relation avec l'Organisation mondiale de la santé

03.

Pakistan : le témoignage d'un survivant du crash d'un avion de ligne à Karachi

04.

Réouverture du Puy du Fou : oui mais que pensaient les Chouans des Noirs et des Arabes ?

05.

Face à la crise économique violente et les critiques, Riyad accélère son projet de ville pharaonique "NEOM"

06.

Onfray, Bigard, Zemmour et compagnie… La folle peur des bien-pensants

07.

Le RN servi par des critiques paresseux

01.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

02.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

03.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

04.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

05.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

06.

Tempête d’argent gratuit… et de prélèvements en vue

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

04.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

05.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

06.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

ça vient d'être publié
pépites > International
Vers une nouvelle guerre froide ?
Donald Trump annonce que les Etats-Unis mettent fin à leur relation avec l'Organisation mondiale de la santé
il y a 8 heures 8 min
pépite vidéo > Insolite
Visage humain
Covid-19 : une entreprise indienne propose des masques avec la photo du visage des clients
il y a 9 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Moura, la mémoire incendiée" d'Alexandra Lapierre : épique, palpitant, et romanesque en diable

il y a 12 heures 44 sec
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les couleurs éclatent et quand les sportives rayonnent : c’est l’actualité des montres en mode prairial
il y a 13 heures 6 min
pépites > Justice
Secret des sources
Affaire Geneviève Legay : suspension à Nice d'un policier soupçonné d'avoir renseigné Mediapart
il y a 14 heures 17 min
pépites > Economie
Inquiétudes pour l'emploi
Renault a l’intention de supprimer 15.000 emplois dans le monde, dont 4.600 en France
il y a 15 heures 8 min
décryptage > International
Mirage ?

Face à la crise économique violente et les critiques, Riyad accélère son projet de ville pharaonique "NEOM"

il y a 17 heures 17 min
décryptage > France
Atout pendant le confinement

Risques du télétravail : les techniques des négociateurs antiterroristes au secours des chefs d’entreprise sur la sellette

il y a 17 heures 49 min
décryptage > Santé
Méthode efficace

Radioscopie des armes rhétoriques des discours anti-establishment à la Raoult

il y a 18 heures 36 min
décryptage > Science
Crew Dragon

Premier vol de SpaceX: le lancement qui risque de révolutionner le voyage spatial

il y a 19 heures 4 min
pépite vidéo > Media
Scène surréaliste
Emeutes à Minneapolis : des journalistes de CNN ont été arrêtés en plein direct
il y a 8 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le vieil homme qui vendait du thé. Excentricité et retrait du monde dans le Japon du XVIIIe siècle" de François Lachaud : le confinement volontaire d’un sage japonais, plein de surprises et de poésie

il y a 11 heures 41 min
pépites > Politique
Lyon
Elections municipales : LREM retire son investiture à Gérard Collomb
il y a 12 heures 33 min
Embellie pour le commerce
Les Galeries Lafayette à Paris vont pouvoir rouvrir dès ce samedi 30 mai
il y a 13 heures 34 min
pépites > International
Tensions maximales
Mort de George Floyd : nouvelle nuit d’émeutes à Minneapolis, un commissariat a été incendié
il y a 14 heures 44 min
pépite vidéo > Consommation
Grands magasins
Les images de la réouverture du Printemps Haussmann à Paris
il y a 16 heures 7 min
décryptage > Politique
État gadget

Inciter à faire du vélo plutôt que d’empêcher qu’on les vole : SOS fonctions régaliennes disparues

il y a 17 heures 33 min
décryptage > Media
Internet Protocol Television

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

il y a 18 heures 16 min
décryptage > France
Roman national ?

Réouverture du Puy du Fou : oui mais que pensaient les Chouans des Noirs et des Arabes ?

il y a 18 heures 52 min
décryptage > France
Table des négociations

Démocratie sociale: monde d’après ou pas, le gouvernement conserve les mêmes travers

il y a 19 heures 29 min
Le combat contre l'emprise des médias dans le discours public est un point qui rapprocherait François Fillon de Donald Trump.
Le combat contre l'emprise des médias dans le discours public est un point qui rapprocherait François Fillon de Donald Trump.
Taisez-vous Elkabbach

Ce point commun entre Donald Trump et François Fillon passé largement inaperçu en raison de leur style aux antipodes

Publié le 25 novembre 2016
Aux Etats-Unis, Donald Trump continue de ne pas ménager les grands médias, qu'ils jugent biaisés idéologiquement. En France, la défiance envers les élites médiatiques semble elle aussi avoir le vent en poupe.
Arnaud Mercier est professeur en sciences de l'information et de la communication à l'Institut Français de Presse, à l'université Panthéon-Assas, Paris. Responsable de la Licence information communication de l'IFP et chercheur au CARISM,...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Arnaud Mercier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Arnaud Mercier est professeur en sciences de l'information et de la communication à l'Institut Français de Presse, à l'université Panthéon-Assas, Paris. Responsable de la Licence information communication de l'IFP et chercheur au CARISM,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Aux Etats-Unis, Donald Trump continue de ne pas ménager les grands médias, qu'ils jugent biaisés idéologiquement. En France, la défiance envers les élites médiatiques semble elle aussi avoir le vent en poupe.

Atlantico : Alors que Donald Trump a construit une grande partie de sa campagne sur la dénonciation des élites médiatiques aux États-Unis, stratégie qu'il continue d'utiliser une fois élu, quelles sont les origines de ce discours politique visant à stigmatiser la presse en général aux États-Unis ?

Arnaud Mercier : Tout commence après le Watergate et l'obligation dans laquelle a été placée Richard Nixon de présenter sa démission à cause des révélations de la presse (en l'occurrence, le Washington Post) sur la manière dont il avait utilisé les services secrets pour espionner le QG de campagne de ses adversaires démocrates pendant l’élection présidentielle. Les milieux conservateurs, qui n'ont pas accepté cette pression mise sur Nixon par les médias, ont considéré que l'ennemi politique n'était plus seulement le parti démocrate, mais prioritairement la presse. S'appuyant sur des fondations comme l'American Enterprise Institute et d’autres think tanks conservateurs, toute une réflexion a été menée dès la fin des années 1970 pour essayer de rétablir une forme d'équilibre, eux qui considéraient que le pouvoir des médias était trop nettement en leur défaveur.

Cela a pris deux directions : l'une a été d'inciter un certain nombre de chefs d'entreprises et de millionnaires à investir dans les médias pour créer des médias clairement conservateurs. C'est bien ce qu'il s'est passé, puisqu'on a eu des médias de plus en plus conservateurs, avec comme point d’orgue la chaîne d’information continu rivale de CNN, Fox News. Ce mouvement est même allé plus loin, jusqu'au site Breitbart aujourd'hui, site ouvertement xénophobe notamment. La deuxième stratégie a été de dénoncer un liberal bias ("biais libéral", libéral au sens américain du terme, c’est-à-dire de gauche). Dans la bouche des pourfendeurs du liberal bias, il faut entendre cela comme "le biais gauchiste des médias". Des études ont été financées par ces think tanks, sur la manière dont tel ou tel média couvrait tel ou tel événement, de façon à montrer qu'il y avait bien un "biais libéral", que même sous couvert d'une pseudo-neutralité, le propos journalistique était anti-républicain.

À partir des années 1980, aux États-Unis s'installe donc vraiment l'idée qu'on aurait démontré l'idée d'un biais libéral systématique dans les médias américains. C'est allé jusqu'à réclamer qu'au nom du respect d'un certain équilibre, il y ait des tribunes ouvertes à des éditorialistes libéraux et des éditorialistes conservateurs, y compris dans des titres comme le New York Times

Il y a enfin eu une dernière vague, plus générale que celle du biais libéral. C'est ici l'idée selon laquelle les excès de la médiatisation avec l'avènement d'Internet posaient problème (avec des médias qui parleraient trop de ceci et pas assez de cela, etc.). À partir de là s'est développée toute une série de critiques supplémentaires sur les médias. Ce n'est pas seulement l'idée selon laquelle les médias seraient orientés politiquement, mais aussi la dénonciation d'une certaine déconnexion des médias avec la réalité, d'une "bulle" médiatique dans laquelle les journalistes seraient enfermés, avec les hommes politiques, les hommes d'affaires, etc. Ce monde-là, ce qu'on finira par appeler la "classe politico-médiatique" serait donc déconnecté de la réalité des gens. Et cela débouche enfin sur les thèses complotistes, à l’ère des blogs et des réseaux sociaux, où des personnes inconnues, profitent de la désintermédiation journalistique que représentent ces plateformes, pour devenir des producteurs "d’information", ou en tout cas de propos qui imitent les façons de faire journalistiques et qui viennent concurrencer les productions médiatiques, en les contestant comme des "vérités officielles" et/ou comme des "écrans de fumée" cachant de véritables informations.  

En France, François Fillon s'est lui aussi montré assez critique envers les sondeurs et les journalistes, notamment lors du dernier débat télévisé de la primaire de la droite et du centre. Si le style de l'ancien Premier ministre est très différent de celui de Donald Trump, en quoi peut-on dire que le combat contre l'emprise des médias dans le discours public, mais également une certaine stratégie électorale, les rapproche (au moins en partie) ?

Cela fait plus de dix ans maintenant que la droite française, sous l'impulsion notamment de Nicolas Sarkozy, s'est appropriée cette idée de dénonciation du biais libéral. En France, cette critique prend plutôt la forme d'une dénonciation du fait que les journalistes seraient massivement de gauche, donc pas très objectifs, et qu'ils formeraient une sorte d'élites cherchant à imposer une forme d’hégémonie culturelle. Dans le discours de Nicolas Sarkozy,  ils sont associés aux idéaux de mai 1968 et à des "bobos", formant donc une sorte de classe de privilégiés, aux idées libérales, hérauts du politiquement correct. Du coup, l’attaque habituelle de Nicolas Sarkozy est que les journalistes seraient déconnectés de la réalité des "vrais" gens, du peuple. En France, cela a donc pris plutôt la forme d'une critique de type peuple-élite, les journalistes étant assimilés à une élite.

Quand il agit de la sorte, François Fillon s'inscrit donc dans cette habitude depuis quelques années de la droite française, de souligner la déconnexion entre les journalistes et la réalité de la majorité de Français, qui deviendrait donc une majorité silencieuse puisqu'inaudible et invisible pour les radars des journalistes, rendus aveugles par leur ancrage culturel et leur situation supposée de privilégiés. Précisons sur ce point que, d’après l’enquête de L’observatoire des métiers de la presse, la situation des journalistes est très contrastée et que les journalistes chroniqueurs les plus en vue, ceux des plateaux télés sont de vrais arbres qui cachent la forêt, car, en 2014, le salaire moyen des journalistes en CDI qui cherchent à obtenir pour la première fois la fameuse carte professionnelle, est de 2500€/brut,  de 1800€ pour ceux qui sont en CDD et 1700€ pour les pigistes. On est assez loin de grands privilégiés. 

Pour finir, il est intéressant de noter que François Fillon a également instillé l'idée qu'il voulait rompre avec le côté politique-spectacle auquel sont associés les médias. Il se distingue des excès de la communication, excès que représentent Donald Trump et Nicolas Sarkozy. Il a marqué des points auprès d'une partie de la population qui reprochent ces excès de "peopolisation" des médias et les excès de "bling bling" du personnel politique. François Fillon ne veut pas céder à ça, et souhaite que les débats soient recentrés sur la réalité des problèmes, et non pas la superficialité que la presse encourage. C’est une posture de dénonciation des médias qui plait.

Est-ce qu'il n'y a pas aujourd'hui une demande de plus en plus forte de discours anti-médias de la part des électeurs ?

Il est évident qu'il y a ce sentiment, notamment chez les gens objectivement déclassés socialement et/ou économiquement ou qui se sentent en danger de déclassement, qu'une partie des élites politiques, économiques et culturelles sont déconnectées de leur réalité et ne comprennent pas ce qu'ils vivent. Il y a donc chez eux la perception d'une fracture peuple-élite qui s'est agrandie, parce que leurs conditions de vie sont de plus en plus difficiles sur le plan économique, social, sociétal, etc. Ces citoyens ont le sentiment que les réalités de leur quotidien sont niées parce que les médias n’en parlent pas ou trop peu, car ils ne les connaissent pas, ne les imaginent pas.

Du coup, quand vous avez des hommes politiques qui trouvent le bon angle d'attaque pour faire entendre ce type de discours, les électeurs y sont sensibles, bien sûr. Cela passe par un discours qui consiste à souligner ce clivage peuple-élite, voire à le surjouer, quitte, ô paradoxe, à ce qu'un ancien président de la République comme Nicolas Sarkozy se présente comme un candidat anti-système (alors qu'il était au sommet de ce système), ou qu'un milliardaire comme Donald Trump apparaisse comme le candidat qui défendra la classe ouvrière et les salariés précaires…

Tant pour Donald Trump que pour François Fillon, la presse ne fait-elle pas figure de bouc-émissaire idéal, à l'heure où leurs adversaires politiques de gauche se font moins présents ?

Je ne suis pas sûr de ce constat, je crois qu'il est intéressant pour eux de jouer sur les deux tableaux. Vous pouvez vous appuyer le maintien d'un clivage politique, et donc faire campagne contre des adversaires politiques et partisans, et y ajouter ensuite une critique des médias. Vous pouvez insister davantage sur le côté "majorité silencieuse" un jour, et une autre fois sur des aspects plus programmatiques et engagés.

Dans quelle mesure peut-on dire que le système médiatique actuel, aux États-Unis comme en France, s'apparente quelque part à une "machine à exclure" les pensées divergentes ?

Il y a tout d'abord une distinction très importante à faire ici. 

Nous n'avons jamais eu autant de diversité médiatique aujourd'hui, entre les différents formats de presse et grâce à l’Internet qui réduit considérablement le coût d'accès à la création d'un site d'information. Vous pouvez avoir tout ce que vous voulez, des sites d'extrême-gauche aux sites d'extrême-droite.

Une fois dit cela, effectivement, si l'on réduit le système médiatique à la partie la plus visible (les grandes chaînes de télévision et les grands titres de presse), la situation est différente. Mais le facteur explicatif est à recherche dans l’existence d’une vaste contradiction historique. L'évolution de nos sociétés produit de la fracturation, liées notamment à la mondialisation, à la persévérance d'un état de crise économique, à l'européanisation, aux pressions migratoires. Cela produit des tensions sociales et provoque un élargissement du fossé qui peut exister entre des catégories de populations, entre des idéologies. 

Or les médias grands publics restent, eux, toujours prisonniers d’une logique de recherche du grand public, car ils vivent de la publicité et ne peuvent en aucun cas encourager les extrêmes. Ils se retrouvent obligés de tenir un certain niveau de neutralité pour ne froisser personne et rester le plus grand public possible. Cette logique socio-économique profonde est constitutive d'un média grand public. Du coup, le problème naît de la confrontation historique entre ces deux logiques. Les médias restent aussi dépendants de ces impératifs qu'avant, mais dans une société où la fracturation idéologique apparaît de plus en plus forte, alors il peut sembler que les médias sont déconnectés des réalités et des aspirations d’une  part croissante de la population, pour qui il est de plus en plus intolérable de voir les médias agir ainsi…

Dernier point : ce sentiment peut être d'autant plus renforcé que certains ont fait le choix d'utiliser les médias également comme bouc-émissaires politiques, ce qui ne fait qu'accroître le ressentiment.

Donald Trump semble revenir peu à peu sur ses promesses de campagne les plus iconoclastes (emprisonner Hillary Clinton, déporter les musulmans, etc.). Dans quelle mesure peut-il en quelque sorte se le permettre ? Ces promesses surréalistes ne servent-elles pas essentiellement de défouloir politique, d'exutoire pour toute une partie de l'électorat, plus que d'un réel programme électoral ?

Oui, c'est exactement ce que je pense. C'est un vote bras d’honneur, et même doigt d'honneur, à l'instar de ce que proposait Beppe Grillo et son mouvement 5 étoiles en Italie, avec son fameux "vaffanculo Day". On voit bien que pour certains citoyens, le vote devient un acte de revanche sociale. On est prêt à soutenir quelqu'un dont on n'est pas absolument certain qu'il appliquera ce qu'il dit, mais à la limite ce n'est pas si grave, car l'essentiel est qu'il balaie ceux qu'on juge responsables du sort qui nous est fait. Nous sommes vraiment dans le registre du défouloir.

Certaines mesures, comme l'emprisonnement de Hillary Clinton, peuvent effectivement être perçues comme des outrances verbales qui font plaisir à entendre pour son électorat, sans que cela ne soit trop grave si elles ne sont pas appliquées au final. En revanche, revenir trop en arrière sur d'autres promesses comme la construction du mur peut être dangereux pour lui au niveau de ses soutiens… Car ses outrances verbales ont fait naître des espoirs chez des gens pour qui précisément la vie semble marquée au sceau du désespoir.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

02.

Donald Trump annonce que les Etats-Unis mettent fin à leur relation avec l'Organisation mondiale de la santé

03.

Pakistan : le témoignage d'un survivant du crash d'un avion de ligne à Karachi

04.

Réouverture du Puy du Fou : oui mais que pensaient les Chouans des Noirs et des Arabes ?

05.

Face à la crise économique violente et les critiques, Riyad accélère son projet de ville pharaonique "NEOM"

06.

Onfray, Bigard, Zemmour et compagnie… La folle peur des bien-pensants

07.

Le RN servi par des critiques paresseux

01.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

02.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

03.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

04.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

05.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

06.

Tempête d’argent gratuit… et de prélèvements en vue

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

04.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

05.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

06.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
MI-CHA
- 24/11/2016 - 14:04
micha
A partir du moment où les médias sont largement subventionnés avec l'argent du contribuable ce dernier est en droit de suspecter leur impartialité: ne veulent -ils pas en fait surtout garder leurs prérogatives et généreux salaires en "jouant" le vainqueur qui leur est le plus favorable?
ikaris
- 24/11/2016 - 12:48
Une pépite au milieu du nuage de fumée
Le ton très distancié de la première partie de l'interview me laissait envisager le pire. En effet les faits sur le biais gauchiste de la presse sont là : couleur politique revendiquée par les étudiants en école des journalistes, haut faits de désinformations révélées régulièrement (voir la cérémonie des bobards d'or pour les plus édifiants), présentation systématique de l'immigration chance pour la France en opposition frontale avec la réalité vécue par tout le monde. Par contre la réponse à la deuxième question de la deuxième page est édifiante. Merci monsieur Mercier de nous délivrer le fond de la vérité : la publicité, cet art de vendre n'importe quoi à n'importe qui impose l'aveuglement comme condition de le recherche du profit.