En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Présomption d’innocence et tribunaux sont-ils indispensables si l’accusé a vraiment l’air méchant ?

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

04.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

05.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

06.

LR : l’illusion de la renaissance par le local

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
Journée de commémorations
11 novembre : Emmanuel Macron inaugure un monument en mémoire des soldats morts
il y a 6 heures 41 min
pépites > International
Incertitude
Bolivie : Morales démissionne, le pays plonge dans l'incertitude
il y a 8 heures 6 min
pépites > Terrorisme
Expulsion
La Turquie va expulser 11 djihadistes français dans les prochains jours
il y a 9 heures 24 min
décryptage > Europe
Les entrepreneurs parlent aux Français

Margrethe Vestager : Démission !! Le Breton vite ! Mais nous sauvera-t-il ?

il y a 11 heures 4 min
décryptage > Economie
(Piètres) raisons

1,3% de croissance en France : pourquoi pas plus ? Quatre (piètres) raisons et une obligation

il y a 14 heures 30 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

La droite française est-elle maudite ? : les causes historiques de la malédiction de la droite

il y a 14 heures 53 min
décryptage > Environnement
Immobilité

Mais pourquoi la pollution en Inde est-elle bien pire qu’en Chine ?

il y a 15 heures 14 min
décryptage > Media
Totalitarisme de la gentillesse

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

il y a 15 heures 42 min
décryptage > Politique
Esprit du 11 novembre, es-tu là ?

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

il y a 16 heures 46 min
pépites > Economie
Renouveau
Le Medef pourrait changer de nom et être rebaptisé "Entreprises de France"
il y a 1 jour 3 heures
Grossière erreur...
Etats-Unis : un jeune américain choque Twitter après s'être déguisé en Jawad Bendaoud pour Halloween
il y a 7 heures 12 min
light > Culture
Hommage
Abou Dabi inaugure sa nouvelle avenue Jacques Chirac
il y a 8 heures 55 min
décryptage > Politique
Vraiment ?

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

il y a 10 heures 48 min
décryptage > Sport
Réel succès ?

Cette maladie du tennis français qui se cache derrière la victoire de la France en finale de la FED Cup

il y a 14 heures 16 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les mystères médicaux autour de l’affaire de la nouvelle formule du Levothyrox

il y a 14 heures 53 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Au secours ? Amazon veut rendre Alexa intelligente en traitant nos données personnelles
il y a 15 heures 5 min
décryptage > Religion
Nouvelle ère

Cette nouvelle ère politique que vient s’ouvrir avec la marche contre l’islamophobie

il y a 15 heures 18 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Alibaba tente d’acclimater le « Single Day » en France, sans TVA ni droits de douane

il y a 16 heures 40 min
décryptage > Histoire
L'air du temps

11 Novembre : il y a 100 ans débutaient les années folles… Aujourd’hui, les années vaches (sacrées) folles ?

il y a 16 heures 57 min
light > Finance
Bon investissement
Actions de la Française des Jeux : attention aux arnaques aux sites frauduleux
il y a 1 jour 4 heures
© JEAN-FRANCOIS MONIER LOIC VENANCE / AFP
Nous pouvons constater que les électeurs considèrent que Alain Juppé est le meilleur pour pouvoir incarner la fonction présidentielle, beaucoup plus que François Fillon, en tout cas d’après les sondages de la semaine dernière.
© JEAN-FRANCOIS MONIER LOIC VENANCE / AFP
Nous pouvons constater que les électeurs considèrent que Alain Juppé est le meilleur pour pouvoir incarner la fonction présidentielle, beaucoup plus que François Fillon, en tout cas d’après les sondages de la semaine dernière.
Et si la gauche ne s'était pas déplacée

Sans la participation des électeurs de gauche, François Fillon aurait probablement remporté la primaire dès le premier tour

Publié le 25 novembre 2016
Après ce premier tour de la primaire de la droite et du centre, la victoire de François Fillon aurait pu être encore plus importante si les électeurs de gauche ne s'étaient pas mobilisés. Mathématiquement le désaveu de la droite envers Alain Juppé aurait pu avoir comme conséquence la victoire de François Fillon dès le premier tour. Cependant, le débat de cette semaine peut encore avoir un impact sur les résultats de dimanche prochain.
Jean-Daniel Lévy est directeur du département politique & opinion d'Harris Interactive.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Dabi est directeur général adjoint de l'Ifop et directeur du pôle Opinion et Stratégies d’entreprise.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Daniel Lévy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Daniel Lévy est directeur du département politique & opinion d'Harris Interactive.
Voir la bio
Frédéric Dabi
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Dabi est directeur général adjoint de l'Ifop et directeur du pôle Opinion et Stratégies d’entreprise.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après ce premier tour de la primaire de la droite et du centre, la victoire de François Fillon aurait pu être encore plus importante si les électeurs de gauche ne s'étaient pas mobilisés. Mathématiquement le désaveu de la droite envers Alain Juppé aurait pu avoir comme conséquence la victoire de François Fillon dès le premier tour. Cependant, le débat de cette semaine peut encore avoir un impact sur les résultats de dimanche prochain.

Atlantico : Comment peut-on mesurer et interpréter l'impact qu'ont pu avoir les électeurs de gauche sur le résultat finalement réalisé par Alain Juppé ? Si ces derniers n'avaient pas voté, quel aurait été le résultat de l'élection ?

Frédéric Dabi : Dans les enquêtes de l'Ifop faites avant le scrutin ou celles de confrères faites le jour du vote, on voit que les sympathisants de gauche sont un électorat minoritaire mais pas marginal. Environ 12% d'électeurs se disant de gauche ont voté ce dimanche. Quand on ramène ce chiffre à la participation - qui dépasse les 4 millions -, ça fait 480 000 voix qui se sont implémentées dans le rapport de force électoral.

Il est très difficile de dire exactement comment ces voix se sont réparties : on peut imaginer qu'elles sont allées majoritairement chez Alain Juppé, mais elles ont pu aller chez Nathalie Kosciusko-Morizet, chez Bruno Le Maire, voire chez François Fillon. Les enquêtes qualitatives et les questions ouvertes ont mis en évidence que l'anti-sarkozysme a été le moteur des électeurs de gauche ayant voté à la primaire : un sondage Ifop pour L'Obs a montré que les deux motivations majeures du vote de ces électeurs à la primaire étaient premièrement faire battre Nicolas Sarkozy et deuxièmement éviter un second tour Nicolas Sarkozy- Marine Le Pen.

Si Alain Juppé a fait des scores meilleurs que ceux de Fillon dans des territoires marqués à gauche (l'est parisien, la Seine Saint-Denis, Mantes la Jolie etc.), attention aux contre-sens : en 2011, Manuel Valls a eu des scores plus élevés dans les 16e et 7e arrondissements de Paris, des territoires marqués à droite. Est-ce parce que des gens de droite ont voté pour lui ou parce que malgré tout il y a des gens de gauche dans le 7e, le 16e qui sont allés voter ? Par ailleurs, dans l'est parisien, la gauche n'est pas hégémonique et la droite existe (elle a même progressé, en dehors du 20e arrondissement, lors des élections municipales). Attention donc à ne pas sur-interpréter même si on peut avoir une intuition : dans la dernière enquête électorale de l'Ifop auprès des sympathisants de gauche, Alain Juppé obtenait 58% des voix. 58% de 480 000, ça fait 250 000 électeurs de gauche qui auraient voté Juppé. Alain Juppé est certes majoritaire mais il n'est pas hégémonique. 

Le fait majeur de la primaire de ce dimanche, par homothétie avec la primaire socialiste d'octobre 2011, est que l'électeur type, majoritaire, est un électeur de droite et du centre, plutôt de droite d'ailleurs.

Jean-Daniel Lévy : Près d’un électeur sur deux qui a voté pour Alain Juppé provient effectivement de la gauche et du centre, ce qui n’est pas négligeable. Si cet électorat ne s’était pas déplacé pour voter pour le maire de Bordeaux, il aurait donc probablement réalisé un score deux fois inférieur. Mathématiquement si les électeurs de gauche ne s’étaient pas déplacés, François Fillon aurait pu gagner dès le premier tour.

Cela étant cette hypothèse doit être regardée d’un point de vue politique. Si nous soustrayons les électeurs, nous considérons l’intérêt que certains ont à aller voter et que d’autres n’ont pas. Si François Fillon a réalisé ce score là c’est aussi parce qu’il a réussi à parler à un électorat qui était promis à Nicolas Sarkozy.

Cette hypothèse est intéressante politiquement, même s'il s’agit d’une hypothèse d’école : la campagne d’Alain Juppé correspond au rassemblement d’électeurs qui ne sont pas de droite. Il faut néanmoins aussi considérer le fait que si les électeurs de gauche ne s’étaient pas déplacés, la campagne aurait été différente et son discours aurait pu toucher d’autres personnes, des électeurs de droite. 

En réalité, Alain Juppé a bénéficié d’un apport de voix important de la gauche et du centre car mais cet électorat là s’est mobilisé autour de thématiques de campagne ; si ces thématiques avaient été différentes, des électeurs de droite ou même d’extrême droite auraient pu se retrouver derrière Alain Juppé. Cependant, ces résultats sont révélateurs d’une absence d’engouement à l’égard du maire de Bordeaux.

Qu'est-ce que cette participation en faveur du maire de Bordeaux peut nous dire sur sa capacité à incarner la droite ? Qu'est-ce que cela dit, à l'inverse, du rapport qu'entretiennent les électeurs de droite vis-à-vis d'Alain Juppé ? Dans ces conditions, a-t-il une chance de l'emporter dimanche prochain lors du second tour de la primaire de la droite ?

Quand nous observons les différentes enquêtes et notamment celle que nous avons réalisée pour LCP, nous pouvons constater que les électeurs considèrent que Alain Juppé est le meilleur pour pouvoir incarner la fonction présidentielle, beaucoup plus que François Fillon, en tout cas d’après les sondages de la semaine dernière.

Il va y avoir un débat cette semaine, potentiellement sur des thèmes de société. La question de fond majeure qui sera certainement posée est : faut-il des mesures radicales ou non dans notre pays ? Si les électeurs pensent qu’il faut des mesures radicales alors ils voteront pour François Fillon, s’ils veulent des mesures moins radicales, plus rassembleuses, ils se dirigeront vers la candidature d’Alain Juppé.  

Mathématiquement, aujourd’hui, une victoire d’Alain Juppé paraît très difficile. Le seul aspect qui nous est inconnu est que les électeurs de gauche, du centre et même d’une partie de la droite ne connaissent pas les orientations portées par François Fillon. Tous n’ont pas identifié les mesures en matière sociale, en matière économique et en matière de société portées par François Fillon. L’issue de ce débat va donc être fondamentale.

La significative représentation des sympathisants de gauche (15%), sans oublier ceux du FN (8%), qui se sont déplacés pour voter dimanche 20 novembre ne permet-elle pas de considérer ce premier tour de la primaire, et la primaire d'une manière générale, comme une élection présidentielle avant l'heure ?

En analysant la composition du corps électoral, nous pouvons constater que toute une partie de la gauche, du Front national et même du centre ne se sont pas déplacés. Nous ne pouvons pas considérer que les 4 millions d’électeurs de cette primaire s’apparentent à 44 millions de Français. Les enjeux de cette primaire sont des enjeux propres à la droite. La raison pour laquelle la plupart des électeurs de gauche et du Front national ne sont pas allés voter c’est qu’ils ont considéré que c’était une élection de la droite qui ne les concernait pas.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (31)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anguerrand
- 02/12/2016 - 16:28
Le PS mériterait un retour de baton
que la droite votent en masse pour le candidat qui a le moins de chance d'être élu et de voter pour lui.
Anguerrand
- 02/12/2016 - 16:26
Juppé touché dans son ego
Quand on a vu sa tête de vieillard après sa défaite, en quel état il se serait trouvé à 77 ans en fin de mandat. Il se disait champion de la modernité ! JE Depuis Chirac qui l'avait traité de meilleurs d'entre nous, il avait pris une grosse tête, persuadé qu'il était effectivement le meilleurs de TOUS. Il sera très bien à Bordeaux ville d'adoption mais Président ça aurait eu une autre allure... Au moins Fillon sera avec ses convictions personnelles plus enclin à arrêter l'immigration musulmane au minimum.
Nicolas V
- 26/11/2016 - 12:08
Sommes-nous concernés ? Vraiment ?
Juppé a eu une réunion av Tarik Oubrou et Mr Henniche juste avant le 1er tour. C'est à St Denis qu'il a réalisé son + gros score. C NKM, il est gauchi-bobo compatible. 1 France couverte de mosquées, nos églises détruites. Fillon, parle France et souveraineté nationale. Vraiment ? En restant ds l'UE et l'€ ? Economie? Démanteler droit du travail et protection sociale, la politique de l'offre qui ne marche pas (cf FMI), appliquer la feuille de route de Bruxelles, bravo. Secu ? Si l'état lui reversait les taxes collectées qu'il lui doit, elle est excédentaire de 9 millards. Bon, c pas 1 repris de justice ms son bilan est effrayant